anim p\351da 28 septembre 2011

anim p\351da 28 septembre 2011

-

Documents
17 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : activité
Animation pédagogique du Mercredi 28 Septembre Programme MATIN 9h15 – 10 h15 La mise en oeuvre des apprentissages J. Damian 10h15 - 10h40 L'évaluation des acquis à l'école maternelle V. Berger-Sabbatel 10h45- 11h10 Des outils de programmation en Mathématiques C. Cantalupi 11h15-12h Respiration artistique : Spectacle danse contemporaine Suivi d'une rencontre avec les artistes de la Compagnie MonsieurK
  • attention aux consignes multi-tâches
  • h45 présentation du plan d'animations pédagogiques
  • élève en face
  • élève - face
  • verbalisation des procédures mentales de résolution des tâches par les élèves
  • dispositifs de captation de l'attention des élèves ¶
  • consigne
  • consignes
  • élèves
  • élève
  • elève

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 28
Langue Français
Signaler un problème

Animation pédagogique du Mercredi 28 Septembre
Programme
MATIN
9h15 – 10 h15 La mise en oeuvre des apprentissages
J. Damian
10h15 - 10h40 L'évaluation des acquis à l'école maternelle
V. Berger-Sabbatel
10h45- 11h10 Des outils de programmation en Mathématiques
C. Cantalupi
11h15-12h Respiration artistique :
Spectacle danse contemporaine
Suivi d'une rencontre avec les artistes
de la Compagnie MonsieurK
Animation pédagogique du Mercredi 28 Septembre
Programme
APRES-MIDI
14 h-14h40 Protection de l'enfance : Positionnement de l'enseignant
dans le protocole d'information préoccupante
P. Vialette Cellule Enfance en Danger Conseil Général
M. Bedouin-Bourrel Guichet unique IA74

14h40 - 15h10 La Charte départementale EPS C. Cantalupi
15h10-15h30 Pause
15 h30-15h50 Des outils de programmation en Anglais
V. Berger-Sabbatel
15h50-16h20 Les TICE et le B2i Y. Houin
16h20-16h45 Présentation du plan d'animations pédagogiques 2011/12

et clôture des travauxQuelques réflexions sur la mise en oeuvre
des apprentissages …
- Ces réflexions s'appuient sur les 80 à 90 inspections
individuelles réalisées en moyenne chaque année
- Elles partent d'un constat et d'une conviction :
Les apprentissages scolaires se font en classe, sous la direction du
maître ou de la maîtresse, et dépendent très fortement de
l'expertise didactique et de l'habileté pédagogique de
l'enseignant, plus que de tout autre facteur.
- Ce constat et cette conviction justifient l'orientation très
pédagogique que je continue de donner à mon observation
pendant l'acte d'inspection
8 pistes de réflexions...
8 leviers à actionner...
Pour améliorer
l'efficacité de
l'enseignement
1- L'analyse didactique
Une fois décidée, au sein de la progression et des programmes, la notion à acquérir
S'interroger sur sa propre maîtrise de la notion et
entreprendre le cas échéant une mise à niveau
personnelle
Anticiper en identifiant les difficultés et les obstacles
cognitifs liés à cette notion :
d'ordre conceptuel
ou
d'ordre instrumental
Pour passer au pédagogique
Concevoir la séquence en fabriquant un cheminement

intellectuel qui lève pas à pas les obstacles identifiésUn exemple : la division
Mise à niveau :
Est-ce que je maîtrise la connaissance « scientifique » de la notion que je veux faire
apprendre ?
A quoi sert la division ?
Existe-t-il différents types de quotients, de division ?
Quelle est ma maîtrise technique de la division ?
Les obstacles didactiques :
notionnels...
La division renvoie à
- la notion de partage
- la notion de quotient (partager, partager en parts égales, partager en un nombre de
parts défini...)
Instrumentaux
La division nécessite la maîtrise et la compréhension
- du produit (et de la multiplication)
- de la différence (et de la soustraction)
- du calcul mental (des tables de multiplication et de soustraction )
2- Présenter tout apprentissage
comme une énigme à résoudre
Tout apprentissage doit mettre l'élève en face d'une
situation problème que vous le mettez au défi de
résoudre
La situation problème n'est pas ce que l'on donne à
l'élève pour vérifier s'il a acquis la notion, c'est
surtout ce qu'on lui propose en amont pour qu'il en
comprenne le sens et son articulation avec ce qu'il
sait déjà
La situation problème existe dans toute les
disciplines. Elle renvoie à une mise en situation de
recherche et d'investigation qui parle à l'intelligence
de l'élève
3- La consigne détermine l'activité...
Heureusement, ou malheureusement, les élèves font ce qu'on leur dit de faire...
La passation de la consigne est le moment clé de la
mise en activité. Elle ne s'improvise pas...
Elle nécessite des dispositifs de captation de
l'attention des élèves
La consigne doit être claire, précise et fonctionnelle
pour être appliquée en autonomie par les élèves. Elle
doit pouvoir être reformulée par eux.
Attention aux consignes multi-tâches et autres
consignes à tiroir... Elles relèvent davantage d'une
improvisation de l'enseignant que d'un choix de
proposer une activité volontairement complexe
L'élève doit pouvoir se référer à la consigne en cours

d'activité (sauf intention contraire volontaire)4- Vérifier les effets de l'enseignement
L'évaluation n'est pas qu'une affaire de dispositifs, c'est un élément constitutif de la
démarche quotidienne d'enseignement
Il s'agit d'activer un feed-back permanent entre le
maître et les élèves pour s'assurer en continu de la
compréhension des messages
Les canaux de prise d'informations sont multiples :
oral (questionnement...) gestuel (attitudes,
mimiques...), attentionnel ...
L'enseignant doit être dans une posture « d'écoute »
permanente de la classe pour pouvoir réguler son
enseignement
Il doit être prêt à revenir sur le déroulement prévu
pour réexpliquer, faire reformuler... C'est toujours
moins gourmand en temps qu'une remédiation future
5- Verbaliser les procédures
Le maître doit susciter la verbalisation des procédures
mentales de résolution des tâches par les élèves. Il
doit être habitué à justifier ses réponses et à décrire le
cheminement de sa réflexion
Le questionnement doit concerné un nombre
important d'élèves et surtout ne pas se contenter
d'une réponse exacte donnée par l'un d'eux pour
passer à la suite
L'interrogation orale privilégie d'abord les élèves qui
semblent poser problème
Le temps « perdu » à cette explicitation est du temps
« gagné » sur l'apprentissage