OCTOBRE 2008
CONGRÈS DE LA MÉDECINE GÉNÉRALE LYON, 12-14 JUIN 2008 Une vitrine de grande qualité pour notre profession
Cette seconde édition du Congrès de la Médecine Géné-rale a permis d’asseoir un peu plus la place de la Médecine Générale au sein de notre système de santé. Le champ d’action de notre profession est vaste ! Le thème du Congrès en disait long : "Du premiers recours au long cours". On s‘aperçoit très vite au fil des ateliers, des communica-tions ou autres tables rondes que la Médecine Générale est définitivement incontournable dans l’offre de soins actuelle. L’implication de la Médecine Générale dans le domaine de la recherche clinique est de plus en plus marquée et nous avons pu être les témoins d’études portant sur des thèmes très variés en passant par les pathologies cardiovascu-laires, la sphère broncho-pulmonaire ou encore le do-maine de la psychiatrie. La qualité de ces études au travers à la fois de la méthodologie retenue et de la rigueur d’ana-lyse des résultats est le plus souvent assez remarquable. La recherche en Médecine Générale est bien une réalité ! Mais les travaux sont encore insuffisamment publiés. De nombreuses communications ont été faites sur des thèmes extrêmement variés touchant à la pratique au quo-tidien de la Médecine Générale, parmi lesquels :
1 / Comment contribuer efficacement au développement des recommandations professionnelles,traité au cours d’un atelier organisé par la Société Française de Théra-peutique Générale (SFTG) : Les recommandations sont éloignées de la pratique quotidienne. Il faut construire une boite à outil généraliste pour intervenir efficacement dans la rédaction des recommandations. 2 / Quelle place pour la recherche en soins primaires – santé des populations ? La quantité et la qualité des tra-vaux de recherche en soins primaires peuvent-ils être améliorées par le développement d’un réseau national de recherche ? Les objectifs du réseau national de recherche en soins pri-maires anglais: -100% des généralistes capables de s’approprier les résultats de la recherche -10 % des généralistes sont investigateurs -1% des généralistes sont chercheurs Pour la France il faut commencer par fédérer les struc-tures atomisées de la recherche en soins primaires. 3 / La relation Patient-Médecin :Le malade est expert de sa maladie, le médecin généraliste expert des maladies. è 4 / Le stage obligatoire en MG au cours du 2cycle des études médicales,traité au travers d’un questionnaire portant sur l'ensemble des étudiants du 2° Cycle à la Fa-culté de Tours : Les premiers retours montrent que les at-tentes ont été satisfaites dans la majorité des cas. A long terme il reste à vérifier que ces étudiants manifesteront un peu plus d'intérêt pour la MG à l'issue de l'ECN. Cela fera l'objet d'une autre étude. 5 / Etude Europortrait :Elle est destinée à évaluer la re-présentation du MG par les patients. Une étude pilote faite dans trois pays (France, Italie, Turquie) montre que l'image
 Bulletind'information  desmédecins généralistes libéraux de la région Provence Alpes Côte d'Azur
des MG est positive : il est jugé compétent, humain, accessi-ble, avec une perception plus "forte" en Italie et en Turquie.
La formation du médecin généraliste tenait une place im-portante tout au long du Congrès au travers de plusieurs ateliers et communications. Il s’agit d’un thème en pleine actualité qui bénéficie d’une attention particulière de la profession elle-même dans une proportion relativement importante et il s’agit là d’un phénomène assez récent. La présence au cours de ce congrès d’un nombre significatif d’internes en Médecine Générale est un signe fort qui doit inciter les médecins généralistes à investir toujours plus le champ de la formation. Les modes d’exercice de la Médecine Générale avaient également une place de choix tout au long de ce Congrès au travers de diverses expériences professionnelles qui nous ont été relaté avec une fois encore une grande ri-gueur dans les travaux présentés. On ne peut pas omettre de citer à ce niveau la présentation remarquable de Géo-® santé enrégion Rhône-Alpes : Il s’agit d’un travail exem-plaire qui permet d’appréhender de façon très précise la démographie médicale au sein de cette région avec toutes les retombées que l’on peut en tirer pour, par exemple, prévoir de futures installations professionnelles de jeunes médecins généralistes sur tel ou tel territoire. La fréquentation du Congrès tout au long de ces trois jour-nées était importante. On peut éventuellement analyser cela au travers de l’intérêt que portent les médecins gé-néralistes sur leur propre activité et ses évolutions. Il paraît bien loin le temps ou l’on pouvait être tenté de qua-lifier notre activité de "bobologie". Il est vrai que la mise en place de la filière universitaire de Médecine Générale est passée par là ! Un événement tel que ce congrès représente une véritable vitrine de grande qualité pour notre profession.
Nous avons eu le plaisir d’apprendre que la prochaine édi-tion du Congrès de la Médecine Générale se tiendra en ré-gion PACA et plus précisément à NICE en juin 2009 ! Les membres du Bureau de la Section Généralistes n’ont pas manqué l’occasion de se rapprocher du Pr DRUAIS afin de lui faire connaître notre souhait de participer active-ment, au nom de l’URML PACA, à l’organisation de la 3° édition de cette grande manifestation. Nous sommes d’ores et déjà impatients de participer à ce 3° Congrès, en formulant le vœu que de nombreux méde-cins généralistes de notre région viennent prendre part à cette manifestation. L’URML PACA assumera pleinement son rôle d’informa-tion et de facilitation en mettant en œuvre tous ses moyens au travers de la Section Généraliste.
Le Bureau de la section généraliste de l'URML PACA : Dr GUERVILLE,Président Dr ROSSANT,Vice-présidente Dr CHILLI,Secrétaire
OCTOBRE 2008
Au sommaire CCAM Les clés pour mieux la comprendre et l'appliquer
CONGRES DE MEDECINE GENERALE Lyon, 12-14 juin 08
Une vitrine de grande qualité pour notre profession
PANEL des pratiques et des conditions d'exercice en médecine générale
Les résultats de l'enquête dans le livret joint
 Bulletind'information  desmédecins généralistes libéraux de la région Provence Alpes Côte d'Azur
CHERS La Médecine Générale est en CONFRERES… crise ! a densité de médecins généra-s en activité régulière ne cesse de d croîtreet dans le même temps les contraintes immédiates qui pèsent sur leur activité sont toujours de plus en plus marquées. La poursuite de cette politique est lé-thale pour la médecine générale en ac-centuant sa perte d’attractivité et en poussant les jeunes médecins vers d'autres spécialités libérales ou salariées plus attirantes. L’Etat a souhaité, au travers des Etats Généraux de l’Organisation de la Santé (EGeOS), que soit renforcée l’offre de soins de premiers recours. Il faut maintenant passer aux actes ! La période préparatoire à l’élaboration du projet de loi Hôpital-Patient-Santé-Territoire est un moment charnière pour l’avenir de notre profes-sion. En effet, les missions qui seront attribuées à la Médecine Générale dans ce texte de loi auront un impact direct sur l’attractivité de notre pro-fession aux yeux des plus jeunes sans oublier le volet concernant les moyens qui seront alloués à la Médecine Générale pour assumer ces missions dans de bonnes conditions et durablement. Il est indispensable de mettre enfin de vrais moyens à la disposition de la Médecine Générale, sans quoi le déficit démographique de l’offre de soins de premier recours n’a pas fini de faire parler de lui.
Le prochain Congrès de la Médecine Générale aura lieu à Nice EVENEMENTen juin 2009. Notezle dès à présent dans vos agendas !
Vous souhaitez réagir à un article ou simplement nous contacter : URML PACA - 37/39 BD VINCENT DELPUECH - 13255 MARSEILLE CEDEX 06 - TÉL : 04 96 20 60 80 - FAX : 04 96 20 60 81 valentin@urml-paca.org