Baccalauréat C juin 1982 Poitiers
3 pages
Français

Baccalauréat C juin 1982 Poitiers

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
3 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
Durée : 4 heures [ Baccalauréat C juin 1982 Poitiers \ EXERCICE 1 4 points 1. a. En supposant que a = 9p+4q et b = 2p+q , démontrer que les entiers a et b d'une part ; p et q d'autre part ont le même PGCD. b. Démontrer que les entiers 9p+4 et 2p+1 sont premiers entre eux. Quel est leur PPCM? 2. Déterminer le PGCDdes entiers relatifs 9p+4 et 2p?1 en fonction des valeurs de p. EXERCICE 2 4 points Unplan affine euclidienorienté est rapporté à un repère orthonormédirect ( O, ??u , ??v ) . On se propose de déterminer l'ensemble E des points M de ce plan dont les affixes z = x+ iy (x et y réels) vérifient (1+ i)z?2i]= 2. Les deux questions proposent chacune une méthode et peuvent être résolues de façon indépendante l'une de l'autre. 1. Calculer le carré dumodule du complexe (1+i)z?2i en fonction des coordon- nées (x ; y) de M . Déterminer E par une équation cartésienne. Reconnaître E puis le dessiner. 2. On note s la similitude directe de centre O, de rapport p2, d'angle de mesure pi 4 et t la translation de vecteur ?2 ?? v .

  • matrice de l'endomorphisme ?

  • origine du repère

  • droite ∆

  • entier

  • translation de vecteur ?2

  • coordonnées

  • carré dumodule du complexe

  • pgcddes entiers relatifs


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 1982
Nombre de lectures 89
Langue Français

Exrait

Durée : 4 heures
[Baccalauréat C juin 1982 Poitiers\
EX E R C IC Epoints1 4 1. a.En supposant quea=9p+4qetb=2p+q, démontrer que les entiersa etbd’une part ;petqd’autre part ont le même PGCD. b.Démontrer que les entiers 9p+4 et 2p+1 sont premiers entre eux. Quel est leur PPCM ? 2.Déterminer le PGCD des entiers relatifs 9p+4 et 2p1 en fonction des valeurs dep.
EX E R C IC Epoints2 4 ³ ´ Un plan affine euclidien orienté est rapporté à un repère orthonormé directO,u,v. On se propose de déterminer l’ensemble E des pointsMde ce plan dont les affixes z=x+iy(xetyréels) vérifient
(1+i)z2i]=2. Les deux questions proposent chacune une méthode et peuvent être résolues de façon indépendante l’une de l’autre.
1.Calculer le carré du module du complexe (1+i)z2i en fonction des coordon nées (x;y) deM. Déterminer E par une équation cartésienne. Reconnaître E puis le dessiner. p 2.On notesla similitude directe de centre O, de rapport2, d’angle de mesure π−→ ettla translation de vecteur2v. 4 a.Un pointMayant pour affixez, calculer l’affixe du points(M) puis l’af fixe du pointts(M). ¯ ¯ ′ ′b.SoitCl’ensemble des pointsMd’affixeztels quez=2. Reconnaître Cet le dessiner. Déterminer l’ensemblets(E) ; en déduire l’ensemble E.
PR O B L È M E12 points ³ ´ Un plan affine est rapporté à un repèreO,ı,orthonormé ;pour exécuter les figures on prendra pour unité de longueur 2 cm. On donne le point A de coordonnées (1 ; 1). Partie A 1.αétant un réel donné non nul, soit D la droite d’équationx=α. Montrer qu’il existe une application affinefα, et une seule, que l’on détermi nera, qui satisfait aux deux conditions fα(0)=A etMDM fα(M)=ı. 2.On considère l’applicationfqui, au pointMde coordonnées (x;y) fait cor ¡ ¢ ′ ′respondreM=f(M) de coordonnéesx;ytelles que
′ ′ x=x+1 ety=x+y+1.
Terminale C
A. P. M. E. P.
Vérifier quef=fαdans le casα= −1. Montrer quefest une bijection du plan affine. Y a+il des points invariants parf? Quelle est la matrice de l’endomorphisme ϕassocié àf? ³ ´³ ´ 3. a.Vérifier que, quel que soit le réelλ, les vecteursı+λ etϕı+λ  forment une famille libre. b.SoitΔune droite affine du plan : donner une condition nécessaire et suf fisante pour qu’elle soit parallèle à son imagef(Δ) ? 4.Chercher l’imagef(Δ) de la droiteΔdans chacun des cas suivants : −−→ a.Δa pour équationx=k. Montrer que, siMappartientΔ, le vecteurM M −→ est égal à un vecteur constantukdont on donnera les coordonnées. b.Δa pour équationy=k. c.Δa pour équationy=t x; calculer dans ce cas les coordonnées du point P d’intersection des droitesΔetf(Δ) en fonction det. Quel est l’en sembleΠdécrit par P lorsquetdécritR? Figure: représenterΠ. Tracer les droitesΔetf(Δ) dans le cas des droites L ayant respectivement pour équationx= −1,y= −1,y= −2x. 5.Faire une nouvelle figure. On appelleM0l’origine du repère et l’on pose
M1=f(M0) etnN,Mn=f(Mn1) . ¡ ¢ Soitxn;ynles coordonnées deMn. Calculer les coordonnées deM1,M2,M3. Exprimerxnetynen fonction dexn1etyn1. En déduirexnetynen fonction den. x(x+1) Vérifier quenN,Mnappartient à la courbeCd’équationy=. Re 2 connaîtreCet la dessiner. 6. a.Soitgune application continue deRdansR. En utilisant une primitive Gdeg, établir l’égalité Z Z λ2λ2+1 g(x) dx=g(x1) dx. λ1λ1+1 λ1etλ2réels donnés. b.Si une courbeΓa pour équationy=h(x), montrer que son imagef(Γ) a pour équationy=h(x1)+x. Quelle est l’image de la courbeCdu 5. ? c.Cas particulier : soitEnla région du plan comprise entre la courbeCet le segment [Mn1Mn] ; hachurer sur la figure les régionsE1,E2,E3,E4. Déduire du a. et du b. cidessus que l’aire deEnest indépendante den. Quelle est sa valeur ? Partie B On considère l’applicationh0deRdansRdéfinie par
x h0(x)=e1; soitΓsa représentation graphique. Montrer que son imagef(Γ) est la représentation de l’applicationh1deRdansRdéfinie par
Poitiers
x h1(x)=e1+x.
2
juin 1982
Terminale C
A. P. M. E. P.
Étudier les applicationsh0eth1; représenter sur la même figureΓetf(Γ), en dessi nant soigneusement l’asymptote de chacune d’elles. λétant un réel, supérieur à 1, calculer en fonction deλl’aireA(λ) de la partie du plan dont les frontières sont les droitesx=1 etx=λ, la courbef(Γ) et son asymp tote. Montrer que, lorsqueλtend vers+∞,A(λ) a une limite à déterminer.
Poitiers
3
juin 1982
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents