Microsoft Word - Dok5.doc

Microsoft Word - Dok5.doc

-

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • mémoire - matière potentielle : spirituelle
  • exposé
1 TROIS EXPOSÉS Sommaire Page Préface ................................................................................................... 1 1. La réalité étendue .................................................................................. 2 2. Le sens de la vie sur Terre ..................................................................... 8 3. L'animosité croissante contre l'Église ................................................. 14 Préface Le public danois a accès à ces trois exposés depuis pratiquement vingt ans. Suite au développement d'Internet, j'ai souhaité les rendre accessibles au monde entier. Ces exposés vous éclaireront sur une réalité dont les perspectives vont au-delà de la mort.
  • particules de l'obscurité
  • corps astral
  • relation directe
  • monde terrestre
  • monde spirituel
  • vie sur terre
  • vie de la terre
  • particules
  • particule
  • réalité
  • réalités
  • corps humains
  • corps humain

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 48
Langue Français
Signaler un problème

1


TROIS EXPOSÉS







Sommaire

Page

Préface ................................................................................................... 1

1. La réalité étendue .................................................................................. 2

2. Le sens de la vie sur Terre ..................................................................... 8

3. L’animosité croissante contre l’Église ................................................. 14






Préface

Le public danois a accès à ces trois exposés depuis pratiquement vingt
ans. Suite au développement d’Internet, j’ai souhaité les rendre accessibles
au monde entier. Ces exposés vous éclaireront sur une réalité dont les
perspectives vont au-delà de la mort. Par ailleurs, ces trois exposés
constituent une confrontation avec des idées qu’un nombre croissant de
personnes sont aujourd’hui préparées à voir sous un jour nouveau. Ces trois
exposés peuvent être utilisés pour une étude privée, mais ils pourront
également faire office de matériel de base pour des groupes d’étude
souhaitant débattre de leur contenu.


Jan Erhardt Jensen

Décembre 2006
2






l. LA RÉALITÉ ÉTENDUE


En matière de spiritualité, nombreux sont ceux qui ne reconnaissent que
ce qu’ils peuvent percevoir avec leurs organes sensoriels humains. Si nous
nous penchons sur le règne animal, nous voyons que nombre d’animaux
peuvent percevoir des parties de la réalité qui nous échappent. Les chauves-
souris s’orientent en utilisant des sons inaudibles à l’oreille humaine, les
insectes peuvent voir des couleurs que nous ne pouvons pas distinguer, et
les pigeons voyageurs et oiseaux migrateurs trouvent leur chemin grâce à
des sens que les humains ne possèdent pas.
Il est dès lors tout naturel de se poser la question de savoir si nous
sommes capables de percevoir toute la réalité avec nos organes sensoriels
humains ou si nous ne pouvons en percevoir qu’une petite partie. La réalité,
tout bien considéré, est-elle bien plus vaste que ce que nous, humains,
pouvons percevoir, et notre perception sensorielle insuffisante constitue-t-
elle un obstacle à une réalisation plus grande et meilleure ?
Pour débattre de la réalité, il importe avant tout de se mettre d’accord sur
la définition de ce terme. À ce sujet, la plupart des gens pourront accepter
le point de vue selon lequel la réalité peut être définie comme un ensemble
constitué ou composé de particules.
Pour nous baser sur cette simple définition, nous devons également nous
familiariser dans le détail avec les types de particules existantes. À ce
propos, il faut comprendre que la vérité à propos de la réalité, c’est
l’information qui décrit correctement la réalité définie.

La Grèce antique a vu naître l’idée que toute matière était constituée
d’atomes et que ces particules étaient en fait les éléments constitutifs les
plus petits. Le terme « atome » est lui-même grec et signifie « indivisible »,
et durant des millénaires, les philosophes ont soutenu cette théorie parce
qu’elle reposait sur une conception simple et logique.
Vers la Renaissance est apparue une science basée sur la recherche
expérimentale, où des essais devaient prouver si une théorie était correcte
ou non. La physique et la chimie prirent progressivement forme, et la
théorie concernant les atomes fournit une explication à un grand nombre
d’expériences réalisées par les scientifiques de cette époque.
3

Bien qu’ils ne pussent pas fournir une image directe des particules
pouvant être vue par l’œil humain, ces essais et ces expériences laissèrent
toutefois penser qu’il existait vraisemblablement plusieurs types de
particules aux propriétés différentes.
Au fur et à mesure de ses progrès, la science présenta une conception
meilleure et plus satisfaisante d’un système de particules, pouvant toujours
être classées systématiquement en fonction de leurs propriétés. Graduelle-
ment, il devint possible de démontrer l’existence des atomes manquants,
dont on pouvait supposer qu’ils existaient. Il fut dès lors implicitement
admis que cette combinaison d’expériences et de théorie prouvait l’exi-
stence de toutes les particules dont pouvait être constituée la matière.

eLes nouveaux progrès de la physique atomique au cours du 20 siècle
ont permis de découvrir que la théorie selon laquelle l’atome est indivi-
sible, comme son nom l’indique, était incorrecte. Il était donc possible de
scinder certains atomes en particules plus petites, comme on le fait dans les
centrales nucléaires, et la théorie soutenue à travers des millénaires dut
faire place à une nouvelle prise de conscience.
La théorie selon laquelle l’atome est la particule la plus petite dont la
matière peut être constituée reçut également un coup fatal lorsque la
physique atomique développa des équipements de mesure plus sophi-
stiqués, permettant de démontrer l’existence de particules bien plus petites
que l’atome.
Cette dernière prise de conscience a fortement affaibli notre conception
de la réalité si l’on soutient la définition selon laquelle la réalité est consti-
tuée de particules.
Étant donné que la connaissance scientifique des particules dépend
entièrement de ce que les équipements de mesure scientifiques peuvent
démontrer, la science ne peut exclure l’existence de particules encore plus
petites que celles dont il a été possible de démontrer l’existence par voie
expérimentale.
Bien entendu, les très petites particules que la science a récemment
découvertes ont toujours existé et elles constituent donc une partie de la
réalité, qui échappait auparavant à la connaissance scientifique. Notre
conscience de la réalité est donc limitée lorsque nous humains lions notre
perception à une science qui est limitée par les instruments de mesure
terrestres.
Le savoir concernant une réalité plus vaste, dont je vais parler dans ce
premier exposé et dans les deux suivants, m’est venu du monde spirituel
par télépathie directe ou inspiration. Par conséquent, le savoir présenté
n’est pas sujet aux limitations que connaissent les sciences terrestres.
4

Les particules que nous appelons des atomes sont les plus grandes
particules trouvées dans l’Univers. Les atomes constituent toute la matière
visible dans le monde terrestre, et leurs différentes propriétés occupent
depuis longtemps les scientifiques.
Pour se faire une idée de la petitesse de ces particules, nous pouvons
formuler l’hypothèse intellectuelle suivante : si les particules composant
notre corps humain étaient pressées à un point tel qu’elles se touchent les
unes les autres, toutes les particules de notre corps prendraient si peu de
place qu’elles ne seraient même pas visibles à l’aide d’une loupe. Bien
entendu, malgré ce faible volume, le poids des particules compressées
serait toujours le même que dans leur état d’origine, lorsqu’elles rem-
plissaient notre corps humain.
Cette hypothèse nous montre deux choses. Premièrement : les particules
terrestres sont petites à un degré inconcevable. Deuxièmement : la distance
relative entre elles, dans leur position normale, est extrêmement grande.
D’un point de vue spirituel, la matière terrestre est donc extrêmement
diffuse, étant donné que les particules terrestres sont extrêmement petites et
que la distance relative entre elles est incroyablement grande.

Ce qui est composé de divers atomes est fixé lors de la création par des
forces ou des liens entre chacun des atomes. Toutefois, une caractéristique
importante des atomes est que les liens qui les unissent sont très instables,
ce qui signifie qu’un nombre croissant d’entre eux se brise.
Cette instabilité dans les liens entraîne la détérioration progressive de la
création, visible sous la forme du vieillissement. Le vieillissement est donc
un signe de la disparition d’un nombre toujours plus grand de liens
originaux entre les atomes, là où la création se désintègre graduellement.
Si nous appliquons ce principe à la vie organique, cela signifie que les
organes, en conséquence du vieillissement progressif, remplissent de moins
en moins bien la fonction pour laquelle ils sont conçus.
Si nous considérons le résultat final, qui provoque alors la mort, ce
phénomène est, par conséquent, en relation directe avec un manque de
qualité dans les liens entre les atomes. Si ces liens étaient absolument
stables, notre corps humain ne vieillirait pas, et la mort ne constituerait pas
la fin de notre existence terrestre.

Dans le monde terrestre, il existe de nombreuses particules plus petites
que l’atome, qui échappent à toute mesure par des instruments terrestres.
Dans le monde spirituel, les atomes et les particules terrestres plus petites
sont appelés « particules de l’Obscurité ».
Les plus petites des particules de l’Obscurité constituent un groupe
individuel, ou un système de particules appelées « particules spirituelles de
5

l’Obscurité ». Ces particules existent en divers ordres de magnitude,
chacune émettant une force spirituelle d’Obscurité propre à cette taille de
particules.
Ces forces spirituelles de l’Obscurité ne peuvent pas non plus être
mesurées par des instruments de mesure terrestres, mais elles peuvent
souvent être senties ou ressenties par notre pensée et notre volonté comme
des influences déplaisantes qui essaient de pousser notre pensée à produire
des images mentales qui ne correspondent pas à la réalité, et dont le but est
d’inciter notre volonté à réaliser des actions négatives.
Un type de ces forces spirituelles, par exemple, cherche à provoquer la
jalousie, un autre cherche à provoquer le vandalisme, et ainsi de suite.
Chaque force spirituelle de l’Obscurité pousse à des activités négatives
connues auxquelles de nombreuses personnes succombent.

Les particules de l’Obscurité ne sont pas les seules particules que l’on
trouve dans l’Univers. Il existe des particules bien plus petites que les
particules de l’Obscurité, et il est donc évident que l’existence de ces
particules incroyablement petites et légères ne peut être démontrée par des
instruments terrestres.
Dans le monde spirituel, ces particules bien plus petites que les
particules de l’Obscurité sont appelées les particules de la Lumière. Ces
particules de la Lumière ne souffrent pas d’un manque de qualité, et les
liens qui les unissent sont par conséquent absolument stables.
Comme le monde spirituel n’est pas composé de particules de
l’Obscurité, mais exclusivement de particules de la Lumière, bien plus
petites, ce qui appartient au monde spirituel n’est pas soumis au
vieillissement, mais jouit de la vie éternelle.
Dès lors, lorsque nous envisageons le monde spirituel, nous devons être
tout à fait conscients qu’il diffère fondamentalement du monde terrestre en
ce sens qu’il est composé de particules d’une taille et d’une qualité
complètement différentes de celles que nous connaissons dans le monde
terrestre. La supposition de nombreuses personnes selon laquelle le monde
spirituel correspond au monde terrestre est erronée, puisqu’il s’agit de deux
mondes totalement différents, composés de matières entièrement diffé-
rentes.
Si nous revenons à notre première définition de la réalité, nous voyons
que le monde spirituel constitue lui aussi une part physique de la réalité,
puisqu’il est également composé de particules, même si celles-ci sont bien
plus petites que celles du monde terrestre.
Dès lors, le fait que nous ne puissions pas observer ou ressentir le
monde spirituel avec nos organes sensoriels humains n’est, bien entendu,
pas suffisant pour rejeter l’existence de ce monde. Toutefois, l’absence de
6

sensation nous indique que notre gamme sensorielle humaine n’est pas
suffisamment développée pour nous permettre de reconnaître le monde
spirituel par ce biais.
Comme le monde spirituel ne peut pas être reconnu par les organes
sensoriels humains, la question de son existence sera, à tout le moins pour
la grande majorité d’entre nous, une question de foi, puisque très peu de
personnes possèdent les facultés mentales permettant de confirmer
l’existence du monde spirituel.
Pour la plupart des gens, donc, la question sera de savoir s’ils croiront ou
non aux expériences qu’ont vécues les élus. S’agissant de l’existence du
monde spirituel, la foi constitue dès lors une condition sine qua non
puisque ces personnes doivent fonder leur attitude sur des hypothèses qui
ne peuvent pas être vérifiées par les lois de la physique.

Si nous nous tournons vers les personnes relativement peu nombreuses
qui ont vécu des expériences spirituelles, celles-ci parlent souvent d’une
intelligence spirituelle, où Dieu est l’Individu central et où il existe une vie
après la mort. Les individus cherchant un sens à la vie se tourneront
souvent vers les religions proposées à l’endroit où ils se trouvent. Souvent,
les choix offerts ne sont pas satisfaisants et, par conséquent, l’individu en
quête se tournera vers d’autres propositions dans l’espoir de trouver des
réponses à ses questions.
De nos jours, nous voyons justement que de nombreuses personnes
s’éloignent des anciennes idées religieuses parce que celles-ci ne répondent
pas à leur recherche de la vérité. Ces anciennes religions ne peuvent pas
satisfaire leur besoin de trouver une signification profonde à la vie sur
Terre. Pour que ces personnes puissent trouver ce qu’elles cherchent, elles
doivent trouver précisément ces vérités qui seront en parfaite harmonie
avec leur propre intuition.
Cette nouvelle piété qui dérange de plus en plus l’Église indique donc
que les anciennes religions établies sont en conflit avec l’intuition de ces
personnes. Par conséquent, il est tout à fait naturel que ces dernières se
détournent de ce qui est offert par l’Église pour partir à la recherche
d’autres options.
L’Église définit souvent ces personnes comme des athées, parce qu’elles
ne souscrivent pas à l’interprétation que l’Église propose du monde
spirituel. Une telle conclusion à propos de l’attitude de ces personnes n’est
pas forcément correcte, puisque des individus ayant une religion différente
peuvent également entretenir une relation chaleureuse et sincère avec Dieu.
Bien entendu, il est vrai que les opposants de l’Église comptent des
athées. Dès lors, on pourrait se poser la question de savoir pourquoi ces
personnes choisissent d’être athées. La réponse est que les athées sont des
7

personnes qui ont une raison évidente de ne pas vouloir rejoindre une
religion ou une autre.
On remarque souvent que les gens adoptent la religion dominante du
lieu où ils sont nés et ont été élevés. Certaines personnes, toutefois,
estiment que les choix religieux proposés dans le lieu en question ne sont
pas satisfaisants. Une telle attitude révèle une conscience basée sur une
réflexion personnelle relative aux possibilités religieuses présentées à la
personne concernée.
Il convient de souligner qu’une telle attitude peut être tout aussi correcte
(et même plus correcte dans bien des cas) que l’attitude des personnes très
pieuses. Cela ne doit pas être compris comme un jugement de l’être
humain, mais uniquement comme un jugement de l’opinion et de la foi de
cette personne.
Grâce à son émancipation, l’athée n’est pas lié par des dogmes religieux
qui pourraient être incorrects, et auxquels la personne profondément pieuse
est, elle, tenue. L’athée souhaite trouver ces véritables valeurs spirituelles
qui, en tous points, sont en harmonie avec les pensées et les sentiments
auxquels cette personne est arrivée dans son développement. Souvent, ces
pensées seront clairement logiques, mais elles manqueront à un certain
point d’une implication émotionnelle. Toute décision prise, dès lors, devrait
être basée sur une recherche consciente de la réalité, qui implique en même
temps le cœur.
Ceux qui recherchent la vérité sans sentiments sont privés de l’amour qui
est tellement nécessaire pour permettre à la personnalité de se développer
en une personne harmonieuse, complète. L’amour doit être la force motrice
qui garde vif l’effort conscient visant à atteindre une conscience jamais
égalée, et qui est nécessaire à tout être humain pour atteindre les grands
buts vers lesquels Dieu souhaite voir tendre toute âme humaine. L’amour
est ce qui est de plus important. Sans amour, cet effort est froid et exempt
de la joie qui devrait remplir chaque âme.

*









8








2. LE SENS DE LA VIE SUR TERRE


Dans mon premier exposé, j’ai abordé la question de la réalité. J’ai
expliqué que la réalité est composée de particules et qu’il existe des
particules de Lumière qui sont bien plus petites que les particules terrestres
d’Obscurité. J’ai dit que le monde spirituel était lui aussi réel puisqu’il est
constitué de particules de Lumière, bien plus petites, qui sont absolument
stables et ne sont dès lors pas sujettes au vieillissement.
Dans ce deuxième exposé, je vais aborder l’idée que la vie sur Terre a un
sens et que ce sens est lié au monde spirituel et à la vie après la mort.

Comme il existe un monde spirituel, tous les êtres humains ont un corps
astral, un corps astral avec un cerveau spirituel, qui renferme notre pensée
et notre volonté divines ainsi que notre mémoire spirituelle.
Lorsque nous vivons sur Terre, ce corps astral, qui dans ces conditions
peut également être appelé l’âme, est adapté de façon à permettre un
rattachement à notre corps humain. Durant l’incarnation, le cerveau
spirituel peut reprendre les commandes du cerveau humain, sous la forme
d’actions conscientes, lorsque la volonté décide d’interférer.
Ce corps astral est soumis à de nombreuses limitations durant
l’incarnation. Par exemple, nous n’avons pas accès au savoir qui se trouve
dans notre mémoire spirituelle et qui nous vient de la période précédant
l’incarnation. De même, les organes sensoriels spirituels ne peuvent
normalement pas fonctionner durant l’incarnation, de sorte que toute
perception sensorielle est limitée aux possibilités offertes par les organes
sensoriels humains.
Toutefois, ces limitations ont des exceptions. Par exemple, il arrive chez
certaines personnes que quelques particules de Lumière du corps astral se
rassemblent dans des organes sensoriels plus ou moins utiles, permettant à
ces personnes de voir ou d’entendre avec des yeux ou des oreilles
spirituels. Ces personnes douées du don de double vue ou de double ouïe
peuvent souvent faire office de médiums pour le monde spirituel et ainsi
confirmer l’existence de ce monde.
9

Certaines personnes présentent, à un degré plus élevé que les autres, la
capacité de recevoir des pensées venant du monde spirituel. Elles sont donc
capables de recevoir des pensées qui ne sont pas les leurs, mais qui
proviennent d’une intelligence spirituelle et qu’elles reçoivent par transfert
direct des pensées ou par télépathie. Ces personnes disposent alors de
capacités spéciales pour transmettre un savoir ou des compétences venant
du monde spirituel qui peuvent, par exemple, concerner des matières
spirituelles, l’art, la musique, la science, etc., et dont elles affirment
souvent clairement qu’elles les ont reçus de l’extérieur par inspiration.
Que ces médiums puissent voir, entendre ou recevoir des pensées par
inspiration, ils sont souvent accueillis avec méfiance par les autres qui ne
disposent pas des mêmes pouvoirs et qui se montrent donc sceptiques par
rapport aux impressions ou aux informations que ces personnes communi-
quent du monde spirituel.

Bien que le corps astral soit rattaché au corps humain durant l’incar-
nation, il arrive dans certaines circonstances, lorsque le corps humain est
exposé à un stress particulier, qu’il soit libéré temporairement. C’est ce
qu’on appelle une sortie spontanée.
Ces sorties spontanées se produisent lorsque le corps astral plastique est
automatiquement libéré de l’entourage du corps humain. Le corps astral et
le corps humain sont toutefois toujours rattachés l’un à l’autre par le cordon
de vie ou élastique.
Lorsque le corps astral plastique ne doit plus entourer le corps humain,
des particules spirituelles spécifiques s’agglutinent pour former un corps
astral ferme, appelé corps astral temporaire, qui présente la forme et les
caractéristiques du corps humain. Lorsque le corps astral quitte le corps
humain qu’il entoure normalement, l’âme voit et sent généralement avec
les organes sensoriels du corps astral. La distance pouvant séparer l’âme du
corps humain est toutefois limitée par la longueur qui peut être obtenue du
cordon de vie.
De telles sorties spontanées peuvent se produire, par exemple, à la suite
d’un accident grave, lors d’un évanouissement, pendant une anesthésie
puissante, etc. Mais dans tous ces cas, l’âme et le corps humain restent
rattachés par le cordon de vie. Ces sorties n’ont donc rien à voir avec le
processus progressif de la mort, que l’on ne peut pas arrêter. La mort ne se
produit en outre que lorsque la libération est complète, c’est-à-dire lorsque
le cordon de vie lâche irrévocablement sa prise sur le corps humain.
Durant une sortie spontanée, plusieurs choses peuvent se produire dont
l’âme se souviendra lorsqu’elle reviendra et qu’elle entourera à nouveau le
corps humain. Durant la sortie, l’âme peut être transportée tellement loin du

10

corps humain qu’elle peut voir et enregistrer des événements qui se
déroulent au-delà de son environnement proche.
En effet, l’âme libérée spontanément, le corps astral, auquel l’âme se
sent parfaitement identique, est d’une nature différente que le monde
terrestre environnant. Le corps astral ne peut donc pas occuper d’espace
dans le monde terrestre, comme c’est le cas lorsqu’il se trouve dans sa
sphère personnelle entre deux de ses nombreuses incarnations, une
différence qui signifie que les petites particules de l’âme peuvent traverser
sans problème tous les obstacles terrestres.
Ces brèves excursions sont vécues d’une manière tellement nette par
l’âme que plus tard, lorsqu’elle est revenue et qu’elle entoure à nouveau le
corps humain éveillé, la personne peut relater des incidents qui peuvent
s’être produits tellement loin de l’emplacement du corps humain que les
témoins ne sauront rien de ces événements sans faire de recherches plus
poussées.
Lors de ces sorties, il est fréquent d’avoir un rapide coup d’œil en arrière
sur la vie passée sur Terre. Ces souvenirs sont invoqués par l’esprit gardien
lorsqu’il estime opportun de rappeler à l’âme certains événements passés
qui pourraient revêtir une certaine importance pour l’âme dans le reste de
sa vie sur Terre. Souvent, la personne a un souvenir net de ces images à son
réveil, ce qui lui donne l’opportunité de réfléchir à la manière dont elle vit.
De cette façon, les images peuvent aider la personne à s’engager dans une
autre voie sur la base d’un nouveau point de vue, qu’elle a adopté après
mûre réflexion sur l’expérience vécue.
L’esprit gardien est ainsi capable d’utiliser une sortie spontanée pro-
voquée par un accident grave ou une perte de connaissance profonde pour
aider l’âme à se souvenir de certains événements qui pourraient la guider
dans le reste de sa vie sur Terre.

Dès lors, la vie que nous menons sur Terre est importante pour le
développement de notre personnalité spirituelle, et cette dernière est
importante pour la vie que nous mènerons un jour dans le monde spirituel
lorsque notre corps astral ne sera plus rattaché à de nouveaux corps
humains.
Le rattachement au corps humain, constitué de matière terrestre,
contrairement au corps astral qui est constitué de matière spirituelle, n’est
donc qu’une disposition temporaire, qui doit servir à développer et à
anoblir notre pensée et notre volonté.
Comme il a été dit, des particules spirituelles d’Obscurité dans le monde
terrestre émettent des forces spirituelles d’Obscurité qui peuvent influencer
plus ou moins fortement notre pensée et notre volonté, en fonction de
l’avancement de notre développement spirituel. Donc, chaque fois que nous