FAVRET‑/‑MANEZ

FAVRET‑/‑MANEZ

Documents
43 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • mémoire
Anne FAVRET & Patrick MANEZ 17, rue des Roses 06100 Nice Tel 04 93 52 38 74 Cel 06 81 67 55 93 ŒFAVRET‑/‑MANEZ COLLECTIF ŒUVRES
  • berlin-prenzlauer berg
  • ‑manez collectif œuvres
  • cahiers de la photographie n°14
  • accumulation d'images contradictoires
  • berlin
  • espace
  • espaces

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 89
Langue Français
Signaler un problème

COLLECTIF ŒUVRES
FAVRET‑/‑MANEZ Œ
Anne FAVRET & Patrick MANEZ
17, rue des Roses
06100 Nice
Tel 04 93 52 38 74
Cel 06 81 67 55 93
favretmanez@free.fr
http://www.documentsdartistes.org/favret-manez
http://www.purpose.fr/purpose9.htmlCOLLECTIF ŒUVRES
FAVRET‑/‑MANEZ Œ
Bruxelles / 2010
EUROPE - LE PLAN B
Nous avons réalisé jusqu’en 2008 des séries photographiques indé-
pendantes sur diférentes villes: Alexandrie, Montreuil, Rotterdam,
Gênes, en adoptant une méthodologie précise et distincte d'une
projet à l'autre.
Les séries sur Berlin (2009) et Bruxelles (2010) constituent le
"pilote" d’un travail au long cours que nous allons étendre aux
autres pays de l’Union Européenne.
Nous nous sommes donnés pour consigne d’explorer uniquement
des villes dont le nom commence par la lettre B : Bordeaux, Berlin,
Bologne, Birmingham, Bruxelles, etc. Une contrainte à la Perec qui,
grâce à sa dimension arbitraire, nous amène à explorer des agglo-
mérations moins convenues.
Face à la vision simplifcatrice de l'homogénéisation des territoires
et des modes de vie, face à l'image "touristique" qui fge et véhicule
une représentation pittoresque des villes, il nous semble aujourd’hui
nécessaire de donner à voir comment le développement de l'espace
européen s'inscrit de manière spécifque dans le corps de chacune
de ses villes.
En fonction des données historiques, géographiques, sociologiques
et topographiques, chaque territoire est exploré sous un angle
précis, Berlin à travers les monuments de son histoire, Bruxelles
par le biais d'une vision plus intimiste sur ses petits commerces de
proximité.
Cette méthode de travail, organisée autour d’une recherche sur les
signes visibles de ces changements dans le réel, nous permet d’af-
frmer notre proposition photographique tout en restant ouverts
aux complexités du terrain.
"Pour ressentir la diversité du monde, il faut apprendre à percevoir à distance, dans l'exteriorité."
Anne Baldassari
Les cahiers de la photographie n°14, 1984f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Bruxelles / 2010f
a
COLLeCtIf ŒUvreS
vret‑/‑manez Œ
Histoires de Berlin / 2009
Ernst Thälmann Denkmal, 2009
Monument dédié à Ernst Thälmann, chef du parti communiste allemand à partir de 1925, arrêté et empri-
sonné par les nazis en 1933, transféré au camp de Buchenwald en 1944 où il y fut exécuté.
1986 / Greifswalder Straße / Berlin-Prenzlauer Berg
Histoires de berlin, 2009 Les couples de photographies répondent à ces monuments qui, dans l’espace public, ofrent
une accumulation d’images contradictoires et introduisent une espèce de double vision
Cette série a pour sujets diférents lieux de mémoire, Denkmal, Ehrenmal, Mahnmal* qui qui cherche à assimiler un présent assez anodin en même temps qu’un passé lourdement
dressent une cartographie concentrée de l’histoire de Berlin, de l’Allemagne et de l’Eu- chargé.
rope. Le dispositif de prise de vue souligne l’illusion photographique et permet, du fait de la déter-
Notre propos n’est pas d’en faire l’inventaire exhaustif à travers une collection d’images mination mécanique du cadrage, de neutraliser toutes velleités esthétiques, la césure entre
frontales mais d’orienter notre regard sur l’espace adjacent dont chaque monument est le les deux photographies étant un espace à penser.
centre. Ce décentrement de la fgure principale sur les bords du cadre nous permet d’inter - Notre propos, à l’instar des monuments photographiés, est de produire des images capa-
roger aussi bien la fonction du lieu de commémoration que son impact sur l’espace dans bles d’orienter le spectateur sur le chemin de la réfexion plutôt que sur celui de la délecta-
lequel il est mis en scène. tion esthétique .
Ces diptyques, que nous qualifons de vedute, reprennent les principes de construction des
vues panoramiques sur la ville mis en place par les peintres du quattrocento. Mais la règle * “Dans l’idée de Denkmal prévaut la notion de souvenir, un mémorial qui rappelle. Dans
du point de vue unique de la perspective est dans le même mouvement contredite par le Mahnmal prévaut la notion de mahren, rappeler mais dans le sens de prévenir, prévenir les
balayage de l’espace, à la manière d’un panoramique cinématographique, qui casse la conti- générations actuelles et futures. Un Ehrenmal fonctionne à l’inverse d’un Mahnmal, il rap-
nuité spatiale et crée une disjonction au cœur du dispositif. pelle un évènement considéré comme glorieux, il rend honneur.”