//img.uscri.be/pth/b29d3c8b80493ff0d589bf7e499889f713e122fe
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dialogue interculturel et diversité culturelle – un débat renouvelé

De
42 pages

Dialogue interculturel et diversité culturelle – un débat renouvelé

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 300
Signaler un abus
 
 
 
Dialogue interculturel et diversité culturelleun débat renouvelé  Synthèse du colloque de lancement de l'Année Européenne du Dialogue Interculturel 2008 en France                                    Le colloque de lancement de l'AEDI a eu lieu les 13 et 14 mars 2008 à l'UNESCO, à l’initiative de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. 750 personnes se sont rassemblées pendant deux jours et ont ouvert un débat sur les problématiques du dialogue interculturel et de la diversité culturelle.  
 
Appel à Contribution  Dialogue interculturel et diversité culturelle : un débat renouvelé  Réunis à l’UNESCO, lieu symbolique s’il en est, plus de trente chercheurs et personnalités du monde culturel se retrouvent, à l’initiative de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, pour proposer un débat renouvelé sur les thèmes du dialogue interculturel et de la diversité culturelle. Ce colloque couvre des sujets qui apparaissent aujourd’hui comme des enjeux déterminants dans le débat français et européen sur l’évolution des sociétés modernes au regard des migrations, de la diversité culturelle, de la mondialisation. Après un nécessaire éclairage sémantique sur les termes qui relèvent du champ interculturel, chaque séance tentera de fournir une analyse critique des travaux scientifiques et des expériences significatives afin de tracer des perspectives d’avenir. Une large place sera également donnée à la société civile, chaque table ronde donnera lieu à un débat avec les participants qui seront invités à réagir.   Les sociétés européennes ont mis longtemps à se reconnaître comme des sociétés plurielles. Depuis quelques décennies, elles prennent conscience que cette diversité culturelle interroge les systèmes de valeurs, les représentations sociales et culturelles et de ce fait les modes de relations ou le fonctionnement démocratique.  Rarement évoquée dans l’espace public français, la thématique de l’interculturel soulève des questionnements complexes et nombreux. Récemment les débats ont porté en France sur la relation entre la diversité culturelle, la cohésion sociale, les valeurs communes et le modèle républicain, entre l’histoire coloniale, l’histoire de l’immigration et les situations de discrimination qui persistent en direction de certaines populations. On pourrait sans doute ajouter dans ce questionnement certains volets de l’actualité – ce qui touche aux comme banlieues, aux transformations sociales, culturelles et aux crispations identitaires pour mieux souligner la part déterminante de ces questions dans le débat public français.  La réflexion engagée dans le cadre de cette rencontre doit offrir des clés de compréhension aux professionnels qui vont intervenir tout au long de l’année 2008 pour mettre en œuvre des projets interculturels dans les domaines de l’action sociale, culturelle et éducative notamment. Ce colloque souhaite établir un dialogue structuré entre la production scientifique et la réflexion sur des pratiques effectives, professionnelles ou amateurs, qui mettent en mouvement ces concepts.  L'Année européenne du dialogue interculturel permet de mettre en valeur l'état de la réflexion et des travaux sur la thématique du dialogue interculturel et de la diversité culturelle. Nous mettons ici à votre disposition des ressources sur ces question s.      
 
 
 Synthèses des tables rondes  La première table ronde a révélé la complexité et la multiplicité des concepts, des approches théoriques et des pratiques liées au thème de l'interculturel. Elle a clarifié les termes du débat et a servi de fil conducteur au colloque. Les trois autres tables rondes ont, quant à elles, abordées la question du dialogue interculturel à la lumière de sa dimension territoriale (locale, nationale, européenne et internationale). Ces trois tables rondes ont réuni des chercheurs et des porteurs de projets et ont tenté de mettre en exergue les décalages existant souvent entre la théorie et la pratique.  - Table ronde 1: Concepts, approches théoriques et pratiques de l’interculturel : quel décalage entre le penser, le dire et le fair.... .........?ep.4   - Table ronde 2: Diversités culturelles et politiques territoirales : quelle articulation entre la reconnaissance des différences et l'émergence d'une culture commune?..................................................................... .p.12   - Table ronde 3 : Diversité culturelle et cohésion sociale : quel avenir pour les modèles universalistes et multiculturalistes?………………………….p.21   - Table ronde 4: Diversité culturelle et construction européenne : une réponse à la mondialisation?................................... p.27   Interventions de "partenaires ressources" privilégiés de l'AEDI :  a. Les revues au regard de l'autre ou l'interculturel à l'œuvre. ………………………………p.35  b. La Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le Dialogue entre les cultures….p.41   
 
 Table ronde 1 CONCEPTS, APPROCHES THEORIQUES ET PRATIQUES INTERCULTUREL: Quel décalage entre le penser, le dire et le faire?  La première table ronde a révélé la complexité et la multiplicité des concepts, des approches théoriques et des pratiques liées au thème de l'interculturel. Elle a clarifié les termes du débat et a servi de fil conducteur au colloque.    I. Tzvetan TODOROV,historien et essayiste, directeur de recherches honoraire au CNRS  Qu’est-ce que la culture ? Ce mot présente la particularité de changer de sens selon son emploi au singulier ou au pluriel à l'instar du terme « civilisation ». Au singulier, cela porte un jugement de valeur et s’oppose à l’«inculture», l’ignorance, la barbarie. C’est le sens du mot au pluriel, désignant les modes de vie de chaque groupe humain, qui est ici retenu et qui correspond au sens que les anthropologues lui donnent habituelle ment. Une dualité nouvelle s'installe. D’une part, les cultures désignent lespratiques(les langues, les religions, l’organisation du temps et de l’espace ou les coutumes). D’autre part, il s’agit des représentations que les membres d'une communauté se font d'une réalité. Ces images influencent à leur tour les manières de faire et agissent en « prophétie auto-validante ». Par exemple, la France a décidé à un moment donné de se définir et s'identifier comme nation chrétienne; cela a influencé en conséquence les comportements. La culture comme pratique est une entité en évolution constante. Ainsi, il semble étrange que certains pays aient choisi de régir avec des décisions administratives, voire des ministères, leur identité nationale. Chaque individu a plusd’une culture et appartient à plusieurs groupes. La culture ne se réduit pas simplement à l'appartenance linguistique ou religieuse mais s'étend aux appartenances à tout groupe. Il existe, par exemple, les cultures hommes/femmes ou jeunes/retraités. Ces appartenances culturelles ne coïncident pas entre elles et ont des extensions variables. Chaque individu est donc amené à pratiquer un dialogue interculturel en lui-même. Enfin, chaque culture au niveau de la communauté, du groupe est une culture plurielle car elle réunit de multiples individus et groupes et reste toujours issue d'une autre culture. Il n'existe pas d'état pré -culturel. De ce point de vue, toutes les cultures du monde sont mixtes.Sur le plan des représentations, cela n'est plus