12 pages
Français

Balzac, un toit pour l'éternité. De la Cabane de Passy à la ...

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Balzac, un toit pour l'éternité. De la Cabane de Passy à la ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 88
Langue Français
Balzac, un toit pour lÕÈternitÈ. De la Cabane de Passy ‡ la CathÈdrale littÈraire, la fÍte continue FÈlix CÈsar GUTIRREZVI—AYO Universidad de LeÛn
Real, E.; JimÈnez, D.; Pujante, D. y Cortijo, A. (eds.),…crire, traduire et reprÈsenter la fÍte, Universitat de ValËncia, 2001, pp. 209-220, I.S.B.N.: 84-370-5141-X.
La demeure qui fait lÕobjet de cet exposÈ est celle que : ´ le temps et la cÈlÈ-1 britÈ de leur ancien propriÈtaire a figÈe dans lÕÈtat o˘ il lÕa laissÈe ª. La demeure dont nous allons parler aujourdÕhui est : ´ un lieu privilÈgiÈ, car 2 elle a ÈtÈ choisie par un Ítre au destin singulier ª. Cette demeure conserve la sensibilitÈ de lÕhomme de lettres qui y a vÈcu :
Les demeures des grands hommes conservent, longtemps aprËs que ceux-ci les ont quittÈes, une atmosphËre spÈciale. De mÍme que, dans une Èglise, f˚t-on in-croyant, on Èprouve une impression de recueillement apaisÈ, de mÍme les en-droits o˘ une personnalitÈ puissante a aimÈ, souffert, luttÈ intensÈment, semblent garder quelÕÈmanation de lÕÍtre qui, l‡, sÕest projetÈ avec vigueur hors de lui-3 mÍme.
Nous nÕirons, cependant pas, jusquÕ‡ lÕextrÍme de lÕexemple suivant :
Un homme avait vÈcu paralysÈ sans quitter, durant trente ans, la chambre dÕun antique ch‚teau o˘, quinze heures sur vingt-quatre, il occupait un fauteuil, tou-jours le mÍme, placÈ dans lÕembrasure dÕune fenÍtre. La mort lÕy prit. Pour con-server le souvenir de ce lieu de souffrance, un ami voulut en faire la photogra-phie. Or, sur ce fauteuil o˘ le vieillard avait passÈ tant de jours, immobile et son-4 geur, sa silhouette apparut, nette, prÈcise.
1 Arthaud, Claude,Les Maisons de gÈnie, Paris,Arthaud, 1992, p. 7. 2 Ibid.,p. 7. 3 Habloville, Claude dÕ,La Maison de Balzac, Paris, Hachette, Revue de Hongrie, 15 fÈvrier 1910, p. 213. 4 Ibid.,p. 213.
209