4 pages
Français

L'industrie technologique a pris la crise de plein fouet

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'industrie technologique a pris la crise de plein fouet

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 108
Langue Français
Rapport d’activités d’Agoria - la fédération de l’industrie technologique
www.agoria.be
On s’en doutait depuis fin 2008, 2009 serait une année difficile.
Les faits ont dépassé les prévisions. Nous avons connu l’an
dernier la pire crise de toute l’existence de notre fédération : le
chiffre d’affaires de nos entreprises a reculé de quelque 20 %,
leur rentabilité s’est inscrite en chute libre et elles ont enregistré
la perte de 25 000 emplois (soit 8% du total de l’emploi au sein
de l’industrie technologique). Une perte qui aurait encore été
plus sévère sans un recours massif au chômage temporaire.
L’activité industrielle pure a bien évidemment été touchée, mais
les activités de services, d’ingénierie ou encore de R&D ont
aussi ressenti durement les effets de la crise.
La politique de sortie de crise adoptée par notre gouvernement
n’a eu que des effets relatifs. Seules les mesures anti-crises
pour les employés ont apporté un réel soulagement. Agoria et
ses membres ont d’ailleurs mené une campagne massive pour
l’adoption de ces mesures.
Un redressement lent et hésitant en
2010
Malgré quelques signaux macro-économiques positifs, Agoria
n’entrevoit aucun changement conjoncturel fondamental pour
l’industrie technologique. Les analystes se montrent d’ailleurs
d’une extrême prudence dans leurs prévisions.
Nous entrevoyons une reprise lente et limitée de l’activité
surtout à partir de la seconde moitié de 2010. Mais l’emploi
va continuer à s’effriter au sein de nos entreprises (- 2%) et
les postes perdus dans les activités de production ne seront
pas récupérés. Vu le faible taux d’utilisation des capacités
manufacturières et la faible conjoncture, les investissements
feront défaut.
Face à la crise, les entreprises se sont adaptées, elles ont
réduit leurs coûts et se sont centrées sur leurs métiers de
base. Lorsque c’était possible, elles ont profité de nouvelles
opportunités pour pouvoir, à terme, sortir renforcées de la
crise.
Agoria s’adapte
Agoria a, elle aussi, adapté ses dépenses à ses recettes. Outre
une légère diminution du nombre de membres (de 1602 à
1580), la première depuis de nombreuses années, les recettes
tirées des cotisations des membres se sont contractées
essentiellement en raison des pertes d’emplois et du chômage
temporaire dans les entreprises. La fédération a mis en œuvre
un plan d’économies et a recentré ses actions en faveur des
membres, en procédant à une réorientation de ses moyens.
En 2010, nous pourrons ainsi fêter les 10 ans d’Agoria en
étant encore mieux armé pour le futur. Et nous pouvons
déjà dire que nous présenterons une liste d’anniversaire
aux autorités dans laquelle une révision du budget au profit
d’efforts plus soutenus en matière de R&D, des mesures
de soutien des exportations et des investissements et une
nouvelle prolongation des mesures de crise occuperont une
place centrale.
Aux côtés de nos membres
Bien entendu, nos entreprises pourront continuer à compter
sur notre accompagnement lors de négociations sociales,
sur nos conseils juridiques et fiscaux ainsi que sur notre
assistance en matière de financement des exportations, de
formation, d’environnement, d’innovation ou de réglementation
sectorielle.
L’orientation des actions de la fédération s’effectue par
l’intermédiaire des membres qui s’investissent au sein des
organes statutaires d’Agoria en faveur de l’intérêt général des
entreprises. Alors que 2010 est une année de renouvellement
de ces organes, je tiens à remercier tous les mandataires
pour leur engagement durant la période écoulée et souhaite
la bienvenue aux mandataires fraîchement élus. Je voudrais
terminer en remerciant l’ensemble des collaborateurs d’Agoria.
Malgré des efforts budgétaires consistants, la qualité de leur
travail et de leurs prestations ne se sont pas démentis. C’est
leur professionnalisme et leur engagement qui font de notre
fédération un véritable partenaire de crise pour ses membres.
Paul Soete
Administrateur délégué
L’industrie technologique
a pris la crise de plein fouet