R A P P O R T D  A C T I V I T
5 pages
Français

R A P P O R T D 'A C T I V I T

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
5 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Troisième

  • cours - matière potentielle : recette

  • cours - matière potentielle : eau

  • cours - matière potentielle : afin


R A P P O R T D 'A C T I V I T É 2 0 0 4 102 VALORISATION ÉCONOMIQUE A/ Brevets, matériels, logiciels 1 - BREVETS Le parc des brevets Le LCPC est un organisme de recherche appliquée. À ce titre, ses chercheurs ont pour mission d'inventer de nouveaux procédés et de nouveaux matériels. Grâce à ce travail, le LCPC est aujourd'hui propriétaire de 31 inventions (dont 7 en copropriété) qui ont donné lieu à 123 extensions à l'étranger essentiellement dans les pays de l'Union européenne, aux Etats-Unis et au Canada. Le parc de brevets du LCPC est en renouvellement permanent. Les inventions les plus anciennes qui ont été rattrapées par l'état de la technique sont abandonnées au profit de nouveautés qui répondent aux nouveaux besoins de la société tout en tirant le meilleur parti des dernières technologies. Grâce à ce renouvellement permanent, qui montre la créativité des chercheurs du LCPC, 81 % des inventions du LCPC ont moins de 7 ans. Après avoir été protégées par un brevet, ces inventions sont associées à une opération de développement pour donner éventuellement naissance à un nouveau produit. C'est ainsi que 58 % des inventions protégées par un brevet sont associées à un produit. Dans d'autres cas, le LCPC décide de ne pas développer lui-même de produit et opte pour la vente du brevet à un industriel.

  • cesar-lcpc

  • développement

  • tus2 pour le relevé des déformations transversales des surfaces de chaussées

  • analyse d'images vidéo

  • valise clinovat

  • banque de données routières

  • lcpc

  • déformation


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 45
Langue Français

Exrait

RAPPORT D’ACTIVITÉ 2004
VALORISATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE
VALORISATION
ÉCONOMIQUE
A/ Brevets, matériels, logiciels
1 - BREVETS
Le parc des brevets
Le LCPC est un organisme de recherche appliquée. À ce titre, ses chercheurs
ont pour mission d’inventer de nouveaux procédés et de nouveaux matériels.
Grâce à ce travail, le LCPC est aujourd’hui propriétaire de 31 inventions
(dont 7 en copropriété) qui ont donné lieu à 123 extensions à l’étranger
essentiellement dans les pays de l’Union européenne, aux Etats-Unis
et au Canada.
Le parc de brevets du LCPC est en renouvellement permanent.
Les inventions les plus anciennes qui ont été rattrapées par l’état
de la technique sont abandonnées au profit de nouveautés qui répondent
aux nouveaux besoins de la société tout en tirant le meilleur parti
des dernières technologies. Grâce à ce renouvellement permanent,
qui montre la créativité des chercheurs du LCPC, 81 % des inventions
du LCPC ont moins de 7 ans.
Après avoir été protégées par un brevet, ces inventions sont associées
à une opération de développement pour donner éventuellement naissance
à un nouveau produit. C’est ainsi que 58 % des inventions protégées
par un brevet sont associées à un produit. Dans d’autres cas, le LCPC décide
de ne pas développer lui-même de produit et opte pour la vente du brevet
à un industriel. Ainsi le LCPC a vendu aux sociétés GTM- construction
et Holcim un brevet protégeant un nouveau coulis de protection des câbles
de précontrainte.
Les contrats de licence
Trois nouveaux contrats de licence ont été signés en 2004 par le LCPC.
Ils concrétisent une valorisation industrielle des résultats de la recherche
du LCPC. Le premier contrat est une licence de savoir-faire qui porte
sur la fabrication et l’utilisation de matériel d’essai de centrifugeuses
géotechniques à la société Actydin. Le deuxième contrat, signé avec la société
Dynaopt, est une licence d’exploitation d’un brevet couplé à un transfert
de savoir-faire portant sur un nouveau système de mesure de déplacement
par fil vibrant. Le dernier contrat est une cession de droits d’usage à EDF
de plan pour la fabrication d’un bâti de retrait pour éprouvette de béton.
102RAPPORT D’ACTIVITÉ 2004
Les dépôts de brevets b) Dispositif de mesure
En 2004, le LCPC a déposé deux nouveaux brevets : de distance de visibilité
Les travaux menés au sein du Laboratoire sur les
Interactions Véhicule-Infrasctructure-Conducteur
a) Dispositif d’annonce de crue (LIVIC – unité mixte INRETS-LCPC) ont débouché
par analyse d’images vidéo sur un procédé original pour estimer la distance
Les services d’annonce des crues ont pour de visibilité de jour comme de nuit.
mission de surveiller la situation hydrologique
des bassins versants alimentant leurs zones Le calcul de la distance de visibilité est très
de compétence à partir d’informations utile à plusieurs titres. Tout d’abord, la mesure
hydrométéorologiques collectées par différents de la distance de visibilité elle-même permet
moyens. Ces services utilisent des technologies de fournir par exemple au conducteur d’un
et des moyens de communication qui permettent véhicule une information qui lui permettra
des connexions rapides avec des échanges d’adapter sa conduite aux conditions
de données importantes. Si la quantité de visibilité. D’autre part, la connaissance
d’informations (hauteur d’eau, débit) a augmenté de la distance de visibilité permet d’estimer
ces dernières années, sa qualité et sa fiabilité le domaine de fonctionnement des capteurs
restent toujours fortement liées à l’environnement de mesure de la distance d’un obstacle par
et au type de cours d’eau (dimension du lit, rapport à un véhicule. Ces derniers dispositifs
pente et fond variable). Dans le cas des crues sont en effet souvent basés sur des techniques
ou en période de veille, les opérateurs analysent d’analyse d’image.
l’information fournie par les capteurs
conventionnels (capteurs à bulles, capteurs radars Le LIVIC a déjà développé un procédé de
à ultrasons, flotteurs, etc.). Si des incertitudes détermination de la distance de visibilité basé
subsistent à partir de ces données, l’opérateur sur l’analyse d’images vidéo prises à partir
doit envoyer sur le terrain un observateur pour du véhicule. Ce système a fait l’objet d’un
contrôler et valider visuellement les informations brevet déposé en 2002, toutefois, ce premier
reçues depuis la station de mesure. dispositif fonctionne exclusivement de jour.
A la suite de ce développement le LIVIC
Il existe donc dans ce domaine un besoin réel a continué ses recherches jusqu’à découvrir
de disposer de capteurs de niveau permettant un nouveau procédé capable de déterminer
de s’affranchir des perturbations habituellement la distance de visibilité de jour comme de nuit.
rencontrées. Afin de satisfaire ce besoin, le LCPC
a déposé une demande de brevet pour un nouveau Ce nouveau procédé n’utilise plus un seul
dispositif de mesure du niveau d’eau. L’invention capteur vidéo mais deux capteurs qui peuvent
utilise une caméra couplée à un logiciel d’analyse être soit deux capteurs vidéo soit un capteur
d’image spécialement développé à cet effet. vidéo couplé à un capteur de mesure
Afin de s’affranchir des parasites habituellement de distance. Des traitements de données
rencontrés, la caméra pointe vers une échelle ont été spécifiquement développés afin
limnimétrique particulière qui utilise de fusionner les informations recueillies
des longueurs d’onde différentes par rapport de ces deux capteurs et de déterminer ainsi
à la lumière environnante. la distance de visibilité.
103RAPPORT D’ACTIVITÉ 2004
2 - MATÉRIELS approuvé le 22 février 1971 par la circulaire 71.19
Des matériels innovants développés par du ministre de l’équipement et du logement.
les Centres d’études et de construction L’emploi de cet appareil s’avérait parfois délicat
de prototypes ont été présentés pour la première et pouvait nécessiter des purges totales
fois en 2004, de même que certains matériels du système suivi d’un recalage sur les valeurs
ayant évolué sur le plan de leurs performances. de tassements cumulés mesurées antérieurement.
Ils sont décrits ci-après. Afin de faciliter la réalisation de ces mesures,
un nouvel appareil a été développé par le CECP
d’Angers sous la responsabilité du LRPC
a) Tassomètre à trois tubulures de Toulouse. Il se caractérise par l’ajout d’une
LECASOL P troisième tubulure qui permet la sortie du trop
Le but de la mesure tassométrique est de plein de liquide. Il est ainsi possible, d’une part,
quantifier le déplacement vertical d’un ouvrage de faire circuler le liquide et ainsi de faire sortir
construit sur un sol de fondation compressible les bulles d’air potentiellement contenues dans
(typiquement un remblai construit sur un sol le liquide et, d’autre part, de maintenir le liquide
argileux). La cellule de mesure est placée dans la cellule de mesure à un niveau constant,
sous l’ouvrage, préalablement à sa construction ; ce niveau peut être contrôlé et corrigé
elle doit donc être légère, peu encombrante simplement avant la mesure, sans purge totale
et d’un maniement facile. De plus, les mesures et nouveau remplissage.
de tassement peuvent se poursuivre sur Parallèlement à cette évolution du capteur,
plusieurs années. un nouveau module de mesure LECASOL P
a été développé. Ce module de mesure tient
Jusqu’à présent les mesures tassométriques dans une valise de dimension et de poids réduits
étaient réalisées à l’aide du tassomètre (32cm*75cm), il permet de mesurer les
à deux tubulures dont le principe général tassements quelle que soit la position relative
de fonctionnement est rappelé dans le mode des cellules par rapport au niveau de mesure.
opératoire du Laboratoire des Ponts et Chaussées
b) Remise à niveau du matériel
inclinométrique des LPC sonde RC3
et valise clinovat
Le matériel inclinométrique des LPC est destiné
à mesurer la déformation d’ouvrages
géotechniques souterrains. Les applications
de la mesure inclinométrique sont nombreuses :
détection de surfaces de rupture dans
un glissement de terrain, suivi de remblais,
surveillance de murs de soutènement,…
Les mesures inclinométriques verticales, avec
la nouvelle version du matériel développée au
CECP d’Angers, se font à l’aide d’un tube inséré
dans l’ouvrage à surveiller. Ce tube est fixé dans
le sol par le moyen d’un coulis de scellement.
De fait, le tube suit les déformations du terrain.
Périodiquement, une sonde de mesure
comprenant plusieurs accéléromètres est
Tassomètre à trois tubulures LECASOL P.
glissée dans le tube. Pour réaliser cette
104RAPPORT D’ACTIVITÉ 2004
opération, la sonde est raccordée à la valise inventaire du patrimoine routier (chaussées,
d’acquisition CLINOVAT par l’intermédiaire dépendances, environnement) ;
d’un câble de 30 m monté sur un enrouleur. évaluation ou surveillance périodique de l’état
La sonde inclinométrique parcourt alors le tube des chaussées des réseaux routiers et de leurs
et le CLINOVAT effectue l’acquisition de l’inclinaison environnements ;
de la sonde par rapport à la verticale et suivant expertises de sections particulières dans
2 axes orthogonaux. Cette acquisition le cadre d’études portant sur la sécurité
est effectuée par pas de 50 cm de la sonde routière.
et en 2 passages successifs. Le véhicule est conçu comme une plate-forme
L’analyse des mesures d’inclinaison effectuées configurable capable d’accueillir un ou plusieurs
par le CLINOVAT permet de reconstituer appareils de mesure qui peuvent être gérés
les déformations subies par les tubes insérés par un seul opérateur à partir d’un poste
dans l’ouvrage géotechnique souterrain de supervision unique. Une équipe de deux
à étudier. Cette analyse s’effectue à l’aide agents suffit donc à recueillir, lors d’une même
d’un logiciel spécifiquement développé à cet effet : mission, un ensemble de données caractérisant
CAPITOUL 2000. la chaussée et son environnement. Les données
sont contrôlées, repérées et formatées pour
préparer leur transfert vers des banques
c) POMMAR 3 de données routières ou des systèmes
Le LCPC a développé un appareil Porte-Outil d’information géographiques.
Multi-Mesures d’Auscultation Routière
(POMMAR). Cet appareil est un véhicule porte
outil qui permet dès aujourd’hui de mettre en
®œuvre simultanément plusieurs appareils mlpc
d’auscultation routière :
TUS2 pour le relevé des déformations
transversales des surfaces de chaussées,
IRCAN2 pour le relevé vidéo de la route
et de son environnement,
APL2 pour la mesure de l’uni longitudinal
des surfaces de chaussées
D’autres développements sont en cours
afin de pouvoir connecter d’autres appareils
à ce porte outil : un système de saisie visuelle
d’information routière (SSV), une mesure de la
macrotexture des surfaces de chaussées (RUGO),
un module de relevé des caractéristiques
des tracés routiers (MOGEO).
POMMAR est un appareil à grand rendement
capable de satisfaire toutes les applications
usuelles des fonctions de mesure qu’il peut
embarquer :
aide à l’exécution des travaux de construction
des chaussées neuves ;
réception des travaux : vérification
des spécifications définies dans le marché ;
105RAPPORT D’ACTIVITÉ 2004
3 - LOGICIELS de la version 4.0 du solveur CESAR qui effectue
la résolution du problème retenu par la méthode
CESAR-LCPC des éléments finis (la version 4.0 est limitée CPC est un progiciel de modélisation aux fonctionnalités dites “Standard” du solveur).
numérique principalement consacré aux
problèmes du génie civil et de l’environnement. Un outil de recherche et de développement,
Son caractère pluridisciplinaire lui permet d’être un vecteur de valorisation
présent dans les quatre secteurs d’activité du LCPC CESAR-LCPC est tout d’abord un outil de recherche
(Routes, Ouvrages d’art, Géotechnique et risques et de développement pour le LCPC et ses partenaires
naturels, Urbain). Son architecture modulaire (dont les ERA au sein des CETE), comme l’illustrent
lui permet d’offrir un ensemble de modules les diverses citations dans ce rapport d’activité.
de calcul fondés majoritairement sur la méthode CESAR-LCPC est aussi un moyen pour capitaliser
des éléments finis, et pour quelques-uns d’entre ces efforts de recherche lorsqu’ils donnent lieu
eux, sur la méthode des éléments de frontière. à des développements logiciels : il est attribué
Les importants travaux de développement à ces derniers le statut “Recherche” (synonyme
conduits en partenariat avec la société Itech de prototype utilisable uniquement par son auteur)
ont abouti à la mise en service début 2003 ou “Expert” (fonctionnalité suffisamment fiable
de la version 4.0 de CESAR-LCPC. À l’issue et documentée pour pouvoir être utilisée par d’autres
de cette évolution majeure, le progiciel est depuis à des fins de recherche), selon des modalités prévues
cette date constitué : dans le Plan d’assurance qualité de la maintenance
de la version 1.0 des nouveaux logiciels de du solveur CESAR. CESAR-LCPC est enfin un vecteur
pré- et de post-traitement CLEO2D et CLEO3D de valorisation lorsque ces développements accèdent
qui permettent la mise en données de la au statut “Standard” qui les rend distribuables sans
modélisation envisagée, puis l’interprétation restriction à l’extérieur du LCPC. À ce titre, la société
des résultats du calcul (en 2004, la version pour Itech poursuit la distribution de la version 4.0 dans
Windows de ces logiciels a été qualifiée suivant le monde industriel (entreprises, bureaux d’études,
les procédures Qualité du LCPC, et la version etc.) et dans le monde académique (organismes
pour Sun/Solaris est en cours de recette) ; de recherche ou d’enseignement).
Cycle de développement d’une fonctionnalité. Les éventuels points d’arrêt sont en vert ; retour possible aux étapes N-1.
106

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents