LA TRANSPLANTATION D'ORGANES

-

Documents
17 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
LA TRANSPLANTATION D'ORGANES La transplantation rénale est actuellement une activité courante dans les centres spécialisés. Cependant, de nombreux facteurs immunologiques ou non immunologiques sont responsables d'une altération chronique du greffon, expliquant des résultats à long terme imparfaits : la demi-vie des greffons rénaux est de 12 ans. De grands progrès ont été réalisés en matière d'immunodépression qu'il s'agisse de son efficacité et de sa tolérance. Toutefois, ses effets secondaires notamment infectieux et néoplasiques restent une grande préoccupation. Plus de 4000 insuffisants rénaux sont inscrits sur la liste d'attente de transplantation en France. Le nombre d'organes disponibles est insuffisant. L'activité de prélèvement, qu'il s'agisse d'organes prélevés chez le donneur vivant ou chez les personnes décédées en état de mort cérébrale, est limitée par des problèmes d'éthique encore imparfaitement résolus et peut être encore plus le manque d'adhésion de nos concitoyens. La transplantation est envisagée chez les insuffisants rénaux chroniques traités par dialyse périodique, plus rarement avant la mise en route de la dialyse. - La néphropathie initiale doit être reconnue : - les néphropathies glomérulaires sont susceptibles de récidiver. - Les uropathies peuvent justifier un traitement préalable : - une polykystose volumineuse ou siège de foyers infectieux peut nécessiter une néphrectomie ; - un reflux infecté doit être corrigé, - des malformations complexes peuvent nécessiter des traitements adaptés (création d'une néovessie).

  • donneur

  • receveur

  • cellule

  • lésions de fibrose interstitielle

  • greffe

  • rejet chronique

  • hla

  • réaction de rejet

  • altération chronique du greffon


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 2004
Nombre de lectures 20
Langue Français
Signaler un problème
<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1"><style t...
LA TRAN SPLAN TATI
1 . PRÉAM BU LE
Page 1 sur 17
ON D ' ORGAN ES
La t r ansplant at ion r énale est act uellem ent une act iv it é cour ant e dans les cent r es spécialisés. Cependant , de nom br eux fact eur s im m unologiques ou non im m unologiques sont r esponsables d'une alt ér at ion chr onique du gr effon, ex pliquant des r ésult at s à long t er m e im par fait s : la dem i- v ie des gr effons r énaux est de 1 2 ans.
De gr ands pr ogr ès ont ét é r éalisés en m at ièr e d'im m unodépr ession qu'il s' agisse de son efficacit é et de sa t olér ance. Tout efois, ses effet s secondair es not am m ent infect ieux et n éoplasiques r est ent une gr ande pr éoccupat ion.
Plus de 4 00 0 insuffisant s r énaux sont inscr it s sur la list e d' at t ent e de t r ansplant at ion en Fr ance. Le nom br e d' or ganes disponibles est insuffisant . L'act iv it é de pr élèv em ent , qu'il s'agisse d'or ganes pr élev és chez le donneur v iv ant ou chez les per sonnes décédées en ét at de m or t cér ébr ale, est lim it ée par des pr oblèm es d' ét hique encor e im par fait em ent r ésolus et peut êt r e encor e plus le m anque d'adhésion de nos concit oy ens.
2 . I N D I CATI ON D E LA GREFFE RÉN ALE
La t r ansplant at ion est env isagée chez les insuffisant s r énaux chr oniques t r ait és par dialy se pér iodique, plus r ar em ent av ant la m ise en r out e de la dialy se.
2 . 1 - EV ALU ATI ON D E L' ÉTAT D U RECEV EU R
2 . 1 . 1 Ev a lu a t ion « sp é cif iq u e » d e la f on ct ion r é n a le
- La n éphr opat hie init iale doit êt r e r econnue :
- les n éphr opat hies glom ér ulair es sont suscept ibles de r écidiv er .
- Les ur opat hies peuv ent j ust ifier un t r ait em ent pr éalable :
 - une poly k y st ose v olum ineuse ou siège de foy er s infect ieux peut n écessit er une néphr ect om ie ;
 - un r eflux infect é doit êt r e cor r igé,
 - des m alfor m at ions com plex es peuv ent nécessit er des t r ait em ent s adapt és ( cr éat ion d'une néov essie) .
- L' ét at v asculair e doit êt r e pr écisé not am m ent au niv eau aor t o- iliaque : r echer che de calcificat ions gr âce au clich é sans pr épar at ion, év ent uellem ent angiogr aphie ou angio- scanner .
- Au - delà de 50 ans, l' ét at v ésico- pr ost at ique doit êt r e év alué ( t oucher r ect al, cy st oscopie, cy st ogr aphie) .
- Les par am èt r es de l'hém odialy se sont r égulièr em ent not és : sa dur ée, l' ét at car diaque, une HTA ou un ét at d'hy per par at hy r oïdie m al cont r ôlés par le t r ait em ent .
2 . 1 . 2 Ev a lu a t ion d e l' é t a t g é n é r a l
- la r echer che d'un foy er infect ieux en par t iculier dent air e, ORL, ou digest if.
file://C:\medecine\docs\DCEM2\module8\item127\texteI1.htm
29/11/2004