130 pages
Français

La politique monétaire du chili et le ciblage d'inflation l

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 529
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo
LA POLITIQUE MONÉTAIRE DU CHILI ET LE CIBLAGE D’INFLATION L’origine, le fonctionnement et les résultats Gonzalo GREBE Mémoire Master II Recherche Sous la direction de Redouane TAOUIL Economie Politique Internationale Université Pierre Mendès France 4 septembre 2008 Remerciements Au terme de ce travail, c’est avec grand plaisir que je tiens à exprimer mes sentiments de gratitude et de profonds remerciements à tous ceux qui ont apporté leur concours à la réalisation du présent mémoire et notamment : Mon directeur de mémoire, M. Redouane Taouil, qui m’a guidé dans la réalisation de cette recherche. Mes amis français qui m’ont aidé dans la correction grammaticale, avec beaucoup de patience et de bonne volonté. Je tiens à remercier tout spécialement Jean Charles Ravoux car sa collaboration, pour ce mémoire, a été sans limite tout comme pour mon séjour en France. Ces remerciements s’étendent également à Pauline Lacour, Bertrand Fahys, Sylvain Fontan, Denis Lajougie, Julie Lazes, Carine Tartar et Angélica Espinosa. Je leurs suis très reconnaissant, leur aide m’a permis de voir cette recherche aboutir. Sommaire I Les fondements de la politique monétaire chilienne 9 1 Le cadre théorique de la politique monétaire 11 2 Le cadre opérationnel de la politique monétaire 30 II La mise en oeuvre du ciblage d’inflation 48 3 Les processus du ciblage d’inflation 50 4 La performance de la politique monétaire chilienne 75 Introduction Le Chili est un pays qui a été catalogué comme un exemple dans l’Amérique Latine. Son développement économique depuis la fin du dernier siècle en termes de croissance, stabilité et réduction de la pauvreté a été remarqué par les institutions internationales de développement. La bonne performance des politiques économiques du pays a fait qu’il a mérité d’être le premier pays sud-américain invité à faire partie de l’Organisation de Co- opération et Développement Economiques (O.C.E.D.), le deuxième pays latino-américain après le Mexique. 1En termes de chiffres , le Chili montre un taux de croissance économique moyen de 6% pour les dernières 17 années, le plus haut et stable de la région, et aussi par rapport à son histoire, en ayant subi seulement une crise depuis l’année 1982. Le PIB par habitant a plus que triplé dans la même période et a atteint la valeur de 13.936 US$, supérieur aux pays de la région et même à quelques pays de l’Europe de l’Est comme la Bulgarie. La 2pauvreté s’est réduite d’un niveau de 38,6% en 1990, jusqu’à 13,7% en 2006 . Ce développement est le produit de l’application d’une série de politiques macroéco- nomiques qui donnent au pays un cadre positif pour la croissance. L’intégration internatio- nale, l’accès aux capitaux étrangers, l’amélioration de la compétitivité interne, les accords commerciaux, etc., sont des facteurs qui améliorent la capacité productive du pays. Mais tous ces aspects ont difficilement lieu, sans le cadre de stabilité macroéconomique ins- tauré au Chili qui permet d’avoir un climat de confiance pour le bon développement de l’économie. Entre les facteurs remarquables de la stabilité économique chilienne, il y a un sujet qui a gagné une attention spéciale : Le contrôle de l’inflation. La politique monétaire chilienne a été très efficace pour contrôler et maintenir stable pendant plusieurs années une inflation historiquement élevée. Les chiffres montrent un 1. Source : IMF World Economic Outlook avril 2008. 2. Enquête de Caractérisation Economique (CASEN) 2006. 1 INTRODUCTION niveau moyen d’inflation pour les dernières années de 2,8%, un résultat remarquable lors- qu’on considère la moyenne de 10,8% des années 90 et le 47,5% historique. Il y a eu trois facteurs qu’ont été à la base de la recherche du contrôle de l’inflation comme le principal objectif de la Banque Centrale du Chili, et comme la principale contri- bution à la stabilité macroéconomique : Le besoin de stabilité, l’évolution des concepts économiques et l’acquisition d’autonomie effective. Le Chili, comme partout en Amérique Latine, a subi pendant longtemps l’application de politiques monétaires qui cherchaient des objectifs peu définis et de diverses natures, mais subordonnés aux pouvoirs politiques, avec une Banque Centrale qui répondait en grande partie aux intérêts politiques des politiciens en cours de mandat. Le résultat a été une longue époque d’instabilité économique, avec des périodes où les chiffres d’inflation arrivaient même à niveaux au dessus de 300%, comme dans le cas des années 70, et de grosses dépressions économiques comme celle du début des années 80. Comme on peut s’attendre, ce cadre n’a pas permis un bon développement économique et a produit une série de situations d’instabilité politique et sociale comme conséquences du chômage et la perte de pouvoir acquisitif. Ce précédent historique faisait impérative la recherche de la stabilité, pour le bon dé- veloppement économique interne aussi comme pour donner une image correcte face aux investisseurs étrangers. L’évolution des concepts théoriques depuis les années 70 autour de la politique monétaire et de l’autonomie des banques centrales a été clé pour amé- liorer la conduite et aussi pour le développement de la Banque Centrale du Chili et la recherche d’un fonctionnement plus indépendant du pouvoir politique. Fina- 3lement, l’évolution de la situation politique au Chili en 1990 a facilité le pas vers une Banque Centrale effectivement autonome. Depuis là ont été établies les premiers pas vers le contrôle de l’inflation qu’aujourd’hui le pays profite. Actuellement, l’application de la politique monétaire par la Banque Centrale du Chili, bénéficie d’une grande indépendance et d’une qualité professionnelle élevée. Ces caracté- ristiques ont rendu possibles la réalisation des objectifs inflationnistes établis ce qui tout ensemble fait de la Banque Centrale du Chili une institution qui a gagné en prestige et la confiance nationale et internationale. Dans cette mission d’atteindre les niveaux positifs d’inflation actuels, la Banque Cen- trale du Chili a conduit une politique monétaire centrée sur une stratégie nouvelle et qui s’accorde avec les concepts développés autour de la théorie monétaire : Le ciblage d’in- flation. La stratégie de ciblage d’inflation a gagné l’attention des banquiers centraux et les économistes monétaires dans le monde. Cette stratégie a été adoptée à chaque fois par plus 3. Le Chili est retourné à la démocratie l’année 1990. 2 INTRODUCTION de pays développés comme par exemple la Nouvelle Zélande, le Canada, le Royaume Uni, l’Israël, l’Australie, et aussi par beaucoup de pays en développement comme le Pérou, la Thaïlande, la Colombie, l’Afrique du Sud, etc. De même, aux Etats-Unis et au sein de la Communauté Européenne, il y a plusieurs opinions en faveur de la mise en place du ciblage d’inflation comme guide de la politique monétaire. La stratégie de ciblage d’inflation donne un cadre d’action pour la politique moné- taire. Elle est caractérisée par l’annonce officielle d’une cible quantitative pour l’inflation sur un période de temps déterminée, avec l’accent mis sur la réalisation de l’objectif de stabilité de prix comme la priorité de la politique monétaire. La stratégie impose l’ins- tauration d’une communication des politiques et leur rationalité, avec le public y compris une pratique qui consiste à rendre compte des résultats à la société. Comme il sera analysé dans cette étude, la stratégie cherche à modifier le processus inflationniste pour amener ou maintenir l’inflation dans la cible. Le cadre d’action donne des objectifs avec une certaine flexibilité, et n’est pas un système de règles rigides de réaction. Ceci permet de prendre en compte aussi d’autres facteurs économiques dans les décisions. Comment est-ce qu’une telle stratégie a été adoptée par la Banque Centrale du Chili ? Comment a-t-elle été mise en place ? Quel est son fonctionnement ? Et surtout, quels ré- sultats a eu le ciblage d’inflation au Chili ? Ces dernières sont les questions que nous chercherons à expliquer dans cette étude. Ceci, à travers la grande quantité d’études faits pour la Banque Centrale du Chili, l’analyse empirique des décisions de politique moné- taire et aussi par les études sur ce sujet des principaux représentants de cette branche de l’économie. La compréhension de la stratégie de la politique monétaire du Chili, est une partie cruciale dans la compréhension du développement d’un pays qui a réussi à répondre à la quête de stabilité économique de manière effective face à une histoire inflationniste. L’expérience chilienne de contrôle de l’inflation fait partie d’une série d’expériences similaires dans le monde, où l’inflation a été contrôlée. Cette expérience de ciblage d’in- flation fait partie aussi d’un débat qui cherche à découvrir les raisons de cette modération de l’inflation comme phénomène étendu depuis les années 90. Comme arguments dans ce débat, apparaissent ceux qui parlent de la « bonne chance ». C’est-à-dire que le contrôle de l’inflation a été basé seulement sur le fait qu’il n’y a pas eu pendant longtemps des chocs inflationnistes importants. Des études comme ceux de Ahmed et al. (2002), soutien cette thèse. Un autre argument parle de changements structurels qui n’ont pas de relation avec la politique monétaire. Spécifiquement il fait référence au développement technologique et l’ouverture commerciale. Du point de vue technologique, il y a des arguments qui parlent 3 INTRODUCTION de l’amélioration dans la conduite des inventaires. Par exemple l’adoption de pratiques comme le « just in time » rendent plus précis et plus rapides les ajustements dans l’éco- nomie et plus stable le cycle économique. (McConnell M. et Pérez-Quiroz G., 2000 ; Cecchetti S. et al, 2005). En relation avec la globalisation et l’intégration économique mondiale, des auteurs comme Cavallo E. (2007) affirment que l’ouverture commerciale a réduit la volatilité dans les économies et qu’une économie plus ouverte augmente sa stabilité. Ceci à cause du fait qu’une économie plus ouverte est capable d’ajuster d’une meilleure manière les chocs externes. Le dernier argument dans ce débat pour expliquer le phénomène de réduction de l’in- flation, est justement l’amélioration de l’application des politiques monétaires. Cette amé- lioration est en relation avec l’application plus étendue de systèmes de ciblage d’inflation dans le monde. Les arguments de « bonne chance » et l’explication basée sur des facteurs structu- relles, ne peuvent pas expliquer le phénomène. Cela se manifeste dans la différence de temps entre le contrôle de l’inflation entre les pays développés et ceux en développement. Pour les derniers il a fallu presque 10 années après les pays développés pour contrôler l’inflation. Si la « bonne chance » était la raison, cela les aurait tous affecté de la même manière et il n’aurait pas de décalage entre les économies dans le contrôle de l’inflation. Le même cas pour les facteurs structurels, où il n’est pas croyable que l’application de ces améliorations techniques ait pris tellement de temps pour arriver aux pays en développe- ment. Si est suivie l’idée du facteur de l’intégration internationale, on devrait assumer que l’état actuel de la globalisation a comme conséquence plus de stabilité. Malheureusement ceci n’est pas le cas. En revanche, les modifications des politiques monétaires des économies en dévelop- pement ont été faites longtemps après les pays développés. L’autonomie des banques centrales, la stratégie de ciblage d’inflation et d’autres stratégies similaires ont commencé à être appliquées seulement depuis les années 90. Cela coïncide avec la majeure stabilité économique des pays en développement y compris le contrôle de l’inflation (De Gregorio J., 2008). Donc la question est d’analyser comment l’application de ces modifications a affecté le processus économique des pays et a apporté de la stabilité. C’est ici, dans ce débat d’idées que l’analyse de l’expérience chilienne s’insère. Cette analyse va servir pour mon- trer comment l’application d’une stratégie de politique monétaire a apporté à la recherche de stabilité économique d’un pays en développement. Cette recherche de stabilité économique est une quête continue qui va être toujours menacée par les constants changements politiques, culturels, sociaux, environnementaux, 4 INTRODUCTION productifs, technologiques et financiers des pays. Aujourd’hui, avec la globalisation et l’état des intégrations mondiales et sa capacité de contagion, les menaces se multiplient. Ceci fait que chercher la stabilité et encore la maintenir soient des exercices plus difficiles et intenses. Dans ce panorama, toute expérience positive peut apporter à la connaissance et la réalisation des politiques économiques dans le monde. L’expérience chilienne ne peut, peut être pas, être répliquée dans un autre pays, mais elle peut donner certaines pistes sur comment aborder des problèmes similaires dans les pays en développement. Surtout maintenant lorsque la stabilité des pays en développe- ment est frappée par les nouvelles menaces d’inflation mondiale. Actuellement, la « bonne chance » est finie. Le monde est en train de subir un des pires chocs inflationnistes des dernières années. D’abord il y a le prix du pétrole, qui n’arrête pas de monter. Ses effets n’ont pas été si désastreux comme durant les années 70, mais il n’y a pas de certitude sur la date à laquelle ce phénomène va s’arrêter. D’ailleurs, on est en présence d’une augmentation impressionnante des prix des ali- ments. La demande produite par la croissance des pays émergents comme la Chine et l’Inde, a provoqué une hausse des prix qui atteint des niveaux historiques dans quelques nations. L’utilisation des terrains pour la production des biocombustibles joue aussi cet effet. Par exemple les prix des grains ont augmenté de 56% depuis l’année 2006, alors que depuis l’année 1990, l’augmentation annuelle était de 0,5%. Le prix du blé montrait une chute de 1% depuis l’année 1990, et maintenant depuis l’année 2006 il a monté un 121%. Le même cas apparait pour le riz et le lait, qui n’avaient pas subi beaucoup de changements pour la première période mentionnée, mais depuis le 2006 ils ont augmenté de 70%. Les effets sur les pays sont clairs et l’inflation est en train de monter partout. La conduite de la politique monétaire est un sujet qui est aujourd’hui dans le centre de l’at- tention des medias et du public général. Les conséquences de l’inflation sont déjà connues et personne ne veut les répéter. La réalisation de la stabilité a été un travail de long terme qui n’a pas été facile de réussir. Le contrôle de la montée de prix est maintenant le sujet économique sinon le prin- cipal, un des plus importants dans la conjoncture mondiale. Donc il est pertinent de comprendre les stratégies utilisées pour la combattre et les résultats jusque maintenant obtenus. L’étude du cas chilien et de son expérience avec le ciblage d’inflation est un bon exemple pour comprendre comment cette stratégie monétaire est choisie, réalisée et appliquée. Ces résultats montrent les bénéfices que le système peut apporter à une éco- nomie. De cette manière on aura les connaissances d’une stratégie de politique monétaire moderne et en plein développement. On aura aussi les outils nécessaires pour participer à la discussion d’un débat actuel et important sur la stabilité des prix et de l’économie en générale. 5 INTRODUCTION Finalement, on va connaitre un facteur important pour combattre la pauvreté dans le monde. Si la pauvreté s’agit de ne pas pouvoir accéder aux différents biens et services, du moment que les prix augmentent la pauvreté augmente avec. La politique monétaire et son effort pour maintenir les prix contrôlés empêche l’augmentation de la pauvreté et génère un climat de stabilité économique apte pour le développement de richesses. Cela est le cas du Chili et son système de ciblage d’inflation, le sujet d’étude de ce mémoire. Le présent ouvrage est divisé en deux parties, de manière à aborder les questions aux- quelles nous cherchons à répondre sur : l’origine du ciblage d’inflation et de sa réalisation au Chili, comment la stratégie prend forme et fonctionne et finalement son application et ses résultats économiques. Dans la première partie intitulée « Les fondements de la politique monétaire chilienne », on abordera les principes fondamentaux sur lesquels s’appuie la stratégie monétaire de ciblage d’inflation et sur lesquels elle est appliquée par la Banque Centrale du Chili. La démarche sera séquentielle autour des concepts développés en rapport avec la politique monétaire et la Banque Centrale. En première instance, on va présenter le cadre théorique dans lequel s’encadre cet ouvrage. La théorie monétaire est le point de départ du développement des idées autour des relations entre les prix et la monnaie. A partir d’ici est née la politique monétaire et on verra comment son évolution a déclenché une série de concepts et prémisses qui actuellement sont le noyau du système de ciblage d’inflation. La théorie monétaire ne se limite pas seulement à la politique monétaire, mais son étendue touche aussi les institutions. Des institutions, la plus importante et en relation directe avec l’application de la politique monétaire est la Banque Centrale. La compré- hension de la politique monétaire actuelle et le ciblage d’inflation appliqué au Chili, ne serait pas possible sans la compréhension de l’autonomie de la Banque Centrale. Pour comprendre ce caractère autonome et son importance dans le ciblage d’inflation et qu’on continue la démarche avec ce sujet, nous allons identifier les caractéristiques principales de l’indépendance acquise par la Banque Centrale du Chili. Une fois établi le cadre théorique dans lequel s’insère le sujet d’étude, on abordera le cadre opérationnel de la politique monétaire au Chili. Dans ces chapitres on va découvrir la logique derrière la configuration du ciblage d’inflation du pays. D’abord, et en continuation de la description des fondements de l’autonomie de la Banque Centrale du Chili, on s’intéresse à la configuration spécifique de l’institution. La stratégie de la politique monétaire chilienne avec le ciblage d’inflation a des carac- téristiques qui nécessitent une certaine configuration de la Banque Centrale. On verra les piliers principaux qui soutiennent la Banque Centrale du Chili dans l’exécution de la politique monétaire avec le ciblage d’inflation. 6 INTRODUCTION La première partie finit avec l’explication des fondements de la stratégie de ciblage d’inflation appliquée au Chili. On va aborder les du choix de cette stratégie, du point de vue historique, contextuel, théorique et de projection sur le futur. Est décrit aussi le cadre opérationnel dans lequel la stratégie de politique monétaire est effective- ment conduite par la Banque Centrale du Chili, et la logique derrière les choix faits. Jusqu’ici, on aura bien déterminé l’origine du ciblage d’inflation au Chili et de son ap- plication par une Banque Centrale autonome. On aura découvert comment cette Banque Centrale se configure pour la bonne conduite de la politique monétaire avec le ciblage d’inflation. Enfin on montre la stratégie spécifique prise par la Banque Centrale du Chili et sa logique. L’approche par la théorie et la logique opérationnelle de l’origine et du fonc- tionnement du ciblage d’inflation, donne forme aux fondements de la politique monétaire au Chili. Lors de la deuxième partie de ce mémoire intitulée « La mise en oeuvre du ciblage d’inflation », on abordera l’application pratique de la politique monétaire avec le ciblage et les résultats obtenus en termes macroéconomiques. En première instance, on va présenter le processus de prise de décision de la Banque Centrale du Chili. Au travers de ce processus l’institution met en pratique les fondements de la stratégie de politique monétaire. Il est nécessaire d’évaluer une série de facteurs externes comme internes de l’économie, lesquels sont le noyau d’un processus qui cherche affecter la dynamique inflationniste du pays. Cette prise de décision est supportée par le développement de modèles mathématiques. La présentation de ces modèles est importante pour comprendre la manière dont la Banque Centrale réagit face à l’inflation. Ensuite on continue avec l’analyse de comment ces décisions de politique monétaire et le ciblage d’inflation ont été mis en pratique au Chili. Pour bien comprendre le système actuel de ciblage d’inflation il est nécessaire de connaitre tout le processus mis en place pour arriver à contrôler l’inflation dans le pays. La première phase, appelée aussi la phase de convergence, a été la réalisation d’une stratégie de ciblage d’inflation différente du système actuel. Pendant cette période, la Banque Centrale du Chili a appris dans la réalisation du système, et l’économie a gagné en maturité par rapport aux facteurs nécessaires pour la bonne adoption du ciblage d’inflation comme il est connu aujourd’hui. On verra aussi l’incidence de la situation économique de la fin des années 90 dans ce pas vers un ciblage « plein » d’inflation. Dans le dernier chapitre, l’étude continue avec un accompagnement de ce qu’a été la politique monétaire chilienne depuis la période de ciblage plein d’inflation. On va étu- dier les processus de décisions, et on va faire une analyse des facteurs qui ont déterminé les choix du conseil de la Banque Centrale du Chili. Avec l’expérience empirique, ils se- ront abordés les différentes conjonctures de l’économie chilienne dans cette période, pour 7