Le département Géologie, Paléontologie, préhistoire, archéologie

Le département Géologie, Paléontologie, préhistoire, archéologie

Documents
61 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : la première moitié du xxe siècle
  • cours - matière potentielle : du xe siècle
  • cours - matière potentielle : ouvertes
Le Musée de Lodève est installé depuis 1987 dans l'Hôtel particulier de la famille Fleury où semble avoir vu le jour, le 22 juin 1653, le Cardinal André Hercule de Fleury, précep- teur et premier ministre de Louis XV. Edifié aux XVIe et XVIIe siècle, puis remanié au XVIIIe siècle, cet élégant bâtiment s'articule autour d'une cour centrale, de plan carré, dont le remarquable pavage de galets est caractéristique des Hôtels du XVIIe siècle du nord de l'Hérault.
  • poste d'emploi jeune sur l'inventaire des collections
  • succès en matière de manifestation culturelle et dans la continuité du projet de développement culturel
  • office d'animation du lodévois
  • musée de lodève
  • développement créée
  • saison culturelle
  • lodève
  • expositions
  • exposition

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français
Signaler un problème

Le Musée de Lodève est installé depuis 1987 dans l’Hôtel particulier de la famille Fleury
où semble avoir vu le jour, le 22 juin 1653, le Cardinal André Hercule de Fleury, précep-
teur et premier ministre de Louis XV.
e e Edifié aux XVI et XVIIe siècle, puis remanié au XVIII siècle, cet élégant bâtiment
s’articule autour d’une cour centrale, de plan carré, dont le remarquable pavage de
e galets est caractéristique des Hôtels du XVII siècle du nord de l’Hérault. L’escalier
d’honneur, d’une superbe architecture, se distingue notamment par son mur d’échiffre,
ajouré d’arcs rampants très tendus.
Les collections du musée s’organisent en deux grands départements :
> Géologie, paléontologie, préhistoire, archéologie
> Beaux-Arts
En 1996, la ville décide de mettre en place une vraie équipe scientifique et de la
développer : création d’un poste de conservateur (auquel s’ajoute en 2005 la création
d’un poste d’attaché de conservation), création d’un service pédagogique avec une
chargée de l’animation et la collaboration d’un professeur d’arts plastiques délégué par
l’Education Nationale, un secrétariat de la conservation, un poste d’emploi jeune sur
l’inventaire des collections, une équipe technique et de surveillance, une équipe
d’accueil des publics.
Un réaménagement muséographie, mené de l’été 1996 à juin 1997, propose une
nouvelle présentation de l’ensemble des collections.
Le département Géologie, Paléontologie, préhistoire, archéologie
Ce premier département présente de façon vivante, à partir de roches, minéraux et
mobiliers collectés dans l'Hérault, le passé de la région de Lodève depuis les temps
géologiques jusqu'à la période gallo-romaine :
Géologie et Paléontologie : Témoins des grands événements géologiques qui ont
façonné le relief de l'Hérault, roches et minéraux reconstituent les paysages qui se sont
succédés dans l'espace et dans le temps depuis 540 millions d'années, conservant dans
le même temps les traces d’animaux et de végétaux. Trilobites, Ammonites, Fougères,
Hôtel du Cardinal de Fleury, Musée de Lodève
Fougères fossilisées, carbonifère supérieur, Musée de Lodève
60empreintes de reptiles plus anciens que les Dinosaures, mais aussi impact des gouttes
de pluie sont autant de fossiles dont la région regorge et dont on peut trouver
quelques beaux spécimens dans les collections du Musée.
Préhistoire : Comparaison entre l'histoire des hommes préhistoriques en général et le
résultat des fouilles effectuées dans l'Hérault. Un abondant mobilier d'outils en silex,
de céramiques, de poinçons en os, de colliers, mais aussi d’objets en bronze
d'armement, d'outillage, de parures, etc. témoigne de l’existence des hommes dans la
région depuis au moins 80 000 ans.
Période gallo-romaine : Pendant la période gallo-romaine, l'industrie et le commerce
de la céramique se développent rapidement dans le Languedoc comme en attestent
notamment les fouilles effectuées à la villa de Salelles-du-Bosc et d'Aspiran où ont été
retrouvées de nombreuses amphores et sigillées.
Période Médiévale : Dès la fin de l'Antiquité, Lodève accueille un siège épiscopal et
ec'est au cours du X siècle qu'apparaissent les premiers vicomtes. Parmi les objets
conservés, les stèles discoïdales occupent une place importante dans le patrimoine
régional. Recouvertes de symboles, elles avaient pour rôle d'identifier les tombes des pèlerins.
Le département des Beaux Arts
La Collection Dardé
Jusqu’en 2002, le département des Beaux-Arts était essentiellement centré autour des
œuvres de l'enfant du pays, le sculpteur et illustrateur Paul Dardé : Le musée de Lodève
possède aujourd’hui plus de 2 000 œuvres (sculptures et œuvres sur papier) de Paul
Dardé dont le bronze Faune guettant une nymphe de 1924 récemment acquis.
Sculpteur originaire de Lodève où il mourut en 1963, Dardé connut une notoriété
parisienne dans les années 1920. Attiré par la démesure et profondément marqué par
ses origines, il développe une œuvre d’une puissante prodigalité créatrice : La Tête aux
serpents (Musée d’Orsay), Le Grand Faune, actuellement conservé au château de Vizille
dans l’Isère à propos duquel une procédure est en cours devant permettre prochainement
son dépôt à Lodève.
Dardé, Tête d’Ophélie, pierre de Lens, Musée de Lodève Dardé, Léon Tolstoï, pierre, Musée de Lodève
Caillebotte,
Le petit bras de
Seine à Argenteuil,
c. 1886-87,
huile sur toile,
81 x 62 cmLe dépôt de 2002
Depuis le 1er juin 2002, le Musée de Lodève expose, en outre, un ensemble de 37
œuvres d’artistes particulièrement représentatifs de l'histoire de la peinture au cours de
ela première moitié du XX siècle : Atlan, Braque, Caillebotte, Camoin, Courbet, Dufy,
Gris, Guillaumin, Jawlensky, Kisling, Léger, Loiseau, Luce, Manguin, Masson, Pascin,
Poliakoff, Soutine, Valadon, Vlaminck.
Plusieurs de ces oeuvres tiennent rang de chefs-d'œuvre. Citons par exemple, Le petit
bras de la Seine à Argenteuil, de Caillebotte, une Nature morte de Soutine de la
période de Céret ou une Composition de Poliakoff…
A l'origine de ce dépôt provenant d'une collection privée européenne, la volonté et la
générosité d'un collectionneur qui, après sa « rencontre » avec le Musée de Lodève, à
73
travers les expositions temporaires qui y sont organisées , a souhaité proposer au plus
grand nombre une collection personnelle, la faisant vivre ainsi du regard de chacun.
B. LA MEDIATHEQUE
Création et développement
Créée en 1866, la Bibliothèque de Lodève est installée en 1987 à proximité du Musée,
dans une partie des anciens corps de bâtiment de l’Hôtel de Fleury.
2Devenue Médiathèque en 1993, elle s’étend sur une superficie de 750m répartie sur
deux étages et comprend un espace jeunesse, un espace adulte, un espace musique, un
espace actualité et un espace animation.
Depuis sa création, la Médiathèque Municipale de Lodève mène une politique sur le
long terme pour lutter contre l’illettrisme, développer la lecture et encourager
l’écriture chez les plus jeunes. Plus particulièrement, elle peut se féliciter d’une
augmentation de fréquentation de 50% en l’espace de 10 ans et d’une augmentation
de plus de 72% de prêts de documents.
Partenaire assidue des écoles maternelles et primaires ainsi que des Services de la
Politique de la Ville, la Médiathèque vise des objectifs à la fois simples et ambitieux :
fidéliser les lecteurs déjà inscrits et amener toujours plus de Lodévois à fréquenter cet
équipement source de savoir.
Fonds et Politique d’acquisition
Le fonds de la Médiathèque municipale est composé de 35 500 ouvrages dont :
e e> Un fonds ancien (du XVI au XIX siècle) de 3 000 ouvrages hérités pour un tiers du
passé épiscopal.
La Médiathèque Municipale, section adultes
62> Près 2 500 ouvrages et manuscrits de la fin du XIXe siècle aux années 1950, dont un
fonds Joseph Vallot, natif de Lodève et fondateur de l’Observatoire du Mont Blanc.
> Des quotidiens locaux anciens : l’Indépendant de Lodève, l’Echo de Lodève, L’Avenir
de Lodève, Le Progrès.
C. LUTEVA, OFFICE D'ANIMATION DU LODEVOIS
Une palette diversifiée d’activités
L’office d’Animation du Lodévois (ou Luteva), géré par une association subventionnée
par la Ville, propose une série d’activités touchant aux loisirs, en général, au sport, à la
culture, aux nouvelles technologies, à l’expression artistiques et assure en ce sens, une
mission équivalente à celle d’une M.J.C. Ces activités se déclinent en plusieurs sections
(17 activités de sports, une école de musique, un club théâtre, la programmation d’une
petite saison théâtrale en collaboration avec la Médiathèque, un centre aéré, un point
d’information jeunesse, une salle multimédia, un club jeune et surtout le cinéma
Luteva disposant de 2 salles classées « Art et d’Essai ».)
Les Salles d’Art et Essai
Avec ses deux salles classées « Art et Essai », le cinéma propose de grands films à
l’affiche comme des films plus confidentiels. Une saison de documentaires
« Découverte du Monde » est également proposée chaque mercredi.
Par ailleurs, l’Office d’Animation du Lodévois mène une politique de sensibilisation au
ecinéma et aux pratiques artistiques liées au 7 art dans le cadre de l’opération Ciné
Ville actée par le schéma directeur du Contrat de Ville. Les cinémas Luteva participent
ainsi régulièrement et fidèlement à des événements tels que « Un été au ciné. » Des
ateliers vidéo ont également été mis en place, ponctuellement, dans le cadre des Voix
74
de la Méditerranée 2002 par exemple .
Un festival, « Bande des Cinés », ayant pour thème la Bande Dessinée au cinéma, a, par
ailleurs, vu le jour au printemps 2004.
Ainsi, soutenue activement par la Ville, l’Office d’Animation du Lodévois contribue
largement au développement de la culture cinématographique et à la sensibilisation
aux pratiques artistiques liées au cinéma.
Le développement des partenariats
Depuis quelques années, outre l’augmentation de son nombre d’adhérents et la diversi-
75fication de ses publics , l’Office d’Animation du Lodévois s’est largement ouvert aux
partenariats institutionnel et associatif. Ainsi l’association participe aux actions menées
par la politique de la Ville en particulier mais aussi par le Musée et la Médiathèque.
Il existe également un partenariat entre l’Office d’Animation du Lodévois et l’Education
Nationale (dispositif « Ecole et cinéma ») qui se concrétise par des actions en milieu
scolaire – écoles élémentaires, collège, lycée.
A travers ces diverses activités, l’association est devenue peu à peu un lieu d’informa-
tions et de renseignement sur la vie sportive, culturelle et d’animation de la commune.
S’appuyant sur ces équipements structurants et hautement performants, la municipalité a
ensuite encouragé la conception et la réalisation de manifestations culturelles d’envergure.
63Les salles d’exposition du Musée de Lodève. Exposition Marquet, 1998,
2. LES TEMPS FORTS DE LA POLITIQUE CULTURELLE
LODEVOISE
A. DE GRANDES EXPOSITIONS AU MUSEE DE LODEVE
Chaque année depuis 1997, la Ville de Lodève met en œuvre une politique de grandes
expositions à caractère soit monographique (Utrillo en 1997, Marquet en 1998, Derain
et Vlaminck 1900-1915 en 2001, Van Dongen en 2004, Braque et Friesz en 2005), soit
thématique (Les Fauves et la Critique en 1999, Les peintres de Venise, de Titien à
Canaletto dans les collections italiennes en 2000, Klimt & les Peintres de Vienne, de la
sécession à l’expressionnisme en 2002, De Chirico et la peinture de l’entre deux guerre
en 2003).
Ces expositions suscitent une importante réponse du public et de la presse nationale et
régionale.
Elles ont également pour effet de faire découvrir à des visiteurs, toujours plus nom-
breux, les collections permanantes du Musée.
B. EXPOSITIONS D’HIVER ET ARTISTES CONTEMPORAINS
La Politique culturelle mise en œuvre au Musée de Lodève ne s’inscrit pas autour de la
seule saison touristique mais est construite pour assurer une mission sur l’année auprès
d’un public local et régional. Dans cet objectif, des expositions sont organisées en hiver
et au printemps et s’articulent autour de deux axes :
> Présenter une collection, qu’elle soit privée (oeuvres sur papier de Sonia Delaunay
(hiver 2002-2003), grandes gouaches de Calder (2003-2004), gravures et lithographies
de Picasso et Miro (Automne 2000), dessins et gravures de Chagall (hiver 2001-2002))
ou publique (D’Ensor à Magritte dans les collections du Musée de Gand en 2005)
> Présenter des œuvres d’art contemporain selon deux types :
- Soit la présentation de l’œuvre d’un artiste d’un pays de la méditerranée représentatif
64d’un courant actuel fort dans son pays (Ofer Lellouche (1997) pour l’Israël, Marc Lodola
(1999) pour l’Italie, Yigal Ozeri en 2006 pour les Etats-Unis),
- Soit l’accueil en résidence d’un artiste invité à travailler sur la ville, l’exposition pré-
sentée étant le résultat de ce travail (Alain Campos (1998), Jean-Paul Agosti (2005) et
André-Pierre Arnal en 2006).
Ponctuellement, un troisième axe peut être retenu, lié à un calendrier historique ou
événementiel. Ce fut le cas pour Lodève cité historique, 10 ans de recherches
archéologiques, du 27 mars au 17mai 1998, exposition réalisée à la suite des fouilles
de la Place du Marché en 1997.
Sebastian, exposition de sculptures dans la ville, été 2004
65Voix de la Méditerranée 2004, Voix de la Méditerranée 2005, Lecture à la chandelle devant
Lecture dans la cour d'un hôtel particulier le four à pain du chapitre de la Cathédrale
C. LES «VOIX DE LA MEDITERRANEE», FESTIVAL DE POESIE
« Ici ni pose ni frivolité. Avec son trop plein d’humanité, Lodève vient tout de suite vers
vous. Ici la poésie sera celle du peuple, des mosaïques ethniques. Elle sera militante,
extatique, colérique au besoin, combative, lyrique bien sûr, mais jamais romantique ni
affectée. » (France Soir, 26 juillet 2001)
Un événement unique en France
> Le seul festival en France consacré à la poésie méditerranéenne
> 25 pays sont représentés pour une vingtaine de langues différentes.
> Plus de 300 spectacles sont donnés, dont 97% sont d’accès gratuit
> 30 sites, pour la plupart extérieurs, du patrimoine naturel et architectural du
Lodévois sont investis.
76> Plusieurs dizaines de milliers de visiteurs
Créé en 1998, le Festival des Voix de la Méditerranée accueille chaque année, pendant
une dizaine de jours à la fin du mois de juillet, près d’une centaine de poètes venant de
l’ensemble des Pays de la Méditerranée. Chacun d’entre eux s’exprime dans sa langue,
donnant ainsi à entendre une multitude de voix, d’identité, de cultures.
L’expression poétique étant diverse, le festival n’invite pas que des poètes mais aussi
des artistes, musiciens, chanteurs, conteurs, etc. et le concept semble porter ses fruits :
se créent des échanges improvisés entre poètes, des rencontres improbables ailleurs.
La programmation qui mêle ces diverses interventions privilégie ainsi la spontanéité des
rencontres sur place.
Aujourd'hui, les «Voix de la Méditerranée» sont reconnues par l'ensemble du Monde
méditerranéen comme une manifestation majeure qui - loin de ne constituer qu’un
événement en soi - puise sa force de conviction dans l’identité même de la ville qui
l’accueille.
Une triple identité
> La poésie : Le festival est consacré à la poésie, à la multiplicité de tous les courants
de la poésie contemporaine, vécue comme un voyage poétique pluriel, une rencontre,
sous toutes les formes possibles et qui s'adresse à tous les types de publics.
> La Méditerranée : Le festival est à l’image de Lodève qui a su accueillir plusieurs
générations d’immigrés italiens, espagnols, portugais et magrebhins (Algérie et Maroc).
Il appuie ainsi son concept sur la mixité méditerranéenne de sa population et sur sa
situation géographique, porte ouverte sur le Sud.
66> Les Voix : Le festival des « Voix de la Méditerranée » est aussi, dans la cité
Languedocienne, celui des Voix. Celles, musicales, des langues qui s'entremêlent, qui
s'échangent entre poètes, spectateurs et habitants. Celles des poètes qui, parfois, pour
une fois, rompent l'isolement où ils sont parfois réduits.
Une communion humaine, culturelle et patrimoniale
Investir chaque recoin de ville
> Le festival – qui profite de l’urbanisme et de la taille de la ville qui autorisent un
investissement total de son cœur – met en valeur un des principaux atouts touristiques
de Lodève, la richesse de son patrimoine : cours ouvertes ou closes selon les hôtels
particuliers qui les abritent ; places, larges ou enserrées dans les ruelles tortueuses ;
berges ombragées de ses deux rivières, au pied des ponts anciens ; jardins cachés
derrière les murets de pierre, etc.
> Le festival des « Voix de la Méditerranée » se caractérise ainsi par son aspect festif et
foisonnant : « Entendre, voir, discuter, débattre, écouter, échanger, manger ou boire…
où aller ? La vie est partout ! Des ateliers, des expositions, s'ajoutent aux lectures,
débats, rencontres, performances, siestes musicales et autres originalités essaimées
dans chaque recoin de la ville, à toute heure du jour et de la nuit… »
> Le charme et l’atmosphère poétique de ces lieux, extérieurs pour la plupart, s’accordent
avec ceux des lectures, souvent organisées au pied des maisons, favorisant un déplacement
du quotidien et une redécouverte du patrimoine à la faveur d’une mise en valeur
poétique et sonore.
> Enfin un Marché de la Poésie et du Livre Méditerranéens est organisé pendant le
festival. Plus de 100 éditeurs libraires sont réunis et proposent également de nombreuses
animations.
Favoriser les échanges et créer les connivences
> Le concept des «Voix de la Méditerranée» répond à la volonté des organisateurs de
favoriser la création de liens privilégiés et culturels durables, aussi bien entre les poètes
qu’avec les autres artistes invités, le public, la population locale, pour laisser une place
importante à la dimension humaine de la manifestation.
Voix de la Méditerranée 2005, Lecture au pied du pont roman> L’une des grandes richesses de ce Festival consiste en outre à créer d’autres échanges,
d’autres rencontres : ceux des artistes avec la population locale. D’ailleurs, beaucoup de
Lodévois accueillent, chez eux, nombres de poètes ou d’artistes avec lesquels ils nouent
souvent des amitiés durables.
> Plus d’une centaine de bénévoles dans la population participent à la mise en œuvre du
Festival (accueil, tenue des lieux et spectacles, accueil des poètes et des artistes, etc.)
> Des préparations en amont dans les écoles, les maisons de retraite, etc. complètent
enfin ce dispositif destiné à favoriser l’appropriation du festival par les Lodévois.
D. UNE SAISON CULTURELLE A L’ANNEE
Enfin, forte de ces succès en matière de manifestation culturelle et dans la continuité
du projet de développement culturel à Lodève, la municipalité a soutenu la mise en
place d’une saison culturelle annuelle.
La quatrième édition de cette saison culturelle s’est ouverte en octobre 2005. Elle offre
chaque mois un spectacle de théâtre, de nouveau cirque, de danse, de musique, de
poésie ou de contes, dans le souci de proposer au public des spectacles vivants divers
et originaux, dans trois lieux maintenant bien connus des spectateurs : la salle
Ramadier, la Halle Dardé ou le Jardin de la Mégisserie.
Parallèlement aux actions menées au sein des équipements culturels, des services
éducatifs et des actions de sensibilisation à l’art et la culture ont été mis en place,
notamment pour les enfants scolarisés.
3. SENSIBILISATION ET PEDAGOGIE
A. MUSEE ET PEDAGOGIE
Pour tous les publics
Tout au long de l’année, sont mis en place des dispositifs pédagogiques destinés à
accompagner le public dans sa visite des collections ou des expositions :
> Visites commentées (selon un rythme quotidien et également sur rendez-vous)
> Diffusion dans la salle de vidéos à caractère pédagogique
> Mise en place d’ateliers ou d’animations en liaison avec les associations culturelles ou
sociétés savantes de la ville (G.A.L., Médiathèque, etc.)
Le service éducatif du Musée
Le Musée de Lodève a mis surtout en place un service éducatif qui propose un
programme d’animations pédagogiques pour les jeunes publics autour de la collection
permanente et des expositions temporaires. Ces animations s’adressent aux groupes
scolaires, de la maternelle au secondaire, des établissements de Lodève, de l’Académie
de Montpellier mais aussi des départements ou régions voisins. Ce service accueille plus
de 6 500 élèves par an.
Apprendre à regarder une œuvre, se familiariser avec un artiste et son époque,
découvrir une technique, développer la créativité à travers une pratique artistique et
exprimer les émotions face à une œuvre, telles sont les principaux objectifs de l’équipe
du service éducatif.
68Pour accueillir ces enfants, l’équipe du service éducatif est composée d’un animateur
de musée, et de deux professeurs de l’Education Nationale bénéficiant d’heures
octroyées par le rectorat. Le service peut ainsi proposer tout au long de l'année :
> Des journées pédagogiques et stages de formation pour les enseignants
> Des visites commentées sur rendez-vous
> Des fiches parcours-questionnaire pour la visite des collections permanentes et des
expositions temporaires
> Des ateliers d'art plastique animés par des professionnels
> Une exposition annuelle des travaux réalisés par les enfants dans les ateliers
Les ateliers de la saison culturelle
Enfin, les Affaires Culturelles de la Ville assurent également durant l’année l’organisa-
tion d’ateliers scolaires et tout public mis en place autour des spectacles de la saison
culturelle :
> Rencontre avec les artistes des spectacles proposés
> Ateliers (théâtre, danse, poésie, contes…)
B. LES ACTIONS LECTURE-ECRITURE DE LA MEDIATHEQUE
La découverte du livre et de la lecture
56 % des enfants scolarisés à Lodève sont inscrits individuellement en fin d’année
scolaire à la Médiathèque grâce aux partenariats engagés depuis 1993 avec les écoles
maternelles et primaires, avec l’Institut de Rééducation de Campestre et la crèche
municipale.
47 classes du Lodévois - soit près de 1 000 enfants – se rendent à la Médiathèque, une
fois par mois tout au long de l’année scolaire.
> Par ailleurs, hors cadre scolaire, la Médiathèque propose, un mercredi après midi par
mois, une « Heure du Conte " pour les 3-6 ans ou pour les 6-12 ans. L’accès est gratuit.
En 2005, 567 enfants et 150 parents ont assisté aux prestations des conteurs.
> Dans le même ordre d’idée, des animations pour les publics adultes sont organisées
autour du livre. Spectacles, conférences, lectures, rencontres etc. ont été partagées par
245 personnes en 2005.
> Une émission radiophonique bi-mensuelle de 30 minutes, Livre et Vous, créée en 2001,
propose à deux ou trois invités inscrits à la médiathèque de venir faire découvrir aux audi-
teurs leurs coups de cœur anciens ou récents. Diffusée sur des radios associatives (Radio
Pays d’Hérault, Radio Lodève, Divergences FM, Ciel Bleu (Béziers), Radio Saint-Affrique…),
Médiathèque Municipale, espace enfants Voix de la Méditerranée 2005, Marché du livre méditerranéen