Cours électronique de journalisme scientifique - Leçon 3
27 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Cours électronique de journalisme scientifique - Leçon 3

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
27 pages
Français

Description



Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3







Cours électronique de journalisme scientifique
Créé par la WFSJ et SciDev.Net





Leçon 3
L'interview
par Christina Scott
Créé par la WFSJ et SciDev.Net 1

Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3




Bienvenue au premier cours en ligne de journalisme scientifique. Il a été conçu par la
Fédération Mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) en étroite collaboration avec le
réseau de Science et Développement SciDev.Net.

3.1 Introduction......................................................................................................3

3.2 Préparation de la pré-interview.........................................................................4
3.3 À qui parler en premier?....................................................................................5
3.4 Gardez conscience de votre type d'interview ....................................................6
3.4 Gardez conscience de votre type d'interview (suite).........................................7
3.5 Se préparer pour les interviews sur la recherche ..............................................8
3.6 Utiliser les technologies des communications pour les interviews ....................9
3.7 Comment persuader les scientifiques de vous accorder une interview............10
3.8 Préparer le scientifique pour une interview ............... ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 245
Langue Français

Exrait

Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 Cours électronique de journalisme scientifique Créé par la WFSJ et SciDev.Net Leçon 3 L'interview par Christina Scott Créé par la WFSJ et SciDev.Net 1 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 Bienvenue au premier cours en ligne de journalisme scientifique. Il a été conçu par la Fédération Mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) en étroite collaboration avec le réseau de Science et Développement SciDev.Net. 3.1 Introduction......................................................................................................3 3.2 Préparation de la pré-interview.........................................................................4 3.3 À qui parler en premier?....................................................................................5 3.4 Gardez conscience de votre type d'interview ....................................................6 3.4 Gardez conscience de votre type d'interview (suite).........................................7 3.5 Se préparer pour les interviews sur la recherche ..............................................8 3.6 Utiliser les technologies des communications pour les interviews ....................9 3.7 Comment persuader les scientifiques de vous accorder une interview............10 3.8 Préparer le scientifique pour une interview ....................................................11 3.9 Faire l'interview ..............................................................................................12 3.10 Interviews diffusées en direct.......................................................................13 3.11 Diffusion d'interviews montées .....................................................................14 3.12 Interviews sur supports écrits et par internet...............................................15 3.13 Interviews en conférence de presse..............................................................16 3.14 Valider votre compréhension des réponses des scientifiques........................17 3.15 « Je ne comprends pas » ..............................................................................18 3.16 Garder le contrôle de l'interview ...................................................................19 3.17 Question en cas d'urgence ............................................................................20 3.18 Exercices d'auto-apprentissage 1-4 ..............................................................21 3.19 Réponses.......................................................................................................23 3.20 Travaux pratiques .........................................................................................26 Ce projet est financé par: Le Centre de recherches pour le développement international (www.crdi.ca) Department for International Development (UK) [ http://www.dfid.gov.uk/ ] Swedish International Development Agency (Sweden) [ http://www.sida.se/ ] Consultez les cours en ligne: www.wfsj.org/course/ Créé par la WFSJ et SciDev.Net 2 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.1 Introduction Comment maximiser le rendement des interviews avec des chercheurs spécialisés? Voilà tout un défi pour les journalistes scientifiques alors que les chercheurs sont plus habitués à donner des cours à des étudiants et à écrire pour d’autres scientifiques hautement qualifiés, qu’à communiquer avec le grand public. Une interview peut façonner ou détruire une histoire. Sa préparation est importante mais pas toujours possible. Comment poser des questions alors qu’on ne connaît rien du sujet? Comment persuader un scientifique pressé et stressé de prendre le temps de parler? Comment amener quelqu’un qui ne vous connaît pas à discuter avec vous comme un vieil ami? Que faire si vos notes ne reflètent pas exactement l’interview? Avec ces aspects pris en considération, vous devriez essayer de préparer et réaliser les interviews différemment. N’hésitez pas à faire des appels ou écrire des courriels après l’interview pour préciser tel ou tel détail. N’oubliez pas le facteur de la peur: beaucoup de scientifiques ne sont pas formés à entrer en contacts avec les médias. Ils ont peur que la couverture médiatique nuise à leur réputation, et les interviews les effrayent vraiment. Ne perdez pas de vue l’objectif ultime de l’interview : intéresser et même intriguer le lecteur, le téléspectateur ou l’auditeur. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 3 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.2 Préparation de la pré-interview La pré-interview consiste en de rapides questions préliminaires avec prise de notes que vous ne diffuserez pas. Cela fait partie de la phase de recherche. Elle vous aide à comprendre le contexte de votre sujet. Particulièrement pour les reporters de la télévision ou de la radio, une pré-interview sert à déterminer si un scientifique peut s’exprimer clairement pour l’émission, et ce sera souvent le même scientifique qui aura passé la pré- interview qui sera en ondes. Du côté de la presse écrite, les données de la pré-interview peuvent ne servir qu’à orienter le journaliste, sans que ce contenu se retrouve dans le reportage. Il est alors important d’avertir la personne que l’on contacte qu’elle ne sera pas nécessairement citée et que son rôle restera dans l’ombre. Par contre, si vous découvrez que les notes prises lors de la pré-interview sont exploitables pour l’article, vous devrez vérifier avec la personne que ces informations sont solides. Il est possible que ce que les gens disent hors micro soit différent de ce qu’ils disent lorsqu’ils se savent enregistrés. La pré-interview est utile, que vous soyez un journaliste indépendant (freelance) envisageant de « vendre » une histoire à un rédacteur en chef, ou même si un article vous a déjà été assigné. En situation de pré-interview, utiliser le courriel ou se déplacer pour rencontrer une personne peut prendre beaucoup de temps. Alors, pourquoi ne pas passer un coup de fil à un chercheur local pour discuter un petit cinq minutes? Peut-être que dans ce cas vous devriez lui envoyer par courriel le communiqué de presse ou l’article de recherche portant sur le sujet (s’il en existe un) pour l’aider à comprendre ce que vous attendez de lui. La pré- interview pourrait servir à valider des informations glanées à travers des moteurs de recherche comme Google. Parfois, vous devez vérifier la crédibilité d’un scientifique donné, car certains chercheurs discrédités peuvent conserver dans internet une présence apparemment autoritaire. Prenez en note toutes les coordonnées de toute autre personne que vous pourriez interviewer qui vous sera recommandée en pré-interview. Même si vous n’utilisez pas immédiatement ces autres ressources, vous améliorez d’autant votre carnet d’adresses pour des usages ultérieurs. Attention : demander aux mêmes personnes des informations en pré-interview peut finir par les ennuyer. C’est aussi risquer de n’être dirigé que vers les mêmes collègues et amis. Essayez de trouver des gens différents à interviewer, y compris des chercheurs concurrents. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 4 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.3 À qui parler en premier? Vous pouvez contacter plusieurs sortes de personnes pour les pré-interviews. D’abord, il y a les journalistes ayant couvert des sujets semblables. Parmi les scientifiques, il se pourrait que vous ne souhaitiez pas parler aux plus réputés d’entre eux pendant la pré-interview. En effet, ils sont généralement très occupés. Ils ont tendance à éviter de perdre leur temps avec un reporter qui ne comprend pas grand chose au sujet à traiter. Essayez de contacter le secrétariat de ces experts: leur personnel administratif a parfois connaissance d’un grand nombre de sujets et peut suggérer des personnes susceptibles d’accorder des interviews intéressantes. Parfois, ils peuvent même vous mettre au parfum de sujets à venir. Les étudiants aux études graduées (maîtrise ou doctorat) peuvent être difficiles à joindre par téléphone, mais ils sont constamment proches des départements des sciences et sont donc de bonnes sources d’informations. S’il y en a qui s’expriment bien, vous pouvez même les interviewer formellement. Parfois, les jeunes étudiants ont une meilleure prestation en télévision que leurs aînés dans la profession. En même temps, les interviewer pourrait être une façon diplomate de montrer à certains scientifiques haut placés qui bloquent l’accès à leurs collègues qu’ils ne sont pas indispensables. Dans ce cas, une technique efficace peut être d’insister sur combien ces personnes autorisées sont occupées, ou sur l’importance de diversifier les points de vue. C’est pendant la pré-interview qu’il est bon de demander des illustrations. Une photo ou un dessin de bonne qualité peut beaucoup aider votre propre compréhension, faciliter la conduite de l’interview et même servir à illustrer votre histoire. Par exemple, vous pourriez demander au scientifique : « Que représente cette photo? » « Que voyons-nous ici? ». Parfois, demander des illustrations aide les personnes interviewées à faire la différence entre la communication entre experts et la communication au public. Vérifiez toujours que vous avez l’autorisation de reproduire les images qu’on vous remet, que les relationnistes ou les scientifiques ne violent pas les lois sur les droits d’auteurs. Aussi, assurez-vous de garantir à chaque photographe, chaque caméraman ou artiste le crédit de son travail en mettant son nom avec. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 5 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.4 Gardez conscience de votre type d'interview Quel est le type d’interview que vous allez réaliser? Cela doit être clair dans votre esprit puisqu’à chaque type d’interview son type de questions. SciDev.Net par exemple ne vous demandera pas de réaliser le portrait d’un scientifique. Lors d’une interview pour faire le portrait d’un chercheur Posez des questions personnelles, intimes, concernant sa personnalité, et non seulement le scientifique. Vous pourriez même parler à ses collègues, ses amis ou sa famille. Lors d’une interview sur la recherche Concentrez-vous sur les résultats et leur pertinence et leurs implications. Lors d’une interview pour un dossier Faites de petites interviews d’une gamme variée de personnes comprenant des scientifiques, des décideurs politiques, des éducateurs et autres. Il faut donner une perspective large au sujet, et des opinions sous plusieurs aspects. Lors d’une interview de controverse parfois appelée « sur la sellette », on veut la prise de position claire du scientifique. Soyez critique dans ce cas, faites l’avocat du diable. Demandez « quelle est la pertinence de… » Prenez la place du lecteur ou de l’auditeur le plus critique, parce qu’alors le scientifique est obligé de se montrer aussi persuasif que possible. Lors d’une interview de controverse, vous pouvez utiliser des questions exprimées par d’autres organisations. Faites porter la responsabilité des questions et des affirmations par d’autres. Par exemple : « des campagnes d’environnementalistes arguent que les manipulations génétiques que vous faites causent de problèmes… » ou « Certains critiquent votre approche ou vos conclusions… » Créé par la WFSJ et SciDev.Net 6 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.4 Gardez conscience de votre type d'interview (suite) Avant de commencer l’interview, le journaliste doit évaluer le besoin de distance émotionnelle à garder par rapport au sujet. Une interview n’est pas le moment pour vous faire des amis! Certaines situations exigent un style particulier d’interview. Une révélation-choc? Le ministère en charge des sciences n’a pas dépensé ses fonds; les résultats des recherches sont falsifiés; ou bien le chercheur n’a pas révélé à l’avance ses intérêts commerciaux? C’est mieux d’avoir d’abord interviewé les auteurs des allégations avant d’affronter la personne responsable. Vous devez vous être bien préparé à la confrontation. Enregistrez tout. Gardez le magnétophone ouvert même lors des salutations à la fin de l’entretien. C’est souvent à ce moment là que les gens livrent par inadvertance d’importantes informations ou révèlent leurs pensées les plus profondes. Une annonce émane d’une entreprise, du gouvernement, ou d’une institution? Ceci n’est pas une interview mais plutôt une prise de position préparée à l’avance, ou un communiqué de presse. Beaucoup de prétendues interviews sont en réalité des stratagèmes qu’utilisent les entreprises pour faire de la publicité gratuite de leurs produits. Avez-vous soumis ce qui est annoncé à un chercheur neutre, indépendant et respecté? Si oui, vous arriverez à l’interview avec des arguments pour confronter ce qui est annoncé. Une interview insolite? Y a-t-il réellement 181 choses à faire sur la Lune, comme la NASA l’affirme? Est-ce que vous pouvez réaliser une interview dans un laboratoire de test d’utilisation du condom? Le journalisme scientifique peut être très divertissant, et si vous arrivez à convaincre un scientifique à se prêter au jeu avec vous, cela contribuera certainement à conquérir votre auditoire. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 7 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.5 Se préparer pour les interviews sur la recherche Les longs et intimidants articles de recherche qui paraissent dans des revues comme Science et Nature sont importants. Vous devez donc apprendre à rendre compte des recherches. Mais certains des grands projets de recherche peuvent associer plus d’une douzaine d’auteurs disséminés un peu partout dans le monde. Par où commencer? Un bon angle d’attaque peut être de parcourir les noms des auteurs pour voir s’il y en a un qui est de votre pays ou qui parle votre langue. Ne lisez pas tout l’article car vous allez vous perdre dans des détails souvent incompréhensibles. Lisez le résumé (« abstract ») de quelques paragraphes, puis les conclusions et recommandations. Adressez par courriel seulement quelques questions à l’auteur principal dont les coordonnées se trouvent presque toujours sur la première page. Lisez les commentaires du responsable de l’éditorial. Au cas où le rédacteur en chef serait une bonne personne à interviewer, envoyez-lui par courriel quelques questions aussi, ou bien appelez-le si possible. Pensez à demander : y a-t-il des chercheurs locaux qui peuvent parler de ce sujet? Certains aspects ne sont pas toujours traités dans les revues scientifiques qui intéresseraient pourtant vos lecteurs. Vous devez ainsi poser des questions comme « à partir de quand disposerons-nous des applications concrètes? », notamment quand l’interview traite d’une nouvelle recherche médicale. Dans ce cas, le processus de test peuvent durer jusqu’à une décennie, et pire, les gouvernements pourraient ne pas appuyer la mise en marché. De toute évidence, vous n’aurez pas le temps de couvrir tous les aspects de la recherche. Choisissez-en un angle d’attaque particulier et couvrez-le à fond. Vos questions doivent alors refléter ce choix d’approfondissement. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 8 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.6 Utiliser les technologies des communications pour les interviews Si votre patron ne peut pas vous envoyer sur le terrain, faites venir le monde à vous au moyen des technologies des communications. Participez aux conférences de presse diffusées par internet. Demandez à de grandes institutions comme la Banque Mondiale d’organiser des téléconférences quand vous recevez leurs communiqués de presse. Interviewez par courriel. Ceci est particulièrement utile si vous travaillez sur plusieurs fuseaux horaires. Si le courriel est inapproprié, d’autres logiciels dans internet peuvent être utilisés comme Skype pour trouver d’autres reporters et chercheurs internationaux dont les coordonnées sont indiquées dans les revues scientifiques, et leur faire des pré-interviews. Téléchargez le logiciel disponible gratuitement sur www.skype.com [ www.skype.com ] qui permet de faire des appels internationaux gratuits à un autre ordinateur, ou à faible coût à un téléphone. L’interview par messages instantanés sur Skype ou autres logiciels qui permettent de faire du clavardage (« chat ») est une autre possibilité si vous n’avez pas accès à un microphone pour parler avec votre ordinateur. Ces technologies amènent la communauté scientifique entière à votre table de travail pour une interview. Mais il y a un inconvénient : le contact impersonnel. L’interview – sauf si vous avez l’accès vidéo par Skype grâce à une caméra de part et d’autre – est réalisée sans contact visuel. Il est difficile dans ce cas de capter les signes de communication non verbale, ceux indiquant par exemple que l’interlocuteur évite une réponse, ou qu’il a quelque chose de plus à dire, ou qu’il y a un collègue dans la même salle disposant de plus d’information. C’est pourquoi cette technologie est plus appropriée pour la préparation de l’interview que pour l’interview elle-même. Pour toute interview, quel qu’en soit le type, il est important d’utiliser un enregistreur miniature ou un magnétophone. Mais ça ne remplace pas votre cahier de notes et deux crayons à bille au moins : les machines peuvent tomber en panne. Prenez le temps avant l’interview de vérifier les piles, les cassettes ou les disques de stockage, les câbles et autres matériels qui pourraient ne pas fonctionner. Vérifiez aussi que vous avez du papier pour écrire et que vos crayons, surtout s’ils sont à l’encre, fonctionnent bien. Si c’est une interview par téléphone, n’oubliez pas de prévenir l’interviewé que vous allez enregistrer l’interview. Vous pouvez lui dire qu’il est libre d’indiquer quand un propos est fait hors micro, mais alors ce doit être aussi clair pour toutes les parties quand les propos peuvent à nouveau être enregistrés. En tout cas, le journaliste ne doit pas permettre aux scientifiques de décider après coup ce qui est ou n’est pas hors micro. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 9 Cours électronique de journalisme scientifique – Leçon 3 3.7 Comment persuader les scientifiques de vous accorder une interview La plupart des scientifiques souhaitent que les sciences aient plus de place dans les médias. Mais plusieurs préfèrent vous donner à exploiter leur tout récent article incompréhensible sur leurs recherches tel que publié dans UNE REVUE QUE PERSONNE NE LIT, plutôt que de vous accorder une interview. Rappelez-leur que vous leur offrez un marché gagnant- gagnant. En effet, nous faisons de la publicité vitale pour les institutions, les individus et les sujets de science. Nous les connectons avec des centaines, des milliers, des millions de personnes, y compris les contribuables et les futures générations de chercheurs. En échange, les scientifiques nous donnent des informations, mais pas nécessairement des informations comme ils les perçoivent. Attirez leur attention sur le fait que les bailleurs de fonds, les universités et les ministères en charge des sciences aiment qu’il y ait des reportages sur leurs recherches. Bien sûr, il arrivera qu’on demande à ce qu’un bailleur de fonds soit cité dans votre article. Il faut refuser. Ne vous laissez pas entraîner dans des promesses que vous ne pourriez pas tenir. Rappelez que de nombreuses demandes de financements réfèrent aux interviews comme des aspects importants de vulgarisation et de communication scientifiques, et que les chercheurs peuvent, de ce fait, en faire état dans leurs demandes futures. Si un chercheur argue qu’il manque de temps pour vous accorder une interview, demandez-lui ses coordonnées en dehors du travail. Vous pouvez aussi lui offrir de pouvoir prendre connaissance avant la publication des parties importantes de votre article afin d’en valider le contenu. N’oubliez pas qu’en faisant relire tout votre article, vous en perdez le contrôle. Il est ainsi préférable de faire ce suivi par téléphone. Faites savoir aussi que, si vous ne pouvez pas joindre le chercheur, ou si les délais de parution ou de diffusion sont contraignants, vous ne pourrez pas le lui faire voir. Mais aussi, ne promettez pas de faire relire partiellement votre article si vous n’avez pas l’intention de le faire. Quoi qu’il en soit, ne faites pas ce travail de validation avant publication avec les politiciens, y compris les responsables des ministères en charge des sciences et leurs chargés de presse et porte- paroles. Quand vous travaillez sur un sujet à controverse, vous pouvez en aviser vos interlocuteurs. Très peu refuseront d’être interviewés. Mais prenez garde qu’on ne cherche pas à influencer vos écrits. Rappelez-vous que, pour l’essentiel, c’est le contribuable qui paie pour la recherche. En conséquence, le public est en droit de savoir ce qui est réalisé avec son argent. Pour une demande d’entrevue, n’acceptez pas un non comme réponse. S’il le faut, présentez-vous- même sans vous annoncer ou sans rendez-vous. Aussi, il est préférable de poser des questions ouvertes qui ne se répondent pas par oui ou non. (Comment…? Pourquoi…? Quand…? Où… Expliquez-moi…). Soyez imprévisible si nécessaire, surtout s’il s’agit de controverses ou de cas de mauvaises pratiques. Attendez-vous à des requêtes de scientifiques visant à évaluer vos articles et émissions de radio ou de télévision, même avant la réalisation de l’interview, ou avant publication ou diffusion, comme ils le font pour les articles dans les revues scientifiques révisées par les pairs. Les articles dans internet sont particulièrement sujets à des demandes de révision ou de modification venant de scientifiques, même pour ceux avec qui on a déjà validé l’information ou leurs citations. À vous de savoir où fixer les limites. Et même si le chercheur vous fait un commentaire, vous êtes en droit de refuser de changer le texte comme il le souhaite si vous avez de bonnes raisons. Ce n’est pas votre boulot d’être leur relationniste. Créé par la WFSJ et SciDev.Net 10