22 pages
Français

Le paradoxe méditerranéen de la Turquie - EEF 356.indb

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le paradoxe méditerranéen de la Turquie - EEF 356.indb

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 50
Langue Français
EE F356.indb   8
Le paradoxe méditerranéen de la Turquie « La Turquie pour la Méditerranée », de l’indifférence à l’ambiguïté
Emel Parlar Dal
Docteur en histoire. L’auteur est chargée de cours dans le département de science politique et relations internationales à l’Université de Marmara. Pour l’année 2010-2011, elle travaille à l’IHEID de Genève en tant que chercheuse post-doctorante.
Malgré l’hstore et la géographe montrant que la Turque semble ben ratta-chée à l’espace médterranéen, la Médterranée reste toujours comme une ague concepton dans la géopoltque magnare turque. Les constats de l’hstoren turc, Edhem Eldem prouent également à quel pont le concept de la Médterra-née est absent dans la conscence géographque, hstorque et culturelle des Turcs : « La Méditerranée est largement absente des visions et représentations que ce pays a de lui-même. Cette absence se note aussi bien au niveau du discours politique que des identifications culturelles, qu’elles soient collectives et inconscientes ou, au contraire, individuelles et inventées. Aucune référence à une identité méditerranéenne, aucune notion d’héritage méditerranéen, aucun passé, aucun présent, aucun futur méditerra-néens ne viennent troubler les grandes lignes des perceptions identitaires turques et des représentations qui les accompagnent. » 1
Malgré l’absence de la Médterranée dans la conscence hstorque, culturelle et géographque des Turcs, ceu-c ont prs place, dès son lancement en 1995 dans le processus de Barcelone ou Partenarat euro-médterranéen (PEM) qu aat pour objectf de créer un ensemble régonal ntégré auquel partcperaent tous les pays membres de l’UE et les pays partenares médterranéens (PPM) en y
1. Edhem Eldem, « La Médterranée et la Turque : une quête stérle ? », Ferde Ççekoğlu et Edhem Eldem (eds.), La Méditerranée turque, Pars, Masonneue&Larose, 2000, p. 27. L’Europe en formation nº 356 été 2010
704/08/10   15:49
EEF 356.indb   8
88 Emel Parlar Dal
nstaurant une « zone euro-médterranéenne de pa, de stablté et de sécurté 2 ». Treze ans après son lancement en 1995, le PEM qu comportat une certane am-bguïté s-à-s de ses objectfs et des résultats obtenus, a été absorbé le 13 mars 2008 par une nouelle ntate européenne nommée « Processus de Barcelone : Unon pour la Médterranée » ou « Barcelone plus ». La Turque, pays d’ecepton du PEM parm les douze autres PPM, qu est le seul canddat à l’Unon euro-péenne (UE), a longtemps consdéré le PEM comme un « processus suspect » oué à la dstrare de son chemnement ers l’Europe. Rétcente au lancement par l’UE d’une poltque médterranéenne à part entère auss ambteuse que celle du PEM, la Turque a prs sa place dans cette ntate qu’elle a consdérée au départ comme un dalogue euro-arabe daantage qu un dalogue euro-médterranéen. La passté turque au sen du PEM a donc commencé à lasser la place à un relatf actsme au cours des premères années suant son lancement et ensute à un certan soulagement en 1999, date où le statut de canddat à l’UE a été octroyé à la Turque. Cependant, le soulagement turc, après 1999 n’a pas duré longtemps. Aec la montée des oppostons séères au sen de l’UE dès 2004 à l’égard d’une éentuelle adhéson de la Turque à l’UE, cette dernère a préféré adopter une approche relatement dstancée à l’égard du PEM sans néglger ses engagements poltques, économques et poltques estants préus par celu-c. L’eceptonnalsme du cas « turc » au sen du PEM a auss contrbué à l’éo-luton des relatons entre la Turque et les autres pays partenares du PEM d’une façon très asymétrque. De plus, l’nestence dans l’nconscent collectf turc d’une dentté médterranéenne précse et forte auss ben qu’« européenne » sus -cte également une certane confuson et cela éte à la dplomate turque de jouer un rôle actf dans l’espace médterranéen. L’engagement des Turcs dans les affares médterranéennes dépend daantage de la fonctonnalté de cette régon en termes de gans d’ordre dplomatque et économque. À cet égard, le projet de l’Unon pour la Médterranée (UpM) lancé à l’n-tate du présdent franças Ncolas Sarkozy en 2007 a été accuell au départ aec suspcon par les mleu poltques turcs qu l’ont consdéré comme une manœure françase pour tenr leur pays hors de l’Europe en proposant une al-ternate à son éentuelle adhéson à l’UE. Peu après, tout en mantenant leurs rétcences premères, les Turcs ont décdé de profi ter de cette ntate françase conformément à leurs calculs dplomatques. En quo la Médterranée « turque » este-elle ? Quelle est la place de la Médterranée dans l’magnare géopoltque turc ? La Médterranée consttue-t-elle, pour les Turcs une rae rupture dent-tare et hstorque ? Quel est le len entre le de « médterranéen » dans l’ncons-cent collectf turc et l’ndff érence de la Turque à tout projet européen concer-
edterranean partnershp. Dspon ttp://europa.eu/leg _ 2. Barcelona Declaraton and Euro-M ble sur : h slaton summares/eternal_relatons/relatons _wth thrd_countres (consulté le 19.01.2010)
L’Europe en formation nº 356 été 2010
8400//801  1 :594