Apprendre les langues, apprendre le monde : rapport du Comité stratégique des langues

-

Documents
80 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mis en place en avril 2011, le Comité stratégique des langues, présidé par Suzy Halimi, s'est vu confier la mission de faire évoluer l'enseignement des langues vivantes, « sous l'angle de l'efficacité des apprentissages et de la pluralité linguistique ». S'appuyant sur un état des lieux en demi-teinte, le Comité propose une stratégie qui se déploie selon les cinq grands axes suivants : s'ouvrir au monde du XXIe siècle : affirmer l'importance des langues ; tracer un parcours cohérent de la maternelle au supérieur ; parvenir à la mobilité pour tous ; former et valoriser les enseignants ; travailler ensemble.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 février 2012
Nombre de visites sur la page 25
Langue Français
Signaler un problème

Apprendre
les langues
Apprendre
le monde
Rapportprésentéauministredel’éducation
nationale,delajeunesseetdelavie
associativeparleComitéstratégiquedes
languesprésidéparSuzyHalimiCOMITÉSTRATÉGIQUEDESLANGUES
Présidente
SuzyHalimi,viceprésidentedelacommissionnationale
françaisepourl’Unesco(CNFU),présidentehonoraire
del’universitéSorbonneNouvelle-Paris3
Présidentsd’honneur
ClaudeBébéar,présidentdel’InstitutMontaigneHagège,professeurauCollègedeFrance
Rapporteurs
OdileMalavaux,inspectriced’académie,
inspectricepédagogiquerégionaled’anglais,
académiedeStrasbourg
PascaleTempez,inspectricedel’éducationnationale
pourlepremierdegré,chargéedudossierlanguesvivantes,
académiedeCréteil
Membres
BéatriceAngrand,secrétairegénéraledel’Officefranco-
allemandpourlajeunesse(OFAJ)
Jean-ClaudeBeacco,professeurendidactiquedeslangues
àl’universitéSorbonneNouvelle-Paris3
TonyBulger,auteuretformateur
ElizabethIntrator,professeurd’anglais
LidKing,directeurdeTheLanguagesCompany
Eva-SabineKuntz,secrétairegénéraledel’Officefranco-
allemandpourlajeunesse(OFAJ)
JacquesLegendre,présidentdelacommissiondelaculture,de
l’éducationetdelacommunicationduSénat,sénateurduNord
Marie-ChristineLemardeley,présidentedel’université
SorbonneNouvelle-Paris3
FrançoisMonnanteuil,doyendugroupedeslanguesvivantes
del’inspectiongénéraledel’éducationnationale
Anna-LiviaSusini,chefdudépartementdesrelations
européennesetinternationales,DGESCO
AlbertoToscano,journaliste
AnneTrevise,professeurdelinguistique,universitéParis-Ouest-
Nanterre-LaDéfense«Chaque langueest unefenêtre ouverte surlemonde »
1
George STEINER
Ap pr endre lesl ang ues
Appr end re le monde
Ra pport du Comi té st raté giq ue desl an gue s
prés idé par Su zy Ha limiJanvier 20 12
1
Ent re ti en pour Télérama n° 32 30, 12 dé ce mb re 201 1, àp ro pos de Poésie de la pensée,G al lim ar d, coll. «Essais »,
2011,( ti treori ginal: ThePoetryofThought )SOMMAIRE
AVANT–PROPOS …… ………… ……………… …………………… ………… ………… ………………5
INTRODUCTION ………………………… ………… ………… ……………… …………………… ………7
I. L’ÉTAT DES LIEUX …………………… ………… ………… ……………… …………………… …….. 9
I. 1. Les prog rèsr éalisés …… ………… ………… ………… …………………………………… 10
I. 1. 1. L’ ex tensi on et la diversif icat iondel ’o ff re de fo rma ti on
I. 1. 2. Les pr atiq ues péd ag og iq ues in nov ant es
I. 1. 3. L’ ouv er ture eur op éen ne et internat io naled es ét abl is se me nt s
I. 2. Les poi ntssensi bl es :diffi cultés et
dy sf onc ti onn em ent s …… ………… ……………… …………………… ………… ………1 4
I. 2.1. Les pr oblèm es or ganisat io nnels
I. 2. 2. Les di ffi cult és
-liées aux élèves et/ouà la formationdes enseignants
-liées aux écartsdeperformances des élèves au regard des niveaux attendus
II.QUELLESTRATÉGIE POUR L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES EN FRANCE ?..... .. .. 17
eII.1.S’o uv riraum ondeduXXI si ècle: af firm er l’im por tance desl an gues ………… ….…19
II.1 .1.L’a ppr ent is sa ge desl ang ue s, une qu es ti on de so ciétédelaplusgra nde actual it é
II.1 .2.D es id ées re çu es àb al ay er
II.1 .3.Q uel lesl an gues en seig ner ?Laq ues ti on de la diversitél inguis tique
II.2.Tra cerunpar courscohérent de la ma tern el le au su pé ri eur ………… ………… ……25
II.2.1.D ébutducur sus: un apprent is sa ge pr éco ce,v oi re une se nsi bi lisat ionpré scolair e
II.2.2.P ou rsuite du cu rs us :unpar co ursdontlacohére nce resteà co nso lid er
II.3.Parve nirà la mo bi litép our tous …… ………………………… ………… ………… ……33
II.3.1.L’i nt erve nt iondel ocut eursnatifs? Le débat
II.3.2.Lam obi litév ir tu el le
II.3.3.Lam obi litép hy sique: séjoursl inguisti ques àl ’étr an ger
- La mobilitédes élèves
- La mobilitédes enseignants
- Valoriserpour encouragerlamobilité
II.4.For meretv al or iser lesensei gn ant s ………… ………… ……………… ………… ..… .. 41
II.4.1.For ma ti on init iale
II.4.2.For ma ti on cont in ue
II.5.Travaillere nsem bl e ………… ……………… …………………… ………… ………… …. 45
II.5 .1.U ne meille urev isibilitédel ’e nsem bledudispositi f
II.5 .2.U ne co opé rati on act ivee nt re tous lesacteurs
CONCLUSION …… …… ………… ……………… …………………… ………… …………………. 48
RÉSUMEDELASTRATÉGIE PROPOSÉE PARLECOMITÉ ………… ………… ……………4 9
ANNEXES ……………… ………… ……………… …………………… ………… ………… …… …. 53
3AV ANT– PROPOS
Monsieur le Ministre,
C’est pourmoi un honneur et un agréabledevoir de vous soumettreaujourd’huilerapportdu
Comité stratégique des langues que vous avezmis en place en avril 2011 et dontvous avezbien
voulumeconfier la présidence. Nous parvenons àl’issuedenotre travail; nousn’avons pasla
prétention d’avoir épuiséune matièredont l’ampleur,lacomplexité nécessiteraient encore de longs
mois de réflexion et d’enquête;cependant la mission que vous nousavezassignée n’étaitpas de
produireune étude exhaustivesur le sujet, mais,à partirdel’étatdes lieux de l’enseignement actuel
des langues en France, de vous proposerune stratégieambitieuse qui s’appuieraitsur lespointsforts
pourendépasserles faiblesses. Il serait présomptueuxdediredansquelle mesure ce rapport
répondraà votreattente, mais je le croisfidèleà l’esprit du mandatque vous nousavezconfié.
Les conclusions et recommandations que nousvous soumettons sont le fruitduconsensus des
membresdenotre comité,qui ont réfléchi en touteindépendance d’espritaux problèmes que pose,
dansnotre pays,l’enseignement des langues, àl’heuredelaconstructioneuropéenneetdela
mondialisation. Je tiens àles remercierpour leur engagement,larichessedeleur contributionà nos
débats.
Notreréflexion s’est aussi nourriedes nombreux contactsque nousavonsrecherchés avec les
acteursdeterrain de notresystèmeéducatifetchezcertainsdenos voisinseuropéens.Laliste est
longue– elle est donnéeenannexe –detousces interlocuteurs qui nousont éclairéssur leur
domaine de spécialité. Notrerapportleur doitsapartdetémoignages directsetd’exemples de bonnes
pratiques. Vers eux aussivatoute ma reconnaissance, avecmes excuses de ne pouvoir lesciter tous.
Je ne sauraisoublier, dansmes remerciements, lesmembres du Cabinet,les services de la
DGESCO, sous la directiondeRenaud Rhim,etceux de la DREIC,pour l’information qu’ils ont
fournie, lesdossiersqu’ils ont misànotre disposition, lescontacts qu’ils ont permisdeprendre.
Précieuse aussi aété la collaborationdeChristiane Vaissade qui m’aaccompagnée danslequotidien
de ce projet.
Pour terminer, c’est àvous Monsieur le Ministre,que je voudraisexprimermagratitude pour
l’autonomieintellectuelle dontnous avons bénéficié au long de cette mission. J’espèreque le rapport
que nousvoussoumettons rencontreravotre adhésion.
Suzy HALIMI
Présidente du Comité stratégique des langues
5INTRODUCTI ON
Da ns sondis co ursàl ’U NESCO, le 27 octobre2 011,leM inistrea ra pp eléq ue l’éduca ti on es t
«lacondit ionduprogr ès de l’ hom me,laclé de di ffu si on de la cult uredep aix».Ila pr ésentél es tr oi s
egr and es révoluti ons qu’a co nnu es l’é cole fr an çaised ans la se co nde moit ié du XX si ècle: la
dém ocrat isat io n, la massif icat ionetlap er so nnalisat io n, et il aconclus on al lo cuti on par cesm ots:
«. .. il nousf aut oser.Facea ux habit udesdepensé e, il nousf auti nnover; face aux co nservati smes,il
nousf autchan gerl ’É cole av ec lespro fesseu rs ».
Cesconv icti ons so us- tende nt la lettredem is si on qu’ila remi se au Comité stratégique des
langues,auq uel il dem andedef ai re év ol uer l’enseign em ent desl ang uesv iv ant es,notam me nt
l’ang lais,m aisaveclesoucidepréserv er la pl ur al itél inguisti qu e. Invité àsep encher surla
prog re ssi on de l’appr ent is sage de l’é cole matern elle au baccal aur éat,leC om itéa so uhaitéélarg ir so n
ma ndatpoury in cl urel ’e nseign em ent su pé ri eur,afindesoul ig nerlan éces sairecohére ncede
l’ensem bledusystème édu catif. Le mi ni st re aa ussif aitréf ér ence aux mo dal it és d’ enseign em ent ,
ex pr im ant le vœudev oirm ises en vale ur lespra tiques pédag og iq ues in nov ant es, et àuna ut re enjeu
majeur :c el ui de la mo bi litéd es je unesetdes enseign an ts.Enf in il aconcluensouh aitant quele
Comité luipré se nte« uneo ffreambit ie use [. ..]q ui per me tte une ré el le ég al itéd es ch ances».
Na ntidecet te feui lle de ro ute, le Co mité ajugén éces sairedepro cé derd’a bordà un état des
lieux,ava nt de pouvoir de ssi ner la st ra té giesouh aitéep ar le mi ni st re .
Sont ravail s’ est nourri despublicat io ns, des tr av aux,des av is de ch er ch eursetdespéciali st es
de l’enseign em en t, commeC la ude Ha gè ge,delasom me des ra pportsconduits surlesuj et par le s
in sp ect io ns gé nér al es,etdes ci rcul ai resder ent réea dr esséeschaq ue ann ée par le mini st re aux
re ct eu rs,aux chefsd’éta blis seme nt et aux ensei gna nt s. Il ya tr ouvéd es analy sesetdes pr opo si ti ons
quiont se rvidep oi nt de dép artetderéf ér ence àses pr op resréf lexi ons.
Parvenu au termedeson mandat, le Comité regrette toutefoisden’avoirpas eu le temps
d’approfondirsaréflexion surtrois pointsqui mériteraient d’être repris ultérieurement: l’évaluation, la
carte des langues,les métiersdes langues. Le tempsimparti àsaréflexion, d’avril àdécembre, était
en effettropcourtpourpermettre de menerà bien des travaux plus approfondis,qui demandaient
d’autresrencontres et consultations, empêchéespar l’interruptionscolairedel’été.Les réunionsde
travaildugroupe,certestoutes fructueusesetsuivies avec assiduité,nepouvaient suppléer au
nécessaire «temps long»d’untel approfondissement,leplussouventadossé àd’indispensables
étudestechniques.Cetravailvisedonc seulement àtracerdes pistes,maisanéanmoinsl’ambition
d’ouvrir la voie àune nouvelle approche.
7