Corrigé sur Yvain ou le Chevalier au lion

Corrigé sur Yvain ou le Chevalier au lion

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

601-101 Écriture et littérature Analyse d’extraits Claude Noël Atelier no 1 : Corrigé : Extrait : Le chevalier au lion, Chrétien de Troyes, p. 42-44 « Messire Yvain maintenant joint ses mains […] car je ne dois refus à bon seigneur et fils de roi. » 1. Champs lexicaux : Thème principal : La Soumission d’Yvain envers Dame Laudine Thèmes secondaires La Passion amoureuse d’Yvain L’abandon d’Yvain à cette La conquête progressive de passion Laudine - Il n’est au monde nulle force - Rien ne pourrait déplaire (L.5) Le désir de vengeance : comme celle-là (L.12-13) - À votre grand merci (L.7) - Si je vous occis (L. 6) - force (L.2, 26, 31) - Vous vous mettez à discrétion de La surprise : - Mon cœur qui à vous se tient (L. tout au tout (L. 10) - Jamais je n’entendis de telle 31-32) -En mon pouvoir (L. 10) parole (L. 9) - Cœur (L.31, 32, 33, 45) - Sans que je vous contraigne (L. L’incrédulité : - La grande-beauté qu’en vous je 11) - Dites-moi – et je vous tiens vis (L.36) - Consentir votre vouloir de tout en d’amende quitte – comment … - beauté (L. 36, 37) tout (L. 14-15) (L.18-20) - Aimer (L.38, 39, 46) - Je ne redoute rien faire qu’il vous - Je voudrais savoir d’où cette - De vous ne s’écarte mon cœur plaise de me commander (L. 14 - force peut venir (L.26) (L.45) 15) La conviction : - Je vous aime plus que moi (L.46) - Vous êtes si soumis (L.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 septembre 2013
Nombre de lectures 4 010
Langue Français
Signaler un problème

601-101 Écriture et littérature Analyse d’extraits Claude Noël
Atelier no 1 :

Corrigé :

Extrait : Le chevalier au lion, Chrétien de Troyes, p. 42-44 « Messire Yvain maintenant
joint ses mains […] car je ne dois refus à bon seigneur et fils de roi. »


1. Champs lexicaux :

Thème principal : La Soumission d’Yvain envers Dame Laudine



Thèmes secondaires
La Passion amoureuse d’Yvain L’abandon d’Yvain à cette La conquête progressive de
passion Laudine
- Il n’est au monde nulle force - Rien ne pourrait déplaire (L.5) Le désir de vengeance :
comme celle-là (L.12-13) - À votre grand merci (L.7) - Si je vous occis (L. 6)
- force (L.2, 26, 31) - Vous vous mettez à discrétion de La surprise :
- Mon cœur qui à vous se tient (L. tout au tout (L. 10) - Jamais je n’entendis de telle
31-32) -En mon pouvoir (L. 10) parole (L. 9)
- Cœur (L.31, 32, 33, 45) - Sans que je vous contraigne (L. L’incrédulité :
- La grande-beauté qu’en vous je 11) - Dites-moi – et je vous tiens
vis (L.36) - Consentir votre vouloir de tout en d’amende quitte – comment …
- beauté (L. 36, 37) tout (L. 14-15) (L.18-20)
- Aimer (L.38, 39, 46) - Je ne redoute rien faire qu’il vous - Je voudrais savoir d’où cette
- De vous ne s’écarte mon cœur plaise de me commander (L. 14 - force peut venir (L.26)
(L.45) 15) La conviction :
- Je vous aime plus que moi (L.46) - Vous êtes si soumis (L. 30) - Je vous tiens quitte de tout tort et
- En ce vouloir mon cœur m’a mis de tout méfait (L.28-29)
(L. 32) Le défi :
- De vous ne s’écarte mon cœur Oseriez-vous défendre pour moi
(L.45) ma fontaine (L.49-50)
- Tout à vous je m’octroie (L. 46) L’acceptation :
À votre guise pour vous je veux - Sachez donc que la paix est faite
mourir et vivre (L. 49-50 entre nous (L.52)
- Défendre [la] fontaine [de - Ici même à vous je me donne
Laudine] (. 52) (L.58-59)



Paragraphe no 1 : les thèmes

L’auteur du roman Le Chevalier au lion, Chrétien de Troyes, développe le thème de la soumission d’Yvain
envers Laudine dans le court extrait où le chevalier déclare l’amour à sa dame et où il se met entièrement à sa
disposition (P. 42- 44). Cette soumission s’exprime au moyen des champs lexicaux de la passion amoureuse
d’Yvain, de son entier abandon à cette passion et de la conquête progressive de Laudine. La passion qu’Yvain
ressent soudainement pour Laudine s’impose à Yvain comme une « force » incomparable (L. 2, 12, 26, 31)
agissant sur le « cœur » lui-même, l’assujettissant entièrement : « […] mon cœur qui à vous se tient » (L.31-32) ;
« […] de vous ne s’écarte mon cœur » (L. 45). Yvain va même jusqu’à confier à la dams son amour fou : « Je
vous aime plus que moi » (L. 46). Une telle passion conduit Yvain à s’abandonner entièrement. Il affirme à
Laudine qu’il « se met à discrétion de tout au tout » (L. 10), « en [son] pouvoir » (L. 10), « sans [qu’elle ne le]
contraigne » (L. 11). « Tout à [elle il s’] octroie » (L. 46), déclarera-t-il, aveu qui le conduira à accepter de
devenir son chevalier et de « défendre [la] fontaine [de Laudine] (L. 52). Une telle force de conviction, une telle
preuve de dévouement, une telle attitude de soumission parviennent inévitablement à conquérir Laudine, celle-
ci se convainquant de la sincérité d’Yvain. Cependant, compte tenu de la situation (Yvain ayant tué Esclados, le
mari de Laudine), Dame Laudine résistera d’abord à Yvain. Passant d’un désir de vengeance (« Si Je vous 601-101 Écriture et littérature Analyse d’extraits Claude Noël
occis » (L. 6)) à une attitude de surprise (« Jamais je n’entendis de telle parole » (L. 9)) et d’incrédulité devant
les aveux d’Yvain (« Dites-moi et je vous tiens d’amende quitte » (L.18-20), Laudine sera progressivement
convaincue de la vérité des sentiments d’Yvain. Elle le défiera alors lui demandant : « Oseriez-vous défendre
pour moi ma fontaine? » (L. 49-50). C’est cette demande finale qui consacre le lien de soumission d’Yvain
envers Laudine. Yvain affirme ainsi les liens de vassalité du Chevalier en se mettant entièrement au service de
sa dame en tant que son amoureux et son preux combattant.

(376 mots)


2. Figures de style :

Thème principal : La Soumission d’Yvain envers Dame Laudine


Figures de style Identification

1. Figures de ressemblances
- Il n’est au monde nulle force comme celle-là (L. 12)  Comparaison
- Je vous aime plus que moi (L. 46)

- Amender la mort (L.15)  Métaphore

 Personnification - Mon cœur qui à vous se tient (L. 31)
- Mon cœur m’a mis (L. 32)
- La beauté est-elle coupable ? (L. 37)
- (la beauté) me fait tant aimer (L. 38)
- De vous ne s’écarte mon cœur (L. 46)

- Cœur qui à vous se tient (L. 31)  Allégorie
- De vous ne s’écarte mon cœur (L. 46)
- Tenu son parlement (L. 54)



Figures de style Identification

2. Figures d’opposition
- Je ne crierai point merci et pourtant vous  Antithèse
remercierai (L. 3-4)
- Consentir à mon vouloir sans contredit (L. 27)

-Je veux mourir et vivre (L. 47-48)  Oxymore



Figures de style Identification

3. Figures d’amplification
- Occire (L. 6, 22, 25)  Répétition
- Force (L. 12, 26, 31)
- Commander (L. 13, 15, 27)
- Vouloir (L. 14, 27, 31)
- Amender (L.16, 17, 19)
- Méfait (L. 16, 20, 29)
- Cœur (L. 31, 32, 33, 45)
- Aimer (L. 38, 39, 46)
- Beauté (L. 34, 35)
- Dame (L. 3, 7, 12, 31, 34, 38, 51, 53) 601-101 Écriture et littérature Analyse d’extraits Claude Noël
- quitte de tous torts et tous méfaits (L. 28-29)  Gradation
- [force] plus grande, de vous ne s’écarte mon cœur, je
m’octroie, je vous aime plus que moi, à votre guise je
veux vivre et mourir (L.44 - 48)
- louée et conseillée et accordée (L. 57)

- Rien ne me pourrait déplaire (L. 5)  Hyperbole
- à discrétion de tout au tout (L. 10)
- n’est au monde nulle force comme celle-là (L. 12)
- Elle ne peut être plus grande (L. 44)
- Je vous aime plus que moi (L. 46)
- Ici même à vous je me donne (L. 58-59)


Figures de style Identification

4. Figures de substitution
- Cœur (L. 31, 32)  Métonymie
- Mort (L. 16)
- Beauté (L. 37, 38)
- Ma fontaine (L. 50)
- de consentir à mon vouloir sans contredit (L. 27-28)  Périphrase

 Euphémisme




Paragraphe no 2 : les procédés d’écriture

L’auteur du roman Le Chevalier au lion, Chrétien de Troyes, développe le thème de la soumission d’Yvain
envers Laudine dans le court extrait où le chevalier déclare l’amour à sa dame et où il se met entièrement à sa
disposition (P. 42- 44). Cette soumission, en plus de se traduire au moyen des champs lexicaux, se manifeste
dans les figures de style employées. La force de la passion qui contraint Yvain à se soumettre à sa Dame
s’exprime dans des figures de ressemblances où les personnifications du cœur (Mon cœur qui à vous se tient
(L. 31) ; Mon cœur m’a mis (L. 32) ; De vous ne s’écarte mon cœur (L. 46)) sont aussi des métonymies, faisant
du cœur le symbole de la passion elle-même, vivante et essentielle à la vie. L’auteur utilise aussi des figures
d’amplification pour souligner cette passion : les hyperboles « Il n’est au monde nulle force comme celle-là »
(L. 12) et « Je vous aime plus que moi » (L.46) donnent une démesure à cette passion. De la même façon, le
geste d’Yvain de s’abandonner entièrement à cette passion, en plus d’être exprimé par ces mêmes hyperboles
est rendu à travers une gradation : « [force] plus grande, de vous ne s’écarte mon cœur, je m’octroie, je vous
aime plus que moi, à votre guise je veux vivre et mourir » (L.44 - 48). Un tel amour, un tel désir passionnel,
convaincront-ils Laudine d’accorder son amour à Yvain ? C’est au moyen d’une hyperbole que Laudine
consent à se lier à Yvain : « Ici même à vous je me donne » (L.58-59) lui affirmant qu’elle s,abandonne à son
tour à cette passion amoureuse. Ce sont donc des figures de ressemblance et des figures d’amplification qui
contribuent à exprimer cette relation de soumission du chevalier à sa dame mettant en évidence par leur grand
nombre le fait que ces rapports de vassalité constituaient des règles sociales idéales.

(324 mots)