Rapport sur les télécommunications à haut débit au service du système de santé : Tome I - Rapport ; Tome II - Auditions et annexes

-

Français
138 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le débat sur la maîtrise des dépenses de santé impose de revoir l'architecture du sytème de soins, qui intègre peu les nouvelles technologies de l'information. Le présent rapport indique les utilisations du réseau à haut débit : internet comme outil d'information et de formation (visioconférence, téléimagerie médicale...), sites d'information et de services (e-santé), dossier médical informatisé. Il présente toutes les facettes de la télémédecine : télésurveillance, téléassistance médicale, téléconsultation, téléchirurgie et leur intérêt (consultation à distance permettant une permanence de soins, traitement de l'urgence...), et remarque cependant des obstacles à son développement (responsabilité médicale, méconnaissance du travail en réseau, réticences culturelles, financement...). La deuxième partie propose le compte-rendu de l'audition publique du 10 juin 2004 et des annexes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2004
Nombre de lectures 40
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Signaler un problème

N° 1686 N° 370
—— ——
ASSEMBLÉE NATIONALE S ÉN A T
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2004-2005
_____________________________________________________ ________________________________________________________
__
Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale Annexe au procès-verbal de la séance
le 23 juin 2004 du 23 juin 2004
________________________
OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION
DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES
________________________
RAPPORT
SUR
LES TÉLÉCOMMUNICATIONS À HAUT DÉBIT AU SERVICE DU SYSTÈME DE SANTÉ
TOME I
PAR M. Jean Dionis du Séjour, PAR M Jean-Claude Étienne,
Député. Sénateur.
__________________ __________________
Déposé sur le Bureau de l'Assemblée nationale Déposé sur le Bureau du Sénat
par M. Claude Birraux, par M. Henri REVOL,
Président de l'Office Premier Vice-Président de l'Office.
Information et communication- 2 -
Composition de l’Office parlementaire d’évaluation
des choix scientifiques et technologiques
Président
M. Claude BIRRAUX, député
Premier Vice-Président
M. Henri REVOL, sénateur
Vice-Présidents
M. Claude GATIGNOL, député M. Pierre LAFFITTE, sénateur
M. Pierre LASBORDES, député M. Gérard MIQUEL, sénateur
M. Jean-Yves LE DÉAUT, député M. René TRÉGOUËT, sénateur
DEPUTÉS SÉNATEURS
M. Jean BARDET Mme Marie-Christine BLANDIN
M. Christian BATAILLE M. Marcel DENEUX
M. Claude BIRRAUX M. Jean-Claude ÉTIENNE
M. Jean-Pierre BRARD M. Christian GAUDIN
M. Christian CABAL M. Francis GIRAUD
M. Alain CLAEYS M. Pierre LAFFITTE
M. Pierre COHEN M. Jean-Louis LORRAIN
M. Jean-Marie DEMANGE M. Jean-Louis MASSON
M. Jean DIONIS DU SÉJOUR M. Gérard MIQUEL
M. Jacques DOMERGUE M. Bernard PIRAS
M. Jean-Pierre DOOR M. Daniel RAOUL
M. Claude GATIGNOL M. Ivan RENAR
M. Louis GUÉDON M. Henri REVOL
M. Christian KERT M. Bernard SAUGEY
M. Pierre LASBORDES M. Claude SAUNIER
M. Jean-Yves LE DÉAUT M. Bernard SEILLIER
M. Jean-Louis LÉONARD M. René TRÉGOUËT
M. Pierre-André PÉRISSOL M. Jacques VALADE- 3 -
Saisine- 5 -
Table des matières
SAISINE .......................................................................................................................................... 3
TABLE DES MATIERES.............................................................................................................. 5
Introduction............................................................................................................................. 9
I - L’amélioration des performances du système de santé passe par une utilisation accrue des
nouvelles technologies de l’information ............................................................................................9
II - Actuellement les possibilités offertes à la médecine par les nouvelles technologies de
l’information sont méconnues..........................................................................................................10
III - Tous les secteurs de la médecine seront touchés par la révolution numérique..........................12
PREMIERE PARTIE : INTERNET OUTIL D’INFORMATION ET DE FORMATION .. 15
CHAPITRE I : L’OUTIL D’INFORMATION ET DE FORMATION................................... 17
SECTION 1 : LA FORMATION ET L’INFORMATION ....................................................................... 17
A) Les professionnels ............................................................................................................ 17
B) Les patients....................................................................................................................... 18
SECTION 2 : DES OUTILS D’ENSEIGNEMENT DE PLUS EN PLUS PERFECTIONNES.......................... 19
A) La visioconférence............................................................................................................ 20
B) La téléimagerie médicale est un outil de formation.......................................................... 21
C) Robotisation et formation................................................................................................. 21
CHAPITRE II : LES SITES D’INFORMATION ET DE SERVICES.................................... 23
SECTION 1 : LA TRANSFORMATION DE LA RELATION PATIENTS/MEDECINS PAR LES SITES
WEB DE SANTE............................................................................................................................ 23
A) La typologie des sites Web de santé ................................................................................. 25
1) Les sites d’information sur la santé à finalité de service public...................................................25
2) Les autres sites.............................................................................................................................26
B) Les sites interactifs et les sites d’information................................................................... 30
1) Les sites d’information ................................................................................................................30
2) Les sites interactifs pour les particuliers ......................................................................................31
3) Les sites interactifs pour les professionnels : un outil de dialogue essentiel................................32
4) Le commerce électronique...........................................................................................................33
SECTION 2 : LA NECESSITE DE LABELLISER LES SITES WEB DE SANTE ........................................ 35
A) La sensibilisation nécessaire du public aux dangers d’Internet dans le domaine de la
santé ...................................................................................................................................... 35
B) Les tentatives de promotion de l’éthique.......................................................................... 36
1) Le ministère de la santé a mis en place un groupe de travail sur le thème « Ethique et
transparence ». .................................................................................................................................36
2) L’Observatoire de la Télésanté, portail d'accès à la connaissance en Télésanté ..........................37
3) Le catalogue et l’index des sites médicaux francophones............................................................38
4) L’Union européenne ....................................................................................................................38
5) L’expérience Suisse .....................................................................................................................39
6) Le cas britannique........................................................................................................................39
C) Une labellisation nécessaire ............................................................................................ 40
CHAPITRE III : LE DOSSIER MEDICAL INFORMATISE................................................ 43
SECTION 1 : UN CERTAIN CONSENSUS SUR LES OBJECTIFS .......................................................... 43
SECTION 2 : LE DISPOSITIF JURIDIQUE NECESSAIRE A LA MISE EN PLACE DU DOSSIER
MEDICAL PARTAGE ..................................................................................................................... 47
A) La réglementation relative au contenu du dossier médical .............................................. 47
1) La médecine libérale....................................................................................................................47
2) La médecine hospitalière .............................................................................................................49- 6 -
B) La réglementation relative à la consultation du dossier médical informatisé.................. 50
C) La tenue du dossier médical............................................................................................. 53
1) Les règles déontologiques............................................................................................................53
2) Les exigences de la loi informatique et libertés ...........................................................................57
SECTION 3 : LA MISE EN ŒUVRE DU DOSSIER MEDICAL PARTAGE ............................................... 58
A) La contradiction entre la loi et les pratiques médicales................................................... 58
B) La nécessité de renforcer les garanties accordées au patient .......................................... 59
C) La gestion du dossier médical .......................................................................................... 61
DEUXIEME PARTIE : LA TELEMEDECINE ........................................................................ 67
CHAPITRE I : LA TELESURVEILLANCE............................................................................. 71
SECTION 1 : LA TELESURVEILLANCE, UN OUTIL ADAPTE AUX SITUATIONS D’URGENCE............. 71
SECTION 2 : LA TELESURVEILLANCE, UNE EXTENSION EVIDENTE.............................................. 72
SECTION 3 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES OUVERTES PAR LE RECOURS AUX TELEPHONES
MOBILES ..................................................................................................................................... 74
SECTION 4 : UN MAINTIEN A DOMICILE FACILITE........................................................................ 76
CHAPITRE II : LA TELEASSISTANCE MEDICALE.......................................................... 79
SECTION 1 : UN DEVELOPPEMENT LIMITE ................................................................................... 79
SECTION 2 : LA TELEASSISTANCE, OUTIL DES ASSUREURS PRIVES POUR PENETRER LE
MARCHE DE L’ASSURANCE SANTE............................................................................................... 80
CHAPITRE III : LA TELECONSULTATION........................................................................ 83
SECTION 1 : LES OUTILS DISPONIBLES ........................................................................................ 83
A) Les stations de télémédecine............................................................................................. 84
B) La téléimagerie................................................................................................................. 90
SECTION 2 : LE DIAGNOSTIC ....................................................................................................... 92
A) Le télédiagnostic à partir d’une station de télémédecine ................................................. 92
B) La télémédecine, outil d’assistance du médecin traitant.................................................. 95
C) Le téléencadrement .......................................................................................................... 99
CHAPITRE IV : LA TELECHIRURGIE................................................................................ 101
SECTION 1 : L’ASSISTANCE APPORTEE AU CHIRURGIEN ........................................................... 101
SECTION 2 : LA CHIRURGIE ASSISTEE PAR ORDINATEUR ........................................................... 102
CHAPITRE V : L’INTERET DE LA TELEMEDECINE...................................................... 107
SECTION 1 : LA CONSULTATION A DISTANCE GARANTIT LA PERMANENCE DES SOINS ET
CONSTITUE UN OUTIL DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ..................................................... 107
A) Les consultations de spécialistes en milieu rural ........................................................... 107
B) Les consultations dans des endroits isolés ou à l’occasion de crises majeures ............. 108
C) Un outil nécessaire à une pratique pluridisciplinaire.................................................... 109
SECTION 2 : LE TRAITEMENT DE L’URGENCE ............................................................................ 110
A) La lutte contre les accidents vasculaires cérébraux (AVC) : l’un des apports les plus
importants de la télémédecine............................................................................................. 111
B) Les accidents de la route et les accidents liés à la pratique d’activités sportives .......... 113
SECTION 3 : UNE URGENCE ABSOLUE : LA MEDECINE PENITENTIAIRE...................................... 114
A) L’expérience américaine ................................................................................................ 114
B) L’intérêt de la télémédecine pour la psychiatrie pénitentiaire....................................... 115
CHAPITRE VI : LES OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT DE LA
TELEMEDECINE...................................................................................................................... 117
SECTION 1 : LA QUESTION DE LA RESPONSABILITE MEDICALE EST MAL REGLEE....................... 117
SECTION 2 : UNE MECONNAISSANCE ET DES CRAINTES SUR LES POSSIBILITES DE TRAVAIL EN
RESEAU ..................................................................................................................................... 119- 7 -
SECTION 3 : DES RETICENCES CULTURELLES ............................................................................ 120
SECTION 4 : UN DEFICIT D’ORGANISATION ............................................................................... 121
SECTION 5 : ORGANISER LE FINANCEMENT............................................................................... 122
Conclusion : La nécessité d’intégrer la santé dans l’économie numérique ........................ 125
RECOMMANDATIONS ........................................................................................................... 127
EXAMEN DU RAPPORT PAR L’OFFICE............................................................................. 129
LISTE DES PERSONNES AUDITIONNEES ......................................................................... 135- 9 -
Introduction
Dans le domaine de la santé, le XIXème siècle avait connu la
« révolution pasteurienne », le XXème celle entraînée par la découverte de la
pénicilline, il est probable que le XXIème en connaîtra deux : la génétique et
l’intégration à la médecine des nouvelles technologies de l’information qui vont
bouleverser en profondeur l’organisation et la conception que nous nous
faisons de la médecine.
Le rapport sur l’Internet à haut débit et les systèmes de santé demandé
par la Commission des Affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée
nationale se trouve au cœur de l’actualité. Le débat sur la maîtrise des dépenses du
système de santé impose de revoir en profondeur l’architecture de notre système
de soins. Aujourd’hui il n’intègre pas, ou peu, les nouvelles technologies de
l’information dont l’emploi est pourtant capital pour sauver la vie chaque année
de plusieurs milliers de personnes, pour améliorer la qualité des soins, le confort
des patients et faciliter la gestion de l’assurance maladie.
L’assimilation par la médecine des nouvelles technologies de
l’information (NTIC) va transformer en profondeur l’organisation de la médecine
aussi bien au niveau de la mise en œuvre des thérapeutiques, de la conception de
l’hospitalisation que des rapports entre les malades et le corps médical.
Au moment où l’assurance maladie connaît l’une des crises les plus
graves de son histoire et où tous les acteurs du système de santé vont devoir
traverser des mutations très importantes, il est important d’évaluer l’apport
potentiel des nouvelles technologies de l’information à notre système de soins et
de cibler les obstacles à leur développement.
Nous nous situons dans nos analyses au cœur d’une démarche de
responsabilité qui prend appui sur le bien être du patient et l’efficience du
système de santé.
I - L’amélioration des performances du système de santé passe par une
utilisation accrue des nouvelles technologies de l’information
L’équipement informatique Internet des ménages progresse
rapidement. Aujourd’hui, la France compte plus de dix millions d’abonnés à
1
Internet.
1
A la fin de l’année 2003 : 7 millions pour le bas débit et 3,5 millions pour le haut débit.- 10 -
Ce mouvement devrait permettre d’atteindre les objectifs du plan
d’action gouvernemental, arrêté le 12 novembre 2002, qui vise à faire rentrer la
France dans la société numérique dans les cinq ans qui viennent. Il ambitionne de
permettre à tous les français qui le souhaitent de pouvoir utiliser les services de
base de l’Internet et de l’administration électronique à l’horizon 2007, ce qui
implique, d’une manière quasi indispensable, de rendre l’Internet à haut débit
accessible partout en France.
Les possibilités techniques offertes par Internet, surtout s’il est à haut
débit, ouvrent de nouvelles facilités d’accès à des équipements de diagnostic et de
soins de haut niveau avec par exemple la téléconsultation, la télésurveillance, la
téléchirurgie ou la téléformation. Les nouvelles technologies de l’information et
de la communication devraient également rendre possible la mise en place de
dossiers médicaux informatisés prévus par le plan gouvernemental de réforme de
l’assurance maladie.
Le haut débit est un peu à l’Internet ce que le turbo est au moteur
classique ; il permet d’utiliser les services Internet plus rapidement, avec
d’avantage de confort, et de profiter pleinement des ressources du réseau.
Or, si la télémédecine, issue de la révolution numérique et de
l’explosion des technologies de l’information et de la télécommunication, permet,
depuis plus d’une décennie, la pratique d’activités médicales à distance, elle
n’était jusqu’à présent réservée qu’à un cercle relativement restreint de praticiens.
Aujourd’hui elle acquiert opérabilité et performance, et s’étend très largement au
fur et à mesure que progresse l’équipement informatique des ménages et des
praticiens.
Le développement du réseau Internet, dont l’usage se répand, se
traduit par la multiplication de sites d’e-santé et des services proposés aux
internautes. De ce fait, dans un domaine aussi sensible que la santé, de nouveaux
problèmes apparaissent car les textes régissant le domaine des nouvelles
technologies de l’information ne sont pas toujours adaptés aux exigences de
déontologie et de secret de la médecine.
II - Actuellement les possibilités offertes à la médecine par les nouvelles
technologies de l’information sont méconnues.
Dans un rapport établi à la demande du Ministre délégué à la
2 3recherche et aux nouvelles technologies , le Docteur Vincent HAZEBROUCQ
a établi une synthèse des applications de la télémédecine réalisées actuellement en
France sur la base de données cartographiques établies par la Direction de
l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS) du ministère de la Famille,
2
Rapport sur l’état des lieux, en 2003, de la télémédecine française, Ministère de la recherche et
des nouvelles technologies (2004)
3
Auditionné par vos rapporteurs