Mathématiques 2004 TELECOM Management

Mathématiques 2004 TELECOM Management

Documents
6 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Examen du Supérieur TELECOM Management. Sujet de Mathématiques 2004. Retrouvez le corrigé Mathématiques 2004 sur Bankexam.fr.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 08 mars 2007
Nombre de lectures 95
Langue Français
Signaler un abus
INT-MANAGEMENT 2004
L’ÉnoncÉ comporte deux problÈmes indÉpendants. Ils doivent tre rÉdigÉs sur des copies sÉparÉes.
ProblÈme.
PremiÈre partie.
ite relldfinie par : 1) Onconsidre la sueu=(un)nN nZn X 1dx nN, un=√ −. p1x p=1 a) Ètudierle sens de variation de la suiteu. b) Montrerque la suiteuest convergente vers un relLque l’on ne cherchera pas À calculer. n X 1 c) Endduire un quivalent delorsquentend vers plus l’infini. p p=1 2) Soitla suitev=(vn) dfiniepar : nN i h π v00,nN, vn+1=sinvn. 2 a) Ètudierle sens de variation de la suitev. b) Montrerque la suitevest convergente vers un rel que l’on prcisera. α α c) Dterminerun relαtel que la suite de terme gnralvvconverge vers un n+1n rel non nul. d) Onadmettra le thorme de Csaro, À savoir :  ! n X 1 Pour toute suite rellewconvergente vers un relllimon awk=l. n+n k=1 A l’aide du thorme de Csaro, montrer que : r 3 vn. n+n 3) Ondfinit la suitespar : n X nN, sn=vp. p=1 a) Dterminerla limite desnlorsquentend vers plus l’infini.
- page 1
r 3 b)αremarquant que) Envnquivaut Àquandntend vers plus l’infini, montrer n que, pour tout relεstrictement positif, il existe un entier naturelNtel que, pour tout entier naturelnstrictement suprieur ÀNon ait : s ! n X 3 vp p p=N+1 < ε. sn   s n X 3 βdduire que) Ensnquandquivaut Àntend vers plus l’infini. p p=1 γ) Dterminerun quivalent simple desnlorsquentend vers plus l’infini.
DeuxiÈme partie. P P n n On considre deux sries entires rellesanxetbnxde mme rayon de conver-gence gal À 1 et vrifiant les proprits suivantes : nN,an>0 etbn>0. anbn. n+ P la srieandiverge. ++X X n n On note :x]1,1[,f(x)=anxetg(x)=bnx . n=0n=0 1) a)Montrer quefest croissante sur ]0,1[. b) Montrerque limf(x)=+. x1 x<1 2) a)En remarquant queanquivaut Àbnlorsque l’entier naturelntend vers plus l’infini, montrer que, pour tout relεstrictement positif, il existe un entier naturel Ntel que, pour tout relxappartenant À l’intervalle ]0,1[ on ait : +X n (bnan)x6εf(x) n=N+1 N X n (bnan)x n=1 b) Enutilisant la question II) 1) b), dterminer la limite dequandx f(x) tend vers 1 par valeurs infrieures. c) Endduire quef(x) est quivalent Àg(x) lorsquextend vers 1 par valeurs inf-rieures.
- page 2
TroisiÈme partie.
P n On considre la srie entire rellevnxvest la suite dfinie dans la partie I ) question 2), on noteraVl’application dfinie sur ]1,1[ par :
+X n x]1,1[, V(x)=vnx . n=0 1) a)Montrer queVest bien dfinie. b) OnnoteWl’application dfinie sur ]1,1[ par : +X n x x]1,1[, W(x)=. n n=1 Montrer queWest bien dfinie et que : V(x)W(x) 3. x1 1 2) Onpose pour toutxde ]0,1[,h(x)=p. x(1x)   1 1 a) Montrerque l ’applicationx7→pest intgrable sur l’intervalle0, , 2 x(1x) Z 1 2 dx calculer l’intgralep. 0x(1x) b) Montrerque : " #   +n1 X X k 21n x]1,1[,[W(x)]=h x. n n n=2k=1 c) Onnotera : n1  X 1k n>2, Hn=h . n n k=1 α) Montrerque : " # m1   X 1k1 m>1, H2m=2h+h . 2m2m2 k=1 βque :) Montrer " # m  X 2k m>1, H2m+1=h . 2m+ 12m+ 1 k=1
- page 3
γ) En encadrant avec soinH2metH2m+1, dterminer les limites deH2met H2m+1lorsquemtend vers plus l’infini. 3) Dduiredes questions prcdentes un quivalent simple deW(x) puis deV(x) lorsque xtend vers 1.
QuatriÈme partie.
Soitkl’application dfinie sur [0,1] par :   1 t0, ,k(t)=0. e   1 1 t,1, k(t)=. e t On admettra la proprit (K) : 2 ε >0, il existe un couple (P, Q)(R[X]) telque : Z Z 1 1 x[0,1], P(x)6k(x)6Q(x),(k(x)P(x))dx6ε ,(Q(x)k(x))dx6ε. 0 0 X n On considre une srie entire rellecnxde rayon de convergence gal À 1 telle que : +X 1 n n>0, cn>0 etcnx. 1x x1 n=0 +X n On noteraF(x)=cnxpourx]0,1[. n=0 1) a)Montrer que : +X 1 n+np pN,lim (1x)cnx=. p+ 1 x1 n=0 b) Endduire que : +Z X 1 n n RR[X],lim (1x)cnx R(x)=R(t)dt. x1 0 n=0 2) Enutilisant la proprit (K), montrer que : +Z 1 X n n lim (1x)cnx k(x)=k(t)dt. x1 0 n=0 1 − ∗ 3) Enposantx=eavecNN, montrer que : N N X cnN. N+n=0
- page 4
X n 4) Soitune srie entire rellednxde rayon de convergence gal À 1 telle que : +X 1 n n>0, dn>0et dnx∼ √. x1 1x n=0 a) Donnerun exemple de srie de terme gnraldnremplissant les conditions pr-cdentes . n n X X b) Onnote ,nN, Tn=dpeten=dkdnk. p=0k=0 αutilisant les questions prcdentes, montrer que :) En N X enN. N+n=0 β) Montrerque pour tout entier naturelN: N2N X X 2 en6T6en. N n=0n=0 γdduire que) EnTn=O(n) quandntend vers plus l’infini. h i Tn δ) Montrerque s’il existeλRtel quelim=λalorsλ1,2 . n+n
- page 5
Exercice.
SoitEunCespace vectoriel de dimension finien >0 etuune application linaire de L(E). 2 1) Onsuppose queuest un automorphisme deEtel queusoit diagonalisable. a) Rappeler une condition ncessaire et susante concernant les proprits d’un 2 polynÔme annulateur deu. b) Montrerqueuest diagonalisable. 2) Soitvun automorphisme deEdiagonalisable À valeurs propres strictement positives. a) Onsuppose qu’il existe un automorphismeudeE, À valeurs propres strictement 2 positives tel queu=v. α) Montrerque les sous-espaces propres devsont stables paru. β) Montrerque la restriction de l’automorphismeuÀ tout sous-espace propre de vest diagonalisable. γ) Soitλune valeur propre strictement positive dev, montrer que le sous-espace propre devassoci À la valeur propreλ,est gal au sous-espace propre deu associ À la valeur propreλ. δdduire que) Enuest unique . b) Montrerl’existence d’un automorphismeudeE, À valeurs propres strictement 2 positives, telqueu=v. c) Soitul’unique automorphisme À valeurs propres strictement positives vrifiant 2 u=v,montrer qu’il existe un polynÔmePÀ coecients complexes tel que l’on ait :u=P(v). 2 3) Onsupposeudiagonalisable, dterminer une condition ncessaire et susante pour queusoit diagonalisable. 4) Plusgnralement, soitPun polynÔme À coecients complexes tel queP(u) soit dia-0 gonalisable, on suppose que toute racine complexe du polynÔme drivPn’est pas valeur propre de l’endomorphismeP(u).Montrer queuest diagonalisable.
- page 6