BAC-TECHNO-2017-FRANCAIS-CORRIGE

BAC-TECHNO-2017-FRANCAIS-CORRIGE

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

avec Corrigés bac 2017 Bac 2017 Français Série techno QUESTIONS SUR CORPUS Question 1 Quelles sont les particularités des trains évoqués dans les textes du corpus ? Ces trains sont évoqués de telle sorte qu’ils semblent être des entités quasiment douées de vie: «mille géants qu’on fouette» (texteA), «Qu’appellent‐ils avec ces cris désespérés ?» (texte B), « nous avons rencontré » (texte C). Les trains font corps avec les paysages qui défilent. Les textes mettent en avant cette symbiose entre les paysages et la machine, reliés à travers un mouvement frénétique, bruyant et parfois inquiétant : « le paysage court furieusement » (texte A), « Sont‐ce les bois dormants […] comme un regard qui rêve » (texte B, lignes 6 à 12), « Tout autour de la terre dans un wagon doré », « une maison qui fuyait » (texte C). Le train avale le paysage et possède une vitesse phénoménale («terrassant le temps», texte B). Il fascine et parfois inquiète les passagers et ceux qui l’observent de l’extérieur. Question 2 Ces voyages vous paraissent‐ils réels ou rêvés ? Bien que ces voyages semblent sortir d’un rêve, cependant ils possèdent des éléments techniques bien réels. En effet, le texte2 a pour cadre un «soir inerte» propice à la rêverie, le mot «rêve »est mentionné littéralement ligne12. Les paysages décrits se multiplient, tout comme dans le texte3 où les images et les saisons s’enchaînent, l’auteur passant d’îles paradisiaques aux astres, de l’hiver au printemps.

Informations

Publié par
Publié le 15 juin 2017
Nombre de visites sur la page 29 476
Langue Français
Signaler un problème
avec
Corrigés bac 2017
Bac 2017 Français Série techno QUESTIONS SUR CORPUS Question 1 Quelles sont les particularités des trains évoqués dans les textes du corpus ? Ces trains sont évoqués de telle sorte qu’ils semblent être des entités quasiment douées de vie : « mille géants qu’on fouette » (texte A), « Qu’appellent‐ils avec ces cris désespérés ?» (texte B), « nous avons rencontré » (texte C). Les trains font corps avec les paysages qui défilent. Les textes mettent en avant cette symbiose entre les paysages et la machine, reliés à travers un mouvement frénétique, bruyant et parfois inquiétant : « le paysage court furieusement » (texte A), « Sont‐ce les bois dormants […] comme un regard qui rêve » (texte B, lignes 6 à 12), « Tout autour de la terre dans un wagon doré », « une maison qui fuyait » (texte C). Le train avale le paysage et possède une vitesse phénoménale (« terrassant le temps », texte B). Il fascine et parfois inquiète les passagers et ceux qui l’observent de l’extérieur. Question 2 Ces voyages vous paraissent‐ils réels ou rêvés ? Bien que ces voyages semblent sortir d’un rêve, cependant ils possèdent des éléments techniques bien réels. En effet, le texte 2 a pour cadre un « soir inerte » propice à la rêverie, le mot « rêve » est mentionné littéralement ligne 12. Les paysages décrits se multiplient, tout comme dans le texte 3 où les images et les saisons s’enchaînent, l’auteur passant d’îles paradisiaques aux astres, de l’hiver au printemps. Cependant, les éléments plus techniques ramènent à une réalité prosaïque ou désagréable (bruyante, nauséabonde). Sont évoqués des détails réalistes comme des odeurs de charbon, le télégraphe (texte A), un garde‐barrière ou l’école (texte C). COMMENTAIRE COMPOSÉ Éléments d’introduction e Rappel de l’œuvre (début du XX siècle, poème en alexandrins rimés en rimes plates, avec alternance de rimes féminines et masculines) ProblématiqueComment l’auteur évoque les paysages traversés par les trains, transports fortement humanisés ? Pistes pour construire un plan possible
1
avec
Corrigés bac 2017
1. Les caractéristiques des paysages traversés par les trains A. Une nature douce. Évocation d’éléments de la nature divers et variés (« bois dormants », « étang », « jeunes prés »), qui renvoient une image douce et positive, lumineuse. B. La présence de l’homme. Évocation d’éléments plus urbains, tels qu’une « route immense et blanche », mais aussi des habitations avec des « vérandas », « des vitrages ». 2. Des trains humanisés A. Les trains sont personnifiés. L’auteur leur donne des caractéristiques humaines : on peut noter les termes « cris », « ils appellent ». B. De plus, ils semblent comme les êtres humains doués de sentiments. Les machines paraissent être à la recherche du bonheur : « émouvant bonheur qui vous attend ». C. Cette quête du bonheur peut être assimilée plus précisément à une recherche amoureuse. On note l’emploi d’un champ lexical connoté : « effroyable amour », « cri de désir », « bienfaisante extase ». On peut lier les deux parties dans une même idée d’escapade onirique, puisqu’il est clair que la campagne et la Nature sont des lieux de satisfaction pour les trains. On ressent la souffrance des machines qui désirent ardemment quitter la ville. La machine et le mouvement font corps. Éléments de conclusion Rappel de la mixité des deux thèmes autour de la notion d’escapade dans la nature. Dualité ville/nature exprimée par l’auteur. DISSERTATION Éléments d’introduction La poésie utilise des images parfois hermétiques et invite à la réflexion, donc elle est souvent associée au rêve. Le lecteur doit être transporté grâce à la forme poétique, souvent assez brève. Cependant la poésie s’inspire aussi de la réalité, une réalité parfois banale et dramatique. Problématique Le poète doit‐il seulement faire rêver le lecteur ? Annonce du plan re 1 partie : le poème comme porte vers le Rêve. e 2 partie : le poème peut avoir un rôle social. e 3 partie : le poème comme moyen de sublimer la réalité. Pistes pour construire un plan possible
2
avec
Corrigés bac 2017
1. Le poème comme porte vers le Rêve A. La poésie fait rêver le lecteur, le transporte dans un monde « imaginaire ». Exemples : texte C, poésie surréaliste notamment André Breton, ou encore « Un rêve » d’Alfred de Musset. B. Il peut aussi faire voyager le lecteur. Exemples : évocation des paysages dans le texte B, du Japon dans le texte C, poésie de Pierre Loti. 2. Le poème peut avoir un rôle social A. Il permet d’interpeller le lecteur sur un contexte social. Exemple : Victor Hugo dans « Melancholia » (contre la misère et le travail des enfants).B. Il peut faire passer un message politique. Exemple : la poésie engagée de René Char, pour résister à l’ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale. C. La poésie peut être le témoin des progrès technologiques du temps. Exemples : les textes A et B qui traitent du développement du chemin de fer. 3. Le poème comme moyen de sublimer la réalité A. Le poème épique sublime des faits historiques. er Exemple : les poèmes sur Napoléon I de Victor Hugo. B. L’auteur utilise des éléments de la réalité pour faire rêver le lecteur Exemples : « Les fenêtres », dansPetits poèmes en prosede Baudelaire, texte A. Éléments de conclusion : Réponse à la problématique : le poème fait rêver le lecteur mais peut avoir un rôle autre. La réalité peut être magnifiée et sublimée comme dans un rêve. Ouverture possible sur les méthodes utilisées pour faire rêver le lecteur. ÉCRITURE D’INVENTION Il fallait respecter le pronom personnel demandé, ici la première personne du singulier, ainsi que le mode du récit. Le sujet impliquait d’employer un vocabulaire spécifique aux paysages, mais aussi à l’expression de l’imaginaire, de l’onirique. La machine devait être humanisée, puisqu’ici le narrateur est un train, et la thématique du mouvement devait être présente, puisque le train est en marche constante. Il ne faut surtout pas oublier d’évoquer les pensées du personnage.
3