Cours d'introduction aux mathématiques générales

Documents
31 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cours d'introduction aux mathématiques générales

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 juillet 2011
Nombre de lectures 811
Langue Français
Signaler un problème
Universit´eParis8 U.F.R. L.I.T.
Introductionauxmathsg´en´eralesB.Mariou Automne 2004
Coursdintroductionauxmathe´matiquesge´ne´rales premi`erepartie
0Lireet´ecriredesmathe´matiques2 Lesphrases2Lesparagraphes4D´emontrer6 1 Ensembles et applications8 ´ Lathe´orieaxiomatiquedesensembles8El´ementsdeth´eoriena¨ıvedesensembles9Applications11 2 Les entiers naturels14 — L’ensembleINet la recurrence 14 — Ensembles finis 15 ´ 3Arithm´etique18 Divisibilit´eetdivisioneuclidienne18Plusgrandcommundiviseur19Th´eore`medeBezout20Nombres premiers 22 4Structuresalg´ebriquesge´ne´rales24 — Relations binaires et lois internes 24 — Groupes 25 — Anneaux et corps 27 5Lecorpsdesre´els29 Sesele´ments,sesope´rations,sonordre,sacomple´tude29Propri´ete´dArchim`ede,rationnelsdansIR30 — ´ Intervallesre´els31
Benoˆıt Mariou — octobre 2004 — documents disponibles surf./rir8samhtil-tufr6p://v-pa.unitthlmthat/m/BhscoM/s.ur
Chapitre0.Lireet´ecriredesmath´ematiques
2
´ ´ 0 — LIRE ET ECRIRE DES MATHEMATIQUES Uncoursdemathe´matiquesestundiscoursdansunelangueparticuli`ere.Cettelangueestprochedelalangue naturelle mais elle comporte aussi une partie purement symbolique. Quilviennedulangagecourantouquilsoitsymbolique,untermedudiscoursmathe´matiqueatoujoursunsens pr´ecisetsonutilisationestcodie´e. Voiciquelquesunesdesre`gleslesplususit´ees.Leurconnaissancevouspermettra,daborddelirecorrectement chacunedesphrasesduntextemathe´matique(§editsuenepsrouev,)1maˆıenenantltrisdrnae´erxeetlstea structure (§nement(unraisonurcoisndsumeˆesmdetpmoctnadners2),eveuoudripeorndn§3).
1 Les phrases. Dansuntextemath´ematique,laplupartdesphrasesconcernentdesobjetsoudesproprie´te´smathe´matiques. Certaines de cesphrasessont volontairementecrites en langue naturelleafin de commenter, introduire, ´ reformuler des notions purement techniques. Ici, on ne s’attarde pas sur ce type de phrases ; mais il faut bien garder`alespritquecettepartienonsymboliquedudiscoursapourbutdaideecterlela`rupmocdneraler partie symbolique. Lesphrases techniqueseneddsrueemfpxlniostsceonitg´en´eralementusunsanivs:te 1.(de´nition/notation)Nommeroud´enirunobjetouunepropri´et´e. 2.(assertion)Armerquunepropri´ete´estvraie. Exemples. 1)D´enitions/Notations. a)”Pourxalee,ler´ronbmvaleur absoluedexest le plus grand des deux nombresxetx.” Cettephrasede´nitlanotiondevaleur absolueldur´eex. b)”Un entier estpairs’il est divisible par 2.” Cettephrased´enitlapropri´ete´rtieaeprˆpour les entiers. c)”Posonsa=R01et2dt.” d)”NotonsIl’intervalle[0,1].” e)”Sixutse,el´eerbromnn|x|elrualavgien´dseeluedabsox.” Cestroisderni`eresphrasesintroduisentdesnotations:nouvellesrepre´sentationssymboliquesdobjets/pro-pri´ete´sde´j`ade´nis. f)”Soitxnutif.posiemtncietslrt´ree Iciencore,ilsagitdunenotation:onsaitquilexistedesre´elsstrictementpositifs,onenconside`reun,on le nommex. Danstouslescas,lesde´nitions/notationspeuventˆetree´vite´es:cesontdesraccourcispermettantdenommer bri`evementdesconceptscomplexes. 2) Assertions. a)”Le nombre2772est entier.” b)mbreunnoisteIlexeimepusritnerpreari´er`eu2100.” c)tuonbmeroPruotr´eelxtel quex2>2, on ax >1.” d)”Pour tout entiern,nest pair si et seulement sin2est multiple de 4.” Lesassertions(oupropositions)sontdesphrasessusceptiblesdeˆtrevraiesoufausses.Eng´en´eral,onn´ecrit
Chapitre0.Lireete´criredesmath´ematiques
3
quedesassertionsvraies.Toutletravailmathe´matiqueconsiste`ajustiercetteve´rite´,i.e.nequurertnoma` certaine assertion est vraie.
Vocabulaire particulier.ressionsieursexpirtsqieuacartce´uvansulpOseocsiduds´htamsruueiqatemintaer.C sontspe´ciquesauxd´enitions/notations:soit,notons,posons,on dit que,on appelle,d´esigne, . . .
Structure des assertions.ˆtneertesulpmoouscinplomesexLesassertionsatniC.retnseosbasiques peuv comme :nest pair”n,ee´toA(nraurpo)(querelpppenddeelled´en) ; n2est multiple de 4”ee,t´noB(n). D’autres sont obtenues encoordonnantassertions plus simples , par exemple :des C(n): ”sinest pair alorsn2est multiple de 4”, qui est de la forme”siA(n)alorsB(n). Dautres,enn,peuventeˆtreobtenuesenquantifiantdes assertions plus simples, par exemple : D tout entier: ”Pourn, sinest pair alorsn2est multiple de 4”, qui est de la forme”Pour tout entiern,C(n).
Coordinations et quantifications.Les principales coordinations sontet,ou, . . alorssi .. . . ,si et seulement si. Les quantifications sontil existe . . .et . .pour tout .entlsouv`erensida.En,ncoonnoagitne´d’une assertion. Dans ce qui suit,AetBsont deux assertions. AetBvraiesi les deux,AetB, sont vraies, faussesi au moins une des deux est fausse. Exemple :xest un entier etx >2est vraie pourx= 2, fausse pourx23=,1,12. AouBvraiesi au moins une deAou deBest vraie, faussesi les deux sont fausses. Exemple :n627ouncarrstunee´est vraie pourn= 17,64,25, fausse pourn= 30. siAalorsB(AimpliqueB)vraied,e`qseuisAest vraie,Baussi, faussesiAest vraie etBest fausse. Exemple :”sinest multiple de 4 alorsnest pair”est vraie pour tous les entiers, notamment pourn= 2,3,4. ”Sinest premier alors2n+ 1est premier”est fausse pourn= 7. Asi et seulement siB(Aavtuqeiu´a`B)vraiesi elles sont toutes les deux fausses ou toutes les deux vraies, faussel’une est vraie et l’autre fausse.si Exemple :npair si et seulement sin2est multiple de 4”est vraie pour tous les entiers, notamment pourn= 2,3. Etx2>4si et seulement six>2est fausse pourx=3. il existextel queA(x)(symbole :xA(x))vraietsueelixe´emt´nnlesiatel queA(a) est vraie, fausseneme´le´nucuaruosi,pta,A(a) n’est vraie. Exemple :ielixierpremisteunentrueia`usrere´p2100est vraie. Et”il existe un entierntel quenest un carr´eet1106n6120est fausse. pour toutx,A(x)(symbole :xA(x))vraiesiA(aes)ratvpoiechureuqa´le´nemeta, faussesi, pour au moins una,A(a) est fausse. Exemple :ecnut´rraifesositeelputr´ot Etest vraie.”tout entier a au moins deux diviseurs positifs”est fausse nonA(dnoitagen´eA)vraiesiAest fausse, faussesiAest vraie. Remarques. 1.Lave´rite´duneassertionquanti´eede´penddelensembleou`lavariablepeutprendresesvaleurs: ”il existextel quex2= 2steusfa,sleeaiepetvresr´ourlruelesopeisrestn toutre´elpositifestuncarre´est vraie alors quee´leseuttuortarncer´est fausse. 2.Parde´nitiondelan´egation,onaquelquespropri´ete´ssimples;parexemple: