Corrigé bac 2014 - Séries Techno - Français

Corrigé bac 2014 - Séries Techno - Français

-

Documents
6 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Corrigé 2014 de l'épreuve de Français pour les séries Technologiques

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 juin 2014
Nombre de visites sur la page 9 675
Langue Français
Signaler un problème
CORRECTION DU BACCALAUREAT DE FRANCAIS 2014 – SERIES TECHNONOLOGIQUES
4h, coefficient 2
QUESTIONS DE CORPUS 6 points
Méthode : 2 questions = 2 réponses distinctes chaque réponse doit êtreorganisée: introduction (présentation des textes, reformulation de la question),développement construit en paragraphesthématiques qui développent chacun un aspect de la réponse et une conclusion brève. chaque texte doit être cité au moins une fois. pas d'analyses de détails type commentaire mais une comparaison globale des textes du corpus sur un point précis faire référence aux textes par le nom de l'auteur et/ou le titre (et non pas « texte A », « texte B » que vous ne devez utiliser qu'au brouillon).
QUESTION 1 :Qu'est-ce qui permet de rapprocher ces portraits de personnages ?
Pistes de réponse :
Ces personnages se rapprochent par un point commun : leur apparencephysique hors-norme, leur laideur.
On insiste surle physique repoussant et dégradédes personnages dans les textes A, C et D. Le vocabulaire pour les décrire est péjoratif. La Grande Nanon (Texte A) est « repoussante », il s'agit d'une femme bâtie comme un homme. Mangeclous (Texte C) est malade, « maigre », « décharné », « osseux » Les personnages décrits par Adrien Fournier (Texte D) sont défigurés par la guerre et cachés au dernier étage de l'hôpital, à l'abri des regards...
Le seul physique atypique qui attire les regardsest celui de Gwynplaine. Gwynplaine (Texte B) est défiguré par des brigands mais il est monstre de foire. Il se donne enspectacle puisqu'il est « bateleur ». On relève des termes positifs dans la description (« prodigue », « bienfaits », « dons », « le rire », « chefs-d'oeuvre »).
Conclusion : la laideur fascine autant qu'elle repousse.
QUESTION 2 :Quels effets ces portraits cherchent-ils à produire selon vous sur le lecteur ?
Pistes de réponse :
Ces portraits cherchent à susciter des émotions chez le lecteur.
Les portraits des textes A, C et D inspirent de lapitiéet de lacompassionau lecteur. Texte A : la Grande Nanon est décrite comme une « pauvre fille » et une « fille rebutée », c'est-à-dire victime de rejets liés à son physique. Texte C : le lecteur a pitié de Mangeclous car il est malade. Son apparence physique est symptomatique de sa maladie, la Tubercolose : « maigre », « osseux », « toux vibrante ». L'anecdote expliquant son surnom vise également à susciter la compassion du lecteur : il s'appelle ainsi car, enfant, torturé par la faim, il a dû manger des clous. Texte D : le texte est écrit de façon à ce que le lecteur s'identifie au personnage (usage de la première personne du singulier). Le lecteur découvre en même temps que le personnage les ravages de la guerre sur le physique des soldats. Il éprouve alorsde la pitié mais aussi de la révolteface à des descriptions crues et choquantes telles que « la mâchoire a cédé » ou encore « le projectile lui a soufflé le nez ».
Le texte B et certains passages des textes A et C prêtent àrire ou à sourire. Le texte B aborde le thème de la défiguration de façon positive. Le personnage s'en sert au quotidien pour vivre puisqu'il est bateleur. La description de Gwynplaine, tout comme son métier, vise à faire rire : « une bouche s'ouvrant jusqu'aux oreilles, des oreilles se repliant jusque sur les yeux » (oxymores). Les images du texte A sont parfois comiques : « créature femelle taillée comme Hercule » soulève le paradoxe de la femme masculine. La comparaison « plantée sur ses pieds comme un chêne de soixante ans sur ses racines » produit également un effet comique et inattendu. Le ton devient de plus en plus léger et le texte s'achève sur la joie du personnage. De même, dans le texte C, certaines images prêtent à sourire. Ex : « une toux si vibrante qu'elle avait fait tomber un soir le lampadaire de la synagogue ». On relève ici un oxymore visant à engendrer une plaisanterie.
Conclusion : Les portraits de héros au physique peu commun permettent de faire ressentir des sentiments diversifiés et nuancés au lecteur.
COMMENTAIRE DU TEXTE C (Albert Cohen,Mangeclous)
Si vous avez choisi le commentaire, il faut suivre les axes suggérés par le sujet et chercher des sous-parties qui les développent. Le commentaire doit être intégralement rédigé et le plan ne doit pas être apparent. Les références au texte doivent être précises et développées. Il ne suffit pas citer un exemple, encore faut-il l'expliquer et démontrer en quoi il sert votre argumentation.
Plan possible:
I) LE PORTRAIT D'UN PERSONNAGE A LA FOIS COMIQUE ET REPOUSSANT
1) Unpersonnage comique
Le nom du personnage éponyme (titre du livre = nom du personnage) est un surnom comique. Opposition entre le mot « mange » et la description d'un personnage rachitique. Ses autres surnoms ne sont pas plus glorieux ... « Capitaine des Vents » est une périphrase désignant des problèmes intestinaux et « Parole d'Honneur » est une antiphrase puisqu'il dit cela lorsqu'il ment... Certains éléments du portrait physique sont comiques notamment la « profonde rigole » sur son crâne dans laquelle il range des objets ! La métaphore de la « selle » achève de le ridiculiser.
2) Unpersonnage repoussant
portrait physique dépréciatif : « maigre », « barbe fourchue », « visage décharné », « pieds nus, tannés, fort sales, osseux, poilus et veineux » = accumulation. Même ses vêtements sont critiqués : « redingote crasseuse ». champ lexical de la maladie : « décharné », « Tuberculeux », « toux ».
3) Unpersonnage attachant
Le personnage lui-même a de l'humour : les citations de ses propos dans le texte à la ligne 5 et 7 permettent de faire entendre sa voix dans le texte. Ligne 5 : il parle de « grande délicatesse » pour faire allusion à ses pieds décrits au début du texte comme « nus, fort sales, osseux, poilus et veineux ». Ligne 9 : il fait preuve d'auto-dérision et d'ironie. L'anecdote qui explique son surnom lui attire la pitié et la sympathie du lecteur.
II) UN PERSONNAGE HORS-NORME QUI PREND UNE DIMENSION MYTHIQUE ET LEGENDAIRE
1) Unrécit d'apprentissage
Le personnage a évolué : enfant, il mangeait des clous ; adulte, il se repaît de « victuailles ». Il semble combattre sa maladie comme le souligne le paradoxe « Tuberculeux depuis un quart de siècle mais fort gaillard ». Mangeclous a donc appris à se débrouiller. On remarque qu'il sait aussi être rusé lorsqu'il emploie « Parole d'honneur » pour des « discours peu véridiques ». En faisant de ses défauts une force, le protagoniste a réussi à devenir un personnage hors-norme.
2) Unrécit épique ?
Mangeclous fait figure de chef de bande dans ce passage. Trois surnoms qui assurent sa renommée : « On l'appelait Mangeclous ». Le pronom indéfini suggère que tout le monde le connaissait. Il semble connu de tous comme le suggère l'oxymore : « Son appétit était célèbre dans tout l'Orient » Les termes utilisés et les exagérations visent à rendre ce personnage grandiose. « une toux si vibrante qu'elle avait fait tomber un soir le lampadaire » : cette image le compare à un
monstre dévastateur. Ces descriptions brossent le portrait d'un homme que l'on craint mais aussi d'un monstre mythique autour duquel gravitent les légendes.
DISSERTATION
A votre avis, la présence de personnages repoussants dans un roman nuit-elle ou contribue-t-elle à l'intérêt que l'on porte à sa lecture ?
Remarques préliminaires :
Le questionnement de la dissertation porte sur le personnage de roman et son portrait. En d'autres termes, un personnage repoussant peut-il être intéressant pour le lecteur ?
Il est primordial de rattacher ce questionnement au corpus qui permettra d'argumenter en faveur de la citation (oui, la présence de personnages repoussants nuit à l'intérêt) mais aussi de réfuter (non, elle ravive l'intérêt de la lecture). Il faut également apporter d'autres références romanesques vues en classe ou personnelles.
Analyse du sujet : « personnages repoussants » : physiquement mais aussi moralement « nuit » : rejet du lecteur, dégoût, impossible de s'identifier au personnage « contribue ... à l'intérêt » : vivre d'autres expérience, originalité, réflexion
Thèmes liés au sujet : personnage / lecteur identification / distance critique laideur / beauté (physique et morale)
Méthode : organiser le devoir avec rigueur en paragraphes sélectionner les exemples en lien direct avec l'argument à défendre de façon à prouver ce dernier. développer l'analyse avec des exemples précis (ne pas se contenter de citer des œuvres). utiliser le corpus et des exemples personnels
Plan possible:
I) DESPERSONNAGES REPOUSSANTS PORTENT PREJUDICE A L'INTERET DU LECTEUR POUR LE ROMAN.
1) Lespersonnages laids physiquement = dégoût du lecteur. Texte A : la description de la Grande Nanon ne fait pas rêver le lecteur. Impression de malaise. Au contraire, les héroïnes de romans, belles et vertueuses, sont des modèles proposés à la
jeunesse. Ex :la Princesse de Clèves =la jeune femme parfaite.
2) Lespersonnages immoraux = révolte du lecteur Le lecteur ne se sent pas concerné par le vie des marginaux. Il ne s'y retrouve pas. Ex : Meursault dans L'Etranger de Camus. Impossible pour le lecteur de s'identifier à un meurtrier ! Au contraire, les héros des romans réalistes sont des gens ordinaires. Le lecteur peut facilement s'identifier à l'ouvrier au travail dans Germinal ou L'Assommoir de Zola.
II) TOUTEFOIS,LES PERSONNAGES REPOUSSANTS ET DONC ORIGINAUX PEUVENT ETRE INTERESSANTS ET RENOUVELER L'EXPERIENCE DE LA LECTURE.
1) Lafascination et l'intérêt pour les personnages laids, difformes ou défigurés Gwynplaine de Victor Hugo est un personnage laid qui suscite le rire et l'intérêt du lecteur. (texte B) Les gueules cassées engendrent également une réflexion sur les ravages de la guerre et l'importance de l'apparence physique dans notre société. (texte D)
2) Lespersonnages immoraux suscitent la réflexion du lecteur Meursault dansl'Etranger: étant donné que le personnage n'éprouve aucun regret après le meurtre, le lecteur ne peut s' identifier à lui mais il essaye de le comprendre.
3) Despersonnages surprenants Personnages qui sortent des archétypes traditionnels que tout le monde connaît par coeur comme l'amoureuse insatisfaite (Emma Bovary dansMadame Bovary) ou l'étudiant sans le sou qui rêve d'entrer dans le monde (Eugène de Rastignac dansLe Père Goriot). Exemple : René dans L'Elégance du hérisson. Il s'agit d'une concierge laide et revêche mais en réalité captivante, à la vie intellectuelle très riche, contrairement au stéréotype de la concierge. Le roman fait alors réfléchir.
III) LECARACTERE REPOUSSANT OU ATTIRANT EST UN CRITERE SUBJECTIF DUQUEL NE DEPEND PAS L'INTERET DU LECTEUR POUR LE ROMAN.
1) lepersonnage, une entité évolutive Le lecteur peut s'attacher au fur et à mesure à un personnage et par moments, s'en détacher en fonction de l'action. Ainsi, c'est plus l'intrigue qui motive ou non l'intérêt du lecteur que le personnage. DansCandidede Voltaire, le personnage au début est niais, crédule mais attachant alors qu'à la fin du conte il est devenu philosophe. Il s'agit presque de deux personnages différents !
2) unlecteur, une personnalité Chaque lecteur a une sensibilité et une personnalité différente : un personnage sûr de lui et prétentieux comme Georges Duroy dans Bel Ami peut en séduire certains et en repousser d'autres.
SUJET D'INVENTION (à partir du texte )
Analyse du sujet : Imaginez la scène: il faut raconter, dans une narration traditionnelle, de façon théâtrale, la découverte de son visage par le soldat. les émotions: verbes de perception et champ lexical des sensations et des sentiments les pensées: après avoir raconté la scène, il faudra évoquer les répercussions psychologiques de la découverte du visage défiguré. Il s'agit d'imaginer le monologue intérieur du personnage. Une analepse est bienvenue car elle permet au personnage de s'imaginer dans le futur. On peut aussi faire une comparaison entre sa vie d'avant et sa vie future pour les mettre en opposition.
A FAIRE - s'inspirer du texte initial pour repérer l'évolution des sentiments du soldat quand il découvre les autres : curiosité / peur / désespoir
- décrire le visage : le portrait doit être organisé et progressif
- champs lexicaux des sensations, des sentiments et du jugement, de la pensée.
- des paragraphes cohérents
A EVITER - ne développer qu'un seul sentiment
- négliger la description physique ou ne pas l'ordonner
- absence d'organisation de l'écriture (en un bloc)
DIFFICULTES DE CE SUJET: Il fautraconter la scène puis argumentersur le thème de la difformité physique.