Commission Violence, travail, emploi, santé - Travaux préparatoires à l élaboration du Plan Violence et Santé en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004
139 pages
Français

Commission Violence, travail, emploi, santé - Travaux préparatoires à l'élaboration du Plan Violence et Santé en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
139 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans la perspective du plan national de lutte pour limiter l'impact sur la santé de la violence prévu par la loi n° 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, un comité d'orientation interministériel présidé par le Dr Anne Tursz a conduit les travaux préparatoires à l'élaboration de ce plan. Ce comité a réuni six commissions de travail thématiques. Outre le thème Violence, travail, emploi, santé abordé dans ce rapport, cinq autres sujets ont ainsi été étudiés : personnes âgées et personnes handicapées (Pr Marie-Eve Joël) ; violence et santé mentale (Mme Anne Lovell) ; institutions, organisations et violence (Dr Omar Brixi) ; genre et violence (Dr Jacques Lebas) ; enfants, adolescents et jeunes (Dr François Baudier). Un rapport général est par ailleurs disponible (Dr Anne Tursz).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mars 2005
Nombre de lectures 32
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Travaux préparatoires à l’élaboration du Plan Violence et Santé en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004
Commission « Violence, travail, emploi, santé »
Professeur Christophe Dejours Mars 2005
SOMMAIRE
I - TERMINOLOGIE....................................................................................................................................................... 7 1 - La violence ............................................................................................................................................................... 7 2 - La violence justifiable ? ............................................................................................................................................ 8 3 - La santé.................................................................................................................................................................... 9 4 - L'emploi et le travail.................................................................................................................................................. 9
PARTIE 1 PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE DES RAPPORTS ENTRE TRAVAIL, EMPLOI ET SANTÉ ................................... 10 INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 10
I - LE TRAVAIL COMME ÉPREUVE POUR LA SUBJECTIVITÉ............................................................................... 1- Travail et reconnaissance........................................................................................................................................ 2 - Reconnaissance et santé mentale ......................................................................................................................... 3 - Centralité du travail et sous-emploi ........................................................................................................................ 4 - Défaut de reconnaissance du travail et psychopathologie ..................................................................................... 5 - La question spécifique de la violence entre travail-emploi et santé........................................................................
10 11 12 12 13 14
PARTIE 2 LA VIOLENCE EN RAPPORT AVEC LE TRAVAIL ET L’EMPLOI............................................................................ 16 I - LA VIOLENCE COMME INSTRUMENT DU POUVOIR DANS LE MONDE DU TRAVAIL. ................................... 16
II - LA VIOLENCE SOCIALE ET SES INCIDENCES SUR LES ACTIVITÉS DE SERVICE. ...................................... 18 1 - Incidences du chômage sur la violence des adolescents et des jeunes gens ........................................................ 18 2 - Les cibles de la violence sociale ............................................................................................................................ 19 3 - Réactions à la violence........................................................................................................................................... 21 4 - Responsabilité de l'organisation du travail dans l'aggravation de la violence des usagers .................................... 23
III - LA VIOLENCE COMME CONSÉQUENCE DES RAPPORTS DE TRAVAIL ....................................................... 25 1 - La violence "coutumière" ........................................................................................................................................ 25 2 - Inégalité, iniquité, et genèse de la violence dans le travail ..................................................................................... 26 3 – Les conséquences de la violence sur la santé des victimes.................................................................................. 28 4 – Violence et santé des auteurs de la violence......................................................................................................... 28 5 - Problèmes pratiques posés par la violence comme conséquence des rapports sociaux de travail........................ 29
PARTIE 3 CONDITIONS FAVORISANT LE DÉCLENCHEMENT ET LA CONJURATION DE LA VIOLENCE ............................. EN MILIEU DE TRAVAIL ............................................................................................................................................ 30
I - LES CONDITIONS FAVORISANT LE DECLENCHEMENT DE LA VIOLENCE DANS LE TRAVAIL................... 1 - la réduction des effectifs......................................................................................................................................... 2 - Les "réformes de structure", les restructurations et les "concentrations"................................................................ 3 - La flexibilité............................................................................................................................................................. 4 -La pression exercée par l'évaluation individualisée des performances ................................................................... 5 - Le travail clandestin................................................................................................................................................ 6 - Conclusion..............................................................................................................................................................
30 30 30 31 32 33 33
II - LES CONDITIONS FAVORISANT LA CONJURATION DE LA VIOLENCE DANS LE TRAVAIL........................ 35 1 - La responsabilité politique ...................................................................................................................................... 35 2 - Les conditions de la coopération et l'espace de discussion ................................................................................... 36 3 - La responsabilité des dirigeants d'entreprises........................................................................................................ 38 4 - La responsabilité des organisations syndicales et des organismes paritaires........................................................ 39 5 - Un exemple a contrario : l'affaire Malèvre et la violence contre les malades ......................................................... 39 6 - Travail et culture ..................................................................................................................................................... 41 7 - Travail et espace public.......................................................................................................................................... 41
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
2
PARTIE 4 LE TRAITEMENT DE LA VIOLENCE AU TRAVAIL .................................................................................................. 43 INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 43 I - LE TRAITEMENT DES CONSÉQUENCES DE LA VIOLENCE DANS LE TRAVAIL ............................................ 44 1 - La victimologie........................................................................................................................................................ 44 2 - Les dispositifs assuranciels .................................................................................................................................... 44 3 - La gestion du stress ............................................................................................................................................... 44 4 - La psychopathologie du travail ............................................................................................................................... 45 5 - Les consultations souffrance et travail ................................................................................................................... 45
II - LES INTERVENTIONS DANS L'ENTREPRISE .................................................................................................... 45 1 - Les CHSCT ............................................................................................................................................................ 45 2 - Le service de santé au travail................................................................................................................................. 47 3 - L'inspection du travail ............................................................................................................................................. 47 4 - Les services spécialisés dans la prévention et le traitement de la violence ........................................................... 47
III - LES INTERVENTIONS À L'EXTÉRIEUR DE L'ENTREPRISE ............................................................................ 48 1 - Le travail social....................................................................................................................................................... 48 2 - Le droit du travail .................................................................................................................................................... 48 3 - La police ................................................................................................................................................................. 49 4 - Les prisons ............................................................................................................................................................. 51 5 - Le travail et l'emploi................................................................................................................................................ 52
PARTIE 5 LES PRÉCONISATIONS ............................................................................................................................................ 53 I - PRODUCTION DE CONNAISSANCES .................................................................................................................. 53 1 - Les besoins en matière de développement des connaissances............................................................................. 53 2 - Investigations quantitatives ou qualitatives ?.......................................................................................................... 53 3 - Structurer le milieu de recherche............................................................................................................................ 54 4 - Autres voies pour la recherche............................................................................................................................... 55 5 - Prorogation de la commission thématique.............................................................................................................. 56
II - ACTIONS SUR LES CAUSES DE LA VIOLENCE EN RAPPORT AVEC LE TRAVAIL ET LE NON EMPLOI -PRÉVENTION ............................................................................................................................................................. 57 1 - Orientations de l'action ........................................................................................................................................... 57 2 - Obstacles particuliers à l'action .............................................................................................................................. 57 3 - L'action à l'intérieur de l'entreprise ......................................................................................................................... 57 4 - L'action à l'extérieur de l'entreprise ........................................................................................................................ 59
PARTIE 6 ANNEXES ................................................................................................................................................................... 61 I - AUDITIONS............................................................................................................................................................. 61
Les rapports entre violence, emploi et santé chez les travailleurs sociaux Brigitte BOUQUET....................................................................................................................................................... 61
La victimologie – Descriptif et prise en charge Jean-Jacques CHAVAGNAT....................................................................................................................................... 64 Comment le travail peut-il conjurer la violence ? Nicolas FRIZE............................................................................................................................................................. 67 Violence et travail, essai sur les figures psychopathologiques de la culpabilité objective. Lise GAIGNARD.......................................................................................................................................................... 70
Violence de l’organisation du travail et retournement de la violence contre soi Dominique HUEZ......................................................................................................................................................... 80 Le droit et la violence au travail Michel MINÉ................................................................................................................................................................ 86 Retour sur l’affaire Malèvre Michel ZAOUI.............................................................................................................................................................. 89
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
3
II - AUTRES TEXTES DE RÉFÉRENCE..................................................................................................................... 91 Vulnérabilité Jean-Michel CHAUMONT........................................................................................................................................... 91 Un cas de violences au travail Marie GRENIER-PEZE.............................................................................................................................................. 104
A propos de la violence en situation de sous-emploi. Récit et tentative d’analyse Emmanuel RENAULT................................................................................................................................................ 110 Harcèlement moral, violence ou domination ? Santé mentale au travail et action Jean-Claude VALETTE............................................................................................................................................. 125 III - GLOSSAIRE Éric HAMRAOUI........................................................................................................................................................ 131
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................................... 136
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
4
Psychologue du travail
Médecin du travail
Président de la Commission "Prison" Ligue des droits de l'homme
Maître de Conférences CNAM
Membre du corps de l’inspection du travail Responsable du pôle « Prévention en entreprise » (Bureau CT1 DRT) Ministère chargé du travail
fougeyrollas@dauphine.fr Tél : 0144 05 46 17
Tél. : 01 40 56 88 42 odile.doucet@sante.gouv.fr
Tél :01 44 10 78 22 Fax : 01 44 10 79 39 dejours@cnam.fr
Tél : 01 47 69 65 65 (poste 68 89) e.mail : mariepeze@noos.fr
Tél : 01.40.56.69.44 Fax : 01.40.56.50.56
Tél : 01.42.00.46.21
Tél : 01 44 10 78 20 Fax : 01 44 10 79 39 eric.hamraoui@cnam.fr
Tél : 01 44 10 78 09 Fax : 01 44 10 79 39 molinier@cnam.fr
valettefr@yahoo.fr
Tél : 01 43 58 81 97 emmanuel.renault@wanadoo.fr
Tél : 01 60 46 86 74 marie.pascual@wanadoo.fr
Psychologue expert
DAVEZIES Philippe
CHAUMONT Jean-Michel
COMPOSITION DE LA COMMISSION
Fonction
Maître de Conférences Lyon
Sociologue Univ. de Louvain (Belgique)
00 32 02 662 26 75 chaumont@anso.ucl.ac.be
VALETTE Jean-Claude
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
Psychiatre
Médecin inspecteur du travail Adjoint au chef de service de l’inspection médicale du travail Ministère chargé du travail
Téléphone / e-mail
RENAULT Emmanuel
GEORGE-GUITON Armelle
04 78 77 86 38 Philippe.Davezies@laennec.univ-lyon1.fr
DEJOURS Christophe
PASCUAL Marie
MOLINIER Pascale
DOUCET Odile
Maître de Conférences CNAM
NOM - Prénom
DANAN Jacques
01 44 38 22 25 jacques.danan@drt.travail.gouv.fr
Maître de Conférences ENS Lyon
MISP/ DGS SD7
LE GAC Françoise
HAMRAOUI Eric
JOLIVET Bernard
Inspecteur principal de l’action sanitaire et sociale
Professeur au CNAM
FOUGEYROLLAS Dominique
Tél : 01.44.41.09.48 bernard.jolivet@wanadoo.fr
01 44 38 26 47 francoise.le-gac@drt.travail.gouv.fr
5
FRIZE Nicolas
Chercheur en sociologie
GRENIER-PEZÉ Marie
AVERTISSEMENT
La Commission thématique "Violence, emploi, travail, santé" s'est réunie à quatre reprises et a travaillé en tout cinq demi-journées seulement en raison des délais impartis. C'est trop peu pour qu'une synthèse des questions soulevées par le thème ait pu être élaborée collectivement. Le travail a consisté à rassembler les éléments d'analyse dont chaque membre de la commission pouvait faire état à partir de ses connaissances et de son expérience d'une part, à partir des spécificités de chaque approche disciplinaire d'autre part. Malgré la diversité des perspectives que permettait d'envisager la composition contrastée de la commission, il manquait encore à cette dernière certaines dimensions qui ne pouvaient pas être laissées pour compte. Elles ont été introduites par des exposés demandés par la commission à des experts extérieurs. En dépit de la richesse des débats, il n'était pas possible de bâtir une problématique commune des relations entre travail, emploi, violence et santé. Limiter le rapport à un inventaire thématique eût été sans doute plus fidèle au travail effectif de la commission que l'option prise pour la rédaction du texte qui va suivre. Mais sans une problématique d'ensemble des rapports entre emploi-travail et santé, il deviendrait difficile de comprendre pourquoi, dans certains cas, la violence surgit et pourquoi dans d'autres cas elle est évitée. En outre, si une action rationnelle est possible dans la prévention de la violence liée au travail et au sous-emploi, elle ne peut-être correctement orientée que si l'on s'appuie sur une connaissance des ressorts de la violence et de l'entente dans le travail, ce qui suppose qu'on explicite au préalable cette connaissance. En tout état de cause, la connaissance d'un phénomène n'est jamais réductible à un simple énoncé. Tout phénomène n'est identifiable et analysable que sous une certaine description (Anscombe E - 1979). De même une action n'est rationnelle que sous une certaine description. Rendre compte de la problématique d'ensemble qui ordonne le présent rapport, c'est expliciter les principes à partir desquels est proposée une description des phénomènes de violence qu'on voudrait pouvoir analyser et sur lesquels on voudrait pouvoir agir. Cette problématique, on le verra, commence par une discussion sur le concept de violence. Il est bien évident que la description des phénomènes peut varier considérablement en fonction de la définition que l'on se donne de la violence. Le rapport qu'on va lire n'a donc pas été conçu collectivement. Sa rédaction a été confiée au président. Je me suis toutefois efforcé de le bâtir à partir des contributions apportées par les membres de la commission et des experts extérieurs. Mais, en fonction de la problématique générale, ces contributions ont été intégrées à des places dont l'ordonnancement relève de ma seule responsabilité, ce qui pourrait donner l'impression d'un beau consensus entre tous les participants. C'est un artefact. Des divergences se sont fait jour pendant les sessions de la commission qui n’ont pas pu être suffisamment débattues en raison du temps imparti. Elles appellent un approfondissement et un travail complémentaire qui ne pourront être envisagés qu’ultérieurement.
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
6
I - TERMINOLOGIE
1 - La violence
INTRODUCTION
La définition de la violence soulève des problèmes théoriques généraux et des problèmes pratiques circonstanciels relatifs aux objectifs du présent rapport.
Du point de vue théorique Du point de vue théorique, la violence connote l'usage de la force au service d'un acte ou d'une action, exercé sur une (ou des) personne(s). L'OMS définit la violence de la façon suivante : "Usage délibéré ou menace d'usage délibéré de la force physique ou de la puissance contre soi-même, contre une autre personne ou contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fort d'entraîner un traumatisme, un décès, un dommage moral, un mal développement ou une carence".
La Mare W. et coll (1998) cités par Tarquinio C. et coll (2004) in "La violence au travail",Revue francophone du stress et du trauma, 4 : 137-144, définissent le terme de "Work-related physical assault" comme "un acte qui occasionne une blessure physique (physical injury) ou un dommage (harm), incluant l'assaut sexuel par l'agresseur, sur une partie du corps ou un objet".
Le BIT quant à lui propose la définition suivante : "Toute action, tout incident ou tout comportement qui s'écarte d'une attitude raisonnable par lesquels une personne est attaquée, menacée, lésée ou blessée, dans le cadre ou du fait direct de son travail". (Recueil des données pratiques sur la violence au travail dans le secteur des services et mesures visant à combattre ce phénomène, Genève, 8 - 15 octobre 2003, page 4).
B. Kriegel, dans son rapport sur la violence à la télévision, définit ainsi la violence : "La violence est une force déréglée qui porte atteinte à l'intégrité physique ou psychique, dans un but de domination ou de destruction de l'humanité d'un individu". (Rapport au Ministère de la culture, novembre 2002).
E. Brown, D. Fougerollas-Schwebel, M. Jaspard (2002) écrivent : "Les actes violents sont toujours une atteinte à l'intégrité de la personne, quelle qu'en soit la nature et quels qu'en soient les protagonistes. Ainsi la violence ne se réduit-elle pas aux brutalités physiques ou sexuelles, elle est un rapport de force ou de domination qui s'exerce par les brutalités physiques aussi bien que mentales".
Membre de la commission thématique, Bernard Jolivet a proposé la définition suivante : "Dans le cadre du travail, la violence est l'usage délibéré ou non de la force physique ou morale, directement ou indirectement, contre une personne ou un groupe, menaçant l'intégrité physique et/ou psychique de la ou des personnes".
Si le champ couvert par la notion de violence doit être limité, c'est parce que cette dernière mérite d'être distinguée de l'agressivité (cf Rapport Benghozi, Conseil Supérieur du Travail Social (2002): « Violence et champ social »), du rapport de force, de la domination, etc… Mais c’est aussi parce qu’il paraît nécessaire de ne pas diluer la notion de violence dans un champ trop vaste, ce qui aurait l’inconvénient d’euphémiser la gravité du problème spécifiquement posé à la commission et de banaliser des conduites qui ne devraient pas l’être, cependant qu’on pourrait, à l’inverse,
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
7
faire passer des conduites répréhensibles pour des crimes avec préméditation et requérir contre elles des sanctions disproportionnées. Le harcèlement ne relève pas de la torture, la mutation en province, fût-elle sans appel, doit être distinguée de l’expulsion du territoire national pour raison politique, la menace de licenciement doit être distinguée de la déportation au goulag. Ce qui peut être admis dans la rhétorique ordinaire ou relève parfois du langage courant ne saurait justifier le laxisme conceptuel dans la délibération scientifique. On pourra se reporter au glossaire qui figure en annexe (Eric Hamraoui).
Du point de vue pratique Les problèmes pratiques liés à la mission sont de deux ordres. Une définition trop large de la violence conduirait à étudier sous le chef violence, emploi-santé, tous les problèmes posés par la clinique du travail et de l'emploi. En étant insuffisamment discriminante, une définition trop lâche de la violence aboutirait à l'impossibilité de procéder à des études quantitatives ou épidémiologiques. En outre l'orientation d'une politique de santé publique en matière de prévention et de traitement de la violence, aura d'autant plus de chance d'être efficace qu'elle sera mieux ciblée. Les membres de la commission thématique souhaitent que le rapport porte spécifiquement sur les faits de violence. Certes ces derniers ne sont pas indépendants des injonctions qui traversent le monde du travail et de l'emploi, mais toutes les injustices ne conduisent pas à la violence et l'on s'efforcera dans les analyses qualitatives de faire apparaître le plus clairement possible des enchaînements qui génèrent spécifiquement la violence par différence avec ceux qui ne conduisent pas à la violence. On retiendra donc pour l'orientation générale de la rédaction du rapport une définition restrictive selon laquelle : «La violence consiste à agir sur quelqu'un ou à le faire agir contre son gré en employant la force» (d'après le dictionnaire Robert de la langue française). Cela étant, la violence dans le monde du travail justifie que l'on prenne aussi en considération deux situations complémentaires où il y aconsentementla victime à la violence (exception à la référence mentionnant "contre de son gré" figurant dans la définition). C'est le cas dans certaines tentatives de suicide et dans certains suicides notamment lorsqu'ils sont perpétrés sur les lieux de travail. Pour ne pas réduire par avance l'analyse étiologique de ces gestes de violence à un retournement contre soi d'une motion d'agression, on admettra, en complément de la définition de la violence, les actions qui consistent à "agir sur son propre corps en vue d'infliger à ce dernier des dommages ou la mort". Il paraît aussi nécessaire d'intégrer dans la définition les actions qui consistent à exposerdélibérémentun travailleur à des risques d'intoxication, de maladie ou d'accident, lorsque ce dernier ne peut pas connaître le risque qu'il encourt en exécutant la tâche prescrite (par exemple envoyer un sous-traitant faire une réparation dans une zone de forte contamination radioactive, sans l'avertir du danger). La violence, alors, consiste à "agir sur quelqu'un ou le faire agir en sorte qu'il prenne,à son insu, des risques pour sa vie ou celle des autres".
2 - La violence justifiable ?
La violence, globalement, est axiologiquement condamnable. Bien que la violence ne produise jamais rien, ne construise jamais rien et ne possède en elle aucune ressource créatrice —la violence est toujours destructrice selon Hannah Arendt (1969)elle ne relève pas toujours du mal si par "mal" on entend — comme le propose Patrick Pharo (1996) — : "une souffrance indue". Parmi les situations autorisant un jugement nuancé sur la violence, nous retiendrons : - La violence utilisée comme moyen de légitime défense - La violence "coutumière" (ainsi que Bernard Jolivet propose de la nommer) qui fait partie du mode de vie et du travail ordinaires[« elle s’exprime de façon multiple et ce d’autant plus que le corps est en première ligne (dans les métiers « de bouche », de cuisine, par exemple) »]. Cette violence exige une analyse détaillée des conditions et des contraintes spécifiques de l'organisation du travail qui la génèrent. C'est le cas dans le travail impliquant des risques importants d'atteinte à l'intégrité physique : bâtiment et travaux publics, police, armée, prison, mines, navigation et pêche en haute mer, travail en environnement extrême, etc… Un chapitre y sera consacré plus loin.
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
8
-
La violence contre les enfants est parfois, peut-être souvent, justifiable. Lorsqu'un enfant en bas âge se livre à des gestes ou des actes dangereux contre d'autres enfants de même âge ou plus jeunes, lorsqu'un enfant par ses actes se met lui-même en danger, par exemple en portant à sa bouche tout ce qui est à sa portée, ou en se penchant inconsidérément au-dessus du vide, les adultes sont conduits, nolens volens, à le contraindre physiquement à s'interrompre. Il s'agit incontestablement alors d' « agir sur quelqu'un ou de faire agir quelqu'un contre son gré, en usant de la force ».
Ces interventions violentes sur le corps de l'enfant sont à distinguer de la violence supposément éducative qui vise à inculquer la soumission, l'obéissance ou tout autre posture psychique, dont les effets sont ravageurs (Miller A. -1980). Il convient néanmoins de reconnaître que la frontière n'est pas toujours évidente entre violence protectrice et violence destructrice. Mais ce qui importe ici, c'est de ne pas occulter que l'éducation des enfants ne peut jamais être exempte de violence, sauf à risquer les inconvénients de la non-assistance qui confine bientôt à une forme de maltraitance par négligence ou par abstention. C'est dire que la violence est estampillée dès l'entrée dans la vie, dès l'enfance, d'une ambiguïté morale et qu'elle constitue une expérience banale, tellement enracinée dans la subjectivité, que s'en déprendre passe nécessairement par un effort critique. Contrairement à ce que l'on peut croire, la violence est une conduite de base de l'être humain. La non-violence est une conquête culturelle.
3 - La santé
La notion de santé dans les sciences du travail a fait l'objet de controverses vives dans les années 80-90. Ces dernières serviront de référence pour le présent rapport. Dans cette perspective, la santé ne se conçoit pas comme un "état" (état de bien-être physique, psychique et social), mais comme un idéal. Les études de morbidité montrent en effet que la plupart des êtres humains souffrent de plusieurs infirmités et/ou affections chroniques. La santé, comme idéal, indique une orientation des conduites organisées en vue de construire et de maintenir le meilleur équilibre possible des fonctions physiques et mentales. En d'autres termes, on adoptera vis-à-vis de la notion de santé une approche constructiviste. Lorsqu'un compromis stable est atteint, il est le résultat d'unelutte. Lutte contre les agents pathogènes (endogènes et exogènes) et contre les processus pathologiques que ces agents sont susceptibles de déclencher ou d'entretenir (Dejours C. 1994 ; Dejours C. - 1985).
4 - L'emploi et le travail
On distinguera l'emploi du travail. L'emploi est défini comme une activité de production de biens ou de services, rétribués. Les activités bénévoles qui impliquent une production de biens ou de services ne constituent pas des emplois. Il en va de même du travail domestique. On peut décrire différentes formes d'emploi. Elles devraient toutes être prises en considération dans le présent rapport. En particulier : emploi salarié et emploi indépendant ; emploi stable et emploi précaire ; emploi légal et emploi clandestin. La définition du travail a fait l'objet de débats dans la communauté scientifique qui font apparaître plus d'une dizaine d'acceptions scientifiques du terme (Cottereau A. - 1994). Dans le présent rapport, nous retiendrons préférentiellement la conception du travail nourrie par les recherches en ergonomie des 40 dernières années, parce qu'elles accordent une place privilégiée au sujet qui travaille, en particulier à sa santé. Le terme de travail sera ici utilisé pour désigner le travailvivant. C'est-à-dire ce qui ressortit en propre à l'activité intentionnelle d'un agent singulier et/ou d'un collectif (par différence, le travail comme grandeur physique ou comme production accompli par des automates, des robots ou des machines, sera qualifié de "travail mort"). Le travail sera, dans cette perspective, conçu comme l'activité déployée par les hommes et les femmes en vue d'atteindre au plus près les objectifs fixés par les prescriptions d'une hiérarchie ou par les termes d'un contrat (le terme étant pris ici dans une acception large, incluant le projet personnel que s’impose éventuellement l’artiste peintre ou l’écrivain).
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
9
PARTIE 1
PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE DES RAPPORTS ENTRE TRAVAIL, EMPLOI ET SANTÉ
INTRODUCTION
Avant d'entrer dans le domaine spécifique de la violence en rapport avec le travail et l'emploi, il nous faut expliciter comment on comprend les rapports entre travail, emploi etsanté. Les recherches des trente dernières années en ergonomie, en psychologie du travail, en médecine du travail et en psychodynamique du travail sur les rapports entre travail et santé, passent par des enquêtes de terrain qui ont été effectuées dans le secteur industriel, dans le secteur tertiaire et de services et dans l'agriculture. Le paysage des rapports entre travail, emploi et santé a, au cours de ces décennies, passablement changé. La structure de l'emploi a été profondément transformée. Du plein emploi, on est passé à un chômage chronique. Les populations privées de travail souffrent d'une morbidité psychopathologique plus importante que la population générale. La violence est une des expressions communes de la souffrance dite "sociale" (Renault E. -2002) dans ces populations. Elle a des incidences non négligeables sur la civilité ordinaire et contribue a dégrader les conditions de travail de nombreux personnels employés dans le secteur des services (enseignants des collèges, agents de conduite des transports en commun, personnels de l'ANPE, du Trésor public, des allocations familiales, de la sécurité sociale, des hôpitaux, des plateaux clientèle, des centres commerciaux en contact avec les usagers et les clients, etc.). Dans le monde du travail, les transformations importantes de l'organisation du travail, via les nouvelles technologies, la flexibilisation de l'emploi, les méthodes d'évaluation individualisée des performances et les certifications de qualité, génèrent aussi de nouvelles formes de souffrance et de pathologie mentale (Dejours C. et coll - 1999). Les recherches théoriques qui accompagnent les investigations cliniques de terrain font apparaître que le rapport au travail joue un rôle déterminant dans la construction, tout aussi bien que dans la dégradation de la santé. C'est la thèse dite de la "centralité dutravail" par rapport à la construction de la santé.
I - LE TRAVAIL COMME ÉPREUVE POUR LA SUBJECTIVITÉ
Le travail ne se réduit jamais à l'exécution des prescriptions ou des ordres formulés par la hiérarchie. Celui qui s'en tiendrait à l'exécution stricte des consignes ne ferait rien d'autre que lagrève du zèle. Travailler implique, de ce fait, une obligation de repenser les objectifs à atteindre (la tâche) et le chemin qu'il faut parcourir pour tenter de les atteindre (l'activité). C'est dire que dans tout travail il faut user de son intelligence. Les études cliniques du travail montrent que l'intelligence en question repose sur la mobilisation, en profondeur, de la subjectivité tout entière. La subjectivité, cela commence par le corps, sa sensibilité, ses savoirs moteurs élémentaires, son pouvoir de mémoriser l'expérience de la matière, de l'outil, de la machine ou de l'objet technique, son pouvoir d'intuitionner des chemins inédits pour faire face aux imprévus, et cela se poursuit par l'activité de pensée et d'élaboration de l'expérience qui prend naissance dans le corps au travail. Travailler suppose non seulement d'user de cette intelligence mais la capacité de supporter affectivementl'échec que le réel oppose à la volonté, au savoir-faire et à la maîtrise du procès technique. En d'autres termes l'intelligence au travail ne devient efficiente que si elle se double d'une obstination, d'une opiniâtreté qui ne se découragent pas devant les essais non fructueux, devant les chemins sans issue, devant les échecs de toute sorte qui font partie intégrante du travail ordinaire.
________________________________________________________________ RAPPORT FINAL Commission thématique violence, travail, emploi et santé.
1
0
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents