Microsoft Word - Document7
6 pages
Français

Microsoft Word - Document7

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière : philosophie
LE POSITIVISME Le terme positivisme désigne un ensemble de courants qui dérivent principalement de la pensée d'Auguste Comte : au départ, le positivisme scientifique d'Auguste Comte (1798-1857), développé de 1830 à 1845, l'évolution du positivisme d'Auguste Comte vers une forme religieuse, avec sa religion de l'humanité (1847-1857), le positivisme juridique, le positivisme logique fondé dans les années 1920 par le Cercle de Vienne, certains courants du positivisme anglais qui dérivent de l'altruisme comtien, enfin le néopositivisme contemporain.
  • relations en société sur la base de lois scientifiques
  • principe de démarcation entre le sens
  • origine de la loi sur le service militaire
  • lois sur l'enseignement primaire
  • positivisme
  • côté de la loi d'attraction
  • sociétés positivistes
  • société positiviste
  • comtesse
  • comte
  • philosophie
  • théories
  • théorie

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 61
Langue Français
 LEPOSITIVISME Le termepositivismedésigne un ensemble de courants qui dérivent principalement de la pensée d'Auguste Comte:
au départ, le positivisme scientifique d'Auguste Comte(17981857), développé de 1830 à 1845, l'évolution du positivisme d'Auguste Comte vers une forme "religieuse", avec sa "reli ion"de l'humanité (18471857), leositivisme uridi ue, leositivisme loi uear lefondé dans les années 1920Cercle de Vienne, certains courants du positivisme anglais qui dérivent de l'altruismecomtien, Le positivisme a fortement marqué la plupart desenfin le néopositivisme contemporain. domaines de la pensée occidentale, y compris dans le monde anglosaxon.
Même si la plupart des philosophes contemporains considère le positivisme comme dépassé, il n'en resteas moinsu'un certain esrit ositivistesubsiste à travers certaines formes de pensées, et que les structures qu'il a contribué à mettre en place en sont fortement marquées.
Origines [modifier]
Nicolas de CondorcetLes idées dupositivismeleur source dans certaines formulations de uisentd'Alembertet Tur ot, ainsiue arleurs amis et élèvesLa ran eetCondorcet. On cherchait en effet dès la e deuxième moitié du XVIIIsiècleleli uerà exro rèsrit humain (Condorcet)ar lede l'es développement des "sciences positives" (mathématiques,physique,chimie,...). Le courant hiloso hi uedu ositivismecommen aà se structurer en France dans laremière moitié du e XIXsièclear SaintSimon (. Ce terme futro a éClaude Henri de Rouvro, comte de SaintSimonularisé ene o) et encore davantahiloso hie arComteAu uste, uitravailla étroitement avec SaintSimon, dont il fut le secrétaire de1817à1824. Grandes étapes historiques [modifier]
Positivisme scientifique d'Auguste Comte [modifier]
Auguste ComteArticle détaillé :ComteAu uste. Lepositivisme scientifique d'Auguste Comteaffirme ue l'esrit scientifiue va,ar une loi inexorable duro rèsde l'es rithumain, aeléeloi des trois états, remlacer lescro ancesthéolo i ueslicationsou les exsi uesméta h. positivisme scientifiquecorrespond auCours de philosophie positive, écrit de1830à1842, avec laloi des trois états. En devenant « positif », l'esprit renoncerait à la question « ouruoi ? », c'estàdire à chercher lescauses premièresdes choses. Il se limiterait au « comment », c'estàdire à la formulation des lois de la nature, exrimées en lana e mathématique, en dégageant, par le moyen d'observations et d'expériences répétées, les relations constantes qui unissent les phénomènes, et permettent d'expliquerla réalité des faits.
Ernest Renan,Ernst Mach, parmi bien d'autres, ont repris une approche très voisine.
Positivisme religieux d'Auguste Comte[modifier]Article détaillé :É liseositiviste.
Lepositivisme"religieux", correspond à une deuxième phase de la pensée d'Auguste Comte, assez différente de laremière. Dans cetteériode, laensée de Comte dérive vers uneensée nouveaureli ieuse(de l'humanitéreli ion) fondée sur une sorte de culte des morts : Comte est le "grandprêtre" de l'humanité, la société est dirigée par les scientifiques, l'Humanité est unGrandÊtre... C'est une théorie qui établit des relations en société sur la base de lois scientifi ueset techniues, censées aorter l'ordre, lero rès, l'amour au sens de l'altruisme(amour énéraliséà desrou eshumains luslar esue l'union des sexes). Elle fait abstraction de la recherche sur le sens de la vie, les oriines et lesfinsde l'Homme, le bonheur... SelonCa urroRa uel, leositivisme trouve sa source dans une forme deculte de la Raison, qui eut lieu pendant laRévolution françaiseen17931794.
Positivisme juridique Article détaillé :ositivisme uridi ueest une doctrineuridi ue. Leositivisme uridi ue dans laquelle ledroitse réduit audroit positiftel qu'il est décrit dans les codes. Le principal re résentantde ce courant est l'AutrichienHans Kelsen(18811973), auteur de la constitution de l'Autriche en1920. Hans Kelsen s'est inspiré dusystème de politique positived'Auguste Comteourhiloso hiede Comte)hase dite "reliieuse" de la(ouvra eécrit dans la élaborer une théorie de lapyramide des normes, encore appeléenormativisme. Le positivisme uridi ueexclut toute référence à un «droit naturelosées dans». Ces thèses sont exla Théorie pure du droitdeHans Kelsen. Ledroit ositifest, d'ailleurs, un des fondements de ce queHans Kelsena pu appeler l'État de droit.
Positivisme logiquePositivisme logique (ou empirisme logique, néo positivisme, empirisme rationnel) Article détaillé :Positivisme loi ue.
Critique du néopositivisme
Dans le contexte de la philosophie contemporaine dominée par le courant phénoménologique, on assimile leositivisme et lescientismeositivisme » une théorieelle « néo. On aui est [réf. nécessaire] un pur et simplescientisme.
[réf. nécessaire] Le néoositivisme n’a conservé duositivisme oriinel uele recours aux faits comme principe de démarcation entre le sens et le nonsens. Le néopositivisme n’exploite ce rinci eue ourdis ualifiertoute séculation uin’est asréductible à un raisonnement formalisable, c’estàdire toute philosophie appelée de façon méprisante «métaphysique». [réf. nécessaire][réf. nécessaire] Le aradoxeest u'aucontraire ,ourComteAu uste, la fin de la métaphysiquesignifiait, à une époque où la philosophie était encore enfermée dans des schémas préétablis, la libération des possibilités spéculatives de laphilosophie. Selon l'enc cli ueFides et Ratiote de la, dans le contexte actuel, larise en comméta h si uene nuit asà la séculation hilosohi ue,en vue de la recherche de sens,our tout ceui concerne les sciences de la vie notamment.
Domaines influencés par le positivisme
e Le positivisme a exercé une influence considérable dans la deuxième moitié du XIXsiècleet jusqu'à laSeconde Guerre mondiale.Médecine
La médecine a été chronologiquement le premier domaine influencé par le positivisme, à travers des personnalités comme :
le docteur Robinet, Pierre Laffitte(18231903), "converti" en1845, qui prit la tête de l'"Église positiviste" (société ositiviste),a rèsla mort d'ComteAu uste, Claude Bernard, médecin et physiologiste français ; C'est par la médecine que l'influence s'est transmise à l'Amérique latine.
Philosophie
L'influence d'Auguste Comte s'est transmise à :
Ernest Renanaiset historien franhilolo uehiloso he,, écrivain,[1]Hippolyte Tainephilosophe et historien ; endant l'entredeuxuerres dans leCercle de Vienne(i ueositivisme lo) et se fait sentir de nos jours dans le néopositivisme contemporain, qui est une forme de scientisme.
Enseignement]
Les lois sur l'enseinement rimairedeJules Ferr(28 mars1882irées du) se sont ins ositivisme.Marcellin Berthelotrit ositivisteintroduisit l'esnement secondairedans l'ensei lorsqu'il fut ministre de l'instruction publique (18861887).
DroitL'influence a été très forte sur ledroit, à travers le mouvement du positivisme juridique:
Théories dunormativismeet de l'Étatde droit deHans Kelsen, uia donné ledroit ositiffrançais, Théorie de l'Étatde service deLéon Duguit.
Littérature,fictionetlinguistique
Auguste Comte a influencé :
Jules Vernequi, dansLes voyages extraordinaires(54 volumes), publiés par sonéditeurPierreJules Hetzel, a donné une certaine vision dumondeà lajeunessede cette époque. Émile Littréais, auteur d'un dictionnaire., hiloloue et médecin fran Lin uisti ue: les mots "altruisme", "s ner ieLe motine ositiviste.", sont d'ori "sociologie" a été inventé parSieyèset non par Auguste Comte, qui l'a seulement popularisé. Émile Zolaexpose dansLe roman expérimentalsa volonté d'étendre les idées deClaude Bernardavec la médecine le fait d'être encore considéréarta eui selon luiau roman, comme un art alors qu'il faudrait le pratiquer comme une science. ÉconomieMélangée avec d'autresidéologies, l'influence s'est manifestée aussi dans l'économie(conjuguée avec lesaintsimonisme).John Stuart Mill, économiste anglais, fut séduit par les idées de Comte, mais s'en détourna vers1842). Sociolo ieComteAu usterécurseurs de laest souvent considéré en France comme l'un des sociolo iear. En fait, le terme de socioloie fut crééSie èshénomènes, et l'étude des sociaux était antérieure à Comte (voirsociolo ieue, dansas moins vrai). Il n'en reste l'évolution de la pensée occidentale des deux derniers siècles, le positivisme de Comte a influencé des socioloues commeÉmile Durkheim, ouHerbert Sencerlais).(utilitarisme an Pour expliquer la psychologie de l'Homme,Auguste Comtecrée une Triade basé sur les principes d'action de l'Homme : la race (l'atavisme), le milieu social, le moment l'époque. e PolitiqueSurtout à partir de la deuxième moitié du XIXsiècle:e Les mouvements socialistes au XIXsiècleont été marués arle ositivisme.Claude Allègre, dans sondictionnaire amoureux de la science, note queJean Jaurès, sans doute marqué par son époque, aurait assisté aux banquets dits républicains de la "secte" positiviste ;
leénéral Andréine de la loi sur le, à l'oriservice militairede1905, imli uédans l'affaire des fichesositiviste eté la société, a côtouration de la statuerésidé l'inau d'Auguste Comteplace de la Sorbonne en1902. Charles Maurrasde l'et lusieurs ersonnalitésAction franaisearont été influencés le ositivisme.PrévotatJac uesdansran aiseues et l'Actionles catholiindi ueue Charles Maurras a eu une "nuit d'extase" après la lecture de laSynthèse subjectived'Auguste Comte. Extension géographique Monde anglosaxon L'influence s'est fait sentir sous la forme du positivisme anglais, dans certaines formes d'altruisme, uià traversJohn Stuart Millnent les théories utilitaristesre oi deJerem Bentham.Herbert Sencerositiviste. Lesa aussi subi l'influenceÉtatsUnisont été influencés à travers le positivisme anglais. Amérique latineEnAmérique latine,Raquel Capurronote que ce sont des médecins qui ont apporté lepositivismeà travers les mouvements révolutionnaires qui se sont produits sur ce continent auBrésil, enAr entine, enUru ua, où existent des temles ositivistes.Le ositivisme aris une forme scientifiue ou "reliieuse" selon les cas. La devise «Ordre et progrès» figure sur ledrapeau brésilien(Ordem e progresso), elle atteste de la forte influence e qu'a eue le positivisme enAmérique latinedès la fin du XIXsiècle(voir aussiRaquel Capurro). En1903, l'É liseositivisteenne à Paris, où sedu Brésil achète l'immeuble de la rue Pa trouve la maison de Clotilde de Vaux, et transforme l'appartement de Clotilde en "résumé culturel de la reliion de l'humanité". Auremier étae, oneut visiter une chaelle de l'humanité, reproduction conforme à échelle réduite du plan de temple de l'Humanité qu'avait conçu Comte.
Le positivisme aujourd'hui
Note sur l'esprit de la recherche scientifique Les thèses développées par Comte vers le milieu e du XIXsièclene sont plus vraiment applicables à la recherche scientifique de ces dernières décennies. Les avancées de la recherche ont euour effet de trouver de nouvelles exlications (le « pourquoi ») de différents phénomènes :
la déviation duérihélieasser à côté de laui nous aurait faitde Mercure (ceRelativité énérale), ues aant conduit à la découverte d'd'autres corrections de tra ectoires astronomiUranus, Ne tuneetPluton, la loi de Kepler, ce qui aurait fait passer à côté de laloi d'attractionde Newton.
La théorie duBig Bangpose la question de lacause première: si celuici a eu lieu, il ne peut par définition avoir decause, mais cela n'implique pas pour autant qu'on ne puisse pas lui
trouver uneraison(voirontolo ieles d'un trianle en), de mêmeue la somme des an éométrie euclidienne a uneraisonro rementsans avoir àarler decausechronologiquement. Une insatisfaction créée par lamécanique quantiquechez les physiciens vient récisémentdu faitue nous disosons de tous les moens derédire lecommentsans avoir de modèle nous suérant lepour uoih si uesous acent. Il en va de mêmeour la des articules( our uoices chares et masses dearticules etas d'autres ? Pouruoi ces quarkslà et pas d'autres ? Pourquoi ces constantes universelles et pas d'autres ? Pourquoi ces lois de la physique et pas d'autres ?). Refuser d'envisager ces questions serait mettre fin au rocessus de recherche enh si ue,ainsi u'àune chance d'assouvir la trèsrande curiosité humaine en ce domaine. Ce serait aussi le moen assuré de n'enamais trouver les réonses, si réponses il y a.
L'essor desnitivessciences cou'à une certaineeffet de montrerailleurs oura ar granulation il n'y a plus entre lepourquoiet lecommentdeséparabilitéaussi nette que celle qu'on y voyait autrefois (voirautopoièse).
ConséquencesLes deux sens (scientifique et religieux) ont en commun de refuser la théologieet lamétaphysiquedans une explication scientifique. Celleci doit reposer uniquement :
sur des faits du monde physique et matériel complétés d'un processus rationnel d'inductionsur des conséquences des mathématiques, et en particulier de la logique.
Latéléologiepropre à l'éthique d'Aristote est brouillée.
Position de quelques contemporains
Christian de Perthuis, dans la conclusion de son livre "La Génération future atelle un avenir ?", montre que les certitudes scientifiques introduites par le positivisme n'ont plus de valeur aujourd'hui. AronRa mond, arès une étude auste Comte, alètes d'Aurofondie des oeuvres com constaté uecette hilosohie est déassée ; sade l'histoirehiloso hies'écarte du positivisme. Laphilosophie de l'histoireest la branche de laphilosophiequi s'attache à réfléchir sur le sens et sur les finalités du devenirhistorique. On peut schématiquement distin uerdeux écoles deensée, l'uneui nie toute idée definalitéou dedéterminationen affirmant la foncière absurdité de l'histoire, fruit duhasardet de l'im révuui, et l'autre affirme au contraireu'elle obéit à un dessein, dont la réalisationtéléolo i ueen caractérise la signification. 1 L'expression apparaît en français d'abord chezVoltaire, puis elle est reprise dans le titre de la 2 traduction libreueJules Micheletdonne de laScience nouvelledeVicoJeanBa tiste, et elle devient un concept universitaire avec la diffusion en France des oeuvres deHegel.