Sujet du bac 2012: Communication, médiation (U2) - Antilles Guyane

Sujet du bac 2012: Communication, médiation (U2) - Antilles Guyane

-

Documents
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Baccalauréat professionnel 2012, Spécialité Services de proximité et vie locale

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2012
Nombre de lectures 639
Langue Français
Signaler un problème
 
 
 
 
 
 
BACCALAUREAT PROFESSIONNEL
 
SERVICES DE PROXIMITE ET DE VIE LOCALE
 
SESSION 2012
 
COMMUNICATION, MEDIATION
 
U 21
 
A l’aide de ses connaissances et du dossier technique, le candidat répond à l’ensemble des questions du sujet sur la copie modèle EN.
 
Avant de commencer à rédiger, vérifier le nombre de pages du sujet.
Ce sujet comprend 3 pages numérotées de 1/3 à 3/3.
 
 
  Baccalauréat professionnel Services de Proximité et de Vie Locale -SUJET U21 : Communication, Médiation Durée : 4 heures Coefficient 3 Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012 Page 1 sur 3  
 Mélanie, titulaire du Baccalauréat Professionnel Services de Proximité et de Vie Locale, travaille en tant que chargée d accueil au Bureau Information Jeunesse (BIJ). Ce BIJ est rattaché à la ville d E. Il contribue, par les projets qu il ’ ’ propose, au développement de la citoyenneté des jeunes de 15 à 24 ans. Dans le cadre de sa mission, Mélanie est chargée de mettre en place un forum emploi. Elle souhaite ainsi :  ro sel rus remronfierhcl  are,sémitles ns, atioient hcred elpme,…io mettre en évidence le potentiel d emploi du bassin local,  conseiller sur l entretien, la lettre de motivation et le C.V.    
1. Le Bureau Information Jeunesse (11 points)  1.1 Identifier les missions du BIJ.  1.2 Réaliser l’organigramme du BIJ de la ville de E.  1.3 Indiquer la collectivité territoriale de rattachement du BIJ.  1.4 Énumérer trois domaines d’intervention de cette collectivité territoriale.  1.5 Énoncer six droits fondamentaux du citoyen.   2. Le public des 15 – 24 ans  points) (13  2.1 Caractériser le public des 15-24 ans dans les domaines suivants : études, emploi, loisirs, famille, société. Présenter votre réponse sous forme de tableau. (4 réponses attendues par domaine).  2.2 Indiquer, en toutes lettres, deux sites ressources officiels proposant des données chiffrées sur cette population.   3. L emploi (6 points)  Mélanie occupe un poste spécialisé dans l emploi et la recherche de stage.  3.1 Définir la notion de population active.  3.2 Réaliser un schéma présentant le travail intérimaire.
 Baccalauréat professionnel Services de Proximité et de Vie Locale -SUJET U21 : Communication, Médiation Durée : 4 heures Coefficient 3 Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012 Page 2 sur 3  
4. Le Forum Emploi (24 points)  Pour mettre en place le forum emploi, Mélanie a besoin de rechercher des partenaires.  4.1 Citer quatre partenaires pour ce forum et justifier vos choix.  4.2 Rédiger un courrier d’invitation accompagnant le coupon réponse.  4.3 Suite au courrier envoyé par Mélanie, un partenaire, directeur d’une structure tente de la joindre par téléphone. Mélanie étant en déplacement extérieur, Thomas prend la communication. Construire la fiche de réception d’appel téléphonique à transmettre à Mélanie.  4.4 Pour chacun des quatre outils de communication que peut choisir Mélanie pour informer le public avant le forum, donner deux critères d’efficacité.  4.5 Afin de faciliter la mise à disposition d’informations le jour du forum, elle doit mettre en place une stratégie de communication. Citer un support de communication pouvant être utilisé lors du forum et justifier son intérêt.   5. Les données personnelles (3,5 points)  Pendant le forum, un des partenaires propose de remplir un formulaire de candidature.  5.1 Identifier trois critères d’efficacité d’un formulaire.  5.2 Citer deux droits relevant de la protection des données personnelles.  5.3 Justifier l’existence du principe de protection des données personnelles.   6. L accueil (2,5 points)  Lors du forum, Mélanie est chargée de l accueil sur le stand du BIJ.  6.1 Expliciter les fonctions de la communication entre les personnes.  6.2 Identifier six critères d’efficacité d’une communication orale.  
 Baccalauréat professionnel Services de Proximité et de Vie Locale -SUJET U21 : Communication, Médiation Durée : 4 heures Coefficient 3 Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012 Page 3 sur 3  
   
  
 
 
 
   BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL   SERVICES DE PROXIMITÉ ET VIE LOCALE   SESSION 2012
 E2  Communication, médiation  U 21      
Avant de commencer à rédiger, vérifier le nombre de pages du dossier technique Ce dossier technique comprend 9 pages numérotées de 1/9 à 9/9.
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie localeDOSSIER TECHNIQUE -U21 : Communication, médiation  Coefficient : 3Durée 4 heures Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 1 sur 9   
Document 1
La charte de l’Information Jeunesse (20 mars 2001)  Composante fondamentale de l’autonomie, de la responsabilité, de l’engagement social et de la participation citoyenne, de l’épanouissement personnel, de la lutte contre l’exclusion, de la mobilité des jeunes notamment dans le cadre européen, l’accès à l’information doit être garanti comme un véritable droit pour tous les jeunes, sans aucune discrimination. Le préambule de la charte européenne de l’Information jeunesse rappelle les fondements de ce droit. L’information jeunesse est une mission de service public, définie et garantie par l’Etat. Au nom de l’Etat, le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports labellise les structures qui constituent le réseau Information Jeunesse : centres, bureaux, points Information Jeunesse. Il coordonne et soutient leur développement, avec le concours des collectivités territoriales. Ces structures assurent cette mission conformément aux règles déontologiques suivantes :  L’information est accessible de manière égale à tous les jeunes, au plus près de leurs conditions de vie, L’information répond en priorité aux besoins et aux demandes directes des jeunes qui sont accueillis dans un souci de disponibilité et de respect de leur identité, ou les concernent dans leur vieL’information des jeunes traite de tous les sujets qui les intéressent quotidienne et l’exercice de leurs droits, notamment : enseignement, formation professionnelle et permanente, emploi, vie pratique, transports, santé, culture, sports, loisirs, vacances…, L’information est complète, impartiale, exacte, pratique et actualisée. L’information utilise les technologies de l’information et de la communication, notamment afin de promouvoir l’accès des jeunes à de nouvelles formes d’expression culturelle et citoyenne. L’accueil est gratuit, personnalisé et modulé selon la demande, de la mise à disposition d’auto documentation à l’entretien plus adapté à une relation de conseil, d’aide à la démarche et à une approche globale des projets ou du parcours individuel du jeune. L’information respecte le secret professionnel et l’anonymat du jeune. L’accueil et l’information sont assurés par des professionnels qualifiés.  Au sein du réseau Information Jeunesse, les BIJ (Bureaux Information Jeunesse) et les PIJ (Points Information Jeunesse) accueillent et informent les jeunes à l’échelon local. Les Centres Régionaux Information Jeunesse et les Centres Départementaux en Ile-de-France, outre leur mission d’accueil et d’information, sont des centres de ressources et assurent le développement et l’animation de leurs réseaux respectifs régionaux et départementaux. Le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse, outre sa fonction régionale en Ile-de-France, est centre de ressources national et assure le développement et l’animation du réseau national. A ce titre, il élabore une documentation commune et conduit les projets initiés par le réseau. La fonction documentaire complémentaire est exercée au plan régional par les Centres Régionaux Information Jeunesse et par les Centres Départementaux en Ile-de-France. Dès lors qu’elles se conforment aux dispositions de la présente charte et qu’elles signent la convention type qui prévoit notamment l’adhésion à une démarche de qualité, les structures d’information pour les jeunes obtiennent le label « Information Jeunesse » délivré par le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports. Elles doivent dans ce cas utiliser le pictogramme commun à toutes les structures labellisées.   Source :http://www.cidj.com/contents/charte information jeunesse.pdf
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation  : 3 CoefficientDurée 4 heures Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 2 sur 9  
 
Document 2
 
Liste du personnel du BIJ de la ville de E.
 
Mélanie : animatrice « orientation et information »
Eric : animateur « espace culture »
Julien : animateur « multimédia »
Louise : chef de service
Marie : animatrice « aide aux projets »
Thomas : stagiaire SPVL ayant pour tuteur Mélanie
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation  Coefficient : 3Durée 4 heures Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 3 sur 9  
 
Document 3
15-24 ANS
Les 15-24 ans sont les enfants de la crise et de la mondialisation
Les 8 millions de jeunes de 15 à 24 ans représentent 13 % de la population française. Les plus âgés d’entre eux sont nés au milieu des années 1980 ; leur vie et leur vision du monde ont été influencées par la « crise » qui a sévi en France dès avant leur naissance. Les plus jeunes sont nés au milieu des années 1990, après que le monde bipolaire se fut écroulé avec le mur de Berlin. Tous ont grandi dans une période de transition sociale marquée par la toute-puissance de la technologie et le développement de la mondialisation. Contrairement aux plus jeunes, les 15-24 ans forment une population hétérogène, aux statuts personnels très diversifiés. À 15 ans, la quasi-totalité d’entre eux (98 %) sont encore scolarisés, ce n’est plus que le cas de la moitié à 21 ans, la grande majorité dans le supérieur. Au-delà de 24 ans, seuls 12 % des filles et 10 % des garçons poursuivent encore des études ; 32 % des filles et 38 % des garçons exercent une activité professionnelle (contre 50 % et 61 % en 1975) ; 19 % sont au chômage, soit 7 % de l’ensemble des chômeurs. En 2007, 417 000 des moins de 26 ans étaient des apprentis, 173 000 travaillaient dans le cadre d’un contrat de professionnalisation et 47 000 dans celui d’un contrat d’accompagnement vers l’emploi. Ils comptaient pour 27 % des emplois aidés, soit près de 800 000 personnes. Neuf jeunes de moins de 20 ans sur dix vivent encore chez leurs parents, alors qu’ils ne sont plus qu’un peu plus de la moitié à le faire après 20 ans. À 24 ans, un garçon et cinq filles sur cent sont déjà mariés, mais seulement une fille sur mille avant 20 ans. En quittant le foyer parental, ils sont d’abord plus nombreux à ne pas se mettre en couple (8 % des moins de 20 ans, contre 1 % vivant en couple), mais entre 20 et 24 ans, une fille sur quatre vit déjà en union libre, contre un garçon sur sept. Les garçons quittent le logement familial plus tard : avant 20 ans, 7 % vivent à l’extérieur mais pas en couple, contre 9 % des filles ; 22 % le font après 20 ans, contre 24 % des filles. Et ils sont deux fois moins nombreux à vivre en couple, mariés ou non, à cet âge-là (15 % contre 30 % des filles).
Les jeunes sont identifiés à une culture de l’instantané
La difficulté de leur trouver un point commun explique que l’on a affublé les 15-24 ans de plusieurs noms. Aux États-Unis, ils ont été baptisés « génération Y », parfois écho-boomers (« enfants des baby-boomers ») ou, à tort, génération du Millénaire. Alors que la génération précédente, la génération X, avait grandi avec l’informatique, les « Yers » ont baigné dès leur adolescence dans les réseaux et mondes virtuels. Ils sont pour une part importante à l’origine du contenu de la Toile. C’est pourquoi on parle aussi de e-génération. En France, les membres de cette génération (1979-1994) sont presque tous nés sous la présidence de François Mitterrand. Ils sont plus nombreux que la génération qui les a précédés, soit environ 13 millions. Ceux nés avant 1989 ont parfois été qualifiés de génération Club Dorothée, d’après une émission de TF1 très populaire auprès des adolescents pendant les années 1990. De façon sans doute un peu réductrice, cette génération a été largement identifiée aux changements introduits par les nouvelles technologies de l’information et de la communication : texto, blogs, téléchargementspeer to peer,flux vidéo et audio, Web 2.0, etc., ainsi qu’à une culture de l’instantané (« tout, tout de suite »). Les 15-24 ans constituent surtout une génération de transition. Entre deux appartenances géographiques, d’abord. Nés Français, ils vivront leur vie d’adulte en tant qu’Européens, peut-être même citoyens du monde. Ce changement d’échelle a des incidences sur leurs attitudes, leurs valeurs  
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation  : 3 CoefficientDurée 4 heures Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 4 sur 9  
Document 3 (suite)
 et leurs modes de vie. Transition, aussi, entre deux systèmes de valeurs. Après l’effondrement de la vision collective de la vie et de la société, c’est la vision libérale qui est aujourd’hui mise en question par la crise actuelle, sans que l’on puisse encore prévoir avec certitude par quelles valeurs elle sera remplacée, tant les prédictions se contredisent. Transition, enfin, entre deux civilisations. Celle du temps libre et des loisirs est en passe de remplacer celle du travail (p. 411). Ce sont là des mutations à la fois quantitatives et qualitatives dont les jeunes seront bien davantage les acteurs que les témoins.
Le confort matériel va de pair avec l’inconfort moral
Les jeunes subissent les conséquences des changements économiques, culturels et sociaux qui ont agité et transformé le monde depuis leur naissance. Leurs parents, aujourd’hui quinquagénaires, avaient pour la plupart moins de 15 ans en 1968 ; ils ont donc rarement participé à la « révolution de Mai », même s’ils ont vécu ses répercussions. Et les enfants ne comprennent guère comment ils ont pu s’offrir le luxe de refuser la société à une époque où il était plus facile d’y entrer. Leur conception de la vie est influencée par les contradictions contemporaines. La première oppose le confort matériel indéniable dont la plupart disposent (logement, équipements, argent disponible…) et l’inconfort moral lié aux difficult és de l’insertion professionnelle et de la vie en société, mais aussi aux menaces qui pèsent sur l’avenir de la planète. Ils vivent une contradiction permanente entre la protection dont ils bénéficient au sein de la famille (notamment lorsqu’ils habitent encore au foyer parental) et les périls d’un monde extérieur où la compétition et l’instabilité règnent. Enfin, ils ont le sentiment que le pouvoir d’achat a diminué et que les inégalités se sont accrues. Cette impression généralisée dans le pays, est plus justifiée pour les jeunes que pour les autres catégories, car ils ont moins profité que leurs aînés de la redistribution des fruits d’une croissance économique qui s’est réduite au fil des années.
La majorité ne coïncide plus avec l’entrée dans le monde des adultes
Entre 15 et 19 ans, l’entrée dans le monde des adultes est amorcée, avec une stabilisation des pratiques et des préférences. L’âge adulte commence officiellement à 18 ans (majorité), mais ne correspond plus à l’entrée dans le monde du travail et à l’autonomie économique. La vie amicale est primordiale et sert de contrepoint aux relations avec les parents, auxquels les lie cependant une plus grande complicité que jadis. Les loisirs sont nombreux et l’autonomie est désormais acquise dans le choix des activités et des sorties ; elle est favorisée par un pouvoir d’achat souvent fort. Les 15-19 ans privilégient l’audiovisuel, avec une forte écoute de la radio et une pratique intense d’Internet, motivée surtout par la musique et par un souci d’ouverture sur le monde. La fin des études paraît plus importante que l’accession à la majorité, tant sur le plan symbolique qu’en matière de comportements.  Entre 20 et 24 ans, les activités sont beaucoup plus diversifiées. Les étudiants n’ont pas les mêmes préoccupations ni les mêmes modes de vie que ceux qui sont entrés dans la vie active ou qui cherchent un emploi. Parmi les premiers, l’école et la filière choisie ont des incidences sur le temps disponible pour les loisirs et les centres d’intérêt. Le fait d’habiter chez ses parents ou de vivre dans un logement indépendant influence aussi largement les modes de vie. Chez les plus âgés, on observe que les choix en matière professionnelle sont de plus en plus tardifs et que les recherches d’emploi sont moins ciblées sur une fonction ou un secteur d’activité que par le passé.  
Source : Mermet Gérard.Francoscopie 2010.Larousse, 2010. p 143 à 145
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation  : 3Durée 4 heures Coefficient Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 5 sur 9  
 
 
Document 4 : L emploi et les jeunes
Chômage et emploi des jeunes de 15 à 29 ans Présentation : C. Thévenot, Dares Auteur : C. Minni, Dares
 
Source :http://www.i g lites.fr/spip.php?article1025&id_ ne a mot
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation  : 3 CoefficientDurée 4 heures Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 6 sur 9  
  
L'Intérim : définition
Document 5
 
Le contrat de travail temporaire est un contrat conclu entre une entreprise de travail temporaire (agence d'intérim) et un travailleur temporaire appelé intérimaire.  Une entreprise de travail temporaire doit avoir comme activité exclusive de mettre à la disposition provisoire d'utilisateurs, des salariés qu'en fonction d'une qualification elle embauche et rémunère à cet effet. En dehors de ce cas toute activité de travail temporaire est interdite.  Le contrat de travail temporaire comme le CDD, dont il est d'ailleurs juridiquement très proche, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise.  Un utilisateur, c'est à dire l'entreprise qui utilise les travailleurs temporaires, ne peut faire appel à des agences d'intérim que pour l'exécution de tâches précises et temporaires appelées "missions".  Votre employeur reste tout de même l'agence d'intérim. C'est avec elle que vous réglez tous les problèmes de contrat, salaires... Toutefois, pendant l'exécution de votre mission, vous êtes sous l'autorité et le contrôle de l'entreprise utilisatrice. C'est de cette entreprise que relèvent les problèmes relatifs à la durée du travail, au travail de nuit, au repos hebdomadaire, à l'hygiène et à la sécurité... Vous êtes soumis aux règles en vigueur dans l'entreprise relatives à l'exécution de vos tâches. Vous avez accès aux moyens de transports collectifs et aux installations collectives de l'entreprise (douches, bibliothèque...). Ainsi en matière de restauration, vous devez bénéficier de tickets restaurant au tarif appliqué aux salariés de l'entreprise utilisatrice.   Art L 124-2-1 du Code du travail : Une entreprise utilisatrice ne peut faire appel à un intérim que pour des tâches non durables telles que : - Remplacement d'un salarié en cas d'absence, de suspension de son contrat de travail, de départ définitif précédent la suppression de son poste de travail, en cas d'attente de l'entrée en service effective du salarié recruté en CDI amené à le remplacer. - Accroissement temporaire d'activité de l'entreprise - Emplois saisonniers
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation Durée 4 heures : 3 Coefficient Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 7 sur 9  
Document 5 (suite)
L'Intérim : la forme du contrat 
 Art L 124-3 du Code du travail Le contrat liant l'entreprise de travail temporaire à l'entreprise utilisatrice : - Il doit mentionner le motif pour lequel il est fait appel au salarié temporaire ; cette mention doit être assortie de justifications précises. - Il doit fixer le terme précis de la mission - Il doit comporter le cas échéant la clause prévoyant la possibilité de modifier le terme de la mission - Il doit préciser les caractéristiques particulières du poste de travail à pourvoir, la qualification exigée, le lieu de la mission et l'horaire. - Il doit mentionner la nature des équipements de protection individuelle que le salarié doit utiliser - Il doit indiquer le montant de la rémunération avec ses différentes composantes que percevrait dans l'entreprise un de salarié de qualification équivalente occupant le même poste de travail.  Toute clause tendant à interdire l'embauchage par l'utilisateur du salarié temporaire à l'issue de sa mission est réputée non écrite.  Art 124-4 du Code du travail : Le contrat liant l'entreprise de travail temporaire à chacun des salariés mis à disposition est appelé contrat de mission. Ce contrat doit être établi par écrit et adressé au salarié au plus tard dans les 2 jours suivant la mise à disposition.  Il doit comporter : - La reproduction des clauses et mentions prévues dans le contrat entre l'agence d'intérim et l'entreprise. - La qualification du salarié - Les modalités de rémunération due au salarié y compris l'indemnité destinée à "compenser la précarité de sa situation" - La période d'essai éventuelle - Une clause de rapatriement du salarié à la charge de l'agence d'intérim si la mission s'effectue hors du territoire métropolitain - Le nom et l'adresse de la caisse de retraite complémentaire et de l'organisme de prévoyance dont relève l'agence d'intérim.  Le contrat mentionne que l'embauche du salarié par l'utilisateur à l'issue de la mission n'est pas interdite.
Source : httlam-rite-dmeor-fartnoc-u lmth.t//p:w.wwefunr/.filedMC-ani/S/xedarticle_id-1125/otip_cdi8-/0-lni
Baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale -DOSSIER TECHNIQUE U21 : Communication, médiation Durée 4 heures : 3 Coefficient Repère de l’épreuve : AP 1206-SPV CM 21 -1 Session 2012Page 8 sur 9