//img.uscri.be/pth/4687ad1dce41b9ce868238bb9578612457a85daa
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Français 2010 Concours externe interne 3ème voie Adjoint administratif territorial de 1ère classe

De
3 pages
Concours de la Fonction Publique Adjoint administratif territorial de 1ère classe. Sujet de Français 2010. Retrouvez le corrigé Français 2010 sur Bankexam.fr.
Voir plus Voir moins
Centres de Gestion Des Côtes d’Armor et d’Ille et Vilaine Centre Organisateur : CDG 22 ère CONCOURS D’ADJOINT ADMINISTRATIF TERRITORIAL 1CLASSE Session 2010 eme Interne, Externe et 3Concours Le Mercredi 17 mars 2010 EPREUVE D’ADMISSIBILITÉ Epreuve de Français Durée : 1 heure 30 Coefficient : 3 Reportez sur votre copie le numéro de la question et indiquez en face votre réponse. _________________ Remarque importante: aucun signe distinctif (nom, prénom, signature, n° de convocation …) ne doit apparaître sur les copies sous peine d’annulation de votre participation à ce concours. Toute note inférieure à 5 sur 20 à l’une des épreuves d’admissibilité entraîne l’élimination du candidat. Tout candidat qui ne participe pas à l’une des épreuves obligatoires de ce concours est éliminé. Il sera tenu compte de la qualité de l’expression, de la présentation, de l’écriture, de l’orthographe et de la grammaire :2 points
Energie  Ilfaut développer de toute urgence toutes les formes d'énergie renouvelables,  pourleur permettre de rencontrer les échéances de la fin du siècle.  Enparallèle, diminuer considérablement notre consommation d'énergie en mettant  enplace le ferroutage et les transports qui consomment moins d'énergie et provoquent 5 moinsd'accidents. Mais aussi parce que plus d'un tiers de la production de gaz  carboniqueresponsable du réchauffement de la planète sont produits par les voitures et  lescamions.  Ilfaut cesser de déboiser inconsidérément, replanter des arbres pour arrêter la  progression des déserts et des zones stériles. Et recréer des zones humides pour 10 absorberla pluie et lutter contre les inondations.  Aprèsl'émergence d'un droit d'ingérence internationale à titre humanitaire dans la  dernière décennie, il faudrait instaurer, comme le suggère JeanMarie Pelt, un droit  d'ingérenceécologique en cas de catastrophe majeure.  Pourlutter contre la faim l'agriculture doit être profondément transformée. Il faut 15 obtenirune sécurité alimentaire pour les milliards d'affamés de la Terre. Développer avec  primesà l'appui l'agriculture biologique qui se passe des produits issus de la chimie.  Mettreun terme aux monocultures. Favoriser le retour aux cultures intégrées à chaque  région. Retrouver les modes ancestraux d'utilisation des sols et des nappes d'eau.  Acheter«bio» et encourager le commerce équitable : chaque achat est un vote pour ou 20 contrela mainmise des multinationales sur le commerce mondial.  Maisil est bien clair que toutes les mesures préconisées pour enrayer la  détériorationde la planète seront sans effet sans une éradication de la misère et de la  famine.Plutôt que de préparer la trop fameuse et extraordinairement coûteuse «guerre  desétoiles», il faudrait organiser une véritable croisade contre la pauvreté, prenant la 25 formed'aides internationales réelles et accrues, manifestant un véritable souci pour tous  lesêtres humains. Qu'estce que chacun de nous peut faire ?  Àl'échelle individuelle, chacun de nous peut agir par quantité d'actions concrètes.  Nousavons la responsabilité de notre proche environnement, une réalité qu'il importe 30 d'enseignerà nos enfants.  Àl'échelle sociale, on peut s'associer aux mouvements de protection de la nature;  parexemple, la grande fédération France Nature Environnement, à laquelle notre Ligue  pourla préservation de la faune sauvage est affiliée, ou aux fondations telles que celle  deNicolas Hulot, et donner ainsi à ces associations les moyens de leurs actions. 35 Enpeu de mots, il est de toute urgence de développer une «mondialisation de  l'écologie»capable de s'opposer efficacement aux méfaits et aux pollutions provoqués  parla nouvelle mondialisation de l'économie.  HubertREEVES "Mal de terre"  Éditionsdu Seuil, 2003
A Questions de compréhension et de vocabulaire(9 points)1)Hubert REEVES nousdit que« chacunde nous peut agir par quantité d’actions concrètes» (ligne28). Citez 5 actions concrètes que chacun de nous peut faire pour protéger l’environnement.(2,5 points)2)Qu’estce que«l’ingérence écologique»?(ligne 13)(1 point)3)Qu’estce que, pour vous, le« commerce équitable »?(ligne 19)(2 points)4)Donnez les définitions des mots suivants :(1,5 point)¾«ferroutage»(ligne 4)¾«éradication»(ligne 22)¾«croisade»(ligne 24)5)Trouvez un synonyme pouvant remplacer dans le texte les mots suivants :(2 points)¾«détérioration»(ligne 22)¾«stériles»(ligne 9)¾«famine»(ligne 23)¾«préservation»(ligne 33)B Grammaire et orthographe(9 points)6)Procédez à l’analyse logique des propositions de la phrase : «Mais il est bien clair que toutes les mesures préconisées pour enrayer la détérioration de la planète seront sans effet sans une éradication de la misère et de la famine. » (lignes 21 à 23)(2,5 points) 7)Transformez le complément de but« pour arrêter la progression »(lignes 8,9)par un groupe nominal.(1 point)8)Procédez à l’analyse grammaticale (nature et fonction) des trois mots suivants : (3 points) ¾«trop»(ligne 23)¾«voitures»(ligne 6)¾«étoiles»(ligne 24)9)Réécrivez la phrase suivante en mettant les verbes au conditionnel présent : « Al’échelle individuelle, chacun de nous peut agir par quantité d’actions concrètes. Nous avons la responsabilité de notre proche environnement, une réalité qu’il importe d’enseigner à nos enfants. »(lignes 28 à 30)(1,5 point)10)Ecrivez les deux phrases suivantes à la forme interronégative : « Al’échelle individuelle, chacun de nous peut agir par quantité d’actions concrètes. Nous avons la responsabilité de notre proche environnement, une réalité qu’il importe d’enseigner à nos enfants. »(lignes 28 à 30)(1 point)_____________________