APPORTS DES TICE AUX SVT

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée

  • exposé


6 APPORTS DES TICE AUX SVT D es o u ti ls p o u r le s S V T L e développement d'Internet introduit unerévolution dans les moyens d'accès aux infor-mations en général et à une partie de ces connaissances scientifiques récemment acquises et rendues disponibles sur les réseaux. L'initiation des élèves à l'utilisation de ces moyens en vue de la recherche et de l'exploitation de ces informa- tions devient évidemment indispensable. Au-delà des compétences techniques que nombre d'entre eux acquièrent seuls, il est nécessaire de leur faire connaître les ressources éducatives devenues indispensables et de les doter d'attitudes ration- nelles pour apprécier les idées exposées, les découvertes et les techniques qui sont propagées avant même d'être bien assises. Maintenir avec Internet des activités scientifiques En quelques décennies, les connaissances scien- tifiques en biologie et en géologie sont devenues plus fondamentales et plus abstraites. De ce fait, la nature des savoirs à enseigner et des activités expérimentales à proposer aux élèves figure au premier plan des préoccupations. Si les usages d'Internet devaient se limiter à la consultation textuelle, indispensable par ailleurs, ils constitueraient une régression alors que l'on cherche à maintenir le raisonnement à partir d'observations, d'expériences et de mesures. Il est donc nécessaire de valoriser en priorité les soutiens nouveaux que ce réseau apporte dans les activités pratiques, en complément du travail réalisable au laboratoire ou sur le terrain, et dans la motivation des élèves pour les questions scien- tifiques.

  • activités autonomes des élèves

  • logiciel scientifique

  • apports des tice aux svt

  • scientifique


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 102
Langue Français
Signaler un problème
Internet et les SVT vers uneËre nouvelle?
Naoum SalamÈ
CHERCHEUR INRP
HÈlËne OrmiËres
PROFESSEUR DE SVT DT, MENRT
Maurice Bouyssou
PROFESSEUR DE SVT SPIN, CNDP
Les nouvelles incidences des technologies de lÕinformation et de la communication sur lÕenseignement des SVT doivent sÕanalyser en fonction de leur effet sur la discipline et, plus largement, de leur impactÈducatif.
e dÈveloppement dÕInternet introduit une rÈvolution dans les moyens dÕaccËs aux infor coLnnaissances scientifiques rÈcemment acquises mations en gÈnÈral et unepartie de ces et rendues disponibles sur les rÈseaux. LÕinitiation desÈlËveslÕutilisation de ces moyens en vue de la recherche et de lÕexploitation de ces informa tions devientÈvidemment indispensable. Audeldes compÈtences techniques que nombre dÕentre eux acquiËrent seuls, il est nÈcessaire de leur faire connaÓtre les ressourcesÈducatives devenues indispensables et de les doter dÕattitudes ration nelles pour apprÈcier les idÈes exposÈes, les dÈcouvertes et les techniques qui sont propagÈes avant mÍme dÕtÍre bien assises.
Maintenir avec Internet des activitÈs scientifiques En quelques dÈcennies, les connaissances scien tifiques en biologie et en gÈologie sont devenues plus fondamentales et plus abstraites. De ce fait, la nature des savoirsenseigner et des activitÈs expÈrimentales proposerauxÈlËves figure au premier plan des prÈoccupations. Si les usages dÕInternet devaient se limiterla consultation textuelle, indispensable par ailleurs, ils constitueraient une rÈgression alors que lÕon cherche maintenirle raisonnement partir dÕobservations, dÕexpÈriences et de mesures. Il est donc nÈcessaire de valoriser en prioritÈ les soutiens nouveaux que ce rÈseau apporte dans les activitÈs pratiques, en complÈment du travail rÈalisable au laboratoire ou sur le terrain, et dans la motivation desÈlËves pour les questions scien tifiques.
6APPORTS DES TICE AUX SVT
Les banques de donnÈes Les banques de donnÈes qui archivent une grande partie des rÈsultats scientifiques constituent une premiËre piste. Elles contiennent des images issues de missions spatiales, des collections dÕimages anatomiques et de clichÈs obtenus par microscopie, des rÈsultats de campagnes de mesures gÈophysiques, des sÈquences de matÈriel gÈnÈtique, des donnÈes palÈoclimatiques. Il est aisÈ dÕinterroger ces banques publiques et dÕen extraire desÈlÈments iconographiques, numÈriques ou textuels pour appuyer lÕensei gnement. Des informations analogues sont pro posÈes sur les sites des organismes scientifiques et des musÈes nationaux ou rÈgionaux, ainsi que sur ceux des ministËres de la Culture, de lÕEnvi ronnement, de lÕAgriculture et de la PÍche, par exemple. Par chance pour nos disciplines, les multiples logiciels dÕanalyse et de traitement hors ligne de ces donnÈes sont souvent mis gratuitementla dis position des chercheurs ou desÈducateurs. Grce logiciels t cesÈlÈchargeables et aux donnÈes extraites des banques, on peut mettre lesÈlËves dans des situations adaptÈes aux programmes enseignÈs et leur faire effectuer des analyses et des comparaisons, formuler des hypothËses explica tives et rechercher des relations causales. Les applicationsÈducatives les plus rÈcentes sont issues de cette dÈmarche, qui recËle encore de multiples potentialitÈs en planÈtologie, ocÈano graphie, environnement et santÈ.
Les outils de traitementdistance La deuxiËme piste est ouverte par la multiplication des outils de traitement de donnÈesdistance. Il est possible, avec ou sans le recours deslogi ciels installÈs sur le poste de travail local, de conduiredistance et en temps rÈel les dÈmarches dÕinvestigation, de sÈlection, de traitement de visualisation et dÕexportation des rÈsultats pour une exploitation ultÈrieure locale si nÈcessaire. De mÍme, sur de nombreux exemples, on peut maintenant utiliserÈgalement distancedes simulations et des modÈlisations dans diffÈrents domaines. Cette orientation en cours de dÈvelop