Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les ...
5 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les ...

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
5 pages
Français

Description

  • cours - matière potentielle : du vieillissement
  • mémoire
Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d'une échelle L'anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010 83 Philipe DE SOUTO BARRETO, Anne-Marie FERRANDEZ Pour qu'un individu puisse vivre de façon indépendante, il doit pouvoir réaliser quotidiennement certaines activités. Selon Graf (2008) celles-ci peuvent faire appel aux capacités physiques (e.g., marcher quelques centaines de mètres) comme aux capacités cognitives (e.
  • activités instrumentales
  • problématique ¶
  • physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées
  • répétabilité test- retest
  • échelles
  • echelle
  • échelle
  • echelles
  • activité
  • activités

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 84
Langue Français

Exrait

Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d’une échelle Philipe DE SOUTO BARRETO, Anne-Marie FERRANDEZ
Mots-clés : aînés, limitation physique, validité, santé
Problématique Pour qu’un individu puisse vivre de façon indépendante, il doit pouvoir réaliser quotidiennement certaines activités. Selon Graf (2008) celles-ci peuvent faire appel aux capacités physiques (e.g., marcher quelques centaines de mètres) comme aux capacités cognitives (e.g., utiliser le téléphone, gérer l’argent). Les activités instrumentales de la vie quotidienne (AIVQ) font partie de ces activités(Hayakawa et al., 2010). Il existe plusieurs échelles d’AIVQ qui ont été élaborées afin d’évaluer les limitations fonctionnelles, c’est-à-dire les limitations dans la réalisation de ces activités. L’échellela plus connue, et souvent utilisée dans des études avec des personnes âgées (≥ 60 ans) est l’échelle de Lawton, qui évalue les capacités pour utiliser le téléphone, faire les courses, faire la cuisine, faire le ménage, laver le linge, utiliser des transports publics, prendre les médicaments, et gérer l’argent (Louis, 2010). Comme l’échelle de Lawton, les échelles d’AIVQ (Han et al., 2009 ; Oliveira et al., 2009 par exemple) évaluent généralement aussi bien des activités plutôt physiques (e.g., marcher dans la rue, activités ménagères) que d’autres activités plutôt cognitives (e.g., gérer l’argent). Néanmoins, à notre connaissance, aucune échelle d’AIVQ n’évalue la capacité cardiorespiratoire, l’aptitude musculaire, et la souplesse, ces trois capacités physiques étant les principales à subir un déclin au cours du vieillissement (Barreto et Ferrandez, 2007). Malgré l’enjeu important que représente la mesure des limitations physiques fonctionnelles d’une population, peu d’échelles AIVQ ont été scientifiquement validées (Han et al., 2009). Pour qu’un outil soit considéré comme valide, plusieurs procédures doivent être réalisées. La validité de critère est l’une des procédures les plus importantes, et consiste à référer l’outil qu’on souhaite valider à l’outil «gold standard», c’est-à-dire
L’anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010
l’outil de mesure considéré comme le plus approprié à ce que l’on souhaite mesurer. Dans le domaine des limitations physiques fonctionnelles, il peut s’agir de mesures objectives comme par exemple la force de préhension de la main, mesurée à l’aide d’un dynamomètre, la souplesse articulaire mesurée à l’aide d’un goniomètre, ou la capacité cardiorespiratoire, évaluée au moyen de l’ergo-spiromètre. La validité concurrente consiste à comparer l’outil que l’on souhaite valider à un autre outil similaire déjà validé dans la littérature, qui mesure les mêmes variables. La validité de construit, ou discriminante, consiste à vérifier si l’outil de mesure est capable de discriminer des groupes. Ainsi, par exemple, un outil de mesure des limitations physiques fonctionnelles doit, à priori, être capable de discriminer des individus selon le sexe, et selon des tranches d’âge (par exemple, 60-70 ans, 70-80 ans, et > 80 ans) car il est connu que les femmes sont fonctionnellement plus limitées que les hommes (Park et al. 2010), et que les limitations physiques fonctionnelles augmentent au cours du vieillissement (Stuck et al., 1999). La validité de contenu s’appuie sur le jugement d’experts qui considèrent que les items de l’outil qu’on souhaite valider mesurent bien les aspects qu’il prétend mesurer. Dans le cas des validations d’échelles, un test de cohérence interne est utilisé afin de vérifier que tous les items de l’échelle sont significativement corrélés entre eux. La répétabilité test-retest d’un outil permet de vérifier sa stabilité dans le temps. Enfin, on peut obtenir des informations supplémentaires sur la validité d’un outil, en analysant l’association entre mesures obtenues au moyen de cet outil, et d’autres variables, reconnues dans la littérature comme étant liées à ce que mesure cet outil qu’on souhaite valider ; c’est la validité convergente. L’objectif de cette étude est de proposer une échelle d’Activités Instrumentales Physiques de la Vie Quotidienne (AIPVQ) qui évalue les principales capacités physiques qui subissent des déclins avec le vieillissement, et de présenter quelques éléments de validation de cette échelle sur une population de personnes âgées en France.
83
Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d’une échelle
Problématique >Participants Un échantillon composé de 54 personnes âgées de 61 à 87 ans (moyenne = 69,9 ans ± 6,8), dont 13 hommes et 41 femmes, ont participé à cette étude. Ces personnes faisaient partie d’un club de seniors à Marseille. Chaque participant a signé un formulaire de consentement éclairé. >Procédures Chaque participant a rempli un questionnaire complet, comprenantl’échelle AIPVQ, des échelles de satisfaction corporelle et d’estime de soi, le nombre de maladies chroniques, le poids, la stature, et des questions sur les activités physiques. Parmi les 54 participants, 38 d’entre eux ont à nouveau rempli l’AIPVQ à une semaine d’intervalle. >Variables  -L’échelle d’AIPVQ Les limitations fonctionnelles ont été évaluées par l’AIPVQ (voir Annexe 1).Cette échelle est composée de huit activités (e.g., faire l’entretien ménager,monter un étage d’escalier), pour lesquelles la personne doit indiquer si elle est capable de la réaliser, et avec quelle difficulté. Le degré de difficulté est noté de 0 à 3, ce qui donne un score AIPVQ qui peut varier de 0 à 24, les scores les plus élevés correspondant aux limitations physiques fonctionnelles les plus importantes.  -Les autres variables Les participants ont rapporté la durée, la fréquence, et l’intensité des activités physiquesréalisées dans les 7 derniers jours. Le produit de ces trois mesures constitue le volume d’activité physique; c’est une variable continue. Les participants ont aussi rempli une échelle de «satisfaction avec la fonction physique» (ESF) comprenant 5 items(e.g., « dans les 4 dernières semaines, quel était votre degré de satisfaction concernant votre forme physique générale ? »), et dont le score total varie de 5 à 25 (le score le plus élevé correspondant à une meilleure satisfaction), et une échelle d’estime de soicomprenant 19 items (e.g., « en général, j’ai confiance en moi »), et dont le score total
L’anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010
peut varier de 19 à 95 (le score le plus élevé correspondant à une meilleure estime de soi). Les participants ont rapporté le nombre de maladies chroniques diagnostiquées par un médecin. L’Indice de Masse Corporelle (IMC) a été calculé en divisant le poids (kg) par la 2 taille (mètres) au carré (kg/m ). >Analyses Statistiques La cohérence interne a été analysée à l’aide du test d’Alpha de Cronbach, et à l’aide de corrélations item-échelle. La répétabilité test-retest a été évaluée en utilisant le test de corrélation de Spearman. Pour la validité de construit, nous avons examiné, à l’aide du test de Wilcoxon pour échantillons indépendants, si le score AIPVQ était différent entre hommes et femmes, et, à l’aide du test de Kruskal-Wallis, si les scores étaient différents entre les 3 tranches d’âge (60-69, 70-79, ≥ 80 ans). Des corrélations de Spearman (one-tailed) ont été utilisées pour tester les associations entre le score AIPVQ, d’une part, et l’âge, le volume d’activité physique, l’IMC, le score à l’ESF, et l’estime de soi, d’autre part.
Résultat L’échelle AIPVQ a présenté une bonne cohérence interne (α = 0,86). Chacun des items de l’AIPVQ a été bien corrélé à l’échelle, avec des coefficients qui variaient de 0,53 à 0,81. La répétabilité test-retest de cette échelle a été acceptable (r = 0,58, p < 0,001). En ce qui concerne la validité de construit, l’AIPVQ a été capable de discriminer les individus selon leur tranche d’âge (p=0,001) : les individus de 60-69 ans avaient une médiane de 0,25, ceux de 70-79 ans une médiane de 0,71, et enfin ceux de 80 ans ou plus une médiane de 5,7. De plus, le score à l’AIPVQ a été positivement corrélé à l’âge (r = 0,54, p < 0,001), et négativement corrélé au volume d’activité physique(r = -0,46, p < 0,001). Il n’y a pas eu de différence liée au sexe dans le score AIPVQ (p = 0,87). Aucune corrélation significative n’a été trouvée entre d’une part l’AIPVQ, et d’autre part l’IMC (p=0,14), le score à l’ESF (p=0,13), et l’estime de soi (p=0,23).
84
Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d’une échelle
Discussion Cette étude a proposé une nouvelle échelle de mesure des activités instrumentales physiques de la vie quotidienne, et a testé sa validation sur plusieurs points.La validité de construit, la cohérence interne, la répétabilité test-retest, ainsi que la validité convergente ont été vérifiées. Le fait que l’échelle n’ait pas pu discriminer les hommes des femmes, alors qu’il est connu que ces dernières présentent plus de limitations fonctionnelles (Park et al. 2010) peut être lié au fait que les participantes à cette étude étaient probablement plus en forme et plus actives physiquement que des femmes du même âge non impliquées dans un club de seniors.Un autre point important concerne la validité de contenu, c’est-à-dire le fait que les items mesurent bien ce que l’on souhaite mesurer. Il est à noter que les activités qui composent cette échelle ont été sélectionnées sur la base des échelles utilisées dans d’autres études (Baumgartner et al., 2004 ; Gill et al., 2004 ; Hoyemans et al., 1996 ; Lawton, 1988 ; Shigematsu et Tanaka., 2000). De plus, même si l’avis d’experts dans le domaine des limitations physiques au cours du vieillissement n’a pas été demandé pour construire l’AIPVQ, un des auteurs (PSB) a de l’expérience dans l’évaluation de la condition physique fonctionnelle des personnes âgées. En conclusion, l’échelle que nous proposons présente l’intérêt d’aborder des activités qui demandent des efforts au niveau des diverses capacités physiques concernées par le vieillissement, à savoir, la souplesse (hémicorps supérieur et inférieur), la force musculaire (membres supérieurs et inférieurs), et l’endurance cardiorespiratoire (Barreto et Ferrandez, 2007). Cette échelle AIPVQ présente de bonnes qualités métrologiques. Cependant certaines confirmations sont nécessaires pour la validation complète de cette échelle, principalement en ce qui concerne la validité de critèreet la validité concurrente.
L’anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010
Références bibliographiques BARRETO (P.S,), FERRANDEZ (A.-M.), 2007, Le processus incapacitant au cours du vieillissement : rôle de l’exercice/activité physique.Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris19 (3-4) : 221-232 BAUMGARTNER (R.N.), WAYNE (S.J.), WATERS (D.L.) et al., 2004, Sarcopenic Obesity Predicts Instrumental Activities of Daily Living Disability in the Elderly,Obesity Research, 12(12) : 1995-2004. GILL (T.M.), BAKER (D.I.), GOTTSCHALK (M.), et al., 2004, A Prehabilitation Program for the Prevention of Functional Decline: Effect on Higher-Level Physical Function,Arch Phys Med Rehabil, 85: 1043-1049. GRAF (C. ), 2008, The Lawton instrumental activities of daily living scale,Am J Nurs. Apr, 108(4): 52-62. HAN (C.W.), LEE (E.J.), KOHZUKI (M.), 2009, Validity and reliability of the Frenchay Activities Index for community-dwelling elderly in South Korea,Tohoku J Exp Med., 217(3):163-8 HAYAKAWA (T.), OKAMURA (T.), OKAYAMA (A.), KANDA (H.), WATANABE (M.), KITA (Y.), MIURA (K.), UESHIMA (H.), 2010,Relationship between 5-year decline in instrumental activity of daily living and accumulation of cardiovascular risk factors: NIPPON DATA90,J Atheroscler Thromb. 17(1) : 64-72 HOEYMANS (N.), FESKENS (E.J.M.), VAN DE BOS (G.A.M.), KROMHOUT (D.),1996, Measuring functional status: Cross-sectional and longitudinal associations between performance and self-report (Zutphen Elderly Study 1990–1993).J Clin Epidemiol, 49: 1103–1110. LAWTON (M.P.), 1988, Instrumental Activities of Daily Living (IADL) Scale: Self-reported version,Psychopharmacol Bull, 24(4) :789–91. LOUIS (E.D.), 2010, Functional correlates of lower cognitive test scores in essential tremor,Mov Disord., 25(4) : 481-5.
85
Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d’une échelle
OLIVEIRA, (M.R.M.), FOGAÇA, (K.C.P.), LEANDRO-MERHI, (V.A.), 2009, Nutritionalstatus and functional capacity of hospitalized elderly, Nutrition Journal, 8 : 54 PARK (S.M.), JANG (S.N.), KIM (D.H.),2010, Gender differences as factors in successful ageing: a focus on socioeconomic status,J Biosoc Sci. 42(1) : 99-111. SHIGEMATSU (Y.), TANAKA (K.), 2000, Age scale for assessing functional fitness in older Japanese ambulatory women,Aging Clin. Exp. Res. 12: 256–263. STUCK (A.E.), WALTHERT (J.M.), NIKOLAUS (T.), BULA (C.J.), HOHMANN (C.),( BECK (J.C.),1999, Risk factors forfunctional status decline in community-living elderly people: a systematic literature review,Social Science andMedicine, 48 : 445-469.
L’anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010
Les auteurs Philipe DE SOUTO BARRETO Master scientifique en «Activité physique et santé»; Master scientifique en «Anthropologie Biologique»; Doctorant l’Université de la Méditerranée UMR 6578 Anthropologie Bioculturelle (Marseille, France) CNRS, Université de la Méditerranée, EFS courriel : philipebarreto81@yahoo.com.br
Anne-Marie FERRANDEZ Chargée de recherche CNRS - UMR 6578 AnthropologieBioculturelle (Marseille, France) CNRS, Université de la Méditerranée, EFS courriel : anne-marie.ferrandez@univmed.fr
86
Activités instrumentales physiques de la vie quotidienne chez les personnes âgées : validation d’une échelle
Annexe 1. Echelle d’Activités Instrumentales Physiques de la Vie Quotidienne (AIPVQ)
Les questions suivantes cherchent à mesurer votre aptitude à réaliser quelques activités du quotidien. Indiquez dans quelle mesure vous êtes physiquement capable de réaliser ces activités, même si vous ne les faites pas souvent. Pour chacune des activités, dites-moi si vous êtes physiquement capable de la réaliser : seul, sans aucune difficulté ; seul, avec quelque difficulté ; seul, avec beaucoup de difficulté ; avec l’aide de quelqu’un ou pas capable de l’exécuter.
1. Porter les paquets de courses d’environ 5 kilos 2. Faire l’entretien ménager (ménage, rangement) 3. Etendre le bras au-dessus du niveau de l’épaule 4. Se pencher, s’agenouiller ou s’accroupir 5. Marcher environ 500 mètres sans s’arrêter 6. Marcher environ 1 km sans s’arrêter 7. Monter un étage d’escalier 8. Monter plusieurs étages d’escalier
87L’anthropologie du vivant : objets et méthodes - 2010
seul, sans aucune difficulté
seul, avec quelque difficulté
seul, avec beaucoup de difficulté
avec l’aide de quelqu’un ou pas capable