INSEP
4 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

INSEP

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
4 pages
Français

Description

« Faites-nous des hommes, nous en ferons des soldats » telle est la vision qu’a le général Chanzy en 1882 de l’école, celui-ci y voit un développement de la gymnastique dans les écoles comme un atout pour la France dans la préparation de la revanche. Le sport qui s’est développé et théorisé à partir du XIXème siècle en France avait tout d’abord un but militaire et patriotique. 30 ans avant que l’école devienne obligatoire, Louis Napoléon Bonaparte rend facultatif l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires. La loi de Fortule de 1854 la rend obligatoire dans les lycées. Ainsi la gymnastique devient un outil de pouvoir par la formation et l’encadrement de la jeunesse dès le plus jeune âge et la pratique du sport devient un enjeu politique capital. La théorisation de l’éducation sportive en France remonte à Francisco Amoros, ancien officier espagnol qui vient enseigner la gymnastique en France. Celui-ci souhaite développer l’enseignement de la gymnastique dans les écoles milliaires. C’est dans cet objectif que deux anciens élèves d’Amoros : Charles d’Argy et Alexandre-Napoléon Laisné vont fonder l’école de Joinville qui deviendra l’INSEP. Cet établissement basé à Vincennes participe aujourd’hui à la formation des sportifs de haut niveau en France et aussi à la recherche en matière de sport. On peut alors se demander quelle est l’histoire de cette institution et quel est le rôle actuel de cet établissement dans le développement du sport français.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 décembre 2012
Nombre de lectures 122
Langue Français

Exrait

« Faites-nous des hommes, nous en ferons des soldats »telle est la vision qu’a le général Chanzy en 1882 de l’école, celui-ci y voit un développement de la gymnastique dans les écoles comme un atout pour la France dans la préparation de la revanche. Le sport qui s’est développé et théorisé à partir du XIXème siècle en France avait tout d’abordun but militaire et patriotique. 30 ans avant que l’école devienne obligatoire, Louis Napoléon Bonaparte rend facultatif l’enseignement de la gymnastique dans les écoles primaires. La loi de Fortule de 1854 la rend obligatoire dans les lycées. Ainsi la gymnastique devient un outil de pouvoir par la formation et l’encadrement de la jeunesse dès le plus jeune âge et la pratique du sport devient un enjeu politique capital. La théorisation de l’éducation sportive en France remonte à Francisco Amoros, ancien officier espagnol qui vient enseigner la gymnastique en France. Celui-ci souhaite développer l’enseignement de la gymnastique dans les écoles milliaires. C’est dans cet objectif que deux anciens élèves d’Amoros :Charles d’Argy et Alexandre-Napoléon Laisné vont fonder l’école de Joinville qui deviendra l’INSEP. Cet établissement basé à Vincennes participe aujourd’hui à la formation des sportifs de haut niveau en France et aussi à la recherche en matière de sport. On peut alors se demander quelle est l’histoire de cette institution et quel est le rôle actuel de cet établissement dans le développement du sport français. I) Histoire A) De l’école de Joinville à l’INSEP L’institut national du sport, de l’expertise et de la performance voit sa naissance le 15 juillet 1852 avec l’ouverture de l’école normale de gymnastique de Joinville. Cet établissement est une reconnaissance de l’empereur Napoléon III pour l’aide apportée aux militaires dans le coup d’Etat qui lui a permis de conserver le pouvoir. De nombreux chefs de l’état-major voyaient dans l’enseignement de la gymnastique un moyen d’améliorer l’état des troupes et à ce titre soutenaient les idées d’Amoros. Celui-ci, mort en 1848, on chargea Alexandre-Napoléon Laisné et le colonel Charles d’Argy de fonder l’école normale de gymnastique de Joinville. Alexandre-Napoléon Laisné est un des fondateurs de la gymnastique en France, son action dans la création de cette école vise à aider l’expansion de l’enseignement de la gymnastique en France. En dehors de cette école, il fut à l’origine de nombreux exercices sportifs, d’équipements sportifs et un des théoriciens de la médecine du sport. Charles d’Argy quant à lui est un militaire de carrière.
L’école a alors pour but de former des moniteurs pour développer la gymnastique dans les écoles militaires. Ainsi l’école est tout d’abord réservée à l’enseignement de la gymnastique aux milliaires. En 1871, après la défaite de Sedan, et l’encerclement de Paris par les troupes prussiennes, l’école est forcée par le traité de Versailles de fermer. Elle rouvrira le 6 aout 1872 sous le nom d’école normale de gymnastique et d’escrime. En 1880, la loi George rend obligatoire la gymnastique dans les écoles primaires, l’école de Joinville s’occupe alors de la formation des professeurs de sport qui sont pour la plupart des anciens soldats. A partir des années 1900, l’école commence à se détacher du tout militaire et commence à former les sportifs, elle s’illustrera par la victoire en 1914 de Géo André dans le concours de l’athlète complet et s’ouvre dans les mêmes périodes aux sports autres que la gymnastique. L’école fermera pendant la grande guerre en 1916 et rouvrira en 1918. En 1925, l’école
devient l’école supérieure de l’éducation physique. Ce changement est marqué par la perte d’influence des militaires et l’arrivée de plus en plus massive de civils dans l’école. On peut mettre cela en parallèle à la popularisation du sport dans l’entre-deux-guerres qui devient peu à peu un phénomène de masses.
En 1940, l’école qui a fermé en 1939 devient le collège national de moniteurs et d’athlètes au fort carré d’Antibes, elle revient à Paris en 1943. En 1945, l’école devient l’institut national des sports (INS), les moyens mis alors en place pour l’institut sont dérisoires car il existe toujours parallèlement à cette école l’école normale supérieure d’éducation physique. Cette dernière est la continuité de l’école nationale d’éducation physique crée sous Vichy. Entre parenthèses, celle-ci avait pour objectif de corriger les erreurs du passé et d’œuvrer au redressement physique et moral du peuple français. On entrait alors dans la vision totalitariste de créer un homme nouveau.
En ce qui concerne l’INS, celle-ci est tout d’abord dirigée par Elie Mercier, le fonctionnement du site et son rôle sont déterminés par un décret du 27 novembre 1946. Il s’agit d’un établissement public qui est rattaché ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative. L’établissement se développe petit à petit, en 1947, on note le développement d’un service médical composé de médecins et de masseurs pour encadrer les sportifs. On peut mettre ceci en parallèle au développement du sport professionnel où le sportif est encadré par la médecine.
Le 6 juin 1952, Vincent Auriol, Président de la République, inaugure l’INS, dans le cadre de la célébration du centenaire de l’École de Joinville. L’établissement fonctionne déjà depuis des années dans un état d’inachèvement, en effet la reconstruction et l’amélioration du site sont toujours en cours en 1952. A partir de 1960, l’INS et les autres organismes du sport comme l’ENSEP, le bataillon de Joinville… vont commencer à se souder au sein des établissements de Joinville. Le déclic du développement du sport en France se fait en 1960, cette année-là, les français ne ramènent que 5 médailles des Jeux Olympiques de Rome ce qui plaça le pays au 25ème rang en nombre de médailles obtenues. Le général de Gaulle vit ce résultat comme un échec et tenta avec son ministre des sports Maurice Herzog de faire de la France une grande nation du sport. Ce ministre dit quatre ans après cet évènement que: «Si la France brille à l’étranger par ses penseurs, ses savants, ses artistes, elle doit aussi rayonner par ses sportifs. Un pays doit être grand par la qualité de sa jeunesse et on ne saurait concevoir cette jeunesse sans un idéal sportif ». A partir de cette année-làles moyens mis en place pour le sport vont largement augmenter proportionnellement à ceux accordés à l’INS.
L’INS se spécialisera petit à petit et proposera plusieurs formations liées au sport, l’école d’escrime, l'école des maitres d’eps , ouverte en 1948, formera des générations d'enseignants d’EPS et d'entraîneurs. l'école de judo, l’école de formation des conseillers techniques africains qui formera la plupart des cadres techniques du sport africain, le centre de formation des éducateurs sportifs (CFES), forme les futurs Conseillers Techniques Régionaux et Départementaux placés par l’Etat auprès des fédérations sportives, au contact des sportifs de haut niveau et de leurs entraîneurs nationaux Le premier collège d’athlètes accueille, en 1965, 10 jeunes tennismen qui s’entraînent avec Rober Haillet, entraîneur national de Tennis, et étudient sous la direction d’Auguste Cochet, professeur à l’INS . Ce collège ouvrira la voie, 10 ans plus tard, au Centre d’entraînement de Haut niveau et 20 ans plus tard aux Pôles France.
B) La naissance de l’INSEP
Le 29 octobre 1975, l’INS fusionne avec les autre établissements du sport cités précédemment et devient l’INSEP (Institut National du Sport et de l’Education Physique), ceci à l’initiative de Pierre Mazeaud, secrétaire d’état, celui-ci dira à un débat parlementaire du 24 octobre 1974 que cette fusion répond à «un motif d'intérêt général, la restructuration du sport d'élite Français. On veut que notre pays obtienne des succès dans la haute compétition sportive. Mais il n'en sera ainsi que dans la mesure où cette restructuration sera acceptée ». Le décret d’application de la loi Mazeaud définira l’INSEP comme « un établissement public de l’Etat à caractère administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière». Les directeurs successifs vont privilégier la formation des sportifs en promouvant des diplômes tant pour les sportifs que pour les éducateurs.
Le 25 novembre 2009, le gouvernement adopte par décret un projet de reformation de l’INSEP, celui-ci devient l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP),c’ est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous la tutelle du ministre chargé des sports, constitué sous la forme d'un grand établissement. Il s’agit d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel comme le prévoit la qualification de grand établissement prévu par la loi Savary de 1984. Celui-ci selon le décret participe à la politique nationale de développement des activités physiques et sportives, particulièrement dans le domaine du sport de haut niveau, et contribue à la protection de la santé des sportifs et au respect de l'éthique sportive.
Nous allons désormais voir les missions qui sont confiées à ce grand établissement.
II Les missions de l’INSEP
A) Formation
L’INSEP participe à la formation tant des sportifs de haut niveau que des entraineurs et éducateurs sportifs. Pour cela, l’établissement propose une large gamme de diplômes, de formations et de suivis.
En ce qui concerne les sportifs, l’INSEP propose près de 31 formations comme par exemple la licence STAPS permettant aux sportifs de continuer un parcours scolaire parallèlement à leur carrière sur le terrain. Des sportifs comme Stéphane Diagana, Tony Parker, David Douillet ou Jo-Wilfried Tsonga sont passé ou sont encore au sein de la structure de l’INSEP. Les entrainements se font soit au sein de l’institution soit dans des pôles France. Sur 630 athlètes, environ 400 sont sur le site. L’objectif dans la formation est de combiner la carrière et l’entrainement sportif des athlètes ainsi que la formation scolaire. C’est pourquoi le site de l’INSEP comporte plusieurs stades et gymnases permettant l’encadrement des sportifs et dispose de partenariats avec de nombreuses écoles limitrophes ou non permettant au suivi scolaire. La structure sportive de l’INSEP permet de préparer et encadrer les sportifs dans la préparation des évènements internationaux et des saisons sportives. Elle encadre donc aussi toute la carrière des sportifs de haut niveau.
Le diplôme de préparateur physique de l’INSEP propose la formation d’éducateurs pour sportifs de hauts niveaux. Il s’agit ici d’accompagner en même temps les sportifs et les formateurs au sein d’une même structure. L’établissement forme aussi les cadres du sport professionnel. La pensée de l’INSEP est que le développement du sport passe par le développement du sportif mais aussi du personnel qualifié pour la formation et l’encadrement de la pratique sportive. C’est ainsi que
l’établissement vise à développer la qualité du sport français. Dans cet objectif, l’établissement dispose d’un autre pôle important qui est celui de la recherche.
B) Larecherche
L’INSEP joue un rôle dans la recherche liée au sport. Comme il est écrit dans le décret de 2009, l’établissement concourt à des programmes de recherche scientifique, médicale, technologique en matière d'activités physiques et sportives, produit et diffuse des connaissances liées au sport de haut niveau et valorise ses ressources documentaires. Le pôle de recherche est divisé en deux missions : la première vise à comprendre l’aptitude sportive et pour cela le service accompagne les sportifs qui deviennent en quelque sorte des cobayes. Il s’agit ici d’étudier les comportements des sportifs dans toutes les phases d’entrainement et de compétitions pour comprendre les processus de réalisation de la performance. Le second pôle de recherche vise à améliorer les performances des sportifs. Les chercheurs développent des activités de recherche liées à la compréhension de l’adaptation physiologique, à la prévention des troubles liés au surmenage, aux déterminants psychologiques et aux stratégies d’optimisation de la performance chez le sportif de haut niveau.
L’INSEP dispose aussi d’un département de recherche médicale appelé IRMES (Institut de Recherche bio-médicale et d’Epidémiologie du Sport), celui-ci a 3 princpaux types de recherche qui sont:la physiopathologie du sport (déformations physiologiques liées au sport), l’épidémiologie de la performance (étude des facteurs agissant sur la santé) et la prévention par les activités physiques ou sportives.
L’INSEP partage les connaissances qu’elle acquiert en publiant des cahiers (Cahiers de l’INSEP), ceux-ci traitent tant de la place du sport dans la société que des sujets plus techniques comme des équipements sportifs. L’INSEP est devenu une référence mondiale en matière de recherche sportive.
Depuis le XIXème siècle l’INSEP aide au développement de la pratique sportive en France, l’institution tout d’abord réservée aux militaires et à la gymnastique a peu à peu évoluée en fonction de l’évolution de la pensée sportive ainsi que du développement du sport dans la société. Réformé en 2009, l’établissement s’occupe aujourd’hui de la formation des sportifs de haut niveau ainsi que des formateurs mais aussi participe à la recherche en matière sportive. Par l’encadrement de sportifs de ème hauts niveaux, l’INSEP participe au rayonnement sportif français qui est aujourd’hui le 10pays le plus récompensé aux derniers Jeux Olympiques. Après un rapport récent du sénat, l’INSEP voit arriver de nouveaux défis comme l’apparition de structures privées de formations et de suivis de sportifs professionnels. En effets des établissements comme la Team Lagardère en 2005 dissoute en 2010 annonce une privatisation du suivi sportif. Mais, la préparation des jeux olympiques de 2012 et la volonté de continuer à promouvoir le sport en France reste les principaux défis de l’institution.