Michel JANIER Hist Sci Méd

-

Documents
11 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée

  • mémoire

  • exposé


Michel JANIER Hist.Sci.Méd., 1994 , 28 La gale est une maladie de la peau produite par un parasite animal, le sarcopte ou Acarus scabiei et caractérisée par une lésion spécifique, l'éminence acarienne et le sillon. Cette définition de Bazin dans le dictionnaire Dechambre de 1880 est proche de la définition actuelle: ectoparasitose cutanée due à un acarien Sarcoptes scabiei hominis, strictement humain. Une définition simple pour une maladie simple dont l'étiologie parasitaire évidente aurait pu être affirmée dès le début du 17è siècle (invention du microscope) voire avant, le parasite pouvant être distingué à l'oeil nu un peu myope, si les préjugés des théoriciens du monde médical avaient été prêts à accepter une telle hypothèse. Or, il faudra attendre la fin du 19è siècle pour que l'origine parasitaire de la gale ne soit vraiment acceptée. L'histoire du sarcopte de la gale illustre une des plus incroyables épopées médicales du 19è siècle. Le sarcopte Au centre du débat, un gentil animal à huit pattes, le sarcopte que nous appelerons au cours de cet exposé, indifféremment également l'acarien, l'acarus, l'acare, le ciron, le parasite, l'insecte, l'animalcule, la créature, la vermine, l'étranger et de temps en temps la bestiole. Voici d'abord l'état civil du sarcopte dont les parrains s'appellent Linné, Latreille et Mégnin.

  • théorie de la dyscrasie psorique

  • maladie aux humeurs de la pituite nitreuse

  • mélange de sang, d'atrabile et de pituite

  • temps au temps

  • maladie

  • théories médicales du moment

  • gale

  • insecte

  • vices des humeurs

  • génération spontanée des animalcules au sang


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 57
Langue Français
Signaler un problème
Michel JANIER
Hist.Sci.Méd., 1994 , 28
La gale est une maladie de la peau produite par un parasite animal, le sarcopte ou
Acarus scabiei et caractérisée par une lésion spécifique, l'éminence acarienne et le
sillon. Cette définition de Bazin dans le dictionnaire Dechambre de 1880 est proche
de la définition actuelle: ectoparasitose cutanée due à un acarien Sarcoptes scabiei
hominis, strictement humain. Une définition simple pour une maladie simple dont
l'étiologie parasitaire évidente aurait pu être affirmée dès le début du 17è siècle
(invention du microscope) voire avant, le parasite pouvant être distingué à l'oeil nu un
peu myope, si les préjugés des théoriciens du monde médical avaient été prêts à
accepter une telle hypothèse. Or, il faudra attendre la fin du 19è siècle pour que
l'origine parasitaire de la gale ne soit vraiment acceptée. L'histoire du sarcopte de la
gale illustre une des plus incroyables épopées médicales du 19è siècle.
Le sarcopte
Au centre du débat, un gentil animal à huit pattes, le sarcopte que nous appelerons
au cours de cet exposé, indifféremment également l'acarien, l'acarus, l'acare, le
ciron, le parasite, l'insecte, l'animalcule, la créature, la vermine, l'étranger et de
temps en temps la bestiole. Voici d'abord l'état civil du sarcopte dont les parrains
s'appellent Linné, Latreille et Mégnin. Le sarcopte appartient à :
- l'embranchement des arthropodes
- la classe des arachnides
- l'ordre des acariens ou acaridés
- le sous-ordre des sarcoptiformes (ou acariformes)
- la famille des sarcoptides
- et la sous famille des sarcoptinés
- enfin, au genre Sarcoptes scabiei var hominis
Sarcoptes scabiei (du grec sarx la chair et kopto je coupe) n'est pas un insecte. Les
insectes ont, en effet, six pattes, des antennes, un corps séparé en trois parties (et
l'implantation des membres est thoracique). Il est composé d'une tête, d'un corps en
forme de tortue et de nombreux appendices utiles à sa survie.
C'est un parasite essentiellement fouisseur, prolifique et cytophage
Les années obscures
Sarcoptes scabiei hominis est responsable de la gale. Le terme de gale, longtemps
écrit avec deux "l" est d'étymologie obscure. Les Grecs l'appelaient psora (de pso je
frotte), les Latins scabiès (de scabere gratter), terme conservé par les Anglais, les
Allemands Krätze, les Espagnols sarna ou rona, les Provençaux rogne et en langage
vulgaire gratelle.
La maladie fut classée tour à tour dans les cachexies, les vices, les phlegmasies, les
oxygénoses, les pustules, les vésicules et les infundibulées.