Concours des jeunes historiens mai

Concours des jeunes historiens mai

-

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Cinquième
1 Concours des jeunes historiens : 31 mai 2007 VIVRE AU MOYEN-AGE EN AQUITAINE Un parcours patrimonial à la recherche des traces du monde occidental chrétien médiéval : Monflanquin, Tournon d'Agenais, Agen, Bonaguil. Elèves de Cinquième 3 du Collège André Crochepierre de Villeneuve sur Lot : Schroiff Nicolas, Cantayre Ophélie, Jbirane Kamel, Brouat Aurélie, Boyer Romain, Pereira Alexis Salles Elsa, Delvert Yvan, Bihet Angélique, Trocmé Aymeric, Lagarde Rémi, Dehoulle Florine, Laval Antoine, Laville Maryne, Delbosq Maylis, Lafitte Bastien, Larue Emeline, Lagarde Clément, Debergue Caroline, Cassajus Giovanny. Sous la responsabilité des enseignantes : Nathalie Casas-Dessagne Sophie Bon -Coufignal Itinéraire de découverte dans le cadre de la Convention éducative du Conseil Général.

  • monflanquin

  • bastide

  • xiiième siècle

  • chrétien médiéval

  • photographie de l'atelier de lecture de carte

  • essor des villes dans l'occident médiéval depuis le xiième siècle

  • paysage aquitain


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mai 2007
Nombre de visites sur la page 134
Langue Français
Signaler un problème
Concours des jeunes historiens : 31 mai 2007 VIVRE AU MOYEN-AGE EN AQUITAINE Un parcours patrimonial à la recherche des traces du monde occidental chrétien médiéval : Monflanquin, Tournon d’Agenais, Agen, Bonaguil. Elèves de Cinquième 3 du Collège André Crochepierre de Villeneuve sur Lot : Schroiff Nicolas, Cantayre Ophélie, Jbirane Kamel, Brouat Aurélie, Boyer Romain, Pereira Alexis Salles Elsa, Delvert Yvan, Bihet Angélique, Trocmé Aymeric, Lagarde Rémi, Dehoulle Florine, Laval Antoine, Laville Maryne, Delbosq Maylis, Lafitte Bastien, Larue Emeline, Lagarde Clément, Debergue Caroline, Cassajus Giovanny. Sous la responsabilité des enseignantes : Nathalie Casas-Dessagne Sophie Bon -Coufignal Itinéraire de découverte dans le cadre de la Convention éducative du Conseil Général.  1
VIVRE DANS UNE VILLE MEDIEVALE : I) MONFLANQUIN I.1 Monflanquin : une bastide. a)La bastide est une ville neuve ou ville nouvelle du Moyen-âge. Elle vient du verbe bâtir. b) L’édification de la Bastide de Monflanquin date de la deuxième moitié du Moyen-Age, deuxième période de l’histoire de 476, fin de l’empire romain d’Occident à 1492, découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Le siècle d’édification Sous le règne de Dans le contexte historique de C’est le XIIIème siècle ; la Louis IX est le roi de France L’essor des villes dans construction débute en 1252 et (1226-1270). l’Occident médiéval depuis le se termine au1256. Alphonse de Poitiers, son frère XIIème siècle et celui des  est le fondateur de la bastide, en bastides dans le Sud-Ouest.  son nom. c) Les raisons de son édification sont politiques et économiques.Le roi de France voulait bâtir cette bastide car il voulait avoir de l’argent en développant le commerce mais aussi affirmer son autorité envers les grands seigneurs et le roi d’Angleterre d) Le plan de la ville se présente de façon très organisée.
église
place centrale
remparts
C’est une nouvelle organisation urbaine bien géométrique. Le plan en échiquier est composé de rues qui se terminent en angle droit. Chaque rue délimite des cases appelées îlots. Les rues menant à la place centrale sont charretières, elles sont larges, mesurées avec une corde à nœuds, elles présentent 17 intervalles d’une coudée (52.56cm). Les traversières ne font que 11 intervalles, les carrérots 5,5 intervalles. L’importance de la place centrale est visible. Avec ses monuments, la halle aujourd’hui disparue, les arcades, elle sert pour les marchés et les foires. e)Les fonctions de la ville sont: * économique, c’est un point de commerce * sociale, c’est un ensemble d’habitants recevant une parcelle de champs et un jardin hors la ville * politique, c’est un lieu des pouvoirs des bourgeois s’affirmant face aux seigneurs * militaire à la fin du XIIIème s, quand la bastide devient anglaise, elle est fortifiée avec des rempartshttp://patrimoinmonflanquin.free.fr/remparts.htmf) L’organisation de la ville: Lacharte des coutumes est un contrat juridique établie au nom du ou des seigneur(s) (fondateur) ; elle est destinée à attirer les paysans, les artisans et les commerçants vers la bastide et à leur accorder des avantages. La charte organise la vie des bastides en établissent les droits de chacun lorsqu’un délit se produit. La charte des coutumes de Monflanquin comporte 37 articles. Dans la charte, il y a des coutumes locales. LesConsulsreprésentent les habitants. Lebayle représente le fondateur.
2
Les articles de lacharte des coutumesde Monflanquin traitent des libertés politiques, civiles et économiques des habitants. Elle insiste beaucoup sur les peines. Nous l’expliquons en relevant le vocabulaire important de ce document. 1/ Quête,taille, droit de gîte SubsideLe comte renonce à ses droits 2/Eglise, couvent,ordre militaire,Aliéner seigneur, fief3/ordre clérical4/Bayle,justice Le meurtre est une limite à la liberté des personnes 5/sénéchal,juridiction,bastide Requête 6/ consul,diocèse Probe 7/curé, ecclésiastique8/duel, combat singulier Grief,disculper9/cens,francs alleux Inféoder 10/ cannes,aunes, deniers,fête deSte Foy, sols 11/lieutenant12/prud’hommes13/fête de l’Assomption,des rues L’administration locale s’occupe catholique, peuple 14/Immondices 15/laïque, clercs,privilégiés,héritage16/lieu Les marchandises venant de loin ne peuvent être vendues que sur la place 17/glaive18/Homicide 19/ Les injures sont punies d’amendes 20/banfraudes sont punies Les 21/leude22/foiAdultère L’adultère est puni 23/é éeEmoulu Les menaces sontpunies24/ Un vol dans un champ est puni 25/deniers26/ Les dégâts occasionnés par un animal sont punis 27/ L’usage de faux poids et mesures est puni 28/Convention,ajournement, créancier/débiteur29/Sentence 30/ 31/ 32/ 33/ 34/saumée, setier, hémine, carton,foires sont franches pour les étrangers Les sarcloir35/ballot, placagesomme minimale pour vendre est Une prévue 36/faubourgd’avoir un four pour les habitants qui Droit n’est pas le four banal du seigneur 37/libertésClergé,Economie,Justice,Militaire,Ville
3
TAIN: II.2) MONFLANQUIN, un paysage AQUI a) Le sitede Monflanquin s’identifie à partir de la table d’orientation: c’est un site de butte donc surélevé.
onflanquin est situé sur unPechqui veut dire colline occitan. Ainsi, la ville est naturellement protégée s ennemis mais aussi des inondations. Lavallées’étend à ses pieds. Elle est traversée par la Lèdesur laquelle s’installaient les moulins à eau. Les céréales y étaient apportées par les paysans. Elles y étaient moulues en farine, base de fabrication du pain. Celui –ci fait partie de la nourriture quotidienne. Photographies de l’atelier de lecture de paysage (CEDP) Une meule en pierre sert de support à la table d’orientation. Elle est en granit pour résister à l’usure quand les grains étaient écrasés dessus. Les champs cultivés et les forêts de feuillus dominent encore le paysage. Les vergers et les vignobles témoignent encore de l’importance de l’activité agricole. Les produits agricoles sont vendus lors des marchés et des foires dans la bastide. Photographie actuelle de Monflanquin L’église dominant le village, montre l’importance de la religion chrétienne catholique. C’est le lieu de culte principal de la bastide. BASTIDE ou ville médiévale Faubourgs : hors desremparts 4
b)sa situationgéographique:
 Carte en relief duBassin aquitain
Carte simplifiée despaysdu Lot-et-Garonne
Photographie de l’atelier de lecture de carte (CEDP)
Cet espace appartient à un ensemble plus vaste : lebassin aquitain.Son nom vient du latin. L’Aquitaine était une province romaine dans l’Antiquité. C’est une dépression creusée par la mer comme en témoignent les roches calcaires, très utilisées dans les constructions. Les cours d’eau y sont très nombreux. Le principal est laGaronne,un fleuve prenant sa source dans les hautes montagnes desPyrénées, se jetant dans l’Océan Atlantiquepar un estuaire. Le Lot est un de ses affluents, sa source est dans leMassif central.
Le Lot donne son nom à unpays: c'est-à-dire selon l’étymologie à unpagus: une contrée rurale. C’est lui qui fait son unité géographique. Monflanquin appartient à cepays. Il est à l’origine du département actuel : le Lot-et-Garonne.
Les cartes topographiques permettent de lire le paysage comme celui de Monflanquin. La plus ancienne date du XVIIIème siècle : c’est celle de Cassini : ttp://patrimoinmonflanquin.free.fr/cartesg.ht mNous utilisons aujourd’hui celle de l’IGN : Institut de Géographie Nationale : les éléments naturels et les aménagements humains y sont mentionnés ainsi que les courbes de niveau et les noms de lieu. Sur le terrain, la boussole, nous a été utile pour nous orienter.
5