3 pages
Français

Colloque du 14 octobre 2010

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Colloque du 14 octobre 2010

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 93
Langue Français
Jeudi 14 octobre – Tables d’échanges au Silex (14h – 16h)
« Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas »
Expert : Anne-Marie de Vleeschouwer (sisahm)
Modérateur : Mélanie Lecomte (Ricochet)
Rapporteur : Sophie Fischer (Silex)
I. Introduction
Qu’est-ce que donner la parole à ceux qui ne l’ont pas ? Pourquoi ? Quelles structures ? Quels outils ?
Le constat des nombreuses réflexions sur la question mène à la même conclusion :
donner la parole à ceux
qui ne l’ont pas
en cessant de prendre la parole à leur place car nous croyions savoir ce qui est mieux pour
eux. «
Je parle à ta place car je sais ce qui est bien pour toi… »
. D’autre part, l’écoute
en direct
- de
personnes en situation de handicap mental par exemple -
est bien plus explicite qu’un cours donné par un
prof qui expose la thématique via un aspect essentiellement
théorique!
Dès lors, de nouvelles structures se mettent en place. Notamment le groupe «
Vous et moi
» mais aussi et
entre autre, le «
Mouvement Personne D’abord
», (MPD), groupe d’auto-représentants. Les objectifs de
ces nouvelles structures proposent des concepts tels que
se prendre en charge, être reconnu comme des
personnes, un mouvement de la personne et non pour la personne, apprendre à parler en son nom
propre, défendre ses droits, faire connaître ses préoccupations comme tout citoyen dans la société,
prendre part aux décisions qui touchent à la vie quotidienne.
Une personne, notamment,
nous parle des
restrictions institutionnelles auxquelles elle se sent soumise aux dépens de ses choix personnels…
Pour atteindre ces objectifs, des pistes sont évoquées, des outils et des techniques sont proposés :
-
exposer clairement les conditions de l’intervention
-
proposer des exercices où la personne pourra utiliser
le « je » qui permet de parler de soi plutôt que
des questions ouvertes
-
proposer des supports visuels (diaporamas, pictogrammes, cartons de couleurs)
-
prendre le temps d’écoute de la parole émise
-
retranscrire les informations de manière facile, en orthographe phonétique ou en langage facile à lire
-
utilisation d’un bâton de parole…
Explicitons un peu le bâton de parole : il s’agit d’un objet représentant symboliquement
un « micro » que
chaque intervenant détient lors de sa prise de parole. Cela, afin de créer une sorte de respect lié à l’écoute et
au bon déroulement d’un débat. Dans ce cas précis, une personne en situation de handicap mental nous
explique, en effet, combien
il est difficile parfois de se faire entendre
, de faire part de son point de vue,
tout simplement parce que l’on peut éprouver des difficultés à s’exprimer oralement. Le bâton de parole est
alors un outil utile pour prendre la parole au sein d’un groupe d’expression verbale.
II. Echanges
(par thèmes abordés)
Prendre le temps
(bénévole au Silex)
: « Il faut prendre le temps d’écouter une personne en situation de handicap ou non.
La communication via les
mails par Internet en est un exemple frappant : Une personne écrit son message, il
faut le lire (écouter) avant d’y répondre, sinon on ne comprend plus rien à la discussion. Il est toujours plus
facile de prendre une décision à la place de l’autre, lorsque cela nous arrange…et c’est valable dans tous les
cas de figure… Famille, boulot… Tout cela pour gagner du temps ».