L'ITCA… Une longue histoire

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

  • cours - matière potentielle : généraux
  • cours - matière potentielle : généraux sur le site de suarlée
  • cours - matière potentielle : renforcement d' option en finalité
  • cours - matière : technologie
  • exposé
L'ITCA… Une longue histoire L'Institut des Techniques et des Commerces Agro-alimentaires est le fruit d'une longue mutation de l'enseignement dans ce secteur. A l'origine, en 1953, à Namur, la première Ecole Professionnelle de Boucherie-Charcuterie est fondée par M. VERBEELEN, boucher de formation et soucieux de vouloir transmettre des connaissances et un savoir-faire aux jeunes. En 1961, cette école privée est reconnue et subventionnée par l'Etat et devient l'Ecole Professionnelle de l'Etat, sise rue Saint Nicolas à Namur.
  • responsabilisation face aux normes de sécurité et d'hygiène légales
  • itca
  • itca quitte
  • collaboration dans le travail
  • raison de raison
  • sécurité de la chaîne alimentaire
  • techniciens des industries agro
  • enseignement de plein exercice
  • élève
  • élèves
  • elève
  • formations
  • formation

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 44
Langue Français
Signaler un problème

« Atelier Nature »
Weber Michaela
Route de Lentigny 87
1747 Corserey
Tél. : 026/477.06.19 Natel : 077/419.08.73
Projet pédagogique
« Atelier Nature »
Les enfants sont précieux, ils portent en eux la simplicité,
la vérité et l’amour inconditionnel. A nous, adultes, de
découvrir ce trésor.Table des matières
PROJET PÉDAGOGIQUE ................................................................................................................................ . . .. 3
1. INTRODUCTION : .................................................................................................................................................. . . 3
La salle de classe : ........................................................................................................................ . . . . .. . . . . . .. . .. . . 4
A la forêt : .............................................................................................................................. .. .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . 4
3. ACCUEIL DES ENFANTS ET DES PARENTS : ........................................................................................................... . . . . . . 4
5. ACTIVITÉS PROPOSÉES : ...................................................................................................................................... . .. . 7
Dans la salle de classe : .. .. . . . . . . 7
Dans la forêt : .......................................................................................................................... . . . .. . . . . . .. .. . . . . . . . . . 8
6. LE GOÛTER ................................................................................................................................... . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . 11
7. LE REPAS ................................................................................................................................................... . .. . . .. . 11
8. DÉPART DES ENFANTS : ............................................................................................................................... . .. . . . .. . 12
9. CONCLUSION : . .. . .. .. . .. . . . 12
2Projet Pédagogique
1. Introduction :
« Atelier Nature » est une école pour les enfants de 3 à 6 ans qui propose une éducation en
étroit lien avec la nature qui suit le fil des saisons. Elle a ouvert ses portes en septembre 2004
et accueille dix enfants par jour, les lundis, mercredis et vendredis de 9h à 14h.
Lorsque le temps le permet, l’école se déroule dans la forêt dans un lieu aménagé tout
spécialement pour les enfants : « cabane », creux pour le feu, table et tabourets à la taille des
enfants, toilettes sèches, balançoire, nos amis les animaux, les végétaux et les minéraux font
partie de ce lieu situé à deux minutes à pied de l’entrée de la forêt de Corserey qui est
accessible en voiture.
Cueillette des produits de la forêt, activités culinaires, découverte et connaissance de la nature
et de ses fonctionnements, apprendre à reconnaître les arbres et les plantes, découvrir des
terriers, des fourmilières, construire des cabanes selon d’anciennes techniques, observer,
écouter et apprendre à reconnaître les oiseaux, faire des décorations et des bricolages avec les
éléments de la nature, chants, histoires, initiation aux lettres de l’alphabet et aux chiffres sont
une petite partie des nombreuses activités qui sont proposées aux enfants.
« Atelier Nature » dispose également d’une salle de classe dans le village de Corserey. Les
enfants y sont accueillis durant les jours de mauvais temps ou de températures basses.
« Atelier Nature » est reconnu comme école maternelle et enfantine privée par l’Instruction
Publique et le Service de l’enfance du Canton de Fribourg.
32. Description des lieux :
L a salle de classe :
- La salle de classe est composée de divers espaces tels que : une bibliothèque pour les
moments de détente, un coin jeux symboliques (poupée, cuisinette, train en bois, etc.), divers
espaces pour le matériel éducatif (matériel de vie pratique, matériel sensoriel, matériel de
langage et matériel de mathématiques), un coin botanique et enfin le coin calendrier et saisons
pour le développement de la notion du temps. Le mobilier est adapté à la taille des enfants, le
matériel est disposé à la portée de leurs mains et les normes de sécurité sont respectées.
L’espace entre les différents coins est suffisant pour permettre les mouvements libres et les
activités autonomes.
- Une kitchenette est à disposition pour réchauffer la soupe qui est proposée en
accompagnement du pique-nique des enfants.
- Des petits matelas, cousins et couvertures sont également à disposition en cas de nécessité.
A la forêt :
Une convention entre la commune de Corserey et « Atelier Nature » a été conclue afin
d’aménager un site dans la forêt pour l’accueil des enfants. Ce lieu a été contrôlé et sécurisé
par les gardes forestiers de la région.
Le site se compose : d’une « cabane » fabriquée avec les éléments de la nature, d’un creux
pour le feu avec un support et un chaudron pour préparer la soupe du repas de midi, des
tabourets et des tables à la taille des enfants, d’une balançoire et d’un petit coin toilettes
(creux dans le sol) délimité par un « mur » tressé avec des branches pour l’intimité et la
sécurité !
3. Accueil des enfants et des parents :
A partir de 8h45 l’éducatrice accueille enfants et parents sur le petit parking à l’entrée de la
forêt (ou dans la salle de classe de Corserey) en prenant soin de noter toutes les informations
qu’on lui transmet. C’est un moment d’échange, de transition, qui nécessite une attention
toute particulière afin que la séparation se passe dans les meilleures conditions possibles.
Lorsque nous nous retrouvons dans la salle de classe de Corserey, ce moment est aussi un
apprentissage de l'autonomie : l'éducatrice ou les parents prennent soin de montrer à l'enfant
comment enlever ses survêtements, ses chaussures, les ranger et mettre ses pantoufles.
L'encouragement positif et répété vont petit à petit permettre à l'enfant d'y arriver par lui-
même.
4. Pédagogie :
« Atelier Nature » s’inspire de la pédagogie Montessori et privilégie le mélange des âges.
Cela permet une dynamique de groupe interactive où les plus grands prennent confiance en
4eux en montrant ce qu’ils savent faire aux plus petits, et où les plus petits sont stimulés par
l’envie de faire comme les grands. Ainsi règne au sein du groupe une ambiance d’entre-aide
où chacun y trouve sa place.
L’enfant est libre de choisir ses activités parmi la multitude d’exercices qui lui sont proposés
et organise son temps comme bon lui semble. Cela favorise l’indépendance, résout bien des
problèmes de discipline et développe l’écoute de ce qui se passe en lui. Ce n’est donc pas
l’adulte qui impose sa propre volonté et qui dicte l’organisation des activités, mais l’enfant
qui est placé au centre du développement de son autonomie. L’éducatrice accueille toutes les
idées de l’enfant, pour autant qu’elles soient constructives, comme point de départ d’un
nouvel apprentissage.
Dans la pédagogie Montessori, on considère que le développement de l’intelligence de
l’enfant est étroitement lié au développement de sa motricité. L’un ne va pas sans l’autre.
Dans un premier temps, l’éducatrice va donc être pour l’enfant une sorte de « mode d’emploi
moteur » et va volontairement ralentir ses mouvements pour montrer à l’enfant comment faire
les différents exercices qui lui sont proposés. Ainsi tout concept intellectuel est en premier
lieu expérimenté par le corps de l’enfant. En voici l’exemple d’un enfant qui montre un réel
intérêt pour l’apprentissage des lettres de l’alphabet :
Dans la forêt, l’éducatrice invite l’enfant à récolter différents objets tels que des pives, des
cailloux, des feuilles mortes, des écorces, etc. L’enfant récolte et dispose ses petits « trésors »
dans un endroit qu’il a choisi. L’éducatrice lui propose alors d’écouter le son que l’on entend
au début de chaque objet. Au début de pive on entend « p ». Elle fait ensuite toucher la lettre
(toutes les lettres de l’alphabet sont découpées dans du papier Emery et collées sur un support
rigide plastifié) et propose à l’enfant d’écrire cette lettre dans l’air, dans la neige ou sur des
cailloux à l’aide d’un charbon trouver dans les restes des cendres d’un feu ou encore de
dessiner les contours de la lettre à l’aide de petits cailloux, etc. Elle peut aussi lui demander
d’aller chercher d’autres objets qui commencent par le même son. Avec un peu
d’imagination la nature offre de nombreuses possibilités.
5Dans cet exemple, le mouvement fait partie intégrante de l’apprentissage intellectuel.
L’enfant se promène, observe, récolte, écoute, touche, dessine la forme de la lettre et
recherche avec tous ses sens d’autres objets qui commencent par le même son.
Pour les plus petits, les exercices proposés demandent peu de temps de concentration. Par
exemple, apprendre à transvaser de l’eau d’un pichet à un autre. L’éducatrice montre à
l’enfant comment faire en ralentissant ses mouvements. L’enfant exerce l’activité autant de
fois qu’il le souhaite. Ainsi, par la répétition de ce mouvement, il développe à la fois sa
motricité, la coordination de ses mouvements et sa concentration (donc son intelligence).
Lorsqu’il parviendra à exécuter l’exercice sans renverser de l’eau à côté, il développera sa
confiance en lui et l’estime de soi. Excellent moteur qui nourrit l’envie d’apprendre et
d’expérimenter d’autres activités !
Les « maladresses » de l’enfant sont utilisées comme source d’un nouveaux apprentissages.
En reprenant l’exemple ci-dessus : l’enfant s’exerce à transvaser de l’eau et renverse une
partie du liquide sur la table qui coule ensuite sur le sol. L’éducatrice va saisir l’occasion pour
montrer à l’enfant comment éponger l’eau sur la table à l’aide d’un chiffon et comment
éponger l’eau sur le sol à l’aide d’une serpillière. Ainsi l’enfant apprend un nouvel exercice et
développe son autonomie. S’il lui arrive de reproduire la même « maladresse », il saura
comment s’y prendre.
« Aide-moi à faire seul »
Maria Montessori
Lorsque l’enfant s’exerce, l’éducatrice veille à ne pas l’interrompre au risque d’ébranler son
intérêt ainsi que sa concentration.
L’éducatrice veille au maintien des règles de la collectivité et lorsqu’elle émet une
interdiction, elle prend le temps de montrer à l’enfant comment faire autrement. Comme par
exemple : lorsqu’un enfant prend un objet des mains d’un autre enfant sans le lui demander,
6elle intervient en expliquant que cette manière d’agir est peu adéquate et que s’il souhaite
utiliser cet objet, il doit d’abord demander à son camarade s’il veut bien le lui prêter. L’enfant
entend alors l’interdiction et découvre le moyen de faire autrement.
L’éducatrice donne à l’enfant les moyens d’exprimer correctement ses besoins. Par exemple
lorsqu’un enfant dit : « J’ai soif ! », elle l’invite à reformuler sa phrase : « J’ai soif, est-ce que
tu peux me donner un verre d’eau, s’il te plait ».
L’éducatrice veille à être cohérente dans ce qu’elle demande à l’enfant et l’applique d’abord à
elle-même.
Le choix des activités présentées à l’enfant est la base des valeurs que l’adulte va lui
transmettre.
5. Activités proposées :
En tout temps, dans la salle de classe comme dans la forêt, les enfants sont libres de choisir
leurs activités et l’éducatrice est à l’écoute des besoins de chacun afin de pouvoir répondre au
mieux à leurs demandes. Les activités proposées ci-dessous se font soit de manière
individuelle soit de manière collective. Elles varient selon l’intérêt des enfants et selon les
saisons. L’éducatrice présente chaque activité avec des gestes lents et précis en donnant les
explications nécessaires afin que chaque enfant puisse exercer son autonomie dans les divers
domaines proposés ci-dessous :
Dans la salle de classe :
- Chants, histoires et poésies adaptées aux saisons et aux activités en cours.
- Peinture et dessin libre ou en lien avec les activités en cours.
- Bricolages.
- Le matériel de vie pratique : celui-ci vise à développer la motricité fine et se présente sous
forme de petits exercices tels que : apprendre à transvaser des graines ou de l’eau, prendre
soin des plantes d’intérieur, cirer ses chaussures, nettoyer une table, balayer, faire la vaisselle,
semer des graines, faire de la couture sur carton, etc. Le but direct de ce matériel et de ces
présentations est de permettre à l’enfant de subvenir lui-même à ses besoins, de prendre soin
de sa personne et du milieu qui l’entoure et d’apprendre les notions de socialisation telles
que : comment interrompre une personne quand elle parle, comment s’excuser, comment
saluer, etc.
A travers ses différentes expériences de « vie pratique », l’enfant, apprend également la
confiance en lui (en surmontant la difficulté de l’exercice) et prépare sa concentration
(exercices allant du plus simple au plus compliqué).
- Le matériel sensoriel : comme son nom l’indique, ce matériel vise à développer les sens tout
en répondant aux besoins qu’éprouve l’enfant de se mouvoir, de toucher et de construire.
L’enfant va apprendre à faire des classifications, des différentiations ainsi que des
comparaisons grâce à ses sens avant tout ; les notions intellectuelles étant introduites dans un
deuxième temps (exemple : c’est gros / c’est fin ou, c’est petit / c’est grand, etc.)
- Le matériel de langage: sous forme de petits jeux l’enfant va apprendre : à développer son
vocabulaire, à écouter les différents sons qui composent les mots et à reconnaître les lettres de
l’alphabet. Petit à petit il va débuter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.
7-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- Le matériel de mathématique : apprentissage des chiffres de la base du système décimal (0 à
10) sous forme de jeux ou l’enfant peut toucher et manipuler un matériel concret.
Apprentissage du principe de l’addition, de la soustraction, etc. Et pour ceux qui le demandent
la présentation du système décimal dans sa globalité.
- Initiation à la notion du temps avec un calendrier pour enfants. Chaque jour l’éducatrice
attire l’attention des enfants sur le calendrier et les oriente afin qu’ils puissent eux-mêmes
changer la date et indiquer la météo du jour.
- Le tri des déchets : la salle de classe est équipée d’un système de tri pour les différents types
de déchets tels que le PET, l’aluminium, le verre, le fer blanc, le vieux papier, les piles, le
compost, etc. Lors d’un petit collectif, l’éducatrice introduit cette notion et explique aux
enfants pourquoi il est important de trier les déchets. Un petit exercice suit le collectif :
l’éducatrice distribue divers déchets aux enfants et leur demande l’un après l’autre d’aller le
placer dans le bac correspondant. Ce principe devient peu à peu une habitude et s’applique à
la vie de tous les jours. Le respect de l’environnement se développe et chacun prend sa
responsabilité face à la protection de la nature.
- Toutes autres activités selon l’intérêt des enfants et leurs demandes.
Dans la forêt :
La forêt est un lieu idéal qui complète à merveille les activités qui sont proposées aux enfants
dans le cadre de la salle de classe. En voici différents exemples :
Ramasser du bois pour faire le feu, grimper aux arbres, marcher ou courir dans la forêt en
évitant les branches développe à la fois la motricité, la coordination des mouvements,
l’attention et la concentration.
Cueillir des fleurs, confectionner des décorations ou des bricolages avec divers éléments
de la nature développe la motricité fine.
Ecouter les sons de la forêt et les reconnaître (ruisseau, vent, pluie, animaux, etc.).
Ecouter les oiseaux et les différents sons qu’ils émettent.
Ecouter le son du givre qui tombe des arbres.
Sentir l’odeur des arbres, des fleurs et de l'herbe. Lorsqu'il pleut ces odeurs sont
différentes.
Toucher différentes textures comme l’écorce des arbres (rugueux) et un brin d’herbe
(lisse) sont des sensations différentes.
Goûter des petits fruits de la forêt et apprendre à reconnaître leur goût les yeux fermés.
Reconnaître les différents arbres, leurs feuilles, leurs fruits.
Observer les couleurs de la nature, la luminosité.
Rechercher et observer des terriers.
Apprendre les noms des fleurs, des insectes et des animaux.
A quoi servent le vent, la pluie, les nuages, la terre et le soleil ?
Observer et connaître la nature, comme par exemple : au printemps, l’éducatrice attire
l’attention des enfants sur les bourgeons des arbres fruitiers. Elle leur explique qu’à
l’intérieur des bourgeons se cachent les feuilles et les fleurs de l’arbre et que bientôt,
lorsque la terre se réchauffera avec le soleil, ces derniers vont nous offrir un magnifique
spectacle. L’observation continue au rythme de la nature, les bourgeons se développent,
les feuilles et les fleurs font leur apparition puis lorsque la fleur se fane, elle donne
naissance à un fruit qui à son tour se développe petit à petit. L’observation peut déboucher
sur un petit collectif ; quelles sont les principales parties de la plante, comment se nourrit-
8-
-
-
-
-
-
-
-
-
elle, quelles sont les parties de la fleur, comment se forment les fruits, à quoi servent les
plantes, etc.
Faire de petits jeux sur l’écoute des sons : « Qu’est-ce qu’on entend au début de
ruisseau ? ». « Qu’est-ce qu’on entend comme sons dans soleil ? ».
Apparier les lettres Emery (voir pédagogie) à différents objets de la nature (p = pive).
Toucher les lettres puis les écrire dans l’air, le sable, la neige, sur des cailloux avec des
charbons trouvés dans les restes des cendres d’un feu, dessiner quelque chose qui
commence par le même son ou encore former des lettres avec des branches ou des
cailloux, etc.
Compter des pives, des cailloux, des branches et les apparier avec les chiffres Emery (trois
pives = 3)
Faire des additions : l’éducatrice demande à deux enfants d’aller chercher chacun trois
pives. Les enfants récoltent puis reviennent vers l’éducatrice. Elle leur explique alors
qu’elle va leur montrer comment faire une addition. Elle demande à chacun de lui donner
les pives récoltées qu’elle dépose en comptant sur un foulard : « Marc, tu m’as donné trois
pives. Julien, tu m’as donné trois pives. Pour faire une addition, il faut tout mettre
ensemble. » L’éducatrice saisit alors le foulard rempli des six pives et le secoue : « Voilà,
toutes les pives sont bien ensemble, on va maintenant compter combien ça fait ». Elle
compte une à une les pives avec les enfants. « Toi, Marc, tu m’as apporté trois pives, toi,
Julien, trois pives aussi. 3 + 3 = 6 ». Elle leur montre alors comment s’écrit cette addition
avec les chiffres Emery.
Faire des soustractions selon le même principe que ci-dessus.
Ramasser des glands et les planter dans un pot. Cette activité se fait en plusieurs étapes :
le semis, la patience, l’observation de la croissance de l’arbre puis la plantation de l’arbre
dans la forêt.
Faire des glissades sur les patinoires naturelles de la forêt.
Jouer avec le soleil en faisant bouger notre corps, notre ombre change de forme .
9-
-
-
- Trouver des images dans les nuages.
Construire des petits ponts pour traverser les ruisseaux.
La récolte de différents produits de la forêt donne naissance à diverses activités culinaires
telles que : papet de fruits, purée de glands, noisettes mises en sachet pour les offrir à ses
parents, etc.
Dans la forêt se trouvent de nombreux animaux, c’est l’occasion d’un nouvel
apprentissage, que mangent les différents animaux, où dorment-ils, à quelle famille
appartiennent-ils, etc.
10