JEAN ANTOINE DE BAÏF POEMES LIVRE NEUVIEME LE RAVISSEMENT D EUROPE1 L aube au rosin atour Les cieux voysins bigarroit alentour Les parsemant de safran et de roses Et le soleil ses barrieres descloses Mit sous le joug ses chevaux souflefeux Enflammant l air de ses épars cheveux Lors se levant la pucelle s apreste Nue en chemise fin que rien n arreste Son partement2 quand sa pudique bande Frapa son huys qui deja la demande La bande estoit de douze damoiselles L elite et fleur d entre mille pucelles Des environs toutes de haut lignage Des mesmes ans et de mesme courage Avecques soy tousjours la belle Europe Souloit mener cette gentile trope Fust pour chasser par les monts caverneux Ou se baigner aux fleuves areneux Fust pour cueillir par les vertes prairies Le bel esmail des herbettes flories Ja3 tu tenois Europe la fenestre Pour te pigner4 l yvoire dans ta destre Lorsque voicy des filles la brigade Aux crins nouez en simple vertugade5 Portant chacune un panier en ses doits Et te pignant accourre6 tu les vois Mais tant te tient de jouer le desir Qu à peine adonc7 tu te donnes loisir Ny d agenser ta blonde cehevelure Ny d aviser ta riche vesture Ains8 tu troussas en un neu simplement Tes crins espars et pour abillement Sur toy tu mis une cotte de soye Rayée d or qui luysamment ondoye Parmi l éclat d un serien9 satin Puis te chaussant un bienfaitis10 patin
5 pages
Français

JEAN ANTOINE DE BAÏF POEMES LIVRE NEUVIEME LE RAVISSEMENT D'EUROPE1 L'aube au rosin atour Les cieux voysins bigarroit alentour Les parsemant de safran et de roses Et le soleil ses barrieres descloses Mit sous le joug ses chevaux souflefeux Enflammant l'air de ses épars cheveux Lors se levant la pucelle s'apreste Nue en chemise fin que rien n'arreste Son partement2 quand sa pudique bande Frapa son huys qui deja la demande La bande estoit de douze damoiselles L'elite et fleur d'entre mille pucelles Des environs toutes de haut lignage Des mesmes ans et de mesme courage Avecques soy tousjours la belle Europe Souloit mener cette gentile trope Fust pour chasser par les monts caverneux Ou se baigner aux fleuves areneux Fust pour cueillir par les vertes prairies Le bel esmail des herbettes flories Ja3 tu tenois Europe la fenestre Pour te pigner4 l'yvoire dans ta destre Lorsque voicy des filles la brigade Aux crins nouez en simple vertugade5 Portant chacune un panier en ses doits Et te pignant accourre6 tu les vois Mais tant te tient de jouer le desir Qu'à peine adonc7 tu te donnes loisir Ny d'agenser ta blonde cehevelure Ny d'aviser ta riche vesture Ains8 tu troussas en un neu simplement Tes crins espars et pour abillement Sur toy tu mis une cotte de soye Rayée d'or qui luysamment ondoye Parmi l'éclat d'un serien9 satin Puis te chaussant un bienfaitis10 patin

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée, Terminale
1 JEAN-ANTOINE DE BAÏF, POEMES, LIVRE NEUVIEME LE RAVISSEMENT D'EUROPE1 …………………………………… ………………L'aube au rosin atour Les cieux voysins bigarroit alentour, Les parsemant de safran et de roses ; Et le soleil, ses barrieres descloses, Mit sous le joug ses chevaux souflefeux, Enflammant l'air de ses épars cheveux. Lors se levant la pucelle s'apreste, Nue en chemise, à fin que rien n'arreste Son partement2, quand sa pudique bande Frapa son huys, qui deja la demande. La bande estoit de douze damoiselles, L'elite et fleur d'entre mille pucelles Des environs, toutes de haut lignage, Des mesmes ans et de mesme courage. Avecques soy tousjours la belle Europe Souloit mener cette gentile trope, Fust pour chasser par les monts caverneux, Ou se baigner aux fleuves areneux, Fust pour cueillir par les vertes prairies Le bel esmail des herbettes flories. Ja3 tu tenois, Europe, à la fenestre Pour te pigner4 l'yvoire dans ta destre, Lorsque voicy des filles la brigade Aux crins nouez, en simple vertugade5, Portant chacune un panier en ses doits, Et te pignant accourre6 tu les vois, Mais tant te tient de jouer le desir, Qu'à peine adonc7 tu te donnes loisir, Ny d'agenser ta blonde cehevelure, Ny d'aviser à ta riche vesture ; Ains8 tu troussas en un neu simplement Tes crins espars, et pour abillement Sur toy tu mis une cotte de soye Rayée d'or, qui luysamment ondoye Parmi l'éclat d'un serien9 satin, Puis te chaussant, un bienfaitis10 patin, 1 Imité de Moschus.

  • tenant en main de roses

  • quand desja

  • dieu feuvre16

  • donter des dieux

  • aperceurent loing du troupeau de frayeur

  • main

  • douce aleine

  • moy


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 28
Langue Français

Exrait

1
J
EAN
-A
NTOINE DE
B
AÏF
, P
OEMES
, L
IVRE NEUVIEME
L
E RAVISSEMENT D
'E
UROPE
1
……………………………………
………………L'aube au rosin atour
Les cieux voysins bigarroit alentour,
Les parsemant de safran et de roses ;
Et le soleil, ses barrieres descloses,
Mit sous le joug ses chevaux souflefeux,
Enflammant l'air de ses épars cheveux.
Lors se levant la pucelle s'apreste,
Nue en chemise, à fin que rien n'arreste
Son partement
2
, quand sa pudique bande
Frapa son huys, qui deja la demande.
La bande estoit de douze damoiselles,
L'elite et fleur d'entre mille pucelles
Des environs, toutes de haut lignage,
Des mesmes ans et de mesme courage.
Avecques soy tousjours la belle Europe
Souloit mener cette gentile trope,
Fust pour chasser par les monts caverneux,
Ou se baigner aux fleuves areneux,
Fust pour cueillir par les vertes prairies
Le bel esmail des herbettes flories.
Ja
3
tu tenois, Europe, à la fenestre
Pour te pigner
4
l'yvoire dans ta destre,
Lorsque voicy des filles la brigade
Aux crins nouez, en simple vertugade
5
,
Portant chacune un panier en ses doits,
Et te pignant accourre
6
tu les vois,
Mais tant te tient de jouer le desir,
Qu'à peine adonc
7
tu te donnes loisir,
Ny d'agenser ta blonde cehevelure,
Ny d'aviser à ta riche vesture ;
Ains
8
tu troussas en un neu simplement
Tes crins espars, et pour abillement
Sur toy tu mis une cotte de soye
Rayée d'or, qui luysamment ondoye
Parmi l'éclat d'un serien
9
satin,
Puis te chaussant, un bienfaitis
10
patin,
1
Imité de Moschus. Baïf a donné au récit du poète grec quelques développements qui ont beaucoup de grâce et
animent la scène.
2
Départ
3
Déjà
4
Peigner
5
Jupon.
6
Inf. ancien, accourir.
7
Alors.
8
Mais au contraire.
9
De soie, soyeux,
sericus
. Néologisme.
10
Bien fait, bien ajusté, avec art. Le patin était un soulier de femme.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents