Les images numériquesCNDP– DIE Juin

Les images numériquesCNDP– DIE Juin

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Cinquième

  • mémoire


12 Les images numériquesCNDP– DIE – Juin 1995 DANS LES DISCIPLINES Dans une classe de 5e, les élèves travaillent sur le thème proposé par l'enseignante : « Des perturbations vous ont rendu presque méconnaissable ». Chacun a apporté sa photo d' i d e n t i t é , rapidement scannée en atelier, en noir et blanc et sans recherche d'effet particulier. Les fichiers sont ensuite ouve rts sous le logiciel DeluxePaint, et les élèves découvrent progres- s i vement comment p e rturber l' i m a g e : ins- cription de traits et de lignes à main levée, soulignements de parties du visage, ajouts de treillis et de cercles, criblage de points, défor- mation des pro p o rtions, multiplication de fragments par Copier-coller, création de pavages. La mise en couleurs s'effectue à par- tir des valeurs de gris, à l'aide des outils Pinceau, Va p o r i s a t e u r, ou par division de la surface en zones d'à-plats ou de dégradés. Une fonction du logiciel DeluxePaint per- met de mettre en cycle les dégradés de gris et de couleurs, et donc d'animer l'image. Un élève ne s'est pas contenté de l'aspect specta- culaire de cette fonction, il a cherché à struc- t u rer son image en anticipant sur les effets o b t e n u s .

  • arts plastiques

  • ins- cription de traits et de lignes

  • blanc au noir

  • trait

  • vingtaine d'élèves du collège

  • visage


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 1995
Nombre de visites sur la page 34
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
DANS LES DISCIPLINES
LÕimage, le logiciel et le verbe
Arts plastiques
Ou comment lÕutilisation dÕun logiciel, la rÈflexion sur le dÈveloppement de son pro per projet et la pratiquedelÕentretienformentuntoutcohÈrent.
D È c o u p e r une photo, animer un visage
avec Martine EXPILLY
Professeur dÕarts plastiques au collËge Anne Frank (Paris)
Dans une classe de 5e, les ÈlËves travaillentvue pour la mise en mouvement. Au milieu sur le thËme proposÈ par l'enseignante :du visage est allouÈ un mouvement concen-´ Desperturbations vous ont rendu presquetrique et explosif, ‡ la pÈriphÈrie un mouve-mÈconnaissable ª.ment latÈral qui paraÓt plus lent. Certa i n p atriesdu visage passent successivement du Chacun a apportÈ sa photo dÕi d e n t i t È , blanc au noir. rapidement scannÈe en atelier, en noir et blanc et sans recherche d'effet particulier. Les fichiers sont ensuite ouverts sous le logiciel Un cadre qui invite DeluxePaint,-et les ÈlËves dÈcouvrent progres ‡ davantage d'autonomie sivementcommentp etrurbers-in:egamiÕl cription de traits et de lignes ‡ main levÈe, soulignements de parties du visage, ajouts deBien s˚r, l'objectif n'est pas la maÓtrise de treillis et de cercles, criblage de points, dÈfor- l'infographie: lÕordinateur nÕest, en Arts pl-a mationdespropotirons,multiplicationdetiques,quÕunoutildeplus,aumÍmetitr fragments par Copier-coller, crÈation deque le pinceau, la gouache, le papier, le pavages.Lamiseencouleurss'effectuepar-plte,retc.Cettepratiques'insËredansle tir des valeurs de gris, ‡ l'aide des outilscadre de la classe o˘ sont prÈsents, dans une Pinceau, Vap o r i s a,toeuuprardivision de laa r r ieË-sralle,trois ordinateurs, un scanner et surface en zones d'‡-plats ou de dÈgradÈs.une imprimante. Une fonction du logicielDeluxePaintper- Deplus, un atelier dÕinfographie ÈquipÈ d met de mettre en cycle les dÈgradÈs de gris ethuit machines accueille une fois par semaine de couleurs, et donc d'animer l'image. Unune vingtaine dÕÈlËves du collËge. Ces volon-ÈlËve ne sÕest pas contentÈ de lÕaspect specta-t a iersy dÈveloppent des projets en liaison culaire de cette fonction, il a cherchÈ ‡ struc -a vecdes thËmes rencontrÈs en classe ou des t uerr son image en anticipant sur les effetsp roblÈmatiquesplus personnelles; afin de o b t e n uIlsa. choiside travailler en nuancesdonner aux ÈlËves une plus grande autono-de gris et des i m p lerisÞon visage : il a crÈÈmie, les plus expÈrimentÈs sont invitÈs ‡ des plages dans lesquelles la composition dest r a n s metrta'deÈnnneannÈeleursavoir dÈgradÈs, linÈaires ou concentriques, est prÈ- faireet leurs dÈcouvertes ‡ leurs camarades.
Les images numÈriques 12Ð Juin 1995CNDP Ð DIE
Un point de vue pÈdagogique affirmÈ ´ JÕai commencÈ ‡ structurer les lignes ª L'enseignante cherche ‡ crÈer les condi-tions pourque les rÈponses apportÈes aux Le professeur Ð Comment est ton image? propositions de cours soient diversiÞÈes, aussi bien dans le choix du support et des matÈ-LÕÈlËve Ð C'est abstraitÉ c'est libreÉ Quand on a pas une forme spÈciale ‡ reprÈsenter, on riaux que dans les mÈthodes suivies. se laisse aller. Au dÈbut, j'ai fait comme Áa, Elle pratique l'entretien enregistrÈ avec les un peu n'importe commentÉ Au dÈbut, j'ai È l Ëevsafin de les amener ‡ formaliser leurbeaucoup chargÈ en haut ‡ droite, mais aprËs d È m achre en la verbalisant (voir lÕe xe m p l e j'ai commencÈ ‡ structurer les lignes. rapportÈ ci-contre et celui des deux pages quiÐ Tu n'as donc pas fait n'importe comment. s u ievnt).¿ la lecture de ces entretiens, il Essaie de m'expliquer mieux. apparaÓt bien que les ÈlËves ne se posent pasÐ Comme au dÈbut, j'avais pas d'idÈe de de question sur les procÈdÈs techniques dÈpart, c'est en faisant qu'on trouve la suite. employÈs face ‡ l'Ècran et restent disponibles Ð En fait, tu as crÈÈ au fur et ‡ mesure? pour rÈßÈchir sur le sens mÍme de leur tra-Ð Ben ouiÉ vail. Ð Tu n'es pas obligÈ de savoir dessiner pour L'enseignante considËre que l'outil info-Áa ? graphique permet aux ÈlËves de pratiquer des Ð Peut-Ítre pasÉ manipulations d'images, telles que rÈpÈtition, Ð La trouves-tu ÈquilibrÈe ton image ? inversion, dÈtÈrioration, mise en perspective, Ð Pas du toutÉ Y a un endroit, c'est trËs char-mixage, insertion, etc., dans un espace-temps gÈ et y a pas beaucoup de couleurs et y a un restreint. endroit o˘ y a moins de lignes mais des En constituant une banque dÕimages, ilscouleurs. p e uevntdonc garder en mÈmoire les Ètats Parole dÕÈlËve successifs de leur travail et revenir sur leur cheminement ultÈrieurement.
DANS LES DISCIPLINES
Gabriel
IndÈpendamment dÕun procÈdÈ et de la motivation qui s'y attache, l'intention d'anticiper et de structurer se retrouve dans bien d'autres productions d'ÈlËves. Voir en page 2 de couverture.
Les images numÈriques CNDP Ð DIEÐ Juin 199513
DANS LES DISCIPLINES
Zouheir
´ Elle est toute barrÈe avec des traits. Elle paraÓt plus foncÈe, on voit mieux ce quÕil y a derriËre ª
Zouheir, ÈlËve de 4e, a dÈcidÈ dans ce travail dÕapprofondir en infographie la notion de ´ Brouillage dÕimages ª abordÈe en cours. Pour cela, il a choisi un autre document quÕil avait dÈj‡ tra-vaillÈ en opÈrant les mises en couleurs des valeurs de gris de lÕimage. Ce document avait ÈtÈ pris en photo avec un Canon Ion (appareil photo qui permet dÕintroduire facilement une image numÈrisÈe dans lÕordinateur). La numÈrisation sÕÈtait faite en noir et blanc. Voici ce quÕil dit de son travail.
Le matÈriel Ð un ordinateur PC, Ð un Canon Ion, Ð une imprimante couleur, Ð le logiciel DeluxePaint, Ð une photo numÈrisÈe d'un gros plan de visage. DurÈe du travail Ð 3 heures
Les images numÈriques 14CNDP Ð DIEÐ Juin 1995
Le professeur Ð Peux-tu me parler de tes images ? Comment as-tu travaillÈ ?
LÕÈlËve Ð Tout seulÉ Sur une idÈe de cours. C'Ètait "Brouiller l'image" mais on devait la reconnaÓtre.
Ð Parle-moi de celle-ci.
Ð J'ai voulu faire comme ‡ la tÈlÈ : des fois, le haut vient vers le bas et le bas va en haut. J'ai sÈlectionnÈ la moitiÈ de l'image en haut avec la fonction Pinceau et je l'ai placÈe dans la page Brouillon. Ensuite, j'ai pris le bas et je l'ai mis en haut, puis je suis allÈ chercher l'autre moitiÈ, rangÈe dans la page Brouillon pour la placer en bas.
Ð En rÈsumÈ, qu'as-tu fait ?
Ð J'ai inversÈ les morceaux.
Ð Et ces sortes de barres, qu'est-ce que c'est ?
Ð «a, c'est les bandes quand la tÈlÈ est mal rÈglÈeÉ elles dÈÞlent.
Ð Pour toi, brouillage, c'est quand l'image dÈÞ-le ?
Ð Oui, mais pas seulement ; j'ai travaillÈ une autre image sur le mÍme thËmeÉ Toujours, quand la tÈlÈ est mal rÈglÈe, on voit de la neige sur l'Ècran.
Pour Áa, j'ai crÈÈ un trait blanc et noir et j'ai rÈpÈtÈ ce trait horizontalement ‡ plein d'endroits. Mais l'image, on la voit tout le temps.
Ð «a a changÈ quelque chose dans ton image ?
Ð «a l'a Èclaircie. Ð Mais encore ? Ð Les yeux par exemple, on les voit plus trËs bien. Y a des endroits dans l'image qui sont moins visibles. Ð Et pourquoi est-ce un brouillage ? Ð Parce qu'elle n'est plus trËs claire mais on reconnaÓt quand mÍme l'image d'origine. ÐAs-tu d'autres exemples ? Ð Oui, encore plein. Tenez, celle-ci par exemple, elle est toute barrÈe avec des traits. Elle paraÓt plus foncÈe, on voit mieux ce qu'il y a derriËre. Ð Et celle-l‡, elle me paraÓt trËs diffÈrente. Pourquoi la considËres-tu comme une rÈponse ‡ la question ? Ð Parce que j'ai travaillÈ par transparenceÉ Ð Dans cette image, le document d'origine reste entiËrement visible. Alors quelle diffÈren-ce avec ton image brouillÈe avec le trait ? Ð L'autre est plus abstraite ‡ cause des traits que j'ai fabriquÈs. Il en manque des parties alors que dans celle-l‡ il ne manque rien. C'est juste des couleurs qui en ont remplacÈ d'autres, qui se sont superposÈes et mÈlangÈes. Mais il fallu un moment que je m'arrÍte. Ð Pourquoi ? Ð ¿ force de mÈlanger, Áa aurait fait blanc ou noir, l'image aurait disparu, Áa serait devenu comme des grosses taches. n
Parole dÕÈlËve
DANS LES DISCIPLINES
Les images numÈriques CNDP Ð DIEÐ Juin 199515