//img.uscri.be/pth/109cf83efc62083bab2e1135ffc4f2fd51d0b351
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Chronique des réCipiendaires

7 pages
  • cours - matière potentielle : l' analyse
  • leçon - matière potentielle : utiles
  • mémoire
PhYsio-québec Chronique des réCipiendaires mai 2011 page 1 suite à la page suivante Problématique La téléréadaptation, soit l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de communication pour la prestation des services de réadaptation à distance est un mode d'organisation de services qui est de plus en plus favorisé au Québec et à travers le Canada pour améliorer la qualité des services de réadaptation, particulièrement l'accessibilité aux services spécialisés dans les régions éloignées (1-4).
  • pii
  • institut de recherche en santé publique
  • pérennisation de la télé- réadaptation
  • vidéoconférence
  • changements salles de conférence
  • conjointe en région sans l'assistance
  • téléréadaptation
  • conférence
  • conférences
  • équipe
  • équipes
  • equipes
  • equipe
  • régions
  • région
Voir plus Voir moins
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 2011 PAGE1
RÉCIPIENDAIRES Chronique des
Mieux comprendre les changements associés à la téléréadaptation: une étude de cas au Québec
1,2 par Dahlia Kairy, pht, Ph. D. 1 Pascale Lehoux, Ph. D., 3,4 Claude Vincent, erg, Ph. D.
1. Départementd’administration de la santé, Institut de recherche en santé publiquechangements liés à la téléréadaptation et, de l’Université de Montréal (IRSPUM)plus particulièrement, d’explorer pourquoi ils surviennent. Le cas à l’étude concernait 2. Hôpitaljuif de réadaptation – Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation un projet clinique de démonstration de du Montréal métropolitain (CRIR) l’Est-du-Québec en téléréadaptation pour 3. Départementde réadaptation, Université Laval les personnes ayant subi un traumatisme 4. Centreinterdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration socialecrânien ou une blessure médullaire, qui a (CIRRIS)été mis en place entre les équipes cliniques de l’Institut de réadaptation en déficience d’efficacité et de satisfaction des utilisateurs Problématiquephysique de Québec (IRDPQ ; centre spé-des technologies, et ce, dans des études cialisé) et le Centre de réadaptation Inter-La téléréadaptation, soit l’utilisation des très contrôlées (8). Comme dans d’autres Action (CR InterAction; centre régional) nouvelles technologies de l’information et domaines de télésanté (9), peu d’études et ses points de service dans la région du de communication pour la prestation des documentent les changements survenus Bas-St-Laurent (11, 12). La composition services de réadaptation à distance est un suite à l’implantation de la téléréadaptation des équipes multidisciplinaires des deux mode d’organisation de services qui est de dans des contextes «réels ».Afin de com-centres variait selon les besoins du patient. plus en plus favorisé au Québec et à travers bler ce manque de connaissance, cet article Dans le centre spécialisé, elles pouvaient le Canada pour améliorer la qualité des présente succinctement les résultats d’une être composées de physiothérapeutes, services de réadaptation, particulièrement étude dont le principal objectif était d’ex-ergothérapeutes, médecins, infirmiers, l’accessibilité aux services spécialisés dans plorer les changements qui accompagnent orthophonistes, neuropsychologues, tra-les régions éloignées (1-4). Par contre, de l’utilisation de la téléréadaptation, en par-vailleurs sociaux, éducateurs spécialisés, nombreux programmes cessent de fonc-ticulier par rapport aux routines cliniques techniciens en loisirs, conseillers en orien-tionner lorsque les fonds initiaux des phases et à la culture organisationnelle des milieux. tation, sexologues, et musicothérapeutes. pilotes sont épuisés (2, 5-7). La littérature En région, elles étaient composées de en téléréadaptation est en croissance, mais Méthodologie physiothérapeutes, ergothérapeutes, neu-jusqu’à présent, l’applicabilité des études ropsychologues, éducateurs spécialisés et Une étude de cas unique a été réalisée scientifiques demeure limitée pour soutenir travailleurs sociaux. Les équipements dis-afin de permettre une analyse en profon-la prise de décision lors de l’implantation, ponibles pour les intervenants dans chaque deur de l’utilisation de la téléréadaptation l’utilisation et la pérennisation de la télé-centre étaient des équipements de vidéo-dans un contexte précis (10). L’étude de réadaptation, car ces études traitent prin-TM conférence Tandberginstallés dans des cas permet de comprendre quels sont les cipalement de faisabilité technique,
PHYSIO-QUÉBEC
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 20112 PAGE
Chronique desRÉCIPIENDAIRES suite Mieux comprendre les changements
Figure 1.Exemple de PII par vidéoconférence
Cadre conceptuel
Un cadre conceptuel représentant la struc-turation de la téléréadaptation a été éla-boré pour ce projet afin d’explorer le processus d’utilisation de la téléréadap-tation. Ce cadre découle de la théorie de structuration du sociologue Anthony Gid-dens (13) et met en évidence l’influence réciproque et continue entre les agents ou utilisateurs de la téléréadaptation et les structures et éléments institutionnels, ainsi que leur rôle dans l’utilisation de la téléréadaptation (Figure 2).
salles de conférence (Figure 1) ainsi queFigure 2.Cadre conceptuel de l’étude – lemodèle de structuration de la des équipements ayant les mêmes fonc-téléréadaptation tionnalités, mais en format mobile et plus S T R U C T U R E petit. Ces équipements permettaient donc Ressources une communication entre les équipes des Règles et normes Valeurs deux centres, qui pouvait se faire en pré-sence ou non du patient et de ses proches. Les activités ciblées pour la téléréadapta-tion étaient les plans d’intervention inter-Culture organisationnelle Culture organisationnelle disciplinaires (PII) entre les équipes ORGANISATION ORGANISATION soignantes, le suivi long terme à distance de problématiques précises pour ces clien-tèles et les consultations et demandes de seconde expertise quand l’expertise requi-se n’était pas disponible en région. Les activités de téléréadaptation ont eu lieu entre mars 2006 et octobre 2007, et la collecte de données a eu lieu de juin àPatients Famille novembre 2008. Le projet a été approuvé Intervenants et équipe Intervenants et équipe par les comités d’éthique de la recherche A B des établissements impliqués.Gestionnaires A Gestionnaires B A G E N T
PHYSIO-QUÉBEC
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 20113 PAGE
RÉCIPIENDAIRES Chronique des suite Sources de données4.a été faite après le visionnement du DVD Des documents officiels (n=45 docu-ments ; 316 pages) qui ont été produitset les éléments pertinents du discours et Les données recueillies proviennent de lors de la planification et l’implantationdes interactions entre les participants ont quatre sources: du programme de téléréadaptation. été notés. La synthèse de chaque enre-1.(4) Quatrefocus groups(groupes degistrement a ensuite été codée en utilisant Analyse des données discussion) de trois heures ont eu lieu.les codes identifiés lors de l’analyse des Ces groupes étaient structurés selonUne analyse qualitative selon un processusgroupes de discussion et entrevues pour un plan de discussion préétabli. Unerigoureux et itératif, comme proposé parpermettre la comparaison avec les résultats Miles et Huberman (14), a été menée àidentifiés et pour faire ressortir des exem-personne assurait l’animation et une l’aide du logiciel QSR NVivo 8 qui a facilitéples qui supportent ou contredisent ce qui personne notait les observations. Les la triangulation des quatre sources dea été rapporté par les participants. Enfin, participants étaient des gestionnaires données. Dans un premier temps, des tout au long de l’analyse, les documents (n=7), coordonnateurs cliniques (n=3) codes thématiques ont été élaborés. produits dans le cadre du projet de télé-et cliniciens (n=13) de l’IRDPQ et du Ensuite, les transcriptions verbatim et les réadaptation ont été recensés et analysés. CR InterAction (il y eut aussi 3 entre-notes d’observation des groupes de dis-Ces documents reprennent le discours vues individuelles téléphoniques avec cussion et entrevues individuelles ont été officiel des événements et offrent une 2 cliniciens et un gestionnaire); lues ligne par ligne et codées selon les trace chronologique du développement 2.codes établis et les nouveaux codes qui Dix(10) entrevues individuelles télé-du programme et des choix et des déci-ont émergé au cours de l’analyse. Ceci a phoniques de 10-20 minutes avec des sions, qui n’est pas sujette aux biais de permis une première analyse par groupe patients (n=5) et leurs proches (n=5) mémoire liés aux expériences et percep-de discussion suivie d’une analyse inter-ayant participé aux activités de tions des participants (15). groupe. Ces analyses ont été effectuées téléréadaptation ; selon un processus itératif avec les autres 3. Les enregistrements sur DVD de ren-Résultats membres de l’équipe de recherche. Paral-contres de PII et d’interventions qui lèlement à l’analyse des transcriptions, Le tableau 1 résume les caractéristiques ont eu lieu dans le cadre du projet detous les enregistrements ont été visionnés. des participants aux groupes de discussion téléréadaptation (n=30); Unesynthèse de chaque enregistrement et entrevues.
Tableau 1.Caractéristiques des participants aux groupes de discussion et entrevues téléphoniques Centre spécialiséCentre régionalGestionnaires Participants PatientsProches Cliniciens Cliniciensdes deux centres Programme TCCBM (N=3)BM (N=3) Programme BM (N=8)(N=5) (N=8) (N=5) TCC(N=2) TCC(N=2) Femme (%) 5(71) 5(83) 5(100) 4(50) 0(0) 5(100) Âge – Moyen44.9 41.8 31.6 46.537.2 44.6 (étendue) (38-58)(23-53) (21-42) (31-61)(21-60) (30-58) coordonnateur de médecin de famille,ergothérapeute, programme, adjoint au travailleur social,travailleur social,travailleur social, directeur général, Rôle professionnelsexologue, orthophoniste,éducateur spécialisé, technicien en audiovisuel,Sans objetSans objet représenté conseilleren orientation,conseiller en orientation,ergothérapeute, coordonnateur de projet, technicien en loisir,neuropsychologue, coordonnateurclinique directeur général, coordonnateur cliniquecoordonnateur clinique infirmière de liaison PII, Rencontresadminis-PII, consultations avec Types d’activités deconsultations avecPII, intervention directe,tratives, activités de patient, formationPII PII téléréadaptation patient,suivi spécialiséformation continueplanification pour projet continue avec patienttéléréadaptation, PII Divers changements qui ont été identifiés en lien avec l’utilisation (et la non-utilisation) de la téléréadaptation au cours de l’analyse.
PHYSIO-QUÉBEC
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 20114 PAGE
sRÉCIPIENDAIRES Chronique de suite Mieux comprendre les changements
De la non-utilisation de la téléréadaptation au développement de nouvelles routines cliniques
Les activités qui ont été entreprises par téléréadaptation étaient principalement des PII entre les équipes des centres spé-cialisé et régional. Dans 83% des PII (25/30), le patient et/ou ses proches étaient présents à l’un des établissements. La téléréadaptation a été utilisée pour des consultations et suivis cliniques par seu-lement deux cliniciens du centre spécialisé (orthophoniste, sexologue). Seuls les équi-pements de vidéoconférence dans les salles de conférences ont été utilisés.
Pour ce qui est de l’utilisation de la vidéo-conférence pour les PII, elle a été appliquée non seulement aux PII qui ont lieu lors du retour du patient en région, mais de plus en plus lors des PII qui ont lieu tout au long du processus de réadaptation jusqu’au retour du patient en région, et ce, à la demande des deux milieux. Selon les par-ticipants des groupes de discussion, ceci permet à l’équipe régionale d’avoir un meilleur portrait du patient, de mieux pouvoir se préparer et de pouvoir participer plus tôt à l’élaboration et à l’orientation des objectifs de transfert du patient. Cette utilisation de la téléréadaptation s’est répandue aussi avec d’autres milieux en dehors de ceux du projet.
En contrepartie, la téléréadaptation a été très peu utilisée pour les activités d’éva-luation ou d’intervention directe avec le patient, malgré que les documents recueillis reflètent clairement l’intention
PHYSIO-QUÉBEC
des gestionnaires d’introduire la téléréa-daptation pour l’utiliser à cet effet. Deux facteurs principaux semblent expliquer cette divergence. Premièrement, plusieurs cliniciens rapportent qu’ils ne se sentent pas capables d’offrir un support émotif adéquat au patient s’il en avait besoin pendant la vidéoconférence, puisque la vidéoconférence ne permet pas un contact physique avec ce dernier. Par conséquent, ils remettent en question l’utilité de la téléréadaptation pour les interventions cliniques. Par contre, les cliniciens qui ont utilisé la téléréadaptation pour les activités cliniques ne rapportent pas ces mêmes préoccupations, et confirment qu’ils pré-voient poursuivre l’utilisation de la télé-réadaptation. Par exemple, lorsqu’elle est utilisée pour des activités d’orthophonie, incluant l’évaluation et l’enseignement au patient et à l’éducatrice spécialisée en région, les intervenants des deux centres rapportent qu’elles ressentent être mieux en mesure d’offrir des services appropriés pour leurs patients. Quant au sexologue, qui traite souvent de thèmes nécessitant qu’un lien de confiance s’établisse avec le patient, et qui a utilisé la téléréadapta-tion pour faire un suivi d’un patient et sa conjointe en région sans l’assistance d’un intervenant en région, il rapporte:
« …jedirais que j’ai été agréablement surpris, j’avais énormément de... non pas énormément... j’avais quelques réserves par rapport à ce mode de communication-là en ce qui a trait à la thérapie en ce sens que c’est sûr que comme sexologue, il faut travailler le lien de confiance d’abord et avant tout je pense. Si j’ai pas le lien de confiance avec mes patients bien j’ai
rien en fait, j’ai beau avoir les connaissan-ces, la théorie, le cadre de référence, bon peu importe, si j’ai pas la confiance je ne peux pas travailler et je me disais est-ce que ça va être facile d’établir le climat de confiance par ce médium-là et comme je vous disais j’ai été agréablement surpris …. » [Intervenant, centre spécialisé, entre-vue individuelle]
Un deuxième facteur contribuant à la faible intégration de la téléréadaptation aux activités cliniques est qu’il semble y avoir eu très peu de visibilité de la télé-réadaptation, et ce, même pour les quel-ques interventions qui ont eu lieu par téléréadaptation. Pour la plupart des par-ticipants, lors des groupes de discussion, c’était la première fois qu’ils entendaient parler des expériences qu’ont eu leurs collègues de leur équipe avec la téléréa-daptation, et ce, deux ans après l’implan-tation initiale de la téléréadaptation.
Le suivi à long terme des patients en région faisait aussi partie des activités qui allaient se faire par téléréadaptation, mais ce type d’utilisation n’a pas eu lieu, malgré une planification détaillée de la part des ges-tionnaires. Les gestionnaires rapportent que l’obstacle le plus important a été le manque de ressources médicales en région pour assurer les suivis des patients ayant une blessure médullaire. Par contre, les gestionnaires précisent lors des groupes de discussion que le simple processus de planification pour les activités de suivi par téléréadaptation a permis de systématiser le suivi des patients et d’améliorer la col-laboration entre les centres.
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 2011 PAGE5
RÉCIPIENDAIRES Chronique des suite Mieux comprendre les changements
« …onn’a pas réussi à faire de suivi. Par contre, ça a permis d’accélérer – le point positif – c’est que ça a permis beaucoup, beaucoup d’accélérer la collaboration pour le suivi long terme et puis on a eu à se contacter et à discuter beaucoup plus et à formaliser un peu plus notre modèle de suivi avec ça. » [Gestionnaire, centre spécialisé, groupe de discussion des gestionnaires]
Des changements liés à la culture organisationnelle des milieux
La culture organisationnelle est unique à 1 chaque milieu.Tel qu’il a été rapporté lors des groupes de discussion, les équipes de cliniciens dans les deux centres avaient des cultures organisationnelles uniques avant l’introduction de la téléréadaptation. Ces cultures reflètent par exemple une mission de l’établissement et des réalités locales différentes. Malgré que l’équipe spécialisée transférait déjà des patients à l’équipe régionale avant l’introduction de la téléréadaptation, à part les coordonna-teurs cliniques, les équipes se connaissaient peu. Plus précisément, les membres de chaque équipe ne connaissaient pas les rôles et responsabilités de chacun, malgré qu’ils fussent conscients des mandats dif-férents de chaque milieu. L’utilisation de la téléréadaptation, en particulier pour les réunions d’équipes telles que les PII, a permis de rendre évident et de faire connaître les mandats ainsi que les façons de faire de chacune des équipes.
Selon les cliniciens et coordonnateurs cli-niques, et confirmé par les enregistrements des PII, le fait de mieux comprendre les rôles et responsabilités de chacune des équipes et de ses membres a eu comme effet d’améliorer les objectifs de congé visés par l’équipe spécialisée et le patient, les rendant plus réalistes et cohérents avec la situation vécue par le patient suite au congé. Par exemple, l’intensité et la fré-quence des interventions suite à la réa-d a p t a t i o nf o n c t i o n n e l l ei n t e n s i v e diminueront, car le patient augmentera ses autres activités quotidiennes de travail ou de loisirs afin de favoriser la réintégra-tion sociocommunautaire. Au fil des mois, on note que les objectifs de congé fixés lors de PII en vidéoconférence reflètent mieux la prochaine phase de réadaptation, tandis qu’au début le coordonnateur régio-nal faisait souvent des commentaires pour ajuster les objectifs.
L’évaluation de la conduite automobile est un autre domaine où l’on note des changements dans les routines cliniques des équipes. L’utilisation de la téléréadap-tation a suscité des discussions et du trans-fert d’information de la part de l’équipe régionale par rapport à l’évaluation des capacités de conduite automobile en région. Les enregistrements des PII docu-mentent la responsabilisation progressive de l’équipe spécialisée, notamment par rapport à l’évaluation plus précoce des capacités pour la conduite automobile, ou le retrait du permis de conduire le cas
échéant, et ce, avant le transfert du patient en région, étant donné les délais pour l’évaluation en région.
Malgré certains conflits rapportés, les cliniciens en région apprécient pouvoir expliquer leur point de vue et résoudre les incohérences « en direct » lors des ren-contres tel qu’exprimé dans cet échange dans l’équipe en région:
Gestionnaire – C’était sourd. C’était comme sourd. On se disait voyons, ont-ils compris et ont-ils dit au client … que ça ne fonc-tionnerait plus comme ça et que là l’im-portant dans cette étape-là c’est de revivre les choses qu’ils vivaient avant et c’est à ce moment-là qu’il va être stimulé … ça restait sourd dans notre tête et on en parlait des fois de coordonnatrice à coordonna-trice, mais il n’y avait pas un moment pour exprimer tout ça en groupe. …Et là c’est devenu plus… chacun doit s’expliquer.
Intervenant – On s’oblige à se parler.
Les échanges qui ont lieu pendant les rencontres par vidéoconférence semblent donc permettre aux équipes de graduel-lement être mieux concertées. Il est inté-ressant de noter que plusieurs des cliniciens auraient préféré que le patient n’entende pas les échanges qui ont lieu entre les équipes lorsqu’il y a des différences d’opi-nions ou des désaccords, car ils craignent que cela ait un impact sur le lien théra-peutique qui n’est pas encore bien établi entre le patient et sa nouvelle équipe
1 Laculture organisationnelle se définit par les valeurs, croyances, attentes et habitudes des individus et se reflète dans les actions et paroles des individus 16. Schein EH. Culture: The missing concept in organization studies. Administrative Science Quarterly. 1996 Jun;41(2) :229-40, 17. Schein EH. Organizational culture and leadership. 3rd ed. San Francisco: Jossey-Bass; 2004..
PHYSIO-QUÉBEC
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 2011 PAGE6
hronique desRÉCIPIENDAIRES C suite Mieux comprendre les changements
soignante en région. Les entrevues aveclà, mais ces confrontations-là, ces fric-tation, tel qu’en physiothérapie. Selon les patients et les proches suggèrent que,tions-là… ça demande je pense pas maleux, ceci limite non seulement l’interven-même s’ils remarquent qu’il y a parfoisd’ouverture et de confiance justementtion physique, mais aussi le support émo-des points qui suscitent plus de discussion,pour arriver à dire des choses et en mêmetionnel qu’ils se sentent en mesure d’offrir cela n’a pas d’impact sur la confiance qu’ilstemps accepter que bien, c’est une autreau patient. Cet obstacle n’a pas été expli-ont dans les deux équipes, et que, bienéquipe, avec d’autres visions, et il fautcitement adressé lors de la planification au contraire, ils rapportent se sentir mieuxêtre attentifs des fois à ce qui pourraitdu programme. outillés pour le transfert en région unedevenir gros, mais qui apparaît tout petit Cette étude fait également ressortir qu’il fois qu’ils ont rencontré la nouvelle équipependant un contexte formel d’une heure n’est pas suffisant d’acquérir des équipe-soignante par vidéoconférence, tel qu’ex-[de vidéoconférence].» (Intervenant, ments de vidéoconférence pour que des primé par un patient lors de l’entrevue: Centrespécialisé, groupe de discussion activités de téléréadaptation aient lieu (ex. blessés médullaires) « Jevous souhaite de continuer pour ça,non-utilisation des équipements mobiles). c’est vraiment super… ça nous sécurise,Même une planification détaillée pour Discussion ça nous fait rencontrer les gens avantl’implantation n’a pas été suffisante. En L’analyse qualitative de cette étude de cas même de les rencontrer, ça fait que quandfait, le cadre conceptuel présenté démon-avec de multiples sources de données on se rencontre, on a déjà une préface,tre qu’il est nécessaire d’avoir les ressources démontre que, malgré une utilisation de on se connaît un petit peu, même si onappropriées, car celles-ci permettront à la téléréadaptation qui ne se déroule pas s’est vus une fois ou deux, bien on s’estl’utilisateur de procéder à leur utilisation, telle que planifiée, les processus de plani-vus quand même et ça nous permet de…mais qu’il est essentiel de tenir compte fication et d’utilisation peuvent en soi c’est très sécurisant, je ne peux pas direégalement de l’individu, car l’utilisation entraîner des changements dans les diffé-plus que ça, c’est super.» dépendraégalement de ce dernier. Des rents milieux impliqués, et ce, pour les trois stratégies pour augmenter la visibilité des types d’activités qui sont de nature très En résumé, la téléréadaptation a permis activités de téléréadaptation et changer différente (PII, consultation, suivi). Ce genre dans ce cas-ci, par les échanges répétés les perceptions pourraient être envisagées d’étude qui fait le portrait d’un contexte qui ont eu lieu entre les membres des afin de favoriser l’utilisation de plus en d’application réel de la téléréadaptation équipes, à mieux se connaître et se com-plus routinière de ces technologies. fait ressortir plusieurs leçons utiles pour des prendre, mais suscite également des crain-applications futures de téléréadaptation. tes et inconforts liés aux discussions etEnfin, cette étude démontre l’importance divergences, tel que le résume bien uned’étudier et de rapporter non seulement Dans un premier temps, il est important des intervenantes du centre spécialisé: lescas d’adoption de la technologie, tel de maîtriser les croyances prédominantes que pour les PII, mais aussi les cas où il y parmi les utilisateurs potentiels de la télé-« …ily a une certaine différence de a non-utilisation, tel que pour les suivis à réadaptation selon le genre d’activité culture dans le fond, chaque équipe a sa long terme, car ceux-ci permettent d’iden-prévue. Dans cette étude, les participants culture propre, sa façon de concevoir tifier les obstacles concrets à l’implantation partageaient une perception que la l’intervention, le cheminement du client (ex. manque de médecins en région) et à technologie avait une utilité limitée pour […] on est à des moments différents de l’utilisation de la téléréadaptation, ainsi les interventions cliniques, car elle ne per-la réadaptation et ça crée des… on peut que les changements qui surviennent mal-met pas le contact physique entre l’inter-avoir des attentes différentes vis-à-vis gré une non-utilisation. venant et le patient, une composante des clients, vis-à-vis de nos collègues et importante des interventions en réadap-la visioconférence favorise ces échanges-
PHYSIO-QUÉBEC
suite à la page suivante
Chronique des RÉCIPIENDAIRES
MAI 20117 PAGE
Chronique desRÉCIPIENDAIRES suite Mieux comprendre les changements
En conclusion, la téléréadaptation est denue par une bourse du FRSQ et du pro-9. MayC, Mort M, Williams T, Mair F, Gask L. Health technology assessment in its plus en plus utilisée comme outil pourgramme AnÉIS. Pascale Lehoux détient local contexts : studies of telehealthcare. combler certaines lacunes du système deune Chaire de recherche du Canada sur S o c i a lS c i e n c ea n dM e d i c i n e . santé actuel. Il est donc essentiel de nonles innovations en santé.2003 ;57(4) :697-710. seulement continuer à développer des 10. Yin R. Case Study Research : Design and Références technologies et de poursuivre des étudesMethods. 3rd ed. Thousand Oaks: Sage Publications ;2003. d’efficacité et d’efficience, mais aussi de 1. Officeof Technology Assessment. Bringing mener des études de cas avec des données health care online : The role of information11. Vincent C, Bouchard J, Cabanne G, Dion technologies. Washington, D.C.1995.B, Giguère N, Brown P, et al. Le suivi des qualitatives qui permettent de mieux com-clientèles traumatisées cranio-cérébral et prendre les changements qu’entraîne la 2. PicotJ, Cradduck T. L’industrie de la télé-blessées médullaires: projet de téléréa-santé au Canada: profil de l’industrie et téléréadaptation dans les milieux afin de daptation entre le Bas St-Laurent et Qué-analyse des capacités. Ottawa : Direction e mieux soutenir la mise en place de nou-bec. 7Congrès québécois de réadaptation générale des sciences de la vie, Industrie en déficience physique – La réadaptation : veaux programmes de téléréadaptation. Canada. 2000. une symphonie au diapason des besoins ; 2006 ;Montréal, Québec. 3. RomanowR. Guidé par nos valeurs : l’ave-Remerciements nir des soins de santé au Canada – Com-12. VincentC, Cabanne G, Dion B, Giguère mission sur l’avenir des soins de santé du Nous tenons à remercier les participantsN, Brown P, Roussy S, et al. Évaluation de Canada. Ottawa: Santé Canada. 2002. la téléréadaptation pour la prise en charge de cette étude, Emmanuelle Careau et de clientèle traumatisée cranio-cérébral 4. RussellTG. Telerehabilitation: a coming Cynthia Bergeron qui ont participé à l’ani-e et blessée médullaire. 6Symposium of age. Australian Journal of Physiotherapy. mation des groupes de discussion, les Réseau Québécois de télésanté – La télé-2009 ;55(1) :5-6. santé :des modèles pour tous; 2005; chefs et coordonnateurs de programmes 5. BroensTHF, Huis in’t Veld R, Vollenbroek-Québec, Québec. (Pierre Brown, Nicole Giguère, Caroline Hutten MMR, Hermens HJ, van Halteren 13. Giddens A. The Constitution of Society : Pouliot et Martine Côté) qui ont facilitéAT, Nieuwenhuis LJM. Determinants of Outline of the Theory of Structuration. successful telemedicine implementations : le recrutement pour le projet, Isabelle Cambridge :Polity Press; 1984. a literature study. Journal of Telemedicine Deaudelin qui a facilité l’accès au matériel and Telecare. 2007;13(6) :303-9. 14. Miles M, Huberman A. Qualitative data recueilli dans le cadre du projet clinique analysis :an expanded sourcebook 2nd 6. MayC, Harrison R, Finch T, MacFarlane et Anne Préfontaine pour la transcription ed. Thousand Oaks: Sage Publications; A, Mair F, Wallace P. Understanding the des enregistrements. Le projet de recher-1994.normalization of telemedicine services through qualitative evaluation. Journal of che a été financé par une subvention de 15. Denzin N, Lincoln Y. Handbook of quali-the American Medical Informatics Asso-recherche de l’OPPQ et une subventiontative research. Thousand Oaks: Sage ciation. 2003;10(6) :596-604. Publications ;2000. pour la diffusion des résultats du GRIS. 7. NooraniH, Picot J. Évaluation de la vidéo-Le projet de recherche a aussi été subven-16. Schein EH. Culture : The missing concept conférence au Canada. Rapport techno-in organization studies. Administrative tionné par le Centre de réadaptation Inter-o logique n14. Ottawa : Office canadien de Science Quarterly. 1996 Jun;41(2): Action, l’Institut de réadaptation encoordination de l’évaluation des techno-229-40. logies de la santé. 2001. déficience physique de Québec, et les 17. ScheinEH. Organizational culture and Agences de développement de réseaux8. KairyD, Lehoux P, Vincent C, Visintin M. leadership. 3rd ed. San Francisco : Jossey-A systematic review of clinical outcomes, locaux de services de santé et de services Bass ;2004. clinical process, healthcare utilization sociaux de la Capitale Nationale et du and costs associated with telerehabilita-Bas-St-Laurent. Dahlia Kairy a été soute-tion. Disability and Rehabilitation. 2009 ;31(6) :427-47.
PHYSIO-QUÉBEC