BAC-S-2017-HISTOIRE-GEO-CORRIGE-PARTIE-2

BAC-S-2017-HISTOIRE-GEO-CORRIGE-PARTIE-2

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

avec Corrigés bac 2017 Bac 2017 HISTOIRE-GEOGRAPHIE Série S SECONDE PARTIE ANALYSE DE DOCUMENTS Le continent africain face à la mondialisation Consigne:En confrontant ces deux documents, montrez l’intégration de l’Afrique dans la mondialisation et ses limites. Deux documents : Document 1 :un texte tiré d’une tribune dont les trois auteurs représentent les intérêts de l’Afrique, de la Chine et de l’Éthiopie, donc de pays ou continents encore marqués par le mal‐développement. L’idée essentielle: l’Afriquereçoit de plus en plus d’IDE. De grandes entreprises réalisent des investissements à l’étranger quand elles implantent une activité ou quand elles entrent ou rachètent une société dans un pays étranger Document 2 :planisphère sur lequel apparaît l’importance des IDE dans les pays du monde, les un valeurs étant fournies par la CNUCED. L’idée essentielle:est quasi inverse de celle du document1. Les IDE en Afrique sont très peu elle importantes par rapport aux autres pays. L’intérêt de confronter ces deux documents tient à cette apparente contradiction et rappelle que nous sommes bien ici dans le domaine des sciences sociales et humaines ! Proposition de corrigé 1. Un Afrique de plus en plus intégrée dans la mondialisation… Le territoire africain apparaît globalement comme un continent d’avenir, parce qu’il fait figure de réserve pour le reste du monde, une réserve d’hommes mais aussi de terres.

Informations

Publié par
Publié le 16 juin 2017
Nombre de lectures 20 545
Langue Français
Signaler un problème
avec
Corrigés bac 2017
Bac 2017 HISTOIRE-GEOGRAPHIE Série S SECONDE PARTIE ANALYSE DE DOCUMENTS Le continent africain face à la mondialisation Consigne:En confrontant ces deux documents, montrez l’intégration de l’Afrique dans la mondialisation et ses limites.Deux documents : Document 1 :un texte tiré d’une tribune dont les trois auteurs représentent les intérêts de l’Afrique, de la Chine et de l’Éthiopie, donc de pays ou continents encore marqués par le mal‐développement. L’idée essentielle : l’Afrique reçoit de plus en plus d’IDE. De grandes entreprises réalisent des investissements à l’étranger quand elles implantent une activité ou quand elles entrent ou rachètent une société dans un pays étranger Document 2 :planisphère sur lequel apparaît l’importance des IDE dans les pays du monde, les un valeurs étant fournies par la CNUCED. L’idée essentielle :est quasi inverse de celle du document 1. Les IDE en Afrique sont très peu elle importantes par rapport aux autres pays. L’intérêt de confronter ces deux documents tient à cette apparente contradiction et rappelle que nous sommes bien ici dans le domaine des sciences sociales et humaines ! Proposition de corrigé 1. Un Afrique de plus en plus intégrée dans la mondialisation…Le territoire africain apparaît globalement comme un continent d’avenir, parce qu’il fait figure de réserve pour le reste du monde, une réserve d’hommes mais aussi de terres. Leland grabbing, l’accaparement des terres, touche particulièrement l’Afrique. Il n’est pas du seul fait des Chinois : les États‐Unis, les États d’Europe occidentale, du Moyen Orient, etc., pratiquent aussi cette dépossession qui se chiffre en milliards de dollars et en millions d’hectares. C’est naturellement la course aux matières premières qui place l’Afrique au cœur des réseaux et des convoitises mondiales. La mondialisation a redonné une place stratégique à ce continent en dynamisant la demande de matières premières dont il est largement pourvu. Les territoires sont convoités du fait de la rente qu’ils permettent dans une forme de continuité avec la période coloniale.
1
avec
Corrigés bac 2017
2. … mais avec des limites. A.Liée à la mondialisation elle‐même Tout d’abord, la mondialisation s’exerce de façon prédatrice. Elle a trop tendance à offrir aux FTN étrangères, aux investisseurs, un continent dans lequel elle accroît les différenciations, entre États et au sein même des sociétés. La croissance engendre des inégalités criantes quant à la santé économique des États et au sein même des pays africains. En 2014, dans son ouvrage au titre évocateur,L’Afrique est‐elle si bien partie ?,Sylvie Brunelévoque la « Chinafrique », soit la place que la Chine occupe en Afrique : « Elle a mis la main sur les réserves pétrolières et minières du Soudan, de l’Angola, ou de la RDC, cet immense coffre‐fort géologique et agronomique dont la population est la plus pauvre du monde… Elle a amorcé une recolonisation du continent qui se traduit par la présence d’un million de Chinois et une dépendance financière, technologique et croissante de l’Afrique subsaharienne à son égard ». B.Liée à l’état du continent africain Le document explique qu’il faut au continent une main d’œuvre qualifiée. L’Afrique connaît une forte croissance démographique : c’est le continent de la jeunesse. Mais il faut que ces jeunes soient formés. Il faut aussi à l’Afrique une bonne maîtrise de son continent, ce qui est loin d’être le cas : les infrastructures les plus élémentaires font trop souvent défaut. Ensuite les inégalités sont telles qu’il est difficile d’évoquer l’Afrique au singulier, et le document 2 met bien en valeur cette idée : quoi de commun entre un pays comme l’Afrique du Sud qui émerge vraiment, et un PMA comme il en existe encore beaucoup en Afrique ? Les pays où les sociétés investissent ne peuvent pas être les plus pauvres. Enfin, l’économie de l’Afrique repose encore trop sur des productions brutes, minières et agricoles et les investisseurs se « servent » sans que le continent n’en bénéficie vraiment. Conclusion L’Afrique est convoitée, plus intéressante maintenant que les pays asiatiques, mais il y a encore beaucoup à faire pour que la mondialisation puisse entraîner non seulement la croissance mais surtout le développement.
2