Dick Marty : « Faut-il combattre la tyrannie avec les instruments ...
16 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Dick Marty : « Faut-il combattre la tyrannie avec les instruments ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
16 pages
Français

Description

Dick Marty : « Faut-il combattre la tyrannie avec les instruments ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 56
Langue Français

Exrait

Dick  Marty :  « Faut-il combattre la tyrannie avec les instruments des tyrans ? »    Docteur en droit, Dick Marty, est membre du Conseil des Etats de la Confédération helvétique, membre de l’Assemblé parlementaire du Conseil de l’Europe, dont il préside la Commission des Affaires juridiques et des Droits de l’Homme, chargé par cette dernière d’établir un rapport au sujet des allégations concernant l’existence de prisons secrètes de la CIA en Europe.  Elu personnalité politique suisse de l’année 2006, il était invité, le 1er février 2007, à l’Université de Neuchâtel, où il a présenté un exposé sous le titre : « A la recherche d’avions fantômes et de prisons secrètes, faut-il combattre la tyrannie avec les instruments des tyrans ?» Nous remercions M. Marty de nous avoir autorisés à le porter à la connaissance du public. *        « Quand, en novembre 2005, le quotidien Washington Post a révélé que des agents de la Central Intelligence Agency (CIA)  avaient enlevé des présumés terroristes musulmans et les avaient internés dans des centres secrets  illégaux, j’étais loin d’imaginer alors ce qui allait m’arriver dans les mois qui suivraient. Le même jour, l’ONG américaine Human Rights Watch publiait un rapport qui donnait une information similaire et, au surplus, précisait que ces centres de détention se trouvaient en Pologne, en Roumanie ainsi que dans d’autres pays de l’Europe orientale. Leurs sources, avons-nous appris par la suite, provenaient, entre autres, des milieux mêmes de la CIA.    Parallèlement, la chaîne de radio ABC publiait sur son site Internet une information analogue. Celle-ci n’est restée qu’une demi-heure en ligne car le propriétaire de cette radio est intervenu pour interdire sa diffusion. Dès qu’il a eu vent de cette interdiction, le journaliste s’est empressé de prévenir ses amis afin qu’ils enregistrent cette nouvelle, pour la postérité, avant qu’elle ne disparaisse.    Les révélations du Washington Post et de l’ONG Human Rights Watch n’étaient pas une nouveauté. Le
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents