Croizat Marion Académie de NICE Première ES CHAPITRE GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX

Croizat Marion Académie de NICE Première ES CHAPITRE GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX

-

Documents
9 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 CHAPITRE 2 GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX Manuel utilisé : BORDAS 2011 I. COMMENT LES INDIVIDUS S'ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES SOCIAUX ? 1. Qu'est-ce qu'un groupe social ? On distinguera les groupes sociaux, caractérisés par l'existence d'interactions (directes ou indirectes) entre leurs membres et la conscience d'une appartenance commune (familles, collectifs de travail, associations, etc.), des simples agrégats physiques (par exemple une file d'attente ou le public d'un spectacle) ou de catégories statistiques (PCS, groupes d'âge, etc.). Objectif : définir groupe social. IL est difficile de définir ce qu'est un groupe social. Il est plus aisé de distinguer ce qui n'est pas un groupe social. Activité 1. Analyse d'image. Doc 1 P. 198 distinguer collection d'individu et groupe social. A partir de ce travail, énoncez les caractéristiques d'un groupe social. Le groupe social famille : interaction, valeurs et normes communes, partage, solidarité. La collection d'individu : peu d'intéraction. Les individus ne se connaissent pas, n'ont pas forcément de point commun. Ils sont au même endroit au même moment par hasard. Activité 2 Faire le bilan. Reliez chaque notion aux exemples qui l'illustrent. P. 199 Groupe social Des amis qui se connaissent depuis la petite enfance, une mafia Catégorie statistique Les 15-25 ans, les 10% les plus riches Collection d'individus le public d'une pièce de théâtre, une masse

  • capacité d'action

  • normes communes

  • entreprise

  • groupe social

  • règles collectives

  • public

  • opinion publique par le biais des médias


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 29 mai 2012
Nombre de lectures 197
Langue Français
Signaler un problème
Croizat Marion Académie de NICE Première ES CHAPITRE2GROUPES ET RESEAUX SOCIAUXManuel utilisé : BORDAS 2011
I.
2011-2012
COMMENT LES INDIVIDUS SASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES SOCIAUX?
1.Qu’est-ce qu’un groupe social ? On distinguera les groupes sociaux, caractérisés par l'existence d'interactions (directes ou indirectes) entre leurs membres et la conscience d'une appartenance commune (familles, collectifs de travail, associations, etc.), des simples agrégats physiques (par exemple une file d'attente ou le public d'un spectacle) ou de catégories statistiques (PCS, groupes d'âge, etc.). Objectif : définir groupe social. IL est difficile de définir ce qu’est un groupe social. Il est plus aisé de distinguer ce qui n’est pas un groupe social. Activité1. Analysedimage.Doc 1 P. 198 distinguer collection d’individu et groupe social. A partir de ce travail, énoncez les caractéristiques d’un groupe social. Le groupe social famille: interaction, valeurs et normes communes, partage, solidarité. La collection d’individu: peu d’intéraction. Les individus ne se connaissent pas, n’ont pas forcément de point commun. Ils sont au même endroit au même moment par hasard. Activité 2 Faire le bilan. Reliez chaque notionaux exemples qui l’illustrent.P.199Groupe socialDes amis qui se connaissent depuis la petite enfance, une mafia Catégorie statistiqueLes 15-25 ans, les 10% les plus riches Collection d’individusle public d’une pièce de théâtre, une masse d’individus sur la plage, les visiteurs du Louvre. Groupe social :groupe formé d’individu en interaction et ayant conscience d’appartenir au groupe et étant désigné comme membre du groupe par les autres individus.
2.Les différents types de groupes sociaux On montrera que les groupes sociaux se différencient en fonction de leur taille, de leur rôle, de leur mode de fonctionnement et de leur degré de cohésion. Objectif : Distinguer groupe primaire et groupe secondaire en fonction du type de relations entretenues. Activité3. AnalysedetexteDoc 2 p. 200 : Le gang, un exemple de groupe primaire, A. Coulon a)Comment le gang est-il organisé ? Le gang un groupe de petite taille. Les individus sont soudés autour d’une culture spécifique qui les distingue des autres individus. Il a des ennemis. Il y a une hiérarchie : chaque membre a un statut et un rôle spécifique. b)D’après la description du gang peut-on dire que la famille est également un groupe primaire ? La famille est un groupe de petite taille, les individus sont soudés par des sentiments, ils ont des liens de parentés et une histoire commune. Chaque membre de la famille a un statut (ex : père) et des rôles correspondants (ex : pourvoyeur du foyer). Les membres sont solidaires.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 Activité4. AnalyseimageDoc 4 p. 201. L’entreprise, un exemple de groupe secondaire. a)Pourquoi l’entreprise apparait ici comme un groupe secondaire ? Les ouvriers et le contremaitre ne se parlent pas. Ils ont chacun une fonction et sont liés par leur tache dans l’entreprise. Ce n’est pas par choix que les travailleurs se côtoient mais par obligation. b)L’entreprise est-elle toujours composée de groupes uniquement secondaires ? Non, l’entreprise peut compter des groupes primaires si les individus entretiennent des liens amicaux ou familiaux. Activité 5. Faire le bilan. Compléter le tableaup.201. Foule Groupe primaire Groupe secondaire Degré d’organisationTrès Faible élevé Très élevé interne/différenciation des rôles. Nombre d’individusMoyenGrand Peti Relations entre les individusRelationsRiches fortes Contagion des émotions imitations fonctionnelles Conscience des butsFaible Elevée Faible à élevée ctions communesInexistantes Importantes, Importantes, habituelles et spontanées voire lanifiées novatrices. Groupe primaire :groupe de petite taille dont les membres entretiennent des relations interpersonnelles au sein desquels la solidarité est forte et où s’effectue entre autre la socialisation primaire. Groupe secondaire :groupe de grande taille dont les membres entretiennent des relations de nature fonctionnelle.
3.Groupe de référence et stratégies de socialisation anticipatrice On évoquera les situations où les individus prennent comme référence un autre groupe que celui auquel ils appartiennent. Activité6Analysevidéo.Extraits du reportage Les bonnes manières, Documentaire de Céline Destève et Lucie Mei D’Alby. Diffusé sur France 3, 2007 Objectif : distinguer groupe de référence et groupe d’appartenance et définir socialisation anticipatrice. a)A quel groupe social appartiennent les personnes venant prendre des cours de bonnes manières ? Legroupe social d’appartenancedes participants est surtout la « classe moyenne ». b)Pourquoi viennent-ils assister aux cours de bonnes manières de Nadine de Rothschild ? Nadine de Rothschild a épousé un banquier et devenue baronne. Elle a écrit depuis des ouvrages sur les bonnes manières en vigueur dans l’aristocratie. Les individus des classes moyennes ou aisées viennent apprendre les bonnes manières dugroupe de référencecar ils aimeraient s’intégrer dans la haute bourgeoisie qui côtoie l’aristocratie. Ils pratiquent ce qu’on appelle lasocialisation anticipatrice, ils apprennent les normes et les valeurs d’un groupe qui n’est pas leur groupe d’appartenance afin de permettre leur future intégration. c)Pourquoi est-il difficile pour les apprentis de maitriser les bonnes manières ? Lasocialisation anticipatriceest difficile car il s’agit de mettre de coté lesnormes et valeursintériorisées durant lasocialisation primaireet qui sont devenues des manières de faire et de penser naturelles. Synthèse : Il est possible d’acquérir les modes de penser, de sentir et d’agir d’un groupe grâce à la volonté d’en faire partie. La socialisation anticipatrice permet donc de se distinguer de son groupe d’appartenance et d’intégrer un groupe de référence considéré comme plus prestigieux.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 Exemple : l’apprentissage des bonnes manières pour entrer dans le monde de la grande bourgeoisie. Groupe d’appartenance :milieu social auquel l’individu appartient du fait de sa socialisation primaire. Groupede référence :groupe social porteur de valeurs désirables et en conformité avec ses propres opinions. Il peut être différent du groupe d’appartenance et entrainer une socialisation anticipatrice. Socialisation anticipatrice :forme de socialisation où l’individu intériorise les normes et les valeurs d’un groupe de référence auquel il souhaite appartenir. L’individu tente de s’approprier les normes et les valeurs de ce groupe pour faciliter son intégration.
II.
COMMENT LA TAILLE DES GROUPES INFLUE-T-ELLE SUR LEUR MODE DE FONCTIONNEMENT ET LEUR CAPACITE DACTION?
1.L’organisation selon la taille du groupe social On montrera que les modes de relations interpersonnelles au sein d'un groupe de petite taille sont fondamentalement différents des modes de relations impersonnelles dans les grands groupes. Activité 7 Réflexion collective autour du fonctionnement d’un groupe social et de sa capacité d’action. Vous êtes un groupe de 4 amis, vous voulez organiser un week-end en camping, comment vous organisez-vous ? Vous partagez les taches et les moyens pour atteindre un objectif commun : passer un bon we ! vous partagez desrelations interpersonnelles, vous pouvez communiquez ensemble et vous entendre rapidement car vous avez les mêmes envies et les mêmes gouts. Vous êtes un groupe de 300 amis sur facebook et vous voulez organiser un week-end en ardèche, comment vous organisez-vous ? L’organisation est plus délicate du fait du nombre, il est fort probable qu’il y ait des désistements, des personnes qui ne veulent pas s’investir. Vous partagez desrelations impersonnellescar vous ne pouvez connaitre tous les autres. Les taches sont difficiles à répartir, cela demande du temps, de l’argent. En fait ; les coûts sont lourds à supporter pour les organisateurs et il est peu probable que des personnes soient motivées pour endosser le rôle de chef. Document 3 p. 207 : Un grand groupe peut-il se libérer des contraintes organisationnelles ? Ce lycée auto-géré s’est-il libéré de toutes contraintes organisationnelles ? Les lycéens ont la liberté de choisir leurs enseignements (avantage) mais doivent participer aux taches de gestion (coûts) : il faut se concerter (temps de réunion), réaliser les taches ménagères et administratives (coûts). Synthèse : Plus la taille d’un groupe social est important plus sa capacité d’action se réduit. Il faut compter sur une organisation stable et institutionnalisée pour qu’un grand groupe soit en capacité d’agir.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES
2011-2012
2.Les rapports sociaux au sein de l’entreprise (regards croisés) On montrera comment l'entreprise constitue un mode de coordination des actions par la hiérarchie. On mettra aussi en évidence comment coopération et conflits s'entremêlent dans la production de l'action collective. On mobilisera pour cela les apports de la sociologie (mobilisation et logiques d'acteurs). Activité8. Analysevidéo.Extrait de «Stupeur et tremblement»Objectif : distinguer l’organisation impersonnelle et hiérarchisée dans une grande entreprise de l’organisation d’un groupe de petite taille. a)Quel est le rang d’Amélie dans la hiérarchie de l’entreprise ? Elle est tout en bas, elle a 4 supérieurs hiérarchiques. Une entreprise se base toujours sur unehiérarchie, c'est-à-dire une échelle continue de position qui classe les individus en fonction de leur niveau de responsabilités et de pouvoir. Lahiérarchiepermet de coordonnerles actions des individus car il est difficile d’épouser les mêmes objectifs. Les taches sont réparties en fonction de la place dans la hiérarchie, il faut organiser lacoopérationentre tous les membres grâce à des règles strictes. b)Quels rapports sociaux entre les salariés sont induits pas cette organisation hiérarchique de l’entreprise ? Des règles strictes de comportement régissent les rapports sociaux dans l’entreprise. Amélie ne peut saluer directement le PDG. Amélie ne peut poser de question à une autre personne qui n’est pas son supérieur direct. Amélie ne peut se plaindre directement au patron, elle doit passer par la voie hiérarchique donc en référer à son supérieur direct qui fera suivre ses doléances. Lesconflitssont gérés par voie hiérarchique. Activité 9. Analyse vidéo. Extrait de « Potiche », François Ozon, 2010 Objectif : La gestion des conflits, la négociation et les compromis dans les entreprises. a)Qui est réuni dans la scène ? Mme Pujol, directrice de l’entreprise, sa secrétaire et des délégués syndicaux ou des représentants des salariés. b)Qui a la parole dans cette réunion ? Tous les participants peuvent prendre la parole. Lesdélégués du personnels(élu par les salariés) etsyndicaux(désigné par le syndicat quand > 50 salariés) ont légalement le droit d’exprimer lesrevendicationset les patrons ont l’obligation de les écouter. c)Quel est le but de cette réunion ? Les salariés sont engrèveet à travers leursporte-paroleexposent leurs revendications à propos des conditions de travail et des contrats de travail. Leconflitoppose deux partis qui n’ont pas forcément les mêmes objectifs. Les patrons veulent maximiser le profit de l’entreprise, les salariés veulent des bonnes conditions de travail et des salaires élevés ce qui peut être incompatible. Ils sont là pournégocieravec la direction, c’est-à-dire discuter jusqu’à ce que soit trouvé uncompromis. d)Patrons et salariés ont-ils des intérêts communs ? Oui, tous ont intérêt à ce que l’organisation survive, que l’entreprise soit en bonne santé. Il doivent donc coopérerafin que l’organisation soit pérenne. e)Quelles sont les revendications des salariés ? ème Attribution du 13 mois (Gratification versée par l'employeur, égale à un mois de salaire. Le 13e mois n'est pas prévu par la loi. Il peut résulter de la convention collective, du contrat de travail, d'un usage ou encore d'un engagement unilatéral de l'employeur)5ème semaine de congé payé (depuis 1982, c’est le minimum, mais les salariés peuvent négocier plus) Généralisation des 40h (à partir de 1936, c’est le temps légal de travail, ce qui signifie qu’au-delà de 40h le salarié effectue des heures supplémentaires s’il est d’accord, depuis 2000, le temps de travail hebdomadaire est de 35h)
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 Majoration des heures supplémentaires de 25% (une heure supplémentaire serait payée 25% de plus qu’une heure « normale »). f)Sur quel document se base le porte-parole ? Sur laconvention collective: accord entre organisations syndicales et patronales définissant chacun des statuts des salariés d'une branche professionnelle, après une négociation passée entre les organisations représentant les employeurs et les organisations représentant les salariés. L’organisation d’une entreprise est donc encadrée par des institutions et des textes. Synthèse : Dans un groupe social étendu comme une grande entreprise, les rapports sociaux sont encadrés par des règles collectives et des institutions. Les individus ont une place dans la hiérarchie qui définit leur statut et leur rôle dans le groupe. Les membres ont parfois des intérêts contradictoires et il faut trouver des compromis par la négociation pour résorber un conflit. Ces compromis peuvent faire évoluer les règles collectives.
2.Les difficultés d’organisation du groupe social On s'interrogera sur les effets d'une augmentation de la taille d'un groupe sur son mode d'organisation et sa capacité à se mobiliser pour promouvoir les intérêts de ses membres (associations, syndicats, partis politiques). Activité 10. Réflexion autour de la capacité d’un groupe social à se mobiliser. Document 1 p. 208 Document image. La variété des stratégies d’action (action Greenpeace et grève) Objectif : Définir groupe d’intérêt et citer les difficultés auxquelles peut être confrontée une organisation. a)Discuter : qu’est-ce qui distingue les deux types de mobilisation ? Mobilisation pour Greenpeace/gréviste contre la réforme des retraitesgroupes d’intérêt Groupe d’intérêt :organisation qui participe au débat public et qui vise à influencer non seulement les pouvoirs publics mais aussi d’autres groupes et l’opinion publique autour d’enjeux divers. b)Un mouvement de grève ou une manifestation sont-il toujours légaux ? Si le mouvement degrèveestcollectifet s’il estporteur de revendicationalors il estlégal. Il n’est pas utile de déposer un préavis de grève à part dans le secteur public et les transports. Mais lesmanifestationssont réglementées, de façon à prévenir les troubles de l’ordre public. Depuis 1935, il existe uneobligation de déclaration préalable: trois organisateurs de la manifestation doivent, au minimum trois jours avant l’événement, déposer une déclaration à la mairie ou à la préfecture indiquant leurs noms et domiciles, le jour, l’heure et l’itinéraire de la manifestation. Si la manifestation est finalement interdite, ses organisateurs peuvent saisir le juge administratif. Il faut que les restrictions soient justifiées par des nécessités de maintien de l’ordre public. c)A quelles conditions mouvement de grève ou une manifestation peut-il espérer atteindre ses objectifs ? Il faut denombreux grévistesqui s’engagent autour des mêmes revendications. Il faut que le groupe réussisse à se faire entendre c’est-à-dire à atteindre l’opinion publique par le biais des médias (« faire le buzz ») Pour cela, les groupes mettent en place des stratégies, utilisent des actions variées (répertoires d’action) d)Pourquoi est-ce couteux pour un individu de faire grève ? Une journée de grève est une journée non travaillée, donc non rémunérée. Il est également mal vu par les supérieurs de faire grève, ce qui est donc un frein à la promotion professionnelle. Faire grève représente un coûtimportant pour le travailleur. e)Un non gréviste est-il forcément contre les revendications portées par les collègues grévistes ? Un non-gréviste peut avoir intérêt à continuer à travailler tout en espérant que ses collègues portent les revendications en faisant grève. On parle de comportement depassager clandestinpour désigner cette attitude qui consiste à profiter desavantagesd’unemobilisation collectivesans en supporter lescoûts.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 Passager clandestin ((ou free-ticket rider) :individu rationnel qui bénéficie des avantages procurés par une action sans en subir les coûts. f)Comment diminuer le nombre de passager clandestins ? On voit souvent que les personnes qui n’ont rien à perdre (fermeture programmée d’une entreprise) plus les personnes se mobilisent en masse : lesavantagesde la mobilisation (surtout en termes symbolique et psychologique) dépassent lescoûts. Il est donc possible de diminuer le nombre defree-ticket rideren proposant des avantages plus importants et individuels à la mobilisation. Par exemple, si vous voulez qu’une personne se syndique il faut lui proposer des services personnels. Les personnes qui savent que le syndicat pourra les aider dans leur carrière (promotion, mutation, préretraite) ou dans leur vie privée (garde d’enfant) vont plus facilement faire la démarche. On appelle cela desincitations sélectives. Incitations sélectives :système d’avantages utilisés par les organisateurs d’une mobilisation afin d’inciter les individus à participer à l’action. Activité 11. Analyse Vidéo : « Ressources humaines », de Laurent Cantet, 1999. Conflits, négociation, rôle des syndicats et grève. a)Qu’annonce le directeur de l’usine au début de la réunion ? L’entreprise fait des profits (le terme comptable est bénéfice mais le terme économique est le profit). b)Pourquoi la dame qui fume réagit à cette annonce ? Et qui est cette femme, quel est son rôle dans l’entreprise ? Malgré les bons résultats économiques,l’entreprise ne compte pas augmenter les salairesreste fragile ». Cette femme estdes salariés car la situation de l’entreprise « une représentante syndicale, elle représente les salariés de l’usine. Les délégués syndicaux ont le droit et le devoir d’assister aux réunions. Ils disposent de locaux spécifiques pour se réunir. c)Quel conflit semble illustrer cet extrait ? Cette situation illustre unconflit du travailqui se caractérise par undésaccordentre employeurs et salariés. D’un coté les salariésrevendiquent une hausse des salaires, des améliorations des conditions de travail et la protection de leurs acquis sociaux.De l’autre coté, les dirigeants veulent maximiser le profit en n’augmentant pas les salaires et en licenciant les ouvriers non productifs. Toutefois, les deux parties ont un objectif en commun : assurer la pérennité de l’entreprise. d)? Quelles techniques sont utiliséesDe quoi les salariés ont-ils besoins pour organiser la grève pour atteindre les objectifs ? La solidarité entre les grévistes est très importante pour que la grève soit réussie. Ils se partagent les taches pour trouver un local pour se réunir, convoquer la presse locale (répertoire d’action pour alerter l’opinion publique), distribuer des tracts (pout mobiliser le plus possible et faire nombre), fabriquer des banderoles. Les ouvriers choisissent le blocage et l’occupation des locaux comme stratégie, mais ils doivent convaincre les non-grévistes de participer au mouvement et d’arrêter de travailler. e)Qu’est-ce qui fait la force de la grève d’après la déléguée syndicale ? Qu’est-ce qui peut affaiblir cet atout ? La production enflux tendusdans l’entreprise donne du pouvoir aux grévistes. En effet, comme il n’y a pas de stock dans l’entreprise, l’arrêt des machines signifie que les clients ne seront pas fournis. Les patrons seront obliger de réagir rapidement pour relancer la production et honorer leurs commandes et leurs contrats. Toutefois, si tous les ouvriers ne participent pas, la production ne s’arrête pas et le mouvement aura moins d’impact. L’existence depassagers clandestinspeut mettre en échec l’action collective. Représentation des salariés : Dispositif permettant la consultation ou la participation des salariés aux décisions de l’entreprise relatives aux conditions de travail et à l’emploi.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES
2011-2012
III.COMMENT LES RESEAUX SOCIAUX FONCTIONNENT-ILS?On montrera que les réseaux sociaux constituent une forme spécifique decoordinationacteurs et de entre sociabilité(réseaux internet, associations d'anciens élèves, etc.). On pourra présenter quelques exemples très simples de structuration de réseaux. On s'intéressera surtout au rôle des réseaux en matière derecherche d'emploi en discutant plus particulièrement la thèse de «la force des liens faibles».
1.Pourquoi des réseaux sociaux ? Questions introductives et collectives. a)A quelle condition considère-t-on qu’un élève est bien intégré dans son lycée ? Quand un élève a beaucoup d’amis et est considéré par ses professeurs, on estime que l’élève est bien intégré au lycée. Il en est de même pour un individu à l’échelle de la société. L’individu est bien intégré quand il a tissé beaucoup de liens sociaux avec les autres. b)Comment tisse-t-on traditionnellement ses liens sociaux ? Les liens sociaux correspondent à toutes les relations qu’on entretien avec les autres individus. On les tisse à travers sa famille d’abord, puis ses amis, ensuite le voisinage et les associations. Il existe donc différentes formes de sociabilité correspondant à des cercles de relations plus ou moins proches des individus. c)Quelles formes de sociabilité se basent sur les liens sociaux particulièrement forts ? Avec la famille et les amis se tissent des liens sociaux forts car vous connaissez bien ces individus, vous les côtoyez. d)Si vous cherchez à effectuer un stage professionnel, comment allez-vous procéder pour trouver une place dans une entreprise ? Vous allez chercher parmi vos amis ou dans votre famille, puis vous allez compter sur les amis des amis ou de la famille éloignée avec lesquels vous entretenez desliens plus faibles. Vous appelez toutes vos connaissances et activez votreréseau socialpour atteindre vos objectifs. Activité12. AnalyseVio: Extraits du film «The social network», David Fincher, 2010a)D’après Mark Zuckerberg, que recherchent les personnes sur internet ? Comment expliquer ce comportement sociologiquement ? D’après Zuckerberg, les individus veulent chercher des informations à propos des personnes qu’ils connaissent. L’individu est un être qui est socialisé pour vivre en cohésion avec les autres individus. Son intégration passe par le tissage de liens sociaux. Internet et plus particulièrement les réseaux sociaux permettent de tisser ou de renforcer des liens sociaux. b)Que veut dire Edouardo quand il affirme « dans un monde où la structure sociale représente tout » ? point de vue sociologique.Remarque : Le terme de « structure sociale » est mal employé d’un Pour les individus, le lien social représente tout au sens où les liens sociaux même faibles peuvent permettre aux personnes d’atteindre des objectifs comme accéder à un emploi, accéder à un loisir, accéder à certains biens ou services de consommation. En réalité, les liens sociaux tissés représentent uncapital social, c'est-à-dire toutes les relations qui peuvent être mobilisées à tout moment par l’individu pour atteindre des objectifs. Par exemple, j’ai un ami d’un ami qui est journaliste et mon fils veut faire un stage en entreprise dans un journal. JE peux activer mon réseau social et faire jouer mesliens sociaux faiblespour obtenir une place pour lui par l’intermédiaire de mon ami.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 c)Comment Mark Zuckerberg fait-il pour lancer The Facebook auprès d’un public à la fois ciblé et large ? Il utilise le réseau social d’Edouardo qui connait les adresses mails des étudiants de Phenix. Les étudiants de Phénix ont ensuite leur propre réseau social qui permettra de diffuser l’information très rapidement. La force des réseaux sociaux résident dans la diffusion rapide de l’information. d)Comment les liens faibles issus du réseau social peuvent-ils se transformer en liens forts ? Le réseau social peut être un tremplin à une rencontre physique entre les membres du réseau. Des liens professionnels ou amicaux peuvent émerger et les liens faibles se transforment en liens forts. Exemple : les trois garçons qui viennent parler à Mark après la conférence de Bill Gates. Capital social :ensemble des ressources auxquelles un acteur peut accéder grâce à l’ensemble de ses relations directes (ses propres contacts) et indirectes (les relations de ses contacts). Activité 13 Simulation de l’activation d’un réseau social pour coordonner une action et création d’un sociogramme. Consigne : Vous voulez organiser une manifestation pour dénoncer l’ouverture des magasins le dimanche. Qui connait des personnes qui peuvent vous aider interpeler l’opinion publique ? Comment vous coordonner ? Jean connait un syndicalisteMarie connait une femme politiqueGérard connait un journalistemes copains de facebook sont prévenus par la création d’un évènementmon ami a déjà organisé une manifestation l’année dernière… Le réseau social rassemble tous les liens sociaux qu’un individu a réussi à tisser et prend la forme d’un carnet d’adresse qui pourra être utilisé pour atteindre des objectifs. Il peut également faciliter la coordination des acteurs autour d’objectifs collectifs. Les liens sociaux dits « faibles » sont utiles et peuvent être activés quand les liens sociaux « forts » ne permettent pas d’atteindre des objectifs personnels. Le réseau social peut être représenté par un graphique appelé sociogramme.
2.Quelles conséquences sur le lien social ? Activité14. Analysede textes.Document 1, p. 216 Le réseau internet, Marie Briand, sciences humaines, 2010. a)Sur quoi reposait la création des réseaux sociaux avant l’utilisation d’internet ? Le réseau social n’est pas apparu avec internet, il a toujours existé et a toujours tenu un rôle fort pour les individus. Les réseaux sociaux se formaient au gré des rencontres. Les personnes pouvaient agrandir leurs carnets d’adresse en se rendant dans des lieux propices au rencontre comme le travail, les lieux de loisirs. Exemple : les rallyes pour les aristocrates et les bourgeois, les fêtes de village, etc. b)En quoi les réseaux sociaux internet permettent-ils de créer du lien social ? Les individus entretiennent des relations à distance à travers les réseaux sociaux. Toute action qui permet la communication ou une relation entre deux individus est créatrice de lien social. En fait, d’après Marie Briand, les réseaux sociaux d’internet ont permis d’augmenter considérablement le capital social des personnes membres. c)quoi le lien social créé à travers les réseaux sociaux internet est-il différent du lien socialEn traditionnel ? Il s’effectue par le biais de la nouvelle technologie et permet de relier des individus qui n’auraient pu se rencontrer physiquement. On appelle ces liens, desliens faiblescar ils sous-entendent souvent une connaissance réciproque très lacunaire.
Croizat Marion Académie de NICE Première ES 2011-2012 d)Est-ce que les relations par réseaux sociaux tendent à remplacer les liens sociaux traditionnels ? Le lien social est renforcé par l’utilisation des réseaux sociaux qui ne détruit pas l’ancienne sociabilité. Les réseaux sociaux internet représentent une nouvelleforme de sociabilitémais ne remplace pas les formes de sociabilité traditionnelle. Document 2 p. 220 la force des liens faibles. a)Pourquoi les liens forts peuvent-ils être insuffisants pour la recherche d’un emploi ? Les liens forts sont moins nombreux et relient peu de personnes. Surtout, ils ne permettent pas de relier des groupes sociaux trop différents. Si un individu ne s’appuie que sur les personnes de son entourage qu’il connait bien, il peut lui être difficile de trouver un emploi. b)En quoi peut-on parler de la force des liens faibles dans l’accès à l’emploi ? Les liens faibles ont la particularité de relier des individus appartenant à des groupes sociaux différents voire éloignés. D’après une étude, en majorité les américains ont trouvé leur emploi grâce à un contact qu’ils ne fréquentaient qu’occasionnellement. Les réseaux sociaux propices à la création de liens faibles peuvent représenter une opportunité pour trouver un emploi. Synthèse :Le réseau social d’un individu est renforcé par l’utilisation des réseaux sur internet car ils permettent la multiplication des liens faibles. Ces liens faibles sont très utiles dans la recherche d’un emploi car ils permettent de dépasser les frontières de son groupe social d’appartenance.