C:/Documents and Settings/Denis/Mes documents/Tex-Txt/PLC1/Oral 1/Fonctions/O1_lim_a.dvi
11 pages
Français

C:/Documents and Settings/Denis/Mes documents/Tex-Txt/PLC1/Oral 1/Fonctions/O1_lim_a.dvi

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
11 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • leçon - matière potentielle : oral
Leçon d'oral 1. Limite finie d'une fonction à valeurs réelles en un point a de R. Opérations algébriques sur les limites. Continuité d'une fonction en un point a de R. Exemples. Denis Vekemans ∗ 17 mai 2006 Pré-requis – Suites réelles : convergence. – Topologie : point adhérent à un ensemble. – Fonctions d'une variable réelle, à valeurs réelles : ensemble de définition, opérations algébriques, res- triction de fonctions, exemples de fonctions (fonctions polynômes, fonctions rationnelles, fonctions circulaires).
  • ǫfg
  • propriétés relatives aux limites
  • propriétés algébriques
  • xn ∈
  • l−
  • aires dans le cerlce trigonométrique
  • xn −
  • démonstration du théorème
  • limite finie
  • limite
  • limites

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 48
Langue Français

Exrait

Leçon d’oral 1. Limite finie d’une fonction à valeurs réelles en un pointa deR. Opérations algébriques sur les limites. Continuité d’une fonction en un pointadeR. Exemples.
1
Denis Vekemans
17 mai 2006
Prérequis – Suites réelles : convergence. – Topologie : point adhérent à un ensemble. – Fonctions d’une variable réelle, à valeurs réelles : ensemble de définition, opérations algébriques, res triction de fonctions, exemples de fonctions (fonctions polynômes, fonctions rationnelles, fonctions circulaires). Cadre général Toutes les fonctions considérées dans cette leçon sont fonctions d’une variable réelle, à valeurs réelles. Notation 1. Dans toute la leçon, et pour toute fonctionw,Dwdésigne son domaine de définition. 2.V(x, y) =]xy, x+y[.
1.1
Limite finie d’une fonction à valeurs réelles en un pointadeR.
Définition et propriétés –limite–.
A l’oral : "On ne saurait parler de limite enasian’est pas un point adhérent àDf. C’est pourquoi ..." On impose n o \ ǫ >0,cardxtel quexDfV(a, ǫ) =,(1) (pour pouvoir parler de limite enapourf). Remarque : "an’appartient pas forcément àDf, mais il est adhérent àDf". SilRtel que
ǫ >0,η >0,tel quexDf,|xa|< η=⇒ |f(x)l|< ǫ, Laboratoire de mathématiques pures et appliquées Joseph Liouville ; 50, rue Ferdinand Buisson BP 699 ; 62 228 Calais cedex ; France
1
PLC1
on dit quefadmetlpour limite ena.
Oral 1
Théorème 1.1.1 Unicité de la limite. Sous la condition (1), sifadmet une limite en un pointa, elle est unique. De plus, sifest définie ena,l=f(a).
20042005
Remarque : Sous la condition (1), sifadmet une limitelen un pointa, on peut noterl= limf(x). xa Exemples : n n 1.nN,aR,limx=a. xa √ √ + 2.aR,limx=a. xa Contreexemple : – La fonctionfdéfinie par f:RR ( 0six6= 0, x7→f(x) = 1six= 0
n’admet pas de limite en0.
Théorème 1.1.2 Critère séquentiel. Sous la condition (1), sifadmetlpour limite enaet si la suite(xn)est une suite deDfconvergeant versa, alors la suite(f(xn))converge versl. Réciproquement, si pour toute suite(xn)deDfconvergeant versa, la suite(f(xn))converge versl, alorsfadmetlpour limite ena.
Contreexemple : la fonctionfdéfinie par :
n’admet pas de limite finie en0.
1.2
f:
+ RR , 1 x7→f(x)) = cos( x
Définition et propriétés –limite à gauche, limite à droite–.
A gauche On impose
n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDf]− ∞, a]V(a, ǫ) =,
(2)
(pour pouvoir parler de limite ena, à gauche, pourf). T Sif|D]−∞,a]admet une limitelena, on dit quefadmetlpour limite à gauche ena(on note f limf(x) =l). xa, xa A droite On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDf[a,[V(a, ǫ) =,(3)
–2/11–
Mathématiques
PLC1
Oral 1
20042005
(pour pouvoir parler de limite ena, à droite, pourf). T S admet our limite à droite ena(on note if|Df[a,[une limitel+ena, on dit quefadmetl+p limf(x) =l+). xa, xa
Théorème 1.2.1 Sous la condition (2), sifadmetlpour limite à gauche enaet sous la condition (3), sifadmetlpour limite à droite ena, alorsfadmetlpour limite ena.
2
Remarques : – Sous la condition (2) et sous la condition (3), la condition (1) est satisfaite. – La réciproque est fausse car la fonctionfdéfinie par :
f:
+RR , x7→f(x) = 0
admet0comme limite en0, admet également0comme limite à droite en0mais n’admet pas de limite à gauche en0car non définie surR. Sous la condition (1), la condition (2) ou la condition (3) est satisfaite, mais pas forcément les deux.
Propriétés algébriques, comparaison, et composition sur les limites.
2.1 Propriétés algébriques. Théorème 2.1.1 Propriétés algébriques. On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDfDgV(a, ǫ) =, \ (pour pouvoir parler de limite enapourfet pourgsurDfDg). \ \ Sifadmetlfpour limite enasurDfDget sigadmetlgpour limite enasurDfDg, \ 1.f+gest définie surDf+g=DfDgetf+gadmet une limite enaqui estlf+lg. \ 2.f gest définie surDf g=DfDgetf gadmet une limite enaqui estlflg. 1 1 3. et si, de plus,lf6= 0, alors admet une limite ena.qui est f lf Démonstration pour le produit On a ǫ >0,ηf>0,tel quexDf,|xa|< ηf=⇒ |f(x)lf|< ǫ,
et
ǫ >0,ηg>0,tel quexDg,|xa|< ηg=⇒ |g(x)lg|< ǫ,
–3/11–
(4)
Mathématiques
PLC1
et donc, avecǫf g=ǫ(ǫ+|lf|+|lg|),
=
Oral 1
ǫf g>0,η= inf(ηf, ηg)>0,tel quexDf g,|xa|< η |f g(x)lflg| ≤ |f g(x)lfg(x)|+|lfg(x)lflg| =|f(x)lf||g(x)|+|lf||g(x)lg| ≤ |f(x)lf|(|g(x)lg|+|lg|) +|lf||g(x)lg| < ǫ(ǫ+|lg|) +ǫ|lf|=ǫf g
Démonstration pour l’inverse
ǫf>0,ηf>0,tel quexDf,|xa|< ηf=⇒ |f(x)lf|< ǫf. |lf| Donc, en prenantǫf=, 2 η >0,tel quexDf, |lf| |xa|< η=sup(|f(x)| − |lf|,|lf| − |f(x)|)≤ |f(x)lf|< 2 |lf| =<|f(x)|. 2 2ǫf Ensuite, en posantǫ=, 1 2 l f f
Exemples :
|xa|< η1 f
=
ǫ >0,η= inf(ηf, η)>0,tel quexDf, 1 1 f f 1 1|f(x)lf|2ǫf | − |=<=ǫ1. 2 f(x)lf|lff(x)|l f f
1. Les fonctions polynômes admettent une limite en tout pointadeR.
20042005
2. Les fonctions rationnelles admettent une limite en tout pointade leur ensemble de définition.
D’après l’exemple 1 de la section 1.2 et d’après le théorème 2.1.1, les exemples 1 et 2 se traitent aisément (laissé en exercice au lecteur).
2.2 Comparaison. Théorème 2.2.1 Comparaison. On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDfDgV(a, ǫ) =, \ (pour pouvoir parler de limite enapourfet pourgsurDfDg).
–4/11–
(5)
Mathématiques
PLC1
Oral 1
20042005
\ \ On suppose quefadmetlfpour limite enasurDfDget quegadmetlgpour limite enasurDfDg. \ On suppose encore quefgsurDfDg. Dans ces conditions,lflg.
Théorème 2.2.2 Théorème des gendarmes. On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDfDgV(a, ǫ) =, \ (pour pouvoir parler de limite enapourfet pourgsurDfDg). \ On suppose quefadmet0pour limite enasurDfDg. \ On suppose encore que0gfsurDfDg. \ Dans ces conditions,gadmet0pour limite enasurDfDg.
(6)
Exemple : lim sin(x) = 0. x0 L’exemple est traité aisément en utilisant0≤ |sin(x)| ≤ |x|, ce qui se démontre en utilisant les aires dans le cerlce trigonométrique (laissé en exercice au lecteur).
2.3 Composition. Théorème 2.3.1 Composition. On impose
n o \ ǫ >0,cardxtel quexDfV(a, ǫ) =,
(7)
(pour pouvoir parler de limite enapourf). On suppose quefadmetlpour limite ena. On se restreint au cas où il existe un ensembleEDftel queasoit adhérent àEet tel quef(E)Du (A l’oral : "Donc,lest adhérent àf(E), d’après le théorème 1.1.2".) et tel que n o \ ǫ >0,cardf(x)tel quef(x)DuV(l, ǫ) =,(8)
(pour pouvoir parler de limite enlpouru). On suppose queuadmetLpour limite enl. Dans ces conditions,ufadmetLpour limite enasurE.
Exemples :
1.lim cos(x) = 1. x0 2. Les fonctions circulairessinetcosadmettent une limite en tout pointadeR.
–5/11–
Mathématiques
PLC1
3
3.1
Oral 1
Continuité d’une fonction à valeurs réelles en un pointadeR.
Définition et propriétés –continuité–.
On se restreint au cas oùaDf. On impose n o \ ǫ >0,cardxtel quexDfV(a, ǫ) =,
20042005
(9)
(pour pouvoir parler de limite enapourf). A l’oral : "Il s’agit du même cadre que celui qu’on avait décrit pour traiter la notion de limite, mais cette fois, le pointaappartient àDf". Sifadmetlpour limite ena, on dit quefest continue ena. Cette limite est alorsl=f(a), d’après le théorème 1.1.1. A l’oral : "Il faut absolument se détacher de l’idée intuitive qui dit : lorsqu’une fonction est continue (localement), sa représentation graphique peut être réalisée (localement) sans lever le crayon. En effet, la fonctionfdéfinie par : f:RR ( 10six/{, nN}, n x7→f(x) = 1xsix∈ {, nN} n est continue en0".
3.2
Définition et propriétés –continuité à gauche, continuité à droite–.
A gauche On se restreint au cas oùaDf. On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDf]− ∞, a]V(a, ǫ) =,
(pour pouvoir parler de limite ena, à gauche, pourf). Sifadmet une limite à gauche ena, on dit quefest continue à gauche ena. A droite On se restreint au cas oùaDf. On impose n o \ \ ǫ >0,cardxtel quexDf[a,[V(a, ǫ) =,
(pour pouvoir parler de limite ena, à droite, pourf). Sifadmet une limite à droite ena, on dit quefest continue à droite ena.
(10)
(11)
Théorème 3.2.1 Sous la condition (10), sifest continue à gauche enaet sous la condition (11), sifest continue à droite en a, alorsfest continue ena.
Remarques : – Sous la condition (10) et sous la condition (11), la condition (9) est satisfaite.
–6/11–
Mathématiques
PLC1
4
– La réciproque est fausse.
Oral 1
Propriétés relatives à la continuité.
20042005
Les propriétés relatives aux limites en un pointase transportent facilement pour déduire des propriétés relatives à la continuité en un pointa. Il ressort en particulier les résultats évidents suivants :
5
1. Les fonctions polynômes sont continues en tout pointadeR. 2. Les fonctions rationnelles sont continues en tout pointade leur ensemble de définition. 3. Les fonctions circulairessinetcossont continues en tout pointadeR.
Prolongement par continuité
On se restreint au cas oùfn’est pas définie ena. Lorsquefadmet une limitelena, on peut définir la fonctionfpar : S f:Df{a} →R ( f(x)pourxDf. x7→f(x) =, lpourx=a
La fonctionfainsi définie est appelée le prolongement par continuité defena. Annexe : Démonstrations laissées de côté ... Exemples de la section 1.1. Exemple 1 :   n1 On prendǫ=η n(|a|+η). Alors,ǫ >0,η >0,tel quexDf,
|xa|< η
=
==
n n n1n2n2n1 |xa|=|xa||x+ax+. . .+a x+a| n1n2n2n1 < η|x+ax+. . .+a x+a|   n n n1n2n2n1 |xa|< η|x|+|a||x|+. . .+|a| |x|+|a|   n n n1 |xa|n< η (|a|+η) =ǫ.
Exemple 2 : Premier cas :a6= 0. η On prendǫ=. a Alors,ǫ >0,η >0,tel quexDf,
|xa|< η
==
√ √ √ √ |xa||x+a|< η √ √η η |xa|<√ √<=ǫ. |x+a|a
–7/11–
Mathématiques
PLC1
Second cas :a= 0. On prendǫ=η. ǫ >0,η >0,tel quexDf,
Contreexemple. C’est immédiat.
|x|< η
Oral 1
=
√ √ |x|< η=ǫ.
20042005
Démonstration du théorème 1.1.1. Sifadmet deux limites distinctesl1etl2, alors, ǫ >0,η1>0,tel quexDf,|xa|< η1=⇒ |f(x)l1|< ǫ,et ǫ >0,η2>0,tel quexDf,|xa|< η2=⇒ |f(x)l2|< ǫ. Ainsi,ǫ >0,η= inf(η1, η2)>0,tel quexDf,|xa|< η=06=|l1l2| ≤ |f(x)l1|+|f(x)l2|<2ǫ. |l1l2| Cependant, ceci doit être vrai pour toutǫ, mais c’est faux pourǫ=6= 0(par exemple). 3 Par l’absurde, il est montré que la limite est unique lorsqu’elle est définie.
Sifadmetlpour limite et sifest définie enatel quef(a)6=l, alors ǫ >0,η >0,tel quexDf,|xa|< η=⇒ |f(x)l|< ǫ. Cependant, ceci doit être vrai pour toutxDftel que|xa|< ηet pour toutǫ, mais c’est faux pour |f(a)l| x=aetǫ=6= 0(par exemple). 2 Par l’absurde, il est montré que sifadmetlpour limite enaen étant définie ena, alorsf(a) =l.
Démonstration du théorème 1.1.2. Sifadmetlpour limite ena, alors ǫ >0,η >0,tel quexDf,|xa|< η=⇒ |f(x)l|< ǫ. Si la suite(xn)(avecxnDf) converge versa, alors ǫx>0,NN,tel quen > N,|xna|< ǫx. Par conséquent, en prenantǫx=η, ǫ >0,η >0etNN,tels quen > N,|xna|< ǫx=η=⇒ |f(xn)l|< ǫ, puisǫ >0,NN,tel quen > N,|f(xn)l|< ǫ, ce qui signifie que la suitef(xn)converge versl.
–8/11–
Mathématiques
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents