Chapitre Le processus de socialisation

Chapitre Le processus de socialisation

-

Documents
5 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
1 Chapitre 3 : Le processus de socialisation. Rémy Reynaud (Académie de Versailles) et Sébastien Phocas (Académie de Versailles) Le but de ce chapitre est de montrer que, les hommes vivant en société, ils doivent s'insérer dans cette société en apprenant les comportements, les normes, les valeurs propres à cette société. Nous verrons aussi que cette socialisation se fait progressivement et différemment en fonction non seulement des groupes d'appartenance, mais aussi du caractère et des expériences spécifiques de chaque individu. Objectifs : Les élèves doivent être capables de : - Note : les notions de « rôles » et de socialisation anticipatrice seront vues ou approfondies lors du cours sur les groupes et sur la déviance. - Distinguer une norme d'une valeur - Expliquer les distinctions entre socialisation primaire et secondaire - Expliquer les aspects individuels et collectifs du processus de socialisation. - Montrer le rôle des différences instances de socialisation. Plan : I. La socialisation : définition, fonctions et étapes. A/ Qu'est ce que la socialisation ? B/ Que transmet-on ? C/ La socialisation : phénomène continu II. D'un individu à l'autre : distinctions et proximités A/ Contrainte ou interaction ? B/ La socialisation différenciée. C/ La socialisation anticipatrice.

  • socialisation

  • limites compatibles avec les normes scolaires

  • cadre des relations avec les voisins

  • acquisition des comportements sociaux

  • relation aux parents

  • comportement


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 257
Langue Français
Signaler un problème
Chapitre 3 : Le processus de socialisation. Rémy Reynaud (Académie de Versailles) et Sébastien Phocas (Académie de Versailles) Le but de ce chapitre est de montrer que, les hommes vivant en société, ils doivent s’insérer dans cette société enapprenant les comportements, les normes, les valeurs propres à cette société. Nous verrons aussi que cette socialisation se fait progressivement et différemment en fonction non seulement des groupes d’appartenance, mais aussi du caractère et des expériences spécifiques de chaque individu. Objectifs : Les élèves doivent être capables de : -Définir :Socialisation, normes, valeurs, socialisation primaire/secondaire, socialisation différentielle, instances de socialisation, socialisation anticipatrice. Note :les notions de «rôles »et de socialisation anticipatrice seront vues ou approfondies lors du cours sur les groupes et sur la déviance. - Distinguer une norme d’une valeur - Expliquer les distinctions entre socialisation primaire et secondaire - Expliquer les aspects individuelsetcollectifs du processus de socialisation. - Montrer le rôle des différences instances de socialisation. Plan : I. Lasocialisation : définition, fonctions et étapes. A/ Qu’est ce que la socialisation ? B/ Que transmet-on ? C/ La socialisation : phénomène continu II. D’unindividu à l’autre : distinctions et proximités A/ Contrainte ou interaction ? B/ La socialisation différenciée. C/ La socialisation anticipatrice.  1
Activité 1 :l’acquisition des comportements sociaux Document 1 […] malgré mes nombreuses fouilles précédentes je découvris encore une armoire garnie de tiroirs et contenant rasoirs, ciseaux, couteaux et fourchettes. […]Je n’avais épargné ni soin ni peine pour tirer du navire tout ce qui pouvait m’être utile, et, […] il ne restait à bord à peu près rien que je pusse emporter. Dès lors, je ne pensai plus ni au vaisseau ni à ce qui restait à bord. […] Je me mis à élargir ma caverne […]. Je gagnais de la place pour ranger mes meubles. C’est alors que je m’appliquai à fabriquer ceux qui m’étaient les plus nécessaires, en commençant par une chaise et une table; sans ces deux meubles, en effet, je ne pouvais ni écrire à mon aise, ni manger avec plaisir.[…] Daniel DefoeRobinson CrusoéHachette Jeunesse 1997. 1) Que ramène Robinson de l’épave après son naufrage ? 2) Que fait-il pour s’installer sur l’île ? Que se fabrique-t-il ? 3) Commentez la phrase soulignée. 4) Les manières de tables sont elles les mêmes partout et à toutes les époques ? Justifiez. 5) A partir de la réponse à la question précédente, peut-on dire que les manières de table sont naturelles ? 6) Pourquoi les manières de table nous paraissent-t-elles naturelles ? 7) Où et quand Robinson a-t-il appris les manières de table? Comment appelle-t-on ce processus ? Synthèse : Complétez: socialisation, personnalité, appris,avec les termes suivants comportements, naturels, acquis. Les __________________ humains sont des comportements ________________ : ils sont construits par la société. La __________________ désigne le processus par lequel les individus s’approprient les________________ et les ______________ du groupe ou de la société auxquels ils appartiennent. Grâce à ce processus, l’individu intègre (de manière inconsciente) à sa _________________ certains comportements si bien qu’ils deviennent automatiques (ils lui semblent « _______________ » alors qu’ils sont «_________________ ».Activité 2 : Normes et valeurs. Trois ou quatre jours après que j’eus commencé à vivre avec Vendredi, je résolus de le détourner de son appétit cannibale en lui faisant goûter de mes viandes […]. Après l’avoir apprivoisé grâce à cette nourriture, je voulus, le jour suivant, le régaler d’un plat de rôti ; à cet effet, j’attachais un morceau de chevreaux à une corde, et le fit tourner continuellement devant le feu comme je l’avais vu pratiquer quelquefois en Angleterre. Dès que Vendredi en eut goûté, il tint à m’exprimer, […], qu’il le trouvait excellent et qu’il ne mangerait plus de chair humaine. Daniel DefoeRobinson CrusoéHachette Jeunesse 19971) Pourquoi Robinson juge-t-il indispensable que Vendredi renonce au cannibalisme? 2) Commentez la phrase soulignée. 3) En vous aidant des deux questions précédentes, dîtes pourquoi il existe des normes ? 4) Les normes sont elles les mêmes dans toutes les sociétés ? Justifiez 5) Au nom de quoi Robinson souhaite-t-il que Vendredi renonce au cannibalisme ?  2
Activité 3 : Compléter le tableau suivant : Valeurs Normes Solidarité  Nepas tricher Ne pas voler Laïcité  Baptiserson enfant Faire le ramadan Respect d’autrui  Trierses déchets Installer un chauffe-eau solaire Amitié  Donnerle même niveau de salaire à un homme et à une femme Le niveau des impôts payés doit dépendre de mon niveau de revenu Activité 4 : la socialisation, un processus continu. Pendant la première phase de la vie, la «socialisation primaire» s’effectue par la médiation de la famille, de l’école, du groupe des pairs (les copains, la bande du quartier,…) et les médias. La relation aux parents, […], exerce l’influence la plus profonde et le plus durable parce que l’enfant se trouve alors en situation de dépendance matérielle et affective. […] La notion de socialisation secondaire a été introduite pour rappeler qu’au terme de son adolescence, l’individu reconnu comme adulte, qui occupe un emploi, a fondé un foyer, n’est pas un « produit fini ». La socialisation se poursuit tout au long de l’existence, encore dans la famille, où elle s’effectue parfois des enfants vers les parents, quand les premiers initient les seconds aux nouvelles technologies, mais aussi dans le cadre des relations avec les voisins, les amis, au sein d’associations, de clubs, de syndicats, de partis,…[…] P. Combemale,Alternatives économique, n°239 1) Quelle sont les deux étapes de la socialisation ? 2) Qu’est-ce qui change entre les deux socialisations ? 3) Qu’est-ce qu’un agent de socialisation ou « instance de socialisation » ? 4) A partir du texte ET de vos réflexions personnelles, trouvez des instances de socialisation et le rôle qu’elles peuvent jouer pour l’individu. Activité 5 : contrainte ou interaction ?Document 1 En petite section, il existe des conditionnements de type pavlovien. Le traditionnel "passage aux toilettes" en constitue l'un des exemples les plus caractéristiques. Dans la plupart des petites sections, les élèves sont habitués à réagir, à heures fixes, à un signal donné (clochette, battement de mains, injonction de la maîtresse...) ; ils sont alors accompagnés tous ensemble aux toilettes. Ce moment donne lieu à certains rituels[…]; les déplacements sont "mis en scène" (on fait la chaîne, la chenille, un beau rang...) et aussi "en musique" (on se déplace souvent en chantant des "chansons de couloir"). Il s'agit ici de maintenir la spontanéité et l'exubérance du jeune enfant dans des limites compatibles avec les normes scolaires. L'école maternelle a trois ans pour arriver à ce que l'élève considère comme "normal" d'aller aux toilettes à l'heure de la récréation, puisque c'est ordinairement la norme mise en place dans les écoles élémentaires. Cet apprentissage commence dès la première année. http://www.socialisation-maternelle.com Note : pavlovien = reflexe conditionné (Ivan Pavlov était un médecin russe. Il a élaboré une théorie sur les réflexes conditionnés) 1) A quelle étape de la socialisation correspond cet apprentissage ? Par quel agent ?  3
2) Où voit-on la contrainte dans ce passage ? Comment permet-elle l’apprentissage ? Document 2 : Dans certains cas, la promiscuité de ces moments-là [passage aux toilettes] heurte la pudeur de l'enfant ; celui-ci peut alors utiliser des stratégies pour rendre la situation moins pénible. C'est le cas par exemple de Mégane (3 ans 5 mois). Nous sommes dans la deuxième quinzaine de septembre, quelques jours après la rentrée scolaire, en petite section. Mégane arrive parmi les premières, le matin dans la classe. Elle joue le plus souvent dans le coin cuisine; parfois elle prend un livre dans la bibliothèque. Mais quelle que soit son occupation, elle se montre très attentive au temps qui passe et aux "signes" qui annoncent que l'accueil va prendre fin. En effet lorsque la maîtresse annonce "on range!" elle range très rapidement le jeu qu'elle utilisait, va se planter devant l'enseignante en se tortillant et demande à aller aux toilettes. Persuadée de l'urgence, celle-ci accepte bien entendu et l'enfant se précipite, seule, dans les sanitaires qui jouxtent la classe. Ce qui fait que lorsque la maîtresse donne le signal fatidique, Mégane peut dire d'une voix posée "Moi ça y est!". Cette situation va se reproduire pendant quelques jours. La maîtresse n'est pas dupe mais elle autorise l'enfant à agir ainsi afin de respecter sa pudeur. Au bout de quelques jours, Mégane arrêtera d'elle-même ce manège et ira aux sanitaires en même temps que les autres. L'entraînement dû au groupe aura eu raison de sa pudeur des premiers jours. http://www.socialisation-maternelle.com 1) PourquoiMégane va-t-elle aux toilettes avant ses camarades ? 2) Que fait-elle pour éviter d’aller aux toilettes avec les autres ? 3) Pourquoi, l’institutrice laisse-t-elle faire Mégane ? 4) Que peut-on dire du comportement de l’institutrice ? 5) Pourquoi peut-on dire que la contrainte ne suffit pas à la réussite de la socialisation ? Activité 6 : Des pratiques socialisatrices différentes selon les catégories sociales/ Types de jouets majoritairement reçus à Noël selon la catégorie sociale de la famille (en %)  MajoritairementMajoritairement Educatifet Total éducatif récréatifrécréatif en proportion égale Catégories 14.670.814.6 100 populaires Catégories 30.145.6 24.3100 moyennes Catégories 42.142.1 15.8100 supérieures Ensemble 27.751.8 20.5100 Réactions des parents à une mauvaise note selon la catégorie sociale dela famille (%)  Retraitd’un TV,internet Autres EncouragentNe font queTotal jouet oupunitions oufont gronder téléphone retravailler supprimé l’exercice Catégories 9.721.6 2.0 29.437.3 100 populaires Catégories 6.713.5 9.8 37.632.4 100 moyennes Catégories 1.69.5 11.15423.8 100 supérieures Ensemble 5.314.5 7.1 44.129.0 100 Sandrine VINCENT, Le jouet et ses usages sociaux, La Dispute 2005 1. Faitesune phrase exprimantle sens de chacune des données soulignées 2. Quellessont les différences qui peuvent apparaitre entre les milieux sociaux ? 3. Peut-onexpliquer les différences entre les milieux sociaux par une plus ou moins grande attention portée à l’éducation des enfants  4
4. Quellespeuvent être les conséquences sur la socialisation de l’enfant de ces différentes d’éducation ? Activité 7: École : les beaux jours de l’inégalité des chances Parmi les 200 000 étudiants de troisième cycle universitaire ( +bac+5)10 000 seulement, soit___ %, étaient d’origine ouvrière. Dans les grandes écoles, c’est le désert : 1 % d’enfants d’ouvriers et 2 % d’enfants d’employés à l’Institut d’études politiques de Paris à la rentrée 2009. Comme l’a montréPierre Bourdieudans les années 60, la proximité entre le milieu familial et l’univers de l’école est un atout essentiel. Plus on s’en éloigne et moins on a de chances d’aller loin. Pratiquer à la maison le même langage qu’à l’école, pouvoir bénéficier d’un soutien, avoir des loisirs culturels et pédagogiquement orientés, ça aide. Avoir des parents qui ont pratiqué l’école permet de mieux comprendre son fonctionnement. Pour pouvoir choisir la bonne filière, encore faut-il en connaître les exigences et d’abord... l’existence. Louis Maurin.,Alternatives Economiques, n°228, septembre 2009 1. Complétezla deuxième phrase à l’aide d’un calcul ? 2. CommentPierre BOURDIEU explique-t-il les inégalités d’accès aux diplômes? Acticvité 8 : la socialisation anticipatrice. Doc 1 :Je m’appelle Christine. Mes parents avaient une conception très traditionnelle du couple, le mari devait avoir une activité professionnelle et la femme s’occuper de son foyer. Ma mère se voyait comme une bonne épouse et une bonne mère, ce qu’elle était d’ailleurs. Elle a tenté de m’inculquer cette vision des choses et, petite fille, je l’ai sans doute acceptée. Les choses se sont gâtées, si j’ose dire, au moment de l’adolescence, période au cours de laquelle j’ai refusé ce modèle sous l’influence d’amis et plus globalement en référence à une image de la femme qui était véhiculée par certains médias et de plus en plus valorisée par la société. On peut dire qu’à l’adolescence, ma socialisation s’est faite en opposition au modèle familial. Jeune femme, je me suis battue pour imposer ma conception égalitaire du couple à mon conjoint. Aujourd’hui, je vis seule et je me consacre pleinement à mon métier. J’ai un travail à l’international qui me passionne, me prend beaucoup de temps et rend difficile une vie de famille traditionnelle. En fait, le milieu professionnel dans lequel j’évolue est resté très « masculin » et il faut se plier à certaines règles pour y réussir. Doc 2 : Le pluralisme des messages auxquels sont confrontés les individus est au cœur des mécanismes de la socialisation anticipatrice. L’identité des individus ne se construit pas uniquement à partir des rôles intériorisés lors de l’enfance dans le cadre de la famille. On peut ainsi interpréter le déclin de la culture ouvrière chez les jeunes issus de familles ouvrières. La condition ouvrière (vulnérable à la précarité, au chômage, aux bas salaires) renvoie une image dévalorisée. (La condition des parents n’offre donc plus une référence pour construire son identité aux jeunes). Ceux-ci ont par ailleurs intériorisé les messages (que ce soit des médias ou de l’école) qui leur «parlent »de la possibilité (peu importe ici que cette possibilité soit réduite) de mobilité sociale, et développent des aspirations à sortir de la condition ouvrière pour accéder à la classe moyenne, notamment par l’intermédiaire des études. Ces jeunes vont donc se construire une identité en décalage avec celle de leurs parents.  D.Bollietet J-P. Schmitt, la socialisation, coll. « Thèmes et débats », Bréal, 20081) Lasocialisation secondaire de Christine est-elle en continuité ou en rupture avec sa socialisation primaire ? Justifiez votre réponse. 2) Commentla diversité des instances de socialisation a-t-elle facilité le parcours de Christine ? 3) D’aprèsces deux textes, qu’est-ce qu’une socialisation anticipatrice ? 4) Donnerdes exemples de socialisation anticipatrice qui ne mettent pas en jeu des groupes socioprofessionnels.  5