Droit constit 1231762749
46 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Droit constit 1231762749

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
46 pages
Français

Informations

Publié par
Nombre de lectures 155
Langue Français

Exrait

2 La IVe République
Ap rès la pér i o d e de Vichy, où la République a con t i n u é à exis t e r (Lond r e s puis A f r i q u e du Nord), le gouve rn emen t p r ov i s o i r e consul t e les f r a n ç a i s e t les f r a n ç a i s e s en oc t ob r e 1945 sur l’élec t i o n d’une Assemblée Cons t i t u a n t e . Cet t e Assemblée Cons t i t u a n t e ré d i g e un pr o j e t de Cons t i t u t i o n qui se r a re j e t é pa r le peuple en av r i l 1946 e t un secon d p ro j e t es t élabo r é, qui va donne r na i s s a n c e à la IVe République e t à la Cons t i t u t i o n du 27 oc t ob r e 1946. Ce t t e Cons t i t u t i o n p révo i t un Parlemen t bicamé r al avec une Assemblée Nat i o n ale élue au su f f r a g e unive r s e l d i r e c t , à la rep r é s e n t a t i o n pr op o r t i o n n e lle, e t un Conse il de la République, élu au su f f r a g e unive r s el in d i r e c t pa r les collec t i v i t é s t e r r i t o r i a l e s . Cet t e Assemblée Nat i o n ale d i s p o s e de plus de pouvo i r s que le Conse il de la République : c’es t un bic amér al i sme inégal i t a i r e pu is que l’a r t i c l e 13 de la Cons t i t u t i o n d i s p o s e : « L’Assemblée Nat i o n ale vo t e seule la lo i. » Le Conse il de la République, lui, n’éme t que des av i s sur les pr o j e t s de lo i e t il ne peu t pas s’oppos e r à leur adop t i o n pa r l’Assemblée Nat i o n a le. Il f au d r a a t t e n d r e 1954 pou r qu’une vér i t a b le nave t t e pa rlemen t a i r e so i t in t r o d u i t e . A comp t e r de ce t t e da t e, le t ex t e es t examiné succe s s i v emen t pa r les deux chambres en vue de l’adop t i o n d’un t ex t e i d e n t i q u e mais en cas de désa c c o r d ap rè s deux lec tu r e s, l’Assemblée Nat i o n a le d i s p o s e du de rn i e r mot (res semble à au j ou r d ’hu i). Néanmoin s le Conse il de la République ne peu t pas f o r c e r les min i s t r e s à la démis s i o n . Mais au - delà de ces d i f f é r e n c e s, le Parlemen t dans son ensemble a des pouvo i r s impo r t a n t s : il a l’in i t i a t i v e des lo i s, il maît r i s e la pr o c é du r e législa t i v e e t il a le d r o i t d’amendemen t, il a auss i le d r o i t d’amni s t i e (L’amnis t i e e f f a c e la pe ine e t l’in f r a c t i o n , alo r s que la grâc e annule la pe ine mais l’in f r a c t i o n re s t e .). Il a auss i la poss ib i l i t é de renve r s e r le gouve rnemen t (en pa r t i c u l i e r l’Assemblée Nat i o n a le), e t un doma in e de la lo i qui es t in f i n i . La Cons t i t u t i o n de la IVe République a auss i essa yé de reméd i e r à l’ins t ab i l i t é gouve rnemen t a l e de l’I I I e République en in t r o d u i s a n t des règles de ce que l’on appelle le rationaliséparlementar isme di r e à -. C'es t -que le vo t e de la ques t i o n de con f i a n c e es t déso rma i s règlemen t é. Il ne peu t avo i r lieu qu’un j ou r ap rè s qu’elle a i t é t é posée pou r év i t e r que les dépu t é s a ien t un mouvemen t de mauva i s e humeur. Le sc ru t i n es t public e t la con f i a n c e n’es t re f u s é e au gouve r nemen t qu’à la ma j o r i t é absolue des dépu t é s (dépu t é s présen t s ou pas). Les règles son t i d en t i q u e s pou r le vo t e de la mot i o n de censu r e. Quan t au pouvo i r exécu t i f , il es t t ou j o u r s bicéphale avec un Prés i d e n t de la République élu pour 7 ans pa r les deux chambres réun i e s en Congrè s. Il p rés i d e le Conse il des Minis t r e s , il d i s p o s e du d r o i t de grâc e, mais il es t pol i t i q u emen t i r r e s p o n s able de so r t e que le pouvo i r exécu t i f es t réellemen t exer c é pa r le Prés i d e n t du Conse il (ac tu el 1er Minis i d e n t Prés Ce t r e ). du Conse il es t dés igné pa r le Prés i d e n t de la République mais il es t inve s t i pa r l’Assemblée Nat i o n ale à la ma j o r i t é absolue. Dans la pr a t i q u e, ça n’es t pas du t ou t comme ça que les choses se son t passée s puis que les d i f f é r e n t s Prés i d e n t s du Conse il on t p r i s l’habi t u d e de f o rme r leur gouve r nemen t avan t de soll i c i t e r la con f i a n c e de l’Assemblée Nat i o n a le. C’es t le mécan i sme de la 1
double investiture (l’Assemblée t i t inves Prés le du i d e n t Conse il e t le gouve rnemen t). C’es t ce qu i a mis les gouve rn emen t s dans une s i t u a t i o n de f a i bles s e pa r rapp o r t à l’Assemblée Nat i o n a le. Ce Prés i d e n t du Conse il a des pouvo i r s impo r t a n t s puis qu’ il a l’in i t i a t i v e des lo i s . C’es t égalemen t lui qu i assu r e l’exécu t i o n des lo i s, il d i s p o s e de la f o r c e a rmée e t il peu t seul pose r la question de confiance après délibération en Conseil des Ministres. Il exis t e égalemen t un d r o i t de d i s s o lu t i o n dans ce t t e Cons t i t u t i o n de la IVe République qui appa r t i e n t au Conse il des Minis t r e s (collég i al) e t il es t t r è s règlemen t é puis qu’ il f au t deux c r i s e s min i s t é r i e l l e s pr ov o quées pa r un vo t e de dé f i a n c e des dépu t é s à la ma j o r i t é absolue, dans un déla i de 18 mois. Ces d i s p o s i t i o n s pe rme t t a i e n t d’empêche r que l’exécu t i f a i t t r o p d’in f lu en ce sur l’Assemblée Nat i o n ale. Dès l’o r i g i n e, ces d i s p o s i t i o n s cons t i t u t i o n n e lle s des t i n é e s à ren f o r c e r la s t ab i l i t é gouve rnemen t a l e n’on t pas é té res pe c t é e s : le Prés i d e n t du Conse il a soll i c i t é la double inve s t i t u r e , ce r t a i n s gouvernemen t s on t démis s i o n n é alo r s que la dé f i a n c e n’ava i t pas é t é vo t é e à la maj o r i t é absolue des dépu t é s, vo i r e même lor s qu’un p ro j e t de lo i é t a i t re j e t é , ce qui n’es t pas du t ou t prévu pa r la Cons t i t u t i o n . Quan t à l’ut i l i s a t i o n du dr o i t de d i s s olu t i o n, elle se r a dénon cée comme con t r a i r e à la t r a d i t i o n républi c a i n e (il n’a é t é ut il i s é qu’une seule f o i s en 1955 pa r Edga r d Faure). L’ins t ab i l i t é min i s t é r i e l l e ne f a i t que s’ac c r o î t r e sous la IVe République, en t r a î nan t sa chu t e. Le 13 mai 1958, Pie r r e Pfl iml i n es t inves t i Prés i d e n t du Conse il, mais le même j o u r des mani f e s t a t i o n s écla t e n t à Alge r e t les mani f e s t a n t s ré clamen t no t ammen t la f o rm a t i o n d’un nouveau gouvernement dirigé par le Général de Gaulle. Le 28 mai, Pierre Pflimlin démis s i o n n e e t le 29 mai, le Prés i d e n t de la République, René Cot y, menace de démis s i o n n e r s i le Général de Gaulle n’es t pas inves t i Prés i d e n t du Conse il. Le 1er l’Assemblée r pa il es t inve s t i Prés i d e n t du Conse ju i n, De Gaulle Nat i o n a le, il ser a le de rn i e r de la IVe République. Imméd i a t emen t, il demande à l’Assemblée Nat i o n ale d’ado p t e r un t ex t e rév i s a n t la Cons t i t u t i o n de 1946 e t lui ac c o r d a n t la f a cul t é de p ren d r e pa r déc r e t des mesures néces s a i r e s au ré t abl i s s emen t, au re d r e s s emen t de la na t i o n .
3 Vers la Vé République La loi cons t i t u t i o n n e lle du 3 ju i n 1958 dé t e rm i n e les pr i n c i p e s que la future Constitution devra respecter et fixe la procédure de son élabo r a t i o n . Cet t e loi consa c r e c i n q pr i n c i p e s :
· ou t t de r c e i r . pouvo f f r a g eLe su sou comme r s el unive
·La sépa r a t i o n t r e exécu t i f e des pouvo i r s en f . sla t i légi t
· l’au deL’indépend a n c e d i c i a ju t é t o r i i r e .
·La res p o  gouve rnemen tn s ab i l i t é du le Parlemen devan t t .
2
· de nouveaux ra p p o r t s avecL’é t abl i s s emen t la à c i é s les peuples asso République (colon i e s, ou t r eme r).
La loi du 3 ju i n 1958 con f i e au gouve rnemen t le so in d’é t abl i r un pr o j e t de Cons t i t u t i o n ap r ès avo i r re cue i ll i l’av i s d’un comi t é consul t a t i f cons t i t u t i o n n el composé pr i n c i p a l emen t de dépu t é s, de séna t eu r s (les anc i e n s membres du Conse il de la République) e t de membres du Conse il d’E t a t . Puis le t ex t e ser a adop t é en Conse il des Minis t r e s e t soumis à ré f é r e n d um. Dans ce t t e pr o c é du r e d’élabo r a t i o n , le Général de Gaulle e t Michel Debré prennen t une pa r t t r è s impo r t a n t e . Le p ro j e t es t adop t é pa r ré f é r e n d um le 28 sep t embre 1958 à 85%, c’es t un oui mass i f . Et ce t t e nouvelle Cons t i t u t i o n es t pr omulguée le 4 oc t o b r e 1958.
 Titre 1  : LE I T U T I O N N E L CONST I T DRO INST I T U T I O N N E L
Chapit re préliminai re : Un droit constitutionnel fondé sur le droit de suffrage
Pour ga ra n t i r l’exis t e n c e d’un rég ime démoc r a t i q u e, il f au t que les règles rela t i v e s au su f f r a g e so i e n t f i x é e s de maniè r e p ré c i s e e t rep o s e n t sur des pr i n c i p e s con t e nu s dans la Cons t i t u t i o n .
 Section 1  urte  L :celé §1 L’étendue du droit de suffrage Pendan t long t emps, ce d r o i t de su f f r a g e n’a é té ac c o r d é qu’à une pa r t i e de la popula t i o n . La con cep t i o n révolu t i o n n a i r e de 1791 rep o s a i t sur la théo r i e de l’élec t o r a t f o n c t i o n . Le vo t e é t a n t une f o n c t i o n , on peu t t r è s bien ne l’ac c o r d e r qu’à ce r t a i n s c i t o y e n s . Le su f f r a g e é t a i t re s t r e i n t en f o n c t i o n de la f o r t u n e des in d i v i d u s . En augmen t a n t le mon t a n t des impô t s, on d im inue le nombre d’élec t eu r s . Ce su f f r a g e pour r a i t auss i ê t r e re s t r e i n t en f o n c t i o n de la na i s s a n c e e t on pa rle alo r s de su f f r a g e héréd i t a i r e , ou en f o n c t i o n des capa c i t é s , e t on pa rle alo r s de su f f r a g e cap a c i t a i r e (exige r 3
que l’élec t eu r sache li r e e t éc r i r e ; cela a lieu aux Eta t s - Unis, dans les Eta t s du Sud, pour év i t e r que les Noi r s vo t e n t ). Dès la Cons t i t u t i o n de 1793, le su f f r a g e unive r s el appa r a î t , la Cons t i t u t i o n se f o n d a n t sur la théo r i e de l’élec t o r a t dr o i t . Ensu i t e ce su f f r a g e unive r s el va ré ap p a r a î t r e en 1848 e t se r a dé f i n i t i f e t il f au d r a a t t e n d r e l’Ordonnan ce du Général de Gaulle du 21 av r i l 1944 pour que les f emmes acqu iè r e n t ce do i t de vo t e, même s i ce r t a i n e s cond i t i o n s son t enco r e posées au j ou r d ’hu i. Il y a une prem iè r e cond i t i o n liée à l’âge. Depuis 1974, e t l’aba i s s emen t de la maj o r i t é , il f au t avo i r 18 ans. Il y a une cond i t i o n liée à la na t i o n a l i t é . La deuxième cond i t i o n es t une cond i t i o n liée à la capa c i t é : son t élec t eu r s les na t i o n a ux j ou i s s a n t de leurs d r o i t s c iv i l s e t pol i t i q u e s e t qui ne son t dans aucun des cas d’in c a p a c i t é prévus pa r la lo i. Cet t e d i s p o s i t i o n conce r n e les in c a p ables majeu r s (ce son t les ma jeu r s sous tu t e lle). Cet t e d i s p o s i t i o n conce r n e égalemen t les pe r s o n ne s qui on t é té con damnées pénalemen t pui s que la pr i v a t i o n des d r o i t s c iv i l s e t pol i t i q u e s es t une pe ine complémen t a i r e qui peu t t ou j o u r s ê t r e pr on o n c é e pa r le Tr ibunal. Et certaines infractions, comme le délit de corruption, entraînent au t oma t i q u emen t la pe r t e du d r o i t de vo t e . Il y a une cond i t i o n liée à la na t i o n a l i t é , puis que l’ar t i c l e 3 de la Cons t i t u t i o n ré s e r v e le d r o i t de vo t e aux seuls na t i o n aux, ce qui exclu les é t r a n g e r s . Cet t e d i s p o s i t i o n con ce r n e t ou t e s les élec t i o n s met t a n t en j eu la souve r a i n e t é na t i o n a le mais pas les élec t i o n s munic i p al es e t europ éennes pour lesquelles les re s s o r t i s s a n t s de l’Union Européenne peuven t vo t e r .
§2 Les modalités du droit de suffrage L’a r t i c l e 3 de la Cons t i t u t i o n d i s p o s e que le su f f r a g e es t t ou j o u r s unive r s e l, égal e t sec r e t . Chaque élec t e u r a le même po i d s que les au t r e s . Un élec t eu r égale une vo ix. Cela exclu t la poss ib i l i t é d’ê t r e in s c r i t sur plus ieu r s lis t e s élec t o r a l e s comme c’es t le cas pa r exemple dans le vo t e mult i p le, qui es t la poss ib i l i t é pour un élec t eu r de vo t e r dans plus i eu r s c i r c o n s c r i p t i o n s . Cela in t e r d i t auss i le vo t e plural, c’es t la poss ib i l i t é de vo t e r plus i eu r s f o i s , au même end r o i t , pour un même sc ru t i n . Un exemple : le vo t e f am il i a l. Le père de f am ille vo t e au t an t de f o i s qu’il a d’en f a n t s , c’es t ce que prévo y a i t Vichy. Ce vote est aussi secret, cela est garanti par lisoloir et lenveloppe. En ou t r e, la France a op t é pour un vo t e f a cul t a t i f , ce qui au t o r i s e l’abs t e n t i o n . D’aut r e s pays on t un vo t e obliga t o i r e . On adme t un vo t e pa r pr o cu r a t i o n , en revan che on in t e r d i t le vo t e pa r co r r e s p o n d an c e pour les élec t i o n s pol i t i q u e s pour év i t e r les f r a u d e s . En f i n, ce su f f r a g e peu t ê t r e d i r e c t (l’élec t eu r p r o c è d e d i r e c t em en t à l’élec t i o n de son ou ses rep r é s en t a n t s ) ou in d i r e c t (pou r les Séna t eu r s, les Mai re s, Prés i d e n t s des Conse ils Général e t Régional).
 Section 2  élection   :L
4