ACADEMIE DE NICE CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS DES ECOLES

ACADEMIE DE NICE CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS DES ECOLES

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire

  • exposé


ACADEMIE DE NICE CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS DES ECOLES RAPPORT DU JURY D'ENTRETIEN D'EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Conditions de déroulement de l'épreuve L'épreuve orale d'entretien d'éducation physique et sportive 2003 s'est déroulée au Lycée Général du Parc Impérial à Nice, dans de très bonnes conditions de préparation et d'entretien. Deux salles de préparation, une salle de secrétariat et une salle par jury étaient disponibles. 629 candidats se sont présentés à l'épreuve. La moyenne générale de l'épreuve est de 10.07/20 avec une distribution des notes très large (allant de 0.5/20 à 20/20). Répartition des notes CRPE EPS 2004 12 0 23 4 30 7 23 9 16 9 34 5 21 9 36 6 24 1 31 16 32 2 30 7 24 10 33 5 26 5 19 4 17 2 26 6 10 0 11 0 5 10 15 20 25 30 35 40 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0 6,0 7,0 8,0 9,0 10, 0 11, 0 12, 0 13, 0 14, 0 15, 0 16, 0 17, 0 18, 0 19, 0 20, 0 Nombres de notes Rapport relatif aux prestations des candidats Lecture et interprétation

  • activité physique

  • évocation de données générales

  • épreuve orale d'entretien d'éducation physique

  • finalisation des propositions au regard

  • propositions des candidats

  • entretien

  • temps de l'épreuve

  • élève en échec


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 99
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ACADEMIE DE NICE
CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS DES ECOLES
RAPPORT DU JURY D’ENTRETIEN D’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE
Conditions de déroulement de l’épreuve
L’épreuve orale d’entretien d’éducation physique et sportive 2003 s’est déroulée au
Lycée Général du Parc Impérial à Nice, dans de très bonnes conditions de préparation et
d’entretien. Deux salles de préparation, une salle de secrétariat et une salle par jury étaient
disponibles.
629 candidats se sont présentés à l’épreuve.
La moyenne générale de l’épreuve est de 10.07/20 avec une distribution des notes très
large (allant de 0.5/20 à 20/20).
Répartition des notes
CRPE EPS 2004
12
0
23
4
30
7
23
9
16
9
34
5
21
9
36
6
24
1
31
16
32
2
30
7
24
10
33
5
26
5
19
4
17
2
26
6
10
0
11
0
5
10
15
20
25
30
35
40
1
,
0
2
,
0
3
,
0
4
,
0
5
,
0
6
,
0
7
,
0
8
,
0
9
,
0
1
0
,
0
1
1
,
0
1
2
,
0
1
3
,
0
1
4
,
0
1
5
,
0
1
6
,
0
1
7
,
0
1
8
,
0
1
9
,
0
2
0
,
0
Nombres de notes
Rapport relatif aux prestations des candidats
Lecture et interprétation du sujet proposé
Le jury constate une forte hétérogénéité des candidats (cf. distribution des notes). Les
exposés étaient parfois fondés sur une approche purement descriptive du sujet et sur l’énoncé
générique de ressources sollicitées par l’activité physique sportive et artistique. Dans ces cas,
les candidats se sont livrés à une analyse didactique abstraite de l’activité physique sportive et
artistique, sans en tirer les conséquences en termes de problèmes rencontrés par les élèves,
toujours représentés en action dans les sujets.
Les bons candidats ont rapidement contextualisé leur présentation dans le cadre
d’hypothèses en termes de niveaux probables d’actions motrices des élèves à partir de la
lecture de l’image proposée. Cette interprétation du sujet a souvent débouché sur des
propositions concrètes, précisant les objectifs de transformation visés.
Le jury rappelle que la description du sujet et l’évocation de données générales (et
souvent préconçues) relatives à l’éducation physique et sportive, aux activités physiques,
sportives et artistiques ou aux ressources des élèves ne peut constituer l’essentiel de la
prestation du candidat.
Propositions des candidats et entretien
La plupart des sujets demandait aux candidats de faire des propositions personnelles
(souvent prolonger, complexifier ou simplifier la situation illustrée) à propos d’un dispositif
d’apprentissage.
Le temps de l’épreuve (20 minutes au total, dont 12 consacrées à l’entretien) a permis
de juger les propositions des candidats à partir de cinq critères essentiels.
1) L’ancrage des propositions dans le temps et l’espace de la classe
Malgré un niveau d’exigence prenant en compte le manque d’expérience des candidats
en formation, dans un entretien sur cinq environ les propositions ont été allusives quant à
l’organisation de la classe (conception d’ateliers de travail, agencement des tâches, précisions
concernant les rotations des élèves, les durées de pratique etc.). Les bons candidats, un sur
trois au moins, ont réussi à situer leurs propositions dans le temps d’une leçon, voire d’un
cycle, en précisant à la fois les conditions matérielles de la pratique des élèves et le temps
d’engagement nécessaire aux acquisitions visées. Le jury à apprécié la proposition de croquis
illustrant l’organisation du travail dans la classe.
Exemples de questions posées :
Comment organisez-vous les groupements d’élèves pour mettre en place cette
situation ?
Comment modifiez-vous l’organisation de votre classe pour obtenir une pratique plus
importante ?
Combien de fois vos élèves répètent l’exercice que vous proposez ?
Comment organiseriez-vous les ateliers pour une classe de 24 élèves ?
2) L’ancrage des propositions au regard de la connaissance de l’APSA support
Face à un usage trop souvent formel des connaissances didactiques de l’APSA, le jury
a valorisé l’entrée « par les compétences » des programmes et n’a pas systématiquement
renvoyé le candidat à une pratique sportive de référence. Trop fréquemment encore, le jury
constate l’énoncé de données conceptuelles en début d’exposé qui se révèlent peu exploitables
par les candidats eux-mêmes lors de l’entretien.
Exemples de questions posées :
Quels types d’actions peut-on travailler avec les élèves dans cette activité ?
Quelles actions remarquables vous semblent importantes à aborder avec vos élèves ?
Quels critères retenez-vous pour juger les acquisitions attendues en rapport avec la
compétence visée ?
Quelles règles vous paraissent incontournables pour ces élèves dans cette APSA ?
3) La finalisation des propositions au regard d’objectifs et compétences valides
Le jury a constaté que les candidats parviennent assez fréquemment à identifier les
compétences des programmes concernées par le sujet. Plus rarement, il réussissent à
concevoir des objectifs de transformation en rapport avec ces compétences. Les bons
candidats ont su contextualiser leurs propositions dans un cycle d’enseignement ou un niveau
de classe en argumentant leur choix.
Les meilleurs candidats ont aussi su préciser les transformations visées et les actions
nouvelles attendues chez leurs élèves en rapport avec des niveaux moteurs.
Exemples de questions posées :
Quel intérêt y a-t-il à proposer cette situation à ces élèves ?
Pouvez vous justifier votre proposition au regard des textes de la discipline à l’école
primaire ?
Qu’apprennent vos élèves au cours de la situation proposée ?
Quelles compétences disciplinaires et/ou transversales cette situation permet-elle de
développer ?
4) L’adaptation des situations proposées aux différences entre les élèves
Le jury regrette un trop grand nombre de prestations proposant encore des dispositifs
préconçus peu évolutifs voire « plaqués ». Il a été difficile pour les candidats de rendre
évolutives leurs propositions dès lors que le jury les incitait à envisager des réussites ou des
difficultés probables d’élèves.
Exemples de questions posées :
Comment vous organisez-vous pour répondre aux différences identifiées ?
Sur quels paramètres pourriez-vous agir pour adapter la situation aux élèves en
difficulté ?
Précisez les consignes que vous donneriez à vos élèves pour les aider à réussir.
Que faites-vous pour aider un élève en échec à réussir dans la situation proposée ?
4) Le rôle et la place de l’enseignant dans la classe
La position et le rôle de l’enseignant dans la classe ont été rarement précisés. Comme
lors de la session 2003, les élèves ont été placés en situation de recherche de solutions « par
eux-mêmes » sans que leur activité soit réellement guidée et qu’ils aient les moyens de
construire du savoir. Presque toujours l’enseignant « encourage » et « fait verbaliser » les
élèves, sans plus de précisions. Rares ont été les candidats qui ont précisé les indices relatifs à
l’action des élèves qui auraient permis à l’enseignant de guider l’activité d’apprentissage et
aux élèves de verbaliser à propos de leurs apprentissages. Les très bons candidats ont su
proposer des indices concrets aux élèves leur permettant d’évaluer leur action motrice ou de
co-évaluer celle d’un camarade. Le jury se félicite de la prise en compte par la majorité des
candidats des conditions de sécurité de la pratique, bien que des consignes précises n’aient été
envisagées que par les bons candidats.
Exemples de questions posées :
Quels risques de blessure peut-on identifier dans ce dispositif ? Quelles précautions
prenez-vous dans l’aménagement du matériel de sécurité ?
Quels indices donnez-vous à vos élèves pour qu’ils puissent évaluer leur prestation ou
celle d’un camarade ?
Le maître est absent sur le croquis. Que fait-il ?
Comment les élèves savent-ils qu’ils réussissent ?
A propos de quoi faites-vous verbaliser vos élèves ?
Le jury incite les candidats à approfondir leurs stratégies de préparation notamment
dans la proposition de situations pédagogiques moins figées et en rapport avec des hypothèses
de difficultés et de types d’actions d’élèves.