Graphique 1
7 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Graphique 1

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
7 pages
Français

Description

  • cours - matière potentielle : langue de différents niveaux
Presse-book
  • galerie conçue
  • lotus de moussa médiene
  • directrice pédagogique de l'etablissement de formation aux pratiques des métiers
  • lettres de noblesse pour les formations en comptabilité et en secrétariat
  • plein cœur
  • arts plastique
  • art plastique
  • arts plastiques
  • pratique
  • pratiques
  • ecole
  • écoles
  • ecoles
  • école
  • etablissements
  • établissements
  • établissement
  • etablissement
  • formation
  • formations

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
Langue Français

Exrait

Presse-book
Ecoles L'EFPM Pigier ouvre officiellement ses portes à Oran Amel B. Le Soir d'Algérie 15/01/2001 Après Alger et Tizi-Ouzou, Oran vient de bénéficier de son école de formation professionnelle qui s'appuie essentiellement sur la méthodologie pédagogique pragmatique de Pigier qui répond à une double exigence : une réelle adéquation entre la formation et l'emploi, et une réelle adéquation entre la formation et le niveau d'études des f o r m é s .. Pour la directrice pédagogique de l'Etablissement de formation aux pratiques des métiers (EFPM) Pigier Oran, en l'occurrence Mme Gourine, les formations qu'offre cet établissement visent un objectif final bien ciblé, celui d'offrir des débouchés d'emploi ou encore améliorer le niveau professionnel des participants à ces différentes formations. «Oui, il s'agit bien de participants », insistera notre interlocutrice, «car, dit-elle, il s'agit avant tout de prendre part à la formation et d'y contribuer, il ne s'agit pas de subir, le participant contribue à sa propre formation pour en «extraire» le meilleur de son potentiel, car chacun en a mais il suffit juste de travailler ce potentiel et de l'orienter de manière constructive et productive et donc bénéfique pour le participant». Pour information, l'école Pigier existe depuis 1850, grâce à Gervais Pigier, chef comptable, qui avait créé un cabinet comptable à Paris et y avait mis en pratique le système de comptabilité «en partie double», qu'il avait inventé. Par souci de compétence du personnel, il ouvre «l'Ecole pratique de commerce et de comptabilité» où l'on apprend par la pratique et où la priorité est celle d'acquérir un métier. Ce fut donc la première école professionnelle. Depuis, sa méthode a permis l'ouverture à travers le monde de plusieurs établissements de formation. D'ailleurs, à Oran, dans les années 1970, l'école existait dans la rue de la Paix jusqu'en 1974. Aujourd'hui, l'établissement rouvre ses portes mais avec des perspectives qui s'adaptent au progrès pour offrir un panel de formations supplémentaires pour les particuliers, en plus des entreprises. 1
Mme Gourine, connue à Oran pour son dynamisme, sa détermination et son engagement auprès des jeunes, nous explique que Pigier Oran garde ses lettres de noblesse pour les formations en comptabilité et en secrétariat ; toutefois, l'Ecole française Pigier élargit son champ d'action dans de nombreux domaines de spécialité tels que la formation professionnelle pour l'étude des langues, du management, du marketing, des ressources humaines, de l'informatique en incluant une section de formation en PAO, formation industrielle, etc. L'Ecole Pigier Oran formera des élèves opérationnels dès la fin de leur formation et en phase avec la vie professionnelle ou bien apporter à des stagiaires installés dans la vie professionnelle un complément de formation directement utile dans la pratique de leur métier, explique notre interlocutrice. L'Ecole Pigier Oran se situe en plein cœur d'Oran, à la rue des Sœurs-Benslimane, au centre-ville. L'établissement est très spacieux et agréablement décoré et mis en valeur pour accueillir «ses participants » aux différentes formations. A l'occasion de son ouverture officielle prévue ce jeudi 13 janvier à partir de 17h, la direction a opté pour une inauguration riche en couleurs au niveau de son espace, une galerie conçue pour accueillir ce type d'évènements et autres rencontres et conférences. Pigier Oran s'associe pour l'occasion à l'espace Lotus en organisant le vernissage de l'artiste peintre Abdelkader Belkhorissat qui exposera une palette de ses œuvres.
2
Oran Ouverture de l'école Pigier, spécialisée dans l'enseignement technique Formation
Par T.K. In El Watan 15/01/2011
Le coup d'envoi de la formation aux pratiques des métiers qui seront dispensés à l'école Pigier, un établissement privé d'enseignement technique agréé par l'Etat, a été donné jeudi. Selon la directrice, Mme Gourine, l'EFPM Pigier, qui ouvre officiellement dès cette semaine au profit du grand public, offre dès cette année un panel de formations pour les particuliers ou les entreprises avec des programmes à la carte pour un recyclage ou une mise à niveau de leurs personnels.
A l'occasion du lancement de la formation, une nouvelle galerie des arts et de la culture sera mise à la disposition des artistes-peintres et des hommes de lettres pour des expositions ou des rencontres. L'initiative de l'ouverture de cette galerie de trois grandes salles «Espace lotus» revient à Médiene Moussa en collaboration avec la direction de l'Ecole Pigier. La cérémonie a donné lieu au vernissage d'une exposition de 70 tableaux de l'artiste-peintre M.Abdelkader Belkhorissat.
3
Après Alger L'Ecole Pigier ouvre ses portes à Oran
Y. El-Atrach In La voix de l'Oranie 13/01/2011
Il n'y a pas qu'Alger qui peut s'en enorgueillir: Oran a désormais son Ecole Pigier, un établissement français agréé par l'Etat algérien, installée en plein cœur de la capitale de l'Ouest, sur une importante superficie -1.500 mètres carrés-, et dont l'inauguration officielle est prévue pour aujourd'hui, à l'occasion de laquelle une exposition de peinture y est programmée, une rétrospective de l'artiste-peintre bélabbésien Abdelkader Belkhorissat, montée par Espace Lotus qui s'y installe désormais. «Cette Ecole, à la réputation mondiale, n'intéresse pas seulement les particuliers, mais aussi les entreprises pour des formations à la carte», précise Mme Marie-Claire Gourine, la directrice pédagogique qui est sur le projet depuis bientôt deux années. Elle ajoute: «Nous n'avons pas lésiné sur les moyens. Tout est mis à la disposition des apprenants: un espace agréable qui n'a rien à envier aux grands établissements d'Europe, des outils didactiques modernes et une bibliothèque dotée des manuels nécessaires pour la meilleure et la plus riche des formations en assistanat, compta-finances, communication, ressources humaines, management, écrits professionnels, marketing…» Ce n'est pas tout, Mme Gourine entend y engager plein d'activités annexes à même de participer à créer une vie culturelle et du savoir dans la ville qu'elle dit aimer et qui l'a déjà adoptée. «Outre la galerie d'art Espace Lotus de Moussa Médiene qui s'y installe, j'y prévoie un programme de rencontres et de conférences en relation avec les spécialités dans lesquelles nous assurons des formations». Et pour qui connaît ce professeur de langue ayant enseigné à Oran et Arzew avant de prendre les rênes de l'école française de l'Oucfa jusqu'en 1994 en refusant de quitter le pays de son époux «j'adore l'Algérie», répète-t-elle fièrement- durant la décennie noire alors que bien des intellectuels fuyaient le pays vers des horizons «plus doux», le défi n'entre pas dans le lot de l'impossible. Il y a lieu de noter ici qu'elle a eu à diriger le Centre culturel français d'Oran de 2001 à 2005. 4
Et quels sont les créneaux qui y sont déjà ouverts? «Outre les cours de langue de différents niveaux (français, anglais, espagnol, italien et arabe), nous dispensons des formations de bureautique, de français administratif, dans les domaines du commercial, le médical et les affaires juridiques, en plus de préparation en CMTC, comptabilité NSCF aux normes AIS/IFRS», dit notre interlocutrice. «Ce n'est pas tout, nous prévoyons aussi une formation spécifique pour les journalistes ou ceux qui désirent le devenir, une autre dans la PAO (publication assistée par ordinateur) et pourquoi pas dans les arts plastiques», conclue-t-elle en tenant à préciser que «cela se fera évidemment selon les normes en vigueur dans les pays de l'UE».
5
Pigier s'installe à Oran Une formation aux normes européennes
Par Noureddine Benabou In Liberté 26/12/2010
Oran verra, le 13 janvier prochain, l'inauguration d'une nouvelle école française Pigier, pour des formations à l'adresse des particuliers et des entreprises. Langues (français, anglais, espagnol, italien et arabe), bureautique, français administratif, commercial, médical et affaires juridiques, préparation en CMTC, comptabilité NSCF/ normes AIS/IFRS, formation spécifique pour les journalistes… sans oublier la formation à la carte pour les entreprises y sont proposés. Sur un espace de 1 500 m, l'école est un vrai bijou architectural, datant de l'époque coloniale, mais complètement rénovée. Située en plein centre-ville d'Oran, l'infrastructure est dotée d'outils didactiques modernes, d'une importante bibliothèque et surtout d'une galerie au profit des artistes peintres. En fait, les investisseurs koweitiens n'ont pas lésiné sur les moyens. C'est dans cet espace que nous avons rencontré Marie-Claire, la directrice pédagogique de l'école. Professeur de français en France, puis en Côte d'Ivoire, Marie a enseigné à Oran et Arzew avant de prendre l'école française de l'Oucfa jusqu'en 1994. Après la fermeture des écoles françaises en Algérie et la décennie noire, Marie a refusé de quitter le pays. C'est l'ère du chef de l'Etat Abdelaziz Bouteflika qui lui sera favorable, avoue-t-elle, puisqu'en 2001, elle est sollicitée par l'ambassade de France pour assurer le renouveau du Centre culturel français d'Oran où un travail de titan a été réalisé. Et c'est en 2008 que l'école Pigier fait appel à cette femme pleine d'énergie et de talent, pour donner un souffle nouveau à Oran et combler un besoin des étudiants et des cadres. Deux ans ont été nécessaires pour achever les travaux d'aménagement, obtenir l'agrément et finaliser le projet. “Franchement, je n'aime pas parler de moi. J'adore ce pays et une fois de plus je veux relever un nouveau défi”, affirme Marie. Avant d'ajouter : “Le but est d'offrir une formation de qualité avec des normes européennes aux apprenants. Quant à l'art, je suis pour l'épanouissement. Un espace est réservé aux artistes peintres. L'école est prête et les inscriptions sont ouvertes.” 6