PAGE GABARIT
21 pages
Français

PAGE GABARIT

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
  • mémoire - matière potentielle : et des cœurs
  • cours - matière potentielle : des changements
  • revision - matière potentielle : du sta
  • mémoire
  • cours - matière potentielle : la journée
PAGE 5 DIMANCHE 2 OCTOBRE 2011 - 4 DOU AL-QUI'DA 1432 - N° 6373 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 l L'ESTIMANTINCAPABLE DE MENERLES RÉFORMESEl Islah appelleau départ dugouvernement Benbaïbechecrée son parti E di tio n d' A lg e r - IS SN II II - 00 74 LEILA ASLAOUI :«Taisez-vous M. Ksentini» PAGE 5 FLN : le coupde forcede Ziari Abdelaziz Ziari aura réussi le coup de forcede s'emparer de «la Commission nationaled'évaluation des parlementaires» mise enplace par le Front
  • chefs de tribus et des chefs religieux
  • adjoints de l'éducation nationale
  • terroristes islamistes
  • el- islah
  • el islah
  • el-islah
  • origines sociale
  • origine sociale
  • cause
  • causes
  • parti
  • partis
  • tion
  • algérie

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 52
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

LEILA ASLAOUI :
«Taisez-vous M. Ksentini»«T
PAGE 3
Benbaïbeche
crée son parti
PAGE 5FLN : le coup
de forcede force
l L’ESTIMANT
INCAPABLE DE MENER
LES RÉFORMES de ZiariEl Islah appelle
Abdelaziz Ziari aura réussi le coup de forceau départ du
de s’emparer de «la Commission nationale
d’évaluation des parlementaires» mise engouvernement
PAGE 5 place par le Front de libération nationale en
prévision des prochaines législatives.LOUISA HANOUNE :
Pourtant, jusqu’à vendredi dernier, la
«C’est injuste, présidence de cette commission était
réservée à Rachid Harraoubia. PAGE 3M. le Premier
ministre»PAGE 5
DIMANCHE 2 OCTOBRE 2011 - 4 DOU AL-QUI’DA 1432 - N° 6373 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Photos : Samir Sid
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074La surprise
d’El-Hadi Khaldi ERISCOOP
Le ministre de l’Ensei- P Soirperiscoop@yahoo.frgnement et de la Forma-
tion professionnels, El- Dimanche 2 octobre 2011 - Page 2
Hadi Khaldi, et
l’ex-ministre du Tourisme, Les pièces détachéesMohamed Seghir Kara,
n’en revenaient pas,
lorsque, il y a quelques suspectesjours, ils ont reçu un appel
du cabinet de Belkhadem n concessionnaire de véhicules qui fait
les invitant à venir assister l’objet d’une interdiction de sortie du terri-
à la conférence des cadres U toire national embarque à partir du port
du parti, tenue hier same- de Marseille, dans des fourgons, des pièces
di. Pourtant, Khaldi et détachées fabriquées en Chine qu’il commercia-
Kara, membres dirigeants lise en Algérie. Une fois en Algérie, ces pièces de
du Mouvement du redres- rechange sont acheminées vers la zone indus-
sement, ont trielle de Chéraga. Sur place, la pièce est mise dans
déjà fait un emballage «d’origine» d’une grande
l’objet marque de véhicule. Les services
d’exclu- concernés ont envoyé à un labora-
sion des toire une de ces pièces de
rangs du rechange pour vérifier si elle
parti. n’est pas contrefaite.
Depuis, tout le monde attend
la réponse.
Le «stratagème» Le body-guard de Louisa
Il passe le bac 27 Un des gardes du corps de Louisa Hanou-du ministre ne n’a rien trouvé de mieux à faire que d’in-fois, sans succès ! terpeller, à plusieurs reprises, leTout le monde l’a remarqué au FLN. L’un
Un citoyen de Aïn El-Ibel journaliste du Soir d’Algé-des ministres du parti s’arrange à chaque
(Djelfa) est en passe de rie, chargé de couvrir, hier,fois pour «réserver» une place
réaliser (si ce n’est déjà la rencontre du PT. L’indi-bien en vue au premier rang,
fait) un record insolite. Agé vidu, nouvellement nom-à chacune des rencontres
actuellement de 45 ans, N. mé dans le staff de protec-publiques. Pour cela, il
B. passe le bac depuis tion rapprochée deenvoie son aide de camp
l’âge de 18 ans (soit 27 Hanoune, a poussé le zèlepour lui «tenir» le siège
fois), sans succès ! Il se jusqu’à suivre notreavant son arrivée. Un strata-
dit déterminé à passer cet journaliste sur lagème qui lui réussit bien
examen jusqu’au dernier voie publique.pour le moment.
jour de sa vie et ne s’arrê-
tera que s’il aura ce
fameux sésame. Réussir à Un jour, un sondage
avoir ce diplôme devient
une véritable obsession. 3 000 DA vous semblent-ils suffisants
Cet état de fait ne lui vaut- comme résultat de la tripartite ?il pas une place dans le
Guinness des records ? OUI
Ne faut-il pas lui donner (à
NONtitre honorifique et sans
sans opinionpossibilité d’accès à l’uni-
versité) ce fameux docu-
Résultats du dernier sondagement pour
qu’il puisse
enfin arrêter Pensez-vous que l’Etat fait tout pour libérer les
de fantas- marins algériens retenus otages en Somalie ?
mer et avoir
une paix OUI : 13,43 %
Déposez votre réponse sur le siteNON : 81,59%morale ? du Soir d’Algérie
SANS OPINION : 4,99 % www.lesoirdalgerie.comLe Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 3
FLN : HARRAOUBIA PERD LA COMMISSION D’ÉVALUATION
DES PARLEMENTAIRES
Le coup de force de Ziari
Abdelaziz Ziari aura réussi le coup de force de s’empa-
rer de «la Commission nationale d’évaluation des parle-
mentaires» mise en place par le Front de libération natio-
nale en prévision des prochaines législatives. Pourtant,
jusqu’à vendredi dernier, la présidence de cette commis-
sion était réservée à Rachid Harraoubia.
Kamel Amarni - Alger (Le sion d’évaluation, pas du tout pré-
Soir) - Il faut dire que le président vue du reste et qui sera chargée,
de l’Assemblée populaire nationa- elle, des membres du comité cen-
le a mis tout son poids pour faire tral.
plier la décision de Abdelaziz «Une aberration ! Commente
Belkhadem qui avait, dans un pre- un membre influent de l’ex-parti
mier temps, confié à Ziari la unique. Le comité central est l’ins-
Commission d’évaluation des élus tance suprême et souveraine du
locaux. parti entre deux congrès. C’est à
Ziari a passé tout le week-end lui d’évaluer quiconque, y compris
à multiplier les tractations et le secrétaire général et non l’in-
mettre de son côté les membres verse» ! Difficile, effectivement,
les plus influents du groupe parle- de contenter tout le monde en
mentaire et du parti. Mis devant le cette période pré-électorale.
fait accompli, le ministre de Abdelaziz Belkhadem, qui
l’Enseignement supérieur devra réunissait hier les cadres du parti
se contenter de la Commission pour installer officiellement la
d’évaluation des élus locaux. Ce Commission nationale des élec-
qui constitue, pour lui, une bataille tions, instance qu’il préside, a dû
de perdue dans sa conquête lan- faire montre d’ingéniosité pour
Abdelaziz Ziari, président de l’APN.cée en coulisses du poste de pré- absorber les mécontentements et
sident de la future APN. les déceptions. Du moins, les direction du parti. Toutes ces dats car les élections législatives nous sommes entièrement avec
Son absence, hier à l’hôtel réduire. sous-commissions doivent finali- de cette année ont une importan- les réformes du président. Que
Ryadh de Sidi Fredj à l’occasion Ainsi, annonce-t-il l’élargisse- ser leur travail avant le 5 ce bien particulière. Elles inter- nous sommes les premiers à
de l’installation officielle de la ment de cette commission natio- novembre prochain. Après appro- viennent dans un contexte parti- avoir soutenu ces réformes. Nous
Commission nationale des élec- nale à l’ensemble des membres bation du comité central, qui sera culier et il ne faut surtout pas sommes le parti majoritaire et les
tions n’est d’ailleurs pas passée du comité central et des parle- convoqué en novembre, le FLN perdre de vue que la future gens nous jalousent pour cette
inaperçue. mentaires du parti. abordera alors la phase la plus Assemblée aura surtout à réviser position. Mais si nous le sommes,
Ni même celle du chef du De même que la subdivision délicate de l’opération, la confec- la Constitution du pays.» c’est grâce au peuple qui nous a
groupe parlementaire du parti, de cette même commission natio- tion des listes de candidatures. Puis, et en réponse claire à la donné ses voix. Alors, je dis à ces
Daâdoua Layachi, qui lorgnait nale en seize sous-commissions, En procédant à l’installation patronne du PT, Louisa Hanoune, gens-là que, s’ils veulent devenir
également la présidence de la chapeautées pour chacune officielle de la Commission natio- Belkhadem fait une petite digres- comme nous, ils n’ont qu’à se pré-
commission en question. C’est d’entre elles par un membre du nale hier, Belkhadem prononçait sion : «J’ai lu ce matin dans la senter devant le peuple.»
certainement en guise de com- bureau politique. «C’est juste une une allocution fleuve où il se vou- presse que je suis devenu un Assurément, la polémique ne fait
pensation que Belkhadem lui manière d’occuper tout le lait rassurant et optimiste. «Nous apposant ! Eh bien je réponds à que commencer…
confiera une troisième commis- monde», ironise un membre de la devrons bien choisir nos candi- ces gens-là, que moi et le parti K. A.
Taisez-vous M. Ksentini Par Leïla Aslaoui-Hemmadi
Je m’étais promise de ne plus com- assassins de l'Algérie démocratique, des L’amnistie ne sera donc qu’une autre poi- ponsables et qu’ils se fassent tuer à leur
menter les déclarations publiques de mesures seront décrétées pour leur gnée de sel versée sur nos blessures tour ?
Maître Farouk Ksentini, avocat de son accorder «bientôt» (Ksentini) l’effacement sanguinolentes. Fort heureusement, Que voulez-vous de plus M. Ksentini
état, président de la Commission consul- total et définitif de leurs crimes. En M. Ahmed Ouyahia, Premier ministre, a pour les terroristes islamistes ? Ne nous-
tative des droits de l’Homme… (l’intitulé d’autres termes, les terroristes islamistes entendu apporter la contradiction sur les a-t-on pas suffisamment humiliés avec la
est plus long précisément parce que ladi- n’ont jamais égorgé, éventré, violé, ondes radiophoniques à M. Ksentini : «Il charte de l’impunité ?
te structure présidentielle ne brasse que détruit, fait exploser des bombes. Les vic- n’y aura pas d’amnistie». Donc, logique- Laissez-nous donc notre dignité et nos
du vent) à ses heures perdues. times du terrorisme sont le fruit d’une ment, M.Bouteflika n’a pas dit à douleurs.
Je n’entendais donc plus réagir car imagination débordante — la nôtre — M.Ksentini de dire. Celui-ci a déclaré Que voulez-vous M.Ksentini ?
plus fracassantes et médiatisées qu’elles elles sont «mortes» à la suite de mala- d’ailleurs qu’on avait déformé ses propos. L’amnistie n’a-t-elle pas été prise «de
sont, les déclarations ksentiniennes sont dies diverses, d’accidents de la route, ou Tellement commode de prendre les jour- facto» lorsque le président de la
le plus souvent insignifiantes et insipides. tout bonnement en chutant dans les nalistes comme boucs émissaires, n’est- République a décrété que les terroristes
Si je le fais aujourd’hui, c’est essentiel- escaliers de leur immeuble. Ainsi, après ce pas ? Ou encore M. Bouteflika a dit à islamistes devenaient, à dater de 2005
lement pour interdire à M. Ksentini de pié- avoir obtenu par volonté présidentielle la Ksentini de dire puis lui a dit de ne plus (charte de l’impunité), des «citoyens»
tiner la mémoire du Docteur Mohamed- garantie qu’ils ne seront pas poursuivis et dire. S’y trouvera qui peut dans ce réhabilités dans tous leurs droits choyés
Réda Aslaoui, mon regretté époux assas- jugés pour leurs odieux crimes, les bar- cafouillis auquel nous sommes habitués et respectés ?
siné par les islamistes terroristes. Le 17 bus aux couteaux aiguisés peuvent fêter en matière de communication présiden- L’amnistie n’a-t-elle pas été décrétée
octobre 2011 rappellera à sa famille ce en grande pompe un autre événement : tielle.Rumeur ? Information ? Ballon «de facto» lorsqu’on a prétendu que 98%
drame toujours aussi douloureux. Ma M.Ksentini leur offre une conscience d’essai ? Une chose est sûre : des Algériens avaient voté en faveur de la
pensée s'adresse évidemment à toutes javellisée et récurée. Tout est effacé, tout M. Ksentini, si vous souhaitez sabler le charte de l’impunité ? Je peux vous affir-
les autres victimes connues et ano- est oublié. Nous sommes frères et l’hor- champagne avec tous ceux qui ressem- mer que pour avoir entendu de nombreux
nymes. Mais je ne me permettrai pas de rible comédie continue… blent à celui qui a déclaré un jour qu’il compatriotes exprimer leur grande colère
parler en leur nom n’ayant pas qualité et S’il s’était agi d’une opinion personnel- était fier d’avoir égorgé un jeune militaire à propos de votre annonce d'amnistie lors
mandat pour le faire. Il existe suffisam- le de M. Ksentini, je n’y aurais certaine- et d’avoir gardé sa kalachnikov, faites-le d’une vente-dédicace au Salon du livre le
ment d’associations habilitées à agir. ment pas prêté attention. Cependant, donc ! Ainsi, assumerez-vous pleinement 30 septembre 2011, 98% des Algériens
Revenons aux faits : en sa qualité de choisi et nommé par le président de la et jusqu’au bout vos missions de défen- sont partisans pour que justice soit faite
président de la Commission consultative République, l’on ne peut s’empêcher de seur des terroristes islamistes et de leurs et que les assassins de l’Algérie soient
des droits de l’Homme, M.Ksentini a penser que le même Ksentini a été man- familles. poursuivis, jugés et condamnés.
annoncé, triomphant et fou de joie daté par son chef pour annoncer des Faites-le donc ! Cessez seulement Enfin, parce que des Algériens qui
comme à son habitude lorsqu’il s’érige en «mesures d’amnistie pour bientôt» en d’assassiner une seconde fois nos morts sont des fils, des pères, des époux meu-
défenseur des terroristes islamistes et de faveur des terroristes islamistes. Une ! Que voulez-vous de plus ? Que les ter- rent encore aujourd’hui assassinés par
leurs familles, qu’une «amnistie générale décision présidentielle s’il en était, qui roristes islamistes aillent déterrer nos vic- les islamistes terroristes, il serait grand
interviendrait bientôt» (voir presse du vient raviver des plaies ouvertes et nous times pour voir s’il n’y aurait pas encore temps que M. Ksentini se taise. Se taise.
jeudi 29 septembre 2011). renvoie à cette déclaration plantée tel un une partie qu’ils n’ont pas trouée d’une Au nom de la décence qu’il se taise.
Ainsi, M. Ksentini nous «explique» poignard dans le dos : «Que les familles balle ou arrachée au couteau ? Que vou- L’amnistie des mémoires et des cœurs
(sans rien expliquer et expliciter au des victimes pardonnent ou ne pardon- lez-vous de plus ? Que nos enfants expri- meurtris n’aura jamais lieu, ne vous en
demeurant), donc, qu’après la honteuse nent pas, nous, nous pardonnerons» ment leur colère dans la rue grâce à vos déplaise M. Ksentini.
L. A.-H.charte de l’impunité dont ont bénéficié les (Abdelaziz Bouteflika, discours télévisé). dérapages verbaux et vos propos irres-
Photo : Samir Sid.Le Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 4
ORAN : CONFÉRENCE DU PRÉSIDENT DE L’ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS
«Au lieu de dénoncer le phénomène de la vente
concomitante, il faut aller vers l’action»
de la forte concurrence ou dont la problématique se règle par le dans la presse cette mafia duA l’occasion de la conférence mensuelle des pharma-
date de péremption est proche. moyen de la réglementation exis- médicament, ils n’ont qu’à com-ciens organisée par la section ordinale régionale de
Ces procédés sont illégaux et doi- tante. mencer par dénoncer une ourl’Ouest, hier au niveau de l’hôtel Houna, que le D Lotfi
vent être punis sévèrement.» Quand ce sont des infractions deux affaires en s’adressant à la
Benbahmed, président de l’Ordre national des pharma- Il déplore, néanmoins, la non- qui sont punies par la loi, il faut justice.
ciens, a animé une conférence de presse où il a abordé le implications des intéressés qui ne porter plainte, nous on peut les Au lieu de dénoncer le phéno-
rôle de l’Ordre des pharmaciens ainsi que la situation du déposent pas plainte. recenser, on peut aider les phar- mène de la vente concomitante, il
marché du médicament. Les pharmaciens dénoncent la maciens dans les démarches. faut aller vers l’action ! Il y a la
r vente concomitante de manière Il y a cinq ans, face à la pénu- DCP pour gérer ce type d’infrac-Amel Bentolba - Oran (Le D Benbahmed estime que cela
globale, ce que déplore l’interve- rie et à la vente concomitante, tion, maintenant s’ils ne dénon-«peut constituer une aubaineSoir) -L’occasion pour l’interve-
nant lors d’un point de presse. nous avions incité les gens à por- cent pas, cela veut dire qu’ilsnant d’exhorter les pharmaciens à pour certains opérateurs indéli-
«On entend parler de mafia du ter plainte, même anonymement, acceptent la situation», dira ledénoncer la vente concomitante. cats pour écouler, en pratiquant la
médicament, de lobbies, même si or il n’y a pas eu de réaction. conférencier. vente concomitante, des produits«Dans notre secteur, un cer-
je comprends cette inquiétude, la Quant à ceux qui dénoncent A. B.tain nombre de fournisseurs ou de qu’ils ont du mal à vendre à cause
producteurs qui lorsque le minis- PRISE EN CHARGE DE L’OSTÉOGÉNÈSE IMPARFAITEtère de la Santé leur demande
pourquoi il y a pénurie de leur
médicament, ils déclarent qu’ils
en avaient et qu’ils l’ont vendu au «De grandes difficultés interfèrent»
distributeur.
Les spécialistes affirment plus rencontrée en Algérie.
Ils se cachent derrière les
qu’ils peinent à assurer la prise «Découverte en 1860, elle n’a étégrossistes qui, jusque-là,
en charge de l’ostéogénèse connue en Algérie que vers 1982-n’avaient pas de “voix” pour dire
imparfaite, maladie «pénible» 1983.
le contraire. Aujourd’hui une asso-
pour l’enfant et sa famille. Même si le nombre de per-ciation vient d’être créée, cela
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - sonnes atteintes à l’échelle natio-pourra peut-être contribuer à
L’ostéogénèse imparfaite ou fragi- nale demeure méconnu, l’onéclaircir la situation.»
lité osseuse, maladie affectant les enregistre 3 à 10 cas pour un mil-Tout en rappelant les missions
enfants, a été hier au cœur du lion d’habitants dans le monde»,de l’Ordre national des pharma-
edébat de la première journée du 7 précise-t-il. Maladie génétiqueciens, dont la régulation de l’ac-
congrès de la Société algérienne complexe, l’ostéogénèse impar-cès à la profession et le respect
de rhumatologie (Sar) tenu à faite se manifeste par des frac-des règles déontologiques, le
Alger. «L’ostéogénèse imparfaiter tures faciles dues à «la masseD Benbahmed a indiqué que 12
est une pathologie qui touche les osseuse basse provoquant la fra-500 pharmaciens sont inscrits à
os de l’enfant. Extrêmement par- gilité de l’os». l’Ordre et composent le tableau
rlante, cette maladie est difficile à Le D Rachid Yamoun préconi-national qui regroupe l’ensemble
supporter pour l’enfant et sa famil- se ainsi de «s’inquiéter» face àdes catégories.
le», explique le Pr Hachemi une fracture facile car, poursuit-il,Toutefois, l’intervenant a
Djoudi, président de la SAR et «il peut s’agir d’un cas d’ostéogé-déploré «les installations d’offi-
chef de service à l’hôpital de nèse imparfaite». Son dépistagecines pharmaceutiques non régle-
Douéra. s’effectue grâce à l’ostéodensito-mentaires qui se sont démulti-
«Une maladie orpheline dont la métrie (mesure du degré d’ossifi-pliées dans certaines wilayates,
Une maladie difficile à supporter pour l’enfant et sa famille.prise en charge est souvent cation osseuse), une techniquedont Oran, en dépit de l’opposi-
confrontée à de grandes difficul- pratiquée «uniquement au CHUtion constante de l’Ordre des sur trois axes : le traitement médi- de l’os et de l’articulation ainsi que
tés», souligne-t-il. Pour sa part, le de Bab El Oued, à l’hôpital de des rhumatismes inflammatoirespharmaciens, qui tendent à assi- cal, le traitement chirurgical et la
rmiler les pharmaciens à de D Rachid Yamoun, pédiatre, a Douéra et chez un privé à rééducation. Par ailleurs, les spé- chez l’adulte.
rsimples commerçants qui, vic- affirmé en marge de la rencontre, Kouba», soulignera le D Rachid cialistes débattront lors des trois «D’habitude, ces rencontres
sont réservées exclusivement auxtimes d’une concurrence féroce, que la pathologie est de plus en Yamoun. Le traitement est basé jours du congrès des pathologies
sont tentés pour certains de com- rhumatologues, mais cette année,
nous voulons que le rendez-vousmettre des actes délictueux, pré- La maison de la polyarthrite rhumatoïde bientôt installée
soit pluridisciplinaire. Ainsi, outrejudiciables à la santé publique».
eBientôt la maison de la polyarthrite rhumatoïde sera mise en place. C’est ce qu’a annoncé M Chaia Djafri, les rhumatologues, les pédiatresConcernant le marché du médica-
eprésidente de l’Observatoire algérien de la femme, hier, en marge du 7 congrès de la Société algérienne de et les chirurgiens sont égalementment, le président de l’Ordre
rhumatologie. Relevant de la Ligue des femmes atteintes de la polyarthrite rhumatoïde, cette structure s’est associés», a indiqué le présidentnational des pharmaciens consi-
fixée l’objectif de créer un registre national des femmes atteintes de cette maladie chronique. Elle assurera de la SAR. Il ajoute égalementdère qu’en matière de qualité,
également l’orientation des patientes ainsi que la promotion du dépistage précoce. «La polyarthrite rhuma- que la Société algérienne de rhu-l’Algérie a su prendre en charge
toïde touche 350 000 personnes en Algérie dont 75% sont des femmes. Elle est chronique et invalidante si matologie œuvre pour répertoriercette problématique. «La régle-
elle n’est pas prise en charge», précise-t-elle. les maladies rhumatismales. mentation draconienne imposant
Rym N. R. N.un contrôle du médicament lot par
lot assure une sécurité réelle au
marché formel.» ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL
S’agissant des pénuries de
médicaments, l’intervenant dis-
tingue les causes structurelles Les enfants des agriculteurs bénéficieront
des causes spéculatives.
«Contrairement aux autres mar-
chés, celui du médicament est
nécessairement administré et de formations spécialisées
régulé. Les programmes d’impor- L’Union nationale des paysans algé- t-il, contribue aux programmes de sécurité ali- «30 % des terres agricoles, les meilleures,
tation sont annualisés avec des
mentaire. «Le secteur agricole ne peut agir ne sont pas bien exploitées, c’est un des pro-riens et le ministère de l’Enseignement et
quantités limitées, l’enregistre- seul, il y a au moins 12 secteurs concernés, ils blèmes dont souffrent les agriculteurs», a sou-de la Formation professionnels ont conve-
ment nécessite des procédures doivent tous apporter leur contribution à l’évo- ligné un représentant des agriculteurs. Ce der-nu d’un programme commun relatif à lalongues et fastidieuses, de même lution de la production. Nous comptons de ce nier évoquera aussi le problème de l’absenceformation des enfants des agriculteurs, auque le secteur connaît une insta- fait sur la création du Conseil supérieure de de recyclage des agriculteurs. recyclage et à la formation continue desbilité réglementaire continue.» l’agriculture qui sera composé des principaux De ce fait, les deux parties ont convenu d’un
fellahs.Dès lors, l’intervenant estime acteurs concernés», a déclaré M. Alioui. programme de travail commun et d’une tournée
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir) - La probléma-que la mise en place d’une agen- Pour sa part, El Hadi Khaldi a annoncé de sensibilisation dans les différentes wilayas
tique du manque de formation des agriculteursce nationale du médicament est qu’une convention avec le secteur du travail et du pays.
a été posée hier par les représentants deindispensable à la régulation du de la protection sociale sera programmée dans Le ministre a aussi suggéré que les enfants
l’UNPA. Ces derniers ont expliqué au ministremarché du médicament en le but d’encourager les jeunes à se spécialiser des agriculteurs entament des formations dès
erde l’Enseignement et de la Formation profes-Algérie et l’encouragement de la dans le secteur agricole. Les représentants des le 1 octobre prochain après la rentrée du sec-
production locale est une condi- sionnels que le secteur de l’agriculture est à agriculteurs expliqueront, pour leur part, que la teur qui se fera le 16 octobre. Ceci outre l’ou-
même d’absorber le taux de chômage notam-tion sine qua non pour la réussite volonté de l’Union est de bénéficier des centres verture d’ateliers saisonniers.
ment dans les régions du pays à forte vocationde la politique du médicament. de formation, notamment dans les spécialités El Hadi Khaldi a également annoncé que les
Abordant la problématique de agricole. M. Alioui, secrétaire général de comme la production du lait ou des dattes. Ils centres de formation concernés seront dotés
l’insuffisance d’approvisionne- l’UNPA, notera pour sa part l’importance de la relèveront le manque de formation concernant du matériel agricole nécessaire.
ment en médicament, le valorisation du secteur agricole qui, précisera- l’utilisation du matériel agricole. F.-Z. B.
Photo : DR.Le Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 5
L’ASSEMBLÉE CONSTITUTIVE S’EST DEROULÉE HIER A ZÉRALDA
Benbaïbeche lance
El Fadjr El Djadid
«Nous avions perdu ce qui nousTahar Benbaïbeche a présenté, hier, à Zéralda, les
restait de dignité. Nous avions étélignes directrices de sa nouvelle formation politique : le
classés parmi ceux qui pourraientParti Fedjr El Djadid (parti de l’aube nouveau). L’ex-secré-
représenter une menace pour la
taire général du RND estime que la situation sécuritaire
race humaine», dira-t-il.
reste très préoccupante.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - tion à 11h 30 aux côtés de plu- «Le terrorisme n’est pas fini»
sieurs personnalités politiques.Il y avait foule hier au centre de la Abordant la question sécuritai-
Mutuelle des travaux publics de Djahid Younsi, Ahmed Benbitour, re, l’initiateur du PFD a tenu des
Soufiane Djilali et même HassaneZéralda. Des citoyens venus de propos qui tranchent totalement
Laribi, ancien responsable d’El avec le discours ambiant.toutes les régions d’Algérie pour
Islah, ont participé à l’événement. Benbaïbeche est catégorique : leassister à l’assemblée constitutive
«Notre rencontre aujourd’hui terrorisme islamiste reste unede la nouvelle formation politique
est consacrée à la création d’une menace sérieuse pour l’Algérie. de Tahar Benbaïbeche : le Parti
nouvelle famille politique. Nos «Le terrorisme continue deFedjr El Djadid (PFD).
relations avec les autres ten- frapper avec force et précision.L’ex-secrétaire général de
dances politiques seront basées Nous nous retrouvons aujourd’huil’Organisation nationale des
sur l’intérêt supérieur du peuple face à une nébuleuse qui menaceenfants de chouhada (Onec) et du
algérien», lance Tahar notre pays. Rassemblement national démo-
Tahar Benbaïbeche.Benbaïbeche sur un ton solennel. Ce qui se passe actuellementcratique (RND) a fait son appari-
Puis il reviendra longuement sur à nos frontières du sud et à l’inté- assener certaines vérités. «Le ter- l’Académie militaire, des casernes
l’histoire de l’Algérie contemporai- rieur même de notre territoire est rorisme n’est pas fini. Souvenez- et des commissariats. A mon avis,LOUISA HANOUNE ne. Une histoire jalonnée, depuis très inquiétant. La menace est vous, au plus fort du terrorisme, il l’Etat a tout fait pour masquer cette
l’Indépendance, de crises succes- telle que nous pourrions nousÀ OUYAHIA : n’y a eu qu’un seul attentat kamika- menace. Le peuple doit prendre
sives. Selon lui, la pire des retrouver avec une nouvelle entité ze. Mais ces dernières années, les conscience de cette situation.»
périodes a été celle des années à nos frontières, voire même sur terroristes ont multiplié ce type«C’est injuste, Pour ce qui est de la «réconcilia-
1990 lorsque «l’Algérien en est une grande partie de notre territoi- d’opérations et sont parvenus à
tion nationale», Benbaïbechearrivé à tuer de sang froid un autre re», a-t-il insisté. toucher le siège de la chefferie duMonsieur le considère que cette politique «n’aAlgérien pour une doctrine que ne Lors d’une rencontre avec la gouvernement, le Conseil constitu-
pas tout réglé». T. H.peut accepter un esprit sain». presse, Benbaïbeche a tenu à tionnel, le siège de l’ONU à Alger,Premier
IL A RASSEMBLÉ DES ENFANTS DE MARTYRS ministre»
Louisa Hanoune, qui s’expri- DE LA RÉVOLUTION DE NOVEMBREmait hier à l’occasion d’une ses-
sion ordinaire du Parti des tra-
vailleurs, est revenue, pour la
deuxième fois consécutive, à la Khaled Bounedjma crée charge pour exprimer sa décep-
etion des résultats de la 15 tri-
partite. «Lorsque le Premier
ministre propose aux patrons un parti politiqueprivés d’augmenter les charges
de 1%, ils répondent par la
du Front national algérien besoins de l’organisation parti mais les statuts neC’est déjà mal parti pour Khalednégative et lorsque l’UGTA
(FNA) et des inconnus. A de l’assemblée. m’empêchent pas d’êtreBounedjma. Le rôle de marionnettiste qu’il ademande une réduction de
noter la présence de Nadji Après la lecture des un membre fondateur.»l’IRG, Ouyahia affiche un niet tenté de jouer hier, lors de l’assemblée géné-
Ammar, Khelif Redouane deux textes fondateurs du C’est à ce moment que lacatégorique… On dirait que rale constitutive de sa nouvelle formation et Khettal Abdeslam (pré- FNJS, Bounedjma, qui a fronde a gagné des mili-cette tripartite a été spéciale- politique, le Front national pour la justice sident de l’Association des été invité à parler aux pré- tants, des enfants dement organisée pour le patro-
sociale (FNJS), tenue à la résidence El Bahia experts judiciaires de sents, une bonne centaine chouhada qui reprochent ànat… c’est injuste Monsieur le
Bordj Bou Arréridj), des venant de pas moins de Bounedjma de ne les avoirà Sidi Fredj (Alger), ne lui convenait pas duPremier ministre», s’est-elle indi-
militants relativement 40 wilayas, a déclaré : pas associés dans le choixgnée. Toutefois, pour la SG du tout.
PT, il n’y a pas meilleur moyen jeunes et qui étaient assis «Ma qualité de président des personnes désignées
Lyas Hallas - Alger Mohamed Charef, unpour l’Etat de préserver la sou- sur l’estrade aux côtés de de la Coordination ne me pour gérer le conclave...
(Le Soir) - Alors qu’il était «retraité» d’Oran à qui futveraineté nationale que de se Haddad et Charef pour les permet pas de présider le L. H.
en retrait, confiant la ges- confiée la mission de lirerapprocher du peuple qui a fait
tion du conclave à des les statuts du parti, militepreuve d’une grande capacité
inconnus, une poignée de pour réformer le «systè- L’ESTIMANT INCAPABLE DE MENER LES RÉFORMESde discernement lorsque les
ses compagnons, qui me» de manière à faireappels à la révolte étaient lan-
contestaient les membres retrouver aux Algérienscés de partout. «Est-ce ainsi
que nous récompensons ces désignés pour lire devant «el-izza wa el-karama» (la El Islah appelle au départ
citoyens qui ont fait preuve de l’assistance les statuts et fierté et la dignité).
beaucoup de maturité», s’est- le règlement intérieur de Ainsi, et selon le règle-
elle interrogée tout en rappelant ce nouveau parti, ont pro- ment intérieur – voté à du gouvernementau gouvernement qu’il a intérêt voqué la pagaille dans la main levée sans qu’il soit
acquis. Les «vrais» pro-à répondre aux attentes des C’est le départ pur et simple du gouverne-salle. Et certains militants débattu –, il est interdit aux
blèmes des Algériens ontcitoyens et des jeunes en parti- sont partis sans même personnes qui se sont dis- ment que réclame le secrétaire général d’El
culier. été occultés, estime lesigner le procès-verbal de tinguées par un comporte- Islah. Hamlaoui Akkouchi, son secrétaire
secrétaire général d’ElM. M. l’assemblée. ment hostile à la général, estime que la composante actuelle Islah qui porte un regardLe nouveau-né se veut, Révolution de Novembre
de l’exécutif n’est pas compatible avec les tout aussi critique sur laen tout cas, un parti et ceux ayant collaboré
réformes à mener. diplomatie algérienne. «nationaliste», se référant avec des groupusculesERRATUM
er Un appareil diploma-à la déclaration du 1 terroristes d’adhérer au Nawal Imès - Alger (Le Une exclusion qui a égale-
Dans notre article d’hier sur la tique, dira-t-il, totalementNovembre 1954. Il fait de parti. L’ancien député du Soir) - Un gouvernement ment concerné la tripartite.
stèle des Issers et la controverse la «justice sociale» une PT pour la circonscription paralysé et qui n’a pas suqui, disait-il hier, n’a qu’un Une réunion, dira le
qu’elle a soulevée, une erreur tech- finalité de son action. Une d’Aïn Defla, Abdallah trouver la bonne réactionseul objectif : se maintenir numéro un d’El Islah, qui,
nique a amputé le texte d’une phra- action ayant pour contours Haddad, était, par ailleurs, face aux événements quien place. Le numéro un contrairement à ce quese rendant une partie de celui-ci
«l’islam religion d’Etat, le seul nom inscrit aux secouaient la Libye. d’El Islah, qui n’a pas veulent faire croire ses pro-incompréhensible. Il fallait lire com-
l’arabe langue officielle, côtés de celui de Khaled Une inertie qui se répè-caché son irritation quant moteurs, n’aura abouti àmentant cette «réalisation», le wali
tamazight langue nationa- Bounedjma sur la liste des te dans le cas de la Syrieaux propos d’Ouyahia au rien. Les résultats de la tri-avait, selon un membre de la délé-
le». membres fondateurs du sujet de l’amnistie généra- partite sont jugés déce- et qui fera dire à Hamlaouigation, dit à l’adresse du maire :
Un grand portrait du parti. Les autres, essen-«Avec ce que vous avez dépensé Akkouchi que l’Algériele, s’est dit étonné que le vants et en deçà des
président Bouteflika étant tiellement des «ouledpour ce chantier, j’aurais pu gouvernement fasse dans attentes des travailleurs mériterait d’avoir des posi-
construire un F4 pour reloger une dressé derrière l’estrade, chouhada» (enfants de l’exclusion tout en prônant sans compter les retraités tions plus tranchées.
famille nombreuse.» le parti, souligne martyrs), des transfuges la réconciliation nationale. qui n’ont arraché aucun N. I.
Photos : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 6
CONSTANTINE
Les adjoints de l’éducation nationale
rejoignent le mouvement de grève nationale
laquelle a appelé le Syndicat ministère de l’Education nationale ment». Arrivent ensuite les reven-Les adjoints de l’éducation nationale ne croient plus
national des travailleurs de l’édu- pour le pousser à plus de conces- dications ayant trait à la promo-aux promesses, ils veulent du concret. Les tergiversa-
cation». sions. Les discussions avec le SG tion et les primes. tions et les engagements non tenus par la tutelle ne lais-
Par ce mouvement de protes- du ministère n’ont abouti sur rien Concernant l’épineuse ques-
sent pas de choix aux syndicalistes, décidés à arracher
tation, le deuxième en un mois, de concret et palpable. La majori- tion des œuvres sociales, la
leurs droits. Ils débrayent le 10 octobre pour exprimer après celui de la CNAE le premier té de nos revendications n’ont CNAE estime que personne n’a le
leur mécontentement. jour de la rentrée scolaire, les toujours pas été prises en char- droit de parler au nom des
adjoints tentent d’exprimer leur ge», regrette M. Fertaki Mourad. adjoints de l’éducation. «NousSelon M. Fertaki Mourad, qui ne croient plus aux pro-
mécontentement quant «à la non- La revendication principale demandons à être associés dans
coordinateur national de la messes ont décidé, à l’unanimité,
satisfaction des revendications des adjoints de l’éducation, selon la gestion de ce dossier au même
Coordination nationale des à l’issue du conseil national de la exprimées par le syndicat et M. Fertaki, est «la révision du sta- titre que le reste des représen-
adjoints de l’éducation (CNAE), coordination, tenu le 27 sep- notamment dénoncer les tergiver- tut particulier de la corporation à tants de la famille de l’éducation
affiliée à la SNTE, «les 50 000 tembre dernier à Alger, de sations» de la tutelle. «Il faut travers la classification à la caté- nationale», a précisé ce dernier.
adjoints de l’éducation nationale rejoindre la grève nationale à exercer une pression sur le gorie 10 au lieu de 7 actuelle- Farid Benzaïd
ORAN
Des demandeurs de logements font entendre
leur impatience aux autorités locales
grande mairie. vraie projection d’une réalité que Les contestataires promettentLa distribution des 1 333 logements sociaux, seul
Un cordon policier discret a nous subissons à Oran, où toutes de revenir à la charge si leur relo-quota prêt pour Oran, n’est pas pour demain. Elle n’a
encadré les manifestants, qui se nos nuits sont blanches car gement n’est toujours pas àfinalement pas eu lieu durant le mois de septembre.
sont dispersés vers 14h30. A 15 n’ayant pas un toit sûr où passer l’ordre du jour.
Un constat amère qu’ont dû réagir. Ainsi, hier, en début h, un agent de la mairie repeignait des nuits paisibles». A. B.
faire les quelque 85 000 deman- d’après-midi, ils étaient des les murs chargés car dans la soi-
LE COUP DE GUEULE D’UN LECTEURdeurs ceux dit «à points», mais dizaines à se rassembler sur la rée des projections entrant dans
aussi les habitants de vieilles place d’Armes pour revendiquer le cadre de la «Nuit blanche»
bâtisses à El Hamri, Medioni et le droit au relogement promis par étaient prévues sur les murs de la La tripartite : la montagne
Ed-Derb, notamment. Une opéra- les autorités. Manifestant pacifi- ville.
tion reportée à plusieurs reprises quement, les demandeurs de Un habitant d’Ed Derb nous qui accouche d’une souris
depuis le mois de juin passé. logements portaient des bande- dira qu’«il aurait mieux valu que
Les retraités s’y attendaient !!! Que de déceptions en déceptions
Un report de trop que les habi- roles revendiquant le droit au les projections sur mur mettent en avec ceux qui nous gouvernent. N’avez-vous pas posé la question
tants du quartier d’Ed Derb n’ont logement, d’autres faisaient des avant les graffitis revendiquant le pourquoi on s’est empressé d’augmenter le SNMG ? Parce que tout
pas voulu laisser passer sans graffitis sur les murs face à la droit au logement, c’est cela la simplement, tous les cadres dirigeants du pays sont payés sur la base
d’un contrat de cadre dirigeant dont la rémunération est calculée jus-
ELLE A RETENU LE PROJET DE RECHERCHE tement sur le SNMG. Oui sur la base d’un coefficient «k» suivi d’un
nombre multiplicateur pour le calcul de la partie fixe. Exemple «K10»rDU D MALIKA MAÂMRI
cela veut dire tout simplement que la partie fixe est égale à 10 fois le
SNMG, soit aujourd’hui 180 000 DA/mois au lieu de 150 000/mois. La
partie variable, quant à elle, peut aller jusqu’à 120% de la partie fixeL’Université de Cambridge s’intéresse
qui s’ajoute encore au salaire du cadre dirigeant.
Cette partie variable est déterminée suivant les résultats obtenus
durant un exercice considéré.à la «fracture identitaire» en Algérie
On n’a jamais presque vu un cadre dirigeant percevoir moins de
«appartenance politique et identi-Ayant exercé pendant 100% en partie variable ce qui lui permet d’avoir 180 000 DA/mois
té ethnique»… plusieurs années à comme partie fixe et autant en partie variable ce qui revient à dire que
Hormis ce manuscrit sur lal’Université de Bouzaréah, ce cadre dirigeant moyen qui a un «K10» perçoit en fin de compte
citoyenneté et la fracture identitai- 360 000 DA brut par mois !!! Voilà pourquoi nos dirigeants s’empres-maître de conférences et re qui devra être publié dans le
sent d’augmenter le SNMG !! Le coefficient moyen de nos dirigeantsmembre du conseil scienti- cadre de ce programme, les publi- varie entre K8 et K12. Un P-dg d’une petite entreprise publique par
me fique de l’Ecole nationale cations de M Maâmri, touchant à exemple est coté à K11. Son DG adjoint à K9 ou K10, un directeur cen-
plusieurs domaines d’activitésupérieure des sciences tral peut aussi avoir le statut de cadre dirigeant et être coté à k8, k9 ou
(pédagogie, colonialisme, post-politiques d’Alger depuis k10 pour certains. La manne pétrolière est si bien répartie entre riches
colonialisme, mondialisation, poli-me qu’il ne reste plus rien pour ces oubliés de retraités.2010, M Malika Rebaï-
tique, religion, langues, guerres Les oubliés continuent en revanche de souffrir et la majorité d’entreMaâmri, la cinquantaine, ethniques…) sont des contribu- eux ont des enfants de bas âge à charge ainsi que des enfants en âgeest enseignante-chercheu- tions dans des ouvrages collectifs de travailler mais comme ils sont chômeurs, ils sont contraints de sub-
se. et des articles publiés dans des venir à leurs besoins et de les nourrir avec cette retraite qui ne suffit
revues scientifiques de renomméeTitulaire d’un doctorat en litté- même plus pour le pain et le lait. Nous sommes au bord de l’asphyxie
mondiale. Citons, à titrerature et civilisation britanniques, et aucun dirigeant n’ose contribuer à trouver une solution pour ceux et
d’exemple : Algerian President’selle est également membre, celles qui se sont sacrifiés pour bâtir l’Algérie post-indépendance.Dr Malika Maâmri. Peace Plan : Political anddepuis juillet 2006, de The Joseph On savait d’avance que les Sidi Saïd et consorts de la Centrale syn-
«Il n’y a pas assez de docu- Psychological Perspectives ofConrad Society à Londres et diri- dicale ne décident de rien, ils ne font que meubler le décor d’une salle
Forgiveness, chapitre abordant lamentation sur le sujet en languege plusieurs travaux de re- feutrée et arrangée en la circonstance. Avec votre plume aidez-nous et
anglaise, encore moins en ce qui politique de réconciliation nationa-cherche en Algérie comme à dites la vérité sur ce que les retraités sont en train d’endurer et infor-
me le, publié par The Interdisciplinaryconcerne l’Algérie», souligne Ml’étranger. mer aussi les lecteurs de votre journal pourquoi on a accouru à faire
Press d’Oxford (2011), en versionMaâmri. C’est ainsi que le manuscrit de augmenter le SNMG qui profite en premier lieu à ceux qui occupent
électronique dans un volume inti-C’est la raison pour laquelle le des postes de cadre dirigeant. Tous ceux qui étaient autour de la tableson livre Citizenship and
tulé A Journey ThroughCentre des études africaines de réunion étaient concernés par cette augmentation du SNMG.Fractured National Identity in
Forgiveness. Un article devant(Center of African Studies) de Au niveau de chaque société, entreprise et filiale algériennes, onAlgeria (Fracture identitaire et
être développé et publié à la fin del’Université de Cambridge préfère trouve de nombreux cadres dirigeants qui sont payés sur la base ducitoyenneté en Algérie, ndlr) a été
l’année par Fisher Prints (Oxford) SNMG. C’est ce qui se pratique sur l’ensemble du territoire national etengager des chercheurs africainssélectionné par la prestigieuse
dans un livre intitulé Mapping nous sommes très étonnés que l’ensemble de la presse nationale nemaîtrisant l’anglais. Université de Cambridge dans le
Forgiveness (Cartographie du focalise cette augmentation du SNMG que sur ce qu’un ouvrier pour-cadre de son programme de Le programme, qui recrute
pardon). Aussi, The Syndrome of rait gagner de plus par rapport à l’ancienne cotation du fait de cetteparmi des chercheurs de diversesrecherche Cambridge/Africa
the French Language in Algeria augmentation du SNMG alors que ceux qui profitent vraiment on ne lesdisciplines, s’intéresse aux der-Collaborative Research
(Le syndrome de la langue fran- a jamais cités et pourtant ce sont bien eux qui en bénéficient le plusProgramme (octobre 2011-mars niers développements politiques
çaise en Algérie), publié dans la (ils vont avoir 20% de plus soit l’équivalent d’environ de 2 fois le2012). Un programme ayant pour en Afrique et aux débats sur la
revue américaine The SNMG) et non pas les autres qui constituent une partie très infime par
thème «Citoyenneté, appartenan- citoyenneté, désormais, thème
International Journal of Arts and rapport aux actifs qui perçoivent un salaire autrement plus importantce et communauté politique en central des joutes électorales
Sciences en 2009. que ce seuil minimum.
Afrique». dans tous les pays africains, L. H.Le Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 7
LOGEMENTS À AÏN DEFLA
Entre bilan et perspectives
Depuis le début de l’année à ce jour, ce sont 1 641 loge-
ments sociaux qui ont été attribués dans 20 communes de
la wilaya qui en compte 36. En dehors de quelques-unes
qui se comptent sur les doigts d’une main, toutes les dis-
tributions ont été suivies de contestations et de recours
introduits auprès de la commission de wilaya prévue à cet
effet par la réglementation en vigueur.
Ladite commission, présidée 1 000 autres unités lancées et
par le chef de l’exécutif de la 1 500 logements dont l’étude de
w ilaya, a enregistré faisabilité a été achevée.
3 055 recours. L’examen de ces Par ailleurs, le chef de l’exé-
derniers a donné lieu à la vali- cutif indique que la wilaya vient
dation de 1464 attributions, de bénéficier d’un programme de
jugées légitimes, 12 attributions logements sociaux de
sous conditions telles que l’aban- 22 762 unités, et que chaque
don de l’habitat occupé qui devra commune bénéficiera au moins
être rasé pour ne pas donner lieu d’une centaine de logements
à la création d’un nouveau centre pour combler l’important déficit
de transit, 40 attributions assujet- çant ruine. «Ces habitats seront qu’à l’avenir, toute réalisation de de la wilaya bénéfice d’un quotaaccumulé depuis des années.
ties de réserves telles qu’un Viennent en tête, dans la réparti- détruits, si les propriétaires ne logements comportera simulta- de 3290 unités, El Attaf
complément d’enquête ou la pré- tion de ce programme les com- procédent pas à leur réhabilita- nément la réalisation de tous les 2 100, El Abadia 1 400, Miliana
tion, et en aucun cas ils ne pour- équipements publics néces- 1 390 pour ne citer que cessentation de certaines pièces munes où la population est la
ront être reloués en l’état», assu- saires. «Finies les cités-dor- communes. Le quota le moinsjustificatives, et enfin l’annulation plus dense et la demande très
des listes affichées dans les APC re le wali. Il en va de même pour toirs», a-t-il été affirmé. important a été attribué à la com-importante, comme Khemis
des bénéficiaires dont 125 noms Miliana où seront implantés 2 des 6 occupants des loge- La wilaya de Aïn Defla a accu- mune de Birbouche (daïra de
de demandeurs mis à l’index lors 3 850 logements dont la réalisa- ments sis à zone industrielle de mulé au fil des années un retard Djendel). Pour l’heure, on
Aïn Defla ; l’enquête ayant révé- considérable dans la réalisation indique que 1000 logementsdes recours et dont la commis- tion de 400 unités qui viennent
lé que les 4 autres avaient déjà des logements sociaux notam- seront réceptionnés avant la finsion a établi, après étude et de d’être lancées, Aïn Defla le chef-
nouvelles enquêtes, qu’ils n’ou- bénéficié de logements, certains ment. On précise que cela était décembre.La construction delieu de wilaya beneficie d’un pro-
vraient pas droit, pour différentes gramme de 3 290 logements de même plus d’une fois, ils sont dû au manque d’assiettes pour ces 1 000 logements a été lan-
raisons, dont la fourniture de faux ce type, El Attaf 2 100 unités et donc radiés de la liste des recevoir des programmes de cée et l’étude de faisabilité pour
familles à recaser. construction eu égard aux res- la réalisation de 1 500 logementsdocuments, d’usage de subter- autres El Abadia qui bénéficie
S’agissant du logement social trictions foncières. Depuis peu a été achevée. fuges ou de demandeurs ayant d’un programme de 1400 loge-
déjà bénéficié de logements, participatif, il a été précisé que dans la majorité des communes, Ces 3 500 logements à courtments et Miliana de 1 390 loge-
d’aides financières de l’Etat ou ments. «Les programmes de les sites de leur implantation ne il a été procédé à l’extension des terme, estime-t-on, permettront,
de lots de terrains. construction de logements se feront plus au hasard mais plans de développement et dans une certaine mesure, d’at-
devront répondre à une deman- d’aménagement urbains (PDAU) ténuer la tension considérableCependant, il a été décidé étaient bloqués par le manque
de confirmée. «Fini de construire qui ouvrent la porte maintenant à qui pèse sur la demande de loge-que les bénéficiaires, dont les d’assiettes mais nous avons
dossiers ne présentent aucune des logements de ce type qui ne une relance de la construction ments sociaux dans la wilaya deobtenu ce vaste programme
réserve pourront récupérer leur parce que nous avons pu avali- seront pas vendus parce que mal pour résorber la crise de loge- Aïn Defla. S’agissant du loge-
arrêté de location et les clefs des ser l’extension des plans de situés», a-t-il été déclaré. Pour ment. De ce fait et à titre ment social participatif, on
ce qui est de l’aide de l’Etat pour d’exemple, Aïn Defla, à elle indique que la réalisation deslogements qui leur ont été attri- développement et d’aménage-
le logement dans l’espace rural, seule, disposera ainsi d’un gain programmes à l’avenir devrabués dès dimanche 2 octobre. ment urbain au niveau de la
A ce sujet lors de la conféren- on indique que 9 900 aides ont foncier estimé à 170 ha. répondre à des critères objectifs,majorité des communes, soit un
ce de presse donnée jeudi der- gain de terrains à bâtir consé- été octroyées. Cette extension des PDAU notamment les instructions
nier, le wali, s’est engagé à enta- quent», a déclaré le chef de A l’avenir, leur implantation vient de permettre à la wilaya de fermes pour éviter la mise sur le
est prévue sous forme d’habitats bénéficier d’un important pro- marché de logements qui nemer des poursuites judiciaires l’exécutif lors de cette conféren-
groupés proches des lieux où gramme de réalisation de loge- seront vendus pour leur coût oucontre les auteurs des fausses ce. Il a été aussi question du
déclarations. Au programme, certaines commodités existent ments comprenant 22 732 uni- leur emplacement non judicieux.recasement des familles, dont
figure la réception de 1 000 loge- 32 à Khemis Miliana, qui vivent déjà telles que l’AEP, l’assainis- tés, dont la répartition s’étendra Ce qui impliquera qu’ils seront
ments sociaux d’ici à la fin de dans des conditions très pré- sement, l’électricité, les écoles, aux 36 communes. boudés par les demandeurs. Il a
les chemins d’accès… On ajoute Le critère démographique et été question aussi d’aides aul’année, la réalisation de caires, dans des habitats mena-
de densité de la population des logement rural. On indique que
TIZI OUZOU communes a servi de base pour dans ce cadre, 9 900 aides ont
l’établissement des quotas. Ainsi, été octroyées. Toujours pour ce
pour la commune la plus peuplée qui est de l’habitat rural, on pré-Une école pour inadaptés mentaux de la wilaya où le déficit constaté voit l’habitat groupé mais à proxi-
est le plus important, un pro- mité d’entités existantes dotées
gramme de réalisation de 3 850 de certains équipements tels queà Aïn El Hammam
logements a été retenu, dont la l’école, l’AEP, l’assainissement,
construction de 400 unités a déjà l’électricité… Le village Aït Aïlem dans la commune d’Aïn El soir, comment tenir une cuillère et d’autres compor-
été lancée. Aïn Defla, le chef-lieu Karim O.Hammam vient de se doter d’une école spécia- tements essentiels et hygiéniques dans la vie de
lisée pour inadaptés mentaux. Le projet est une tous les jours.
initiative de l’association sociale Assirem (l’es- Alors que l’école a déjà ouvert ses portes aux
SOUK AHRASpoir) du village que préside le docteur Hadji, un petits élèves du préscolaire, répartis en quatre
médecin bénévole. groupes selon leur retard et le degré de leur handi- Deux ex-directeurs cap, son ouverture officielle n’a eu lieu que mardiCette école a vu le jour grâce à la générosité
dernier au village Aït Aïlem en présence de beau-d’un citoyen du village qui a mis gracieusement à la de l’Agence foncièrecoup d’invités, notamment ceux qui ont participé àdisposition de l’association des locaux et qui a
la réalisation du projet ainsi que des officielsaussi, avec d’autres donateurs et bienfaiteurs, sous contrôle judiciairelocaux, dont le maire de la commune d’Aïn El Ham-contribué à leur équipement et leur aménagement.
Le dossier de l’agence foncière du chef-lieu de la wilaya demam. Les responsables de l’association AssiremDes salles de cours, des bureaux, une salle de
Souk Ahras, dont la genèse remonte à l’année 2008, suite à l’ou-espèrent justement que la présence des autoritésconsultation, une cuisine avec réfectoire et d’autres
verture d’une information judiciaire pour faire toute la lumière surleur fera prendre «conscience de l’importance deespaces pour les besoins de cette catégorie d’en-
cette affaire, après une enquête exhaustive menée par la Gendar-cet établissement et de la nécessité de lui apporterfants forment cette structure baptisée Si Mokrane,
merie nationale pendant plus d’un semestre, vient de connaître del’aide qu’il mérite en matière de moyens matérielsen hommage à celui qui a fait don de ces locaux.
nouveaux rebondissements. Selon une source bien informée,et surtout humains». Cette école se veut, selon ses initiateurs, un centre
mercredi dernier, plus d’une trentaine de personnes entre fonc-«Pour le moment, seuls les dons de nos bienfai-psychopédagogique spécialisé.
tionnaires de l’agence, ex-responsables de ce secteur et témoins,teurs nous permettent de prendre en charge gratui-Cependant, si la volonté existe et l’espace est
ont été convoquées au parquet de Souk Ahras, ainsi que trois mistement les enfants de toute la région de Aïn Eldisponible, l’encadrement humain et le personnel
en cause dans cette affaire. Après l’audition de l’ensemble desHammam», dira le docteur Hadji. nécessaire à son fonctionnement restent néan-
personnes par le procureur de la République et le magistrat ins-Le président de l’association Assirem ajoutera :moins un problème de taille. Et pour cause, tous les
tructeur, qui a duré plusieurs heures, le juge d’instruction a ordon-«Si toutefois nous sommes aidés par les bienfai-intervenants, qu’ils soient maîtres éducateurs,
né la mise sous contrôle judiciaire des deux inculpés. Il s’agit desteurs et les institutions publiques, nous pourronsagents d’entretien ou autres responsables pédago-
deux ex-directeurs de l’agence foncière de Souk-Ahras accusé decréér des ateliers spécialisés pour accueillir lesgiques ou administratifs, sont des bénévoles qui se
conclusion de marchés entachés d'irrégularités.malentendants et les non-voyants de la région.»dévouent pour apprendre aux enfants les premiers
B. Y.Sadek Aït-Salemmouvements et gestes, comme la manière de s’as-
Photo : DR.Le Soir
d’Algérie Contribution Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 8
La place et le rôle des élites de l’Algérie
e sujet de cette contribution dépasse, contextes historiques où elles ont évolué, de l’occupation, soit dans une attitude
évidemment, le cadre limité d’une qu’elles aient été proches ou autonomes d’opposition qu’à partir des années 20Lsimple communication et requiert du système colonial, proches ou auto- lorsque l’Emir Khaled lance El-Iqdam, et
une recherche et une étude autrement nomes du pouvoir d’Etat installé à l’indé- Messali Hadj crée l’Etoile nord-africaine,
plus approfondies que les quelques rap- pendance. suivis, à partir des années 30, par l’appa-
pels et les quelques esquisses que je me Le cumul de tous ces handicaps les a rition de l’Association des ulémas, de
propose de soumettre à l’attention et à la conduit à ne jamais pouvoir agir pour leur l’UDMA et du Parti communiste algérien
réflexion des lecteurs. Je ne m’y serai, propre compte et à devoir, dans chaque favorisés, l’un par l’essor de la Nahda au
d’ailleurs, pas aventuré si le nouveau circonstance capitale, s’arrimer à une Proche-Orient, l’autre par l’arrivée au pou-
roman que je viens de publier aux Editions force sociale prédominante pour s’intégrer voir du Front populaire en France.
Chihab sous le titre Les Miroirs aux dans un processus en cours, sous peine Il va en résulter le tableau suivant.
alouettes n’avait pas réservé de longs d’en être exclues. A travers l’analyse de Nous aurons en face de nous plusieurs
développements aux ambitions et aux quatre étapes fondamentales de l’histoire élites :
actions des élites du début des années 60, contemporaine de l’Algérie, à savoir l’oc- - les élites féodales issues des cheffe-
prises entre les grandes espérances de cupation coloniale, le mouvement natio- ries traditionnelles très influentes en milieu Par Badr’Eddine Mili
l’Indépendance et les amères désillusions nal, la révolution armée et l’après-indé- rural ;
tions confondues, n’ont rejoint les rangsessuyées face aux dures réalités de la pendance, je tenterai de recenser - les élites bourgeoises de souche cita-
de la Révolution qu’à partir de 1956 aprèsconquête des libertés promises par la pro- quelques-uns des facteurs qui ont inhibé, dine formées de propriétaires, de méde-
er que celle-ci ait consolidé ses assises àclamation du 1 novembre 1954. objectivement ou subjectivement, les cins, d’avocats, de magistrats, d’universi-
l’intérieur et à l’extérieur, à la suite de l’of-Je ne m’y serai pas, non plus, intéres- élites algériennes et les ont empêchées, à taires et d’écrivains ;
fensive militaire du 20 août 1955 dans lesé, si les bouleversements politiques qui chaque fois, de se positionner comme - les élites petite-bourgeoises consti-
Nord-Constantinois. secouent, aujourd’hui, plusieurs pays source de la décision stratégique. tuées d’instituteurs et de fonctionnaires.
Raison pour laquelle les élites qui sus-arabes ne posent pas avec une certaine Elles sont formées, essentiellement, en
citaient, de ce fait, une certaine méfianceacuité la question de l’influence des élites 1- Les élites algériennes et l’occu- langue française, soucieuses de gagner
au niveau des instances dirigeantes de lasur le cours des changements induits par pation coloniale une place dans la hiérarchie de la société
Révolution, avaient dû se contenter, mal-les profonds mouvements qui traversent Rappelons, tout de suite, que l’Algérie coloniale, revendiquant les mêmes droits
gré les efforts de Abane Ramdane et dules sociétés. précoloniale comptait de nombreuses uni- que les Français.
colonel Lotfi, de places secondaires dansIl m’a, alors, semblé opportun, à la versités créées au faîte de la splendeur La Fédération des élus de Bendjelloul
la hiérarchie de la Révolution, sans grandlumière de cette actualité qui nous inter- des empires des Mouwahidine et des et de Belhadj Mostefa, les universitaires
poids politique face aux chefs de la pay-pelle à divers degrés : Mourabitine puis des royaumes hammadi- comme Bencheneb, les instituteurs
sannerie, colonne vertébrale de l’ALN.te, zianide, ziri- comme Soualah, dont la méthode de l’en-
Certains les appelaient «les scribes»,de, hafside, seignement de l’arabe par le français aAssis sur une base sociale laminée par les désillusions générées
d’autres «les compagnons de route». Ilsrostémide, aux- connu son heure de gloire à l’école indigè-
par l’échec du socialisme d’Etat et des politiques de développement seront bientôt doublés par les embryonsquels le ne, des journalistes comme ceux
économiques sous-jacentes, la survenue, au milieu des années 80, d’élites envoyés par le FLN-ALN puis parMaghreb cen- d’Ennadjah, certains écrivains liés au cou-
le GPRA se former dans de nombreusestral a dû des rant littéraire algérianiste et aux cerclesdu mouvement islamiste, encadré par des dirigeants de formation
disciplines civiles et militaires (aviation,élites de gran- d’Emmanuel Roblès et d’Albert Camus etmoyenne, rencontre peu de résistance au niveau d’une bureaucratie
transmission…) au sein des universitésde valeur qui, bien d’autres segments de ces élites se
politique plutôt encline à la composition. des pays socialistes et des pays arabes.d’Ibn Khaldoun sont mobilisés autour de ces revendica-
Dans le même temps, d’autres étudiantsà El- tions ;
algériens choisirent de poursuivre leurs1) de rappeler comment les élites algé- Ouargalani, ont propagé les sciences - face à eux, nous trouvons les élites
études à Aix-en-Provence, Grenoble etriennes se sont comportées par le passé exactes, la médecine et la philosophie d’origine plébéienne, indépendantistes,
Montpellier, ou en Suisse et en Allemagne,face aux événements qui ont façonné le auxquelles venaient s’initier de nombreux ouvertement hostiles au colonialisme,
encouragés, dans ce sens, soit par ladestin de la nation depuis 1830 ; étudiants d’Europe et d’Afrique. séduites par le kémalisme, le réveil de la
Fédération FLN de France, soit par des2) de savoir de quel poids elles pour- Ces universités ont conservé leur Chine et de l’Indochine et la personnalité
cercles français intéressés à disposerraient, éventuellement, peser, maintenant, rayonnement jusqu’à l’éclipse de l’Etat de Mossadegh et de Orabi. Ces élites qui
d’atouts favorables après une indépen-sur les contenus et les orientations des algérien fondé par l’Emir Abdelkader, une ont fait le choix de traduire en actes les
dance, considérée, de toutes façons, àtransformations des modes de gouvernan- date qui marque une rupture dans l’histoi- aspirations de la grande majorité de la
partir de 1960, comme inéluctable. Lesce politique, économique et sociétale vers re des élites algériennes dans la mesure société algérienne se recrutaient, en règle
négociations d’Evian puis la crise entre lelesquelles nous nous dirigeons. où c’est à partir de cette date que nous générale, parmi les émigrés qui s’étaient
GPRA et l’état-major de l’ALN ont montré,Il me faut, avant cela, dire que les élites assisterons à la mise en œuvre par le sys- familiarisés avec la grande production
encore davantage, la faiblesse de lane se définissent plus, de nos jours, tème colonial d’une politique d’éradication capitaliste et le militantisme dans les syn-
marge de manœuvre des élites canton-comme une nébuleuse d’intellectuels de tout ce qui constituait le fondement de dicats internationaux, à l’instar de
nées au CNRA ou GPRA, dépassées, enconfinés dans des cercles d’initiés et de l’identité algérienne, en premier lieu, la Belkacem Radjef, Inal et Messali lui-
fin du compte, par les événements.directeurs de conscience producteurs de langue, la religion et la culture. même. Elles se recrutaient également
Et malgré le concours décisif qu’ellesvérités absolues et d’oukases idéolo- Cette politique connue pour avoir été parmi les élus du PPA-MTLD, les syndica-
ont apporté dans la préparation techniquegiques que la société doit impérativement pensée comme le moyen d’assimilation listes, les enseignants de l’école libre, les
des dossiers des négociations avec l’an-appliquer, faute de quoi, elle sombrerait par excellence du peuple algérien par la scouts, les écrivains, les poètes et les
cienne puissance coloniale et dans ledans les abysses de la malédiction et de dépersonnalisation a généré : hommes de théâtre comme Reda Houhou.
résultat final obtenu, elles ont dû céderl’échec. a - la promotion d’une élite d’origine Numériquement faibles, elles sont tra-
face à un rapport de force qui leur étaitCette acception du concept est, on s’en féodale conçue par l’administration colo- quées et réprimées.
défavorable, contraintes qu’elles étaientdoute bien, passée de mode depuis l’ef- niale comme une force d’intermédiation
de s’éparpiller et de choisir un nouveaufondrement du bloc communiste et des utilisée dans la relation que cette adminis- 3- Les élites algériennes et la révolu-
camp pour s’y rallier.pouvoirs autoritaires dans le monde. tration entretenait avec la population tion armée
Les élites dans les sociétés avancées autochtone. Ce sont les caïds, les bacha- A l’exception
comme dans les sociétés émergentes ghas, les percepteurs, interprètes et de ces «minori- Parmi ces élites, les étudiants rentrés d’Europe de l’Est font
sont nombreuses et participent de tant de autres auxiliaires de justice ; tés agissantes» figure d’avant-garde. Ils investissent les organisations de masse,
registres, scientifique, culturel, artistique, b - l’émergence, suscitée par la même qui s’étaient
transforment l’Ugema en UNEA, nouent une alliance avec le cou-politique, économique, militaire et autres, administration, d’une mandarinat mara- retrouvées,
qu’elles présentent rarement le profil d’une boutique chargé d’encadrer la pratique d’emblée, dans rant nationaliste progressiste et deviennent avec d’autres sensibi-
entité monolithique. religieuse par la perversion, la manipula- la locomotive du lités politiques, la gauche du FLN.
erEn Algérie, les élites ont été, dans et tion et l’obscurantisme. 1 Novembre
C’est l’époque des rédacteurs de la Charte d’Alger et des thèsesface à l’histoire, si différenciées, si dispa- Cette situation a mené à l’isolement, de 1954 et qui
d’Avril, celle de Benyahia, Rédha Malek, Harb, Zahouane,rates, de matrice sociale, de formation et facto, de cette partie des élites algé- s’étaient enga-
de langues si variées, porteuses souvent riennes par rapport au combat national, gées, dès le Ouzegane, Benzine, dirigeant d’Alger Républicain devenu organe
de projets divergents pour ne pas dire car- réduit, à cette époque, aux soulèvements départ, dans la du FLN.
rément opposés qu’elles n’ont, à aucun paysans, certes dirigés par des chefs deguerre de
moment, formé une force unie capable tribus et des chefs religieux anti-colonia- Libération, en
4- Les élites algériennes après l’in-d’occuper une place stratégique dans les listes comme cheikh El-Haddad, El- s’intégrant dans une large alliance qui va
dépendancecentres de décision et donc d’inspirer et Mokrani et Bouaâmama, mais de faible de la paysannerie pauvre aux ouvriers en
Dépassant le choc ressenti eu égardde conduire des politiques d’Etat dans une résonance, voués à l’échec et finalement passant par les chômeurs, les jeunes et
aux conditions non consensuelles dansposition de direction comme ce fut et c’est écrasés. les femmes, toutes les autres expressions
lesquelles les premiers fondements dele cas dans certains pays du Maghreb et des élites ont opté pour l’attentisme, cer-
l’Etat indépendant furent posés, pratique-du Machrek. 2- Les élites algériennes et le taines espérant trouver les clefs de la déli-
ment toutes les élites rentrèrent au pays,Leur éparpillement et leur tragique soli- Mouvement national vrance chez les libéraux comme Jacques
manifestant leur disponibilité à servir danstude de coureur de fond s’expliquent par Les élites algériennes ne se reconsti- Chevalier, le maire d’Alger.
un pays organisé, pour la première foisleur histoire, leur origine sociale, leur tueront et ne se manifesteront dans des Les udmistes, les ulémistes, les com-
dans son histoire, en République, dansconscience politique et les choix qu’elles formes autrement plus modernes, soit munistes et naturellement tous les intellec-
des frontières sans précédent.ont été amenées à faire, dans différents dans une posture d’inféodation vis-à-vis tuels qui s’y apparentaient, toutes voca-Le Soir
d’Algérie Contribution Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 9
de l’occupation coloniale à nos jours
Parmi ces élites, les étudiants rentrés et aux conditions de ralliement précoce ou jacentes, la survenue, au milieu des revenue au culte aveugle de la tradition ?
d’Europe de l’Est font figure d’avant- tardif des élites algériennes à la années 80, du mouvement islamiste, Et pourtant, le pays dispose de plus
garde. Ils investissent les organisations de Révolution qu’intervient le 19 Juin qui met encadré par des dirigeants de formation d’un million d’étudiants. La jeunesse est
masse, transforment l’Ugema en UNEA, fin à ce qu’il pensait être une déviation, moyenne, rencontre peu de résistance au familière des techniques de communica-
nouent une alliance avec le courant natio- proclamant comme priorité la construction niveau d’une bureaucratie politique plutôt tion les plus sophistiqués, abonnée aux
naliste progressiste et deviennent avec «d’un Etat appelé à survivre aux événe- encline à la composition. réseaux sociaux et aux networks transna-
d’autres sensibilités politiques, la gauche ments et aux hommes». La seule opposition qu’il rencontre tionaux ?
du FLN. Le nouveau régime ayant un besoin vient de l’Armée nationale populaire, vis- Pour revenir dans la course, les élites
C’est l’époque des rédacteurs de la urgent de doter les nouvelles institutions céralement républicaine, des intellectuels, doivent, aujourd’hui, réunir un certain
Charte d’Alger et des thèses d’Avril, celle en cadres loyalistes s’employa à créer des syndicalistes, du mouvement des jour- nombre de conditions de fond objectives
de Benyahia, Rédha Malek, Harb, deux centres stratégiques pour le recrute- nalistes, de la société civile et des pre- et subjectives à court et à moyen terme, la
Zahouane, Ouzegane, Benzine, dirigeant ment, la formation et la dotation de l’Etat mières Ligues des droits de l’homme. La seule alternative qui leur demeure ouver-
d’Alger Républicain devenu organe du en grands commis : le premier fut l’ENA ; crise exacerbée par les atermoiements te.
FLN. le second, l’ANP, à travers plusieurs aca- d’une Présidence dépassée semble se
Raptis, Bourges et les «pieds rouges» démies et instituts, garants, dans l’esprit dénouer à la suite de l’instauration du plu- - A court terme : elles doivent travailler
officiaient en tant que conseillers à la pré- de leurs concepteurs, de la souveraineté, ralisme politique mais la radicalisation du à:
sidence de la République. Alger était la de la stabilité et de la continuité de l’Etat. fondamentalisme menace de remettre en * dépasser leur atomisation et à dialo-
Après avoir réduit cause le caractère républicain de l’Etat. guer entre elles puis avec l’Etat pour trou-
à la clandestinité C’est janvier 1992. C’est le début de la ver un dénominateur commun politique
les anciens sou- période noire. Les élites ciblées par le ter- afin d’asseoir la pratique démocratiqueEn Algérie, les élites ont été, dans et face à l’histoire, si
tiens du précédent rorisme vont payer de leur vie. dans notre pays sur des bases saines ;différenciées, si disparates, de matrice sociale, de formation et
régime regroupés Journalistes, écrivains, hommes de * à jeter des passerelles en direction de
de langues si variées, porteuses souvent de projets divergents dans l’ORP puis théâtre, sociologues, médecins sont la société en changeant leurs modes de
dans le PAGS, le assassinés. communication et leur langage.pour ne pas dire carrément opposés qu’elles n’ont, à aucun
pouvoir se rééqui- Des milliers d’autres s’exilent. Une sai-moment, formé une force unie capable d’occuper une place
libre, dès 1966, gnée qui vide le pays de sa substance et - A long terme : elles doivent œuvrer :
stratégique dans les centres de décision et donc d’inspirer et denationalise les s’ajoute à celles qui l’avaient précédée * à obtenir une réforme radicale de
conduire des politiques d’Etat. mines et plus tard dans les années 60-70. l’école dans le sens de la modernisation ;
les hydrocarbures, Ce qui s’ensuivit constitue pour les * à s’insérer dans la mondialisation en
lance les trois générations d’aujourd’hui un lourd passif. s’ouvrant sur la recherche fondamentale
capitale du monde et accueillait tout ce révolutions, agraire, industrielle et culturel- Le dépérissement des valeurs politiques, pour maîtriser les moyens d’influence
que la planète comptait de puissants chefs le, baptisées «les grandes tâches d’édifi- le galvaudage du militantisme et de l’en- technique ;
d’Etat, Khroutchev, Nasser, Tito, Chou-En- cation nationale», ou «la voie de dévelop- gagement, le dévoiement des partis, cen- * à militer pour obtenir l’abolition du
Laï, qui remontaient la rue Didouche- pement non capitaliste», sous le sceau du sés être des écoles de citoyenneté, a clientélisme, la reconnaissance du mérite,
Mourad, à pied, sous les confettis et les non-alignement et de la grande proximité dénaturé la notion d’élites. Ajoutons à cela la sécurisation et la considération morale
pétales de roses. avec les pays socialistes. Les élites de la désarmante médiocrité des productions et matérielle dues à leur apport au déve-
L’université, la cinémathèque, le gauche reviennent dans le jeu politique, de l’esprit, le mauvais classement des uni- loppement de la société. Elle gagneraient
théâtre étaient animés par Jacques s’engagent dans le volontariat et au sein versités, l’indigence de la recherche scien- aussi à rompre avec la culture du salon, à
Berque, André Mandouze, Galissot, de l’ANP lors de la guerre israélo-arabe de tifique. cesser de nourrir des complexes vis-à-vis
Perregua, Maxime Rodinson, Jacques juin 1967. C’est l’époque de la thèse du Avec de telles carences et de telles de l’Occident comme de l’Orient et à ne
Arnaud, Langlois, Serge July, Boudia, soutien critique. déviances, quelle place les élites d’aujour- compter que sur leurs propres ressources
Kateb Yacine, Mostefa Lacheraf, Malek La réforme de l’université menée par d’hui peuvent-
Haddad, Mourad Bourboune, Bachir Hadj Mohamed Seddik Benyahia et l’absorption elles espérer
Les udmistes, les ulémistes, les communistes et naturellementAli, les rédacteurs de la revue Novembre de l’UNEA par l’UNJA ouvrent une voie occuper pour
et les peintres du mouvement royale à de nouvelles élites, les élites susciter le tous les intellectuels qui s’y apparentaient, toutes vocations
«Aouchem», un melting-pot détonnant qui d’Etat auxquelles sont confiées la réalisa- changement
confondues, n’ont rejoint les rangs de la Révolution qu’à partir de
avait fait d’Alger et de l’Algérie un carre- tion et la gestion des combinats et ou, à tout le
1956 après que celle-ci ait consolidé ses assises à l’intérieur etfour et une adresse révolutionnaire de des complexes industriels décidés par le moins, l’accom-
référence. A côté de ce rush de gauche plan, l’épine dorsale de l’économie admi- pagner dans la à l’extérieur, à la suite de l’offensive militaire du 20 août 1955
essentiellement francophone, les élites nistrée. bonne dans le Nord-Constantinois.
arabophones se regroupent autour de De nombreux segments d’autres élites, direction ?
l’Institut d’études arabes nouvellement séduites par les lambris de la nouvelle Ces élites
créé et autour de l’Humanisme musulman, République, se convertissent. C’est semblent pour le moment affaiblies, pour conquérir d’avantage d’espaces de
la revue lancée par El-Hachemi Tidjani et l’époque de l’article 120. presque sans voix. Elles n’arrivent pas à pouvoir qui permettraient enfin que la rai-
les premiers fondamentalistes algériens. La mort du président Boumediène communiquer juste et à susciter des son du savoir et de l’intelligence puisse
r eLe D Aroua, Malek Benabi, cheikh signe la fin de cette époque. Le 4 congrès échos au sein de la société. l’emporter sur la force brutale des lobbies
Sahnoun, Abbas Madani y écrivent, pro- du FLN sonne le déclin du socialisme et Pourquoi ? Est-ce du fait d’une faibles- de l’ignorance.
posent une autre voie, invoquant l’arrivée des libéraux, les chefs d’orchestre se liée, encore une fois, à l’origine sociale Elles pourraient, au bout de ce proces-
l’exemple de Ali Jinah, Iqbal, Bamatte, El- de l’infitah. et à l’Histoire ? Est-ce du fait de leur sus, produire, à partir de leur génie propre,
Afghani, etc. C’est dans ce climat de diffé- Assis sur une base sociale laminée par confinement à la marge de la société par un modèle conforme aux aspirations de la
rends, récurrents liés, encore une fois, aux les désillusions générées par l’échec du les différents pouvoirs qui se sont succé- société qui fera d’elles, à l’avenir, un inter-
origines sociales, à la formation, à la socialisme d’Etat et des politiques de dés à la tête de l’Etat ? Ou bien du fait de locuteur de poids et d’influence incontour-
langue, aux positionnements idéologiques développement économiques sous- la régression de la société elle-même nable. B. M.
PublicitéLe Soir
d’Algérie Actualité Dimanche 2 octobre 2011 - PAGE 10
BOUIRA
Quand le volontariat fait des émules
l’anarchie. Toujours dans leUne semaine après la campagne de volontariat initiée
domaine de l’action sociale, lepar le groupe bénévole Ness El Khir Bouira et qui a ciblé
groupe Ness El Khir Bouira ale quartier populaire des 1 100 logements, c’est au tour
appelé, via Facebook, les habi-
des habitants de Draâ El Bordj, situé en plein cœur de la tants de Bouira à participer à la
nouvelle ville de Bouira, de réunir leurs forces pour «journée sans voitures» du
redonner son titre de noblesse à ce quartier qui croule 30 septembre, afin de sensibili-
depuis quelque temps sous les déchets. ser la population à la cause envi-
ronnementale ; une journée à
laquelle beaucoup ont réponduL’action a été initiée par un des plus jeunes aux moins
présents et qui a permis auxgroupe d’une dizaine de per- jeunes, qui, jaloux de voir leurs
enfants de participer à des ate-sonnes habitant le quartier quartiers agressés par tant de
liers de dessin, à planter desdepuis plus de quinze ans, et qui saleté, ont vite investi les
arbres dans leur quartier et àse sont fixé la tâche, en cette dédales de Draâ El Bordj dans
prendre possession, le tempsjournée du samedi, de ramasser une ambiance de fraternité et de
d’une demi-journée, des routestous les déchets qui jonchaient solidarité.
qui se sont transformées en ter-les trottoirs et s’accumulaient Et vers midi, la cité résiden-
rains de jeu pour le bonheur desentre les immeubles. tielle a changé de face au grand
petits sortis s’amuser en vélo ouAinsi, vers 7 h, Ninor, Hamza bonheur des enfants qui
en rollers. De belles initiativeset les autres, avec gants et n’avaient pas encore eu l’occa-
citoyennes et constructives quibalais, ont commencé à ramas- sion de vivre un tel événement.
permettront peut-être de propa-ser les ordures : bouteilles et Interrogé à ce sujet, un habi-
ger le virus de la bonne action etsacs en plastique, papiers et tant se souvient que par le
de sortir une fois pour toutes deautres emballages, qu’ils ont passé, les actions de volontariat d’escalier et les espaces se trou- sement et selon notre interlocu-
l’inertie et du «je-m’en-foutisme»chargés dans un camion-benne étaient courantes. vant entre les immeubles, notre teur, l’arrivée de nouveaux venus
qui se sont emparés des popula-dépêché sur les lieux pour l’oc- «Chaque vendredi matin, mes quartier était le plus huppé de et surtout le désintérêt de la nou-
tions ces dernières années.casion. copains et moi ramassions les Bouira, et ce n’était pas pour velle génération ont vite plongé
Katya Kaci Une fois nettoyés, les trottoirs déchets, nettoyions les cages rien», a-t-il précisé. Malheureu- le quartier dans l’insalubrité et
et les espaces se trouvant entre
les immeubles ont été lavés à RELIZANEgrande eau javellisée. Et comme
faire le bien est souvent conta-
gieux, le petit groupe s’est vite vu
grossir pour atteindre, vers 10 h, Six morts et deux blessés
près de cinquante personnes,
en une journéeLe développement
Malgré les campagnes de gereux. En effet, il a été enregis-de la production
sensibilisation et de préven- tré deux accidents de la circula-laitière en débat tion organisées pour lutter tion faisant six morts et deux
contre les accidents de la cir- blessés. à Guelma
culation, la route continue à A Kenanda, un grave acci-
faire des victimes. dent de la circulation s’est pro-La filière laitière se déve-
duit vers de 18h. Selon les infor-loppe progressivement en
Ce phénomène a pris de mations recueillies, une voitureAlgérie, notamment dans la
l'ampleur, notamment au cours a percuté un arbre, au momentrégion de Guelma, réputée
de la journée d’hier où deux où elle a raté un virage, faisantpour sa vocation agricole.
accidents ont été enregistrés quatre morts sur-le-champ dontMais il faut croire que la pro-
dans la wilaya de Relizane. une femme enceinte et deuxduction reste, bien entendu,
Une recrudescence qui s'ex- enfants en bas âge. Les vic-en deçà des besoins sans
plique, selon les premières don- times ont été transférées à lacesse croissants d’une popu-
nées des recherches effectuées morgue de l’hôpital Mohamed-lation en expansion.
par les gendarmes, par le non- Boudiaf du chef-lieu de Reliza-Le premier séminaire natio-
ne. respect du code de la route.nal sur le lait et ses dérivés,
Une enquête a été ouverteDes infractions liées principale-qu’organisera l’Université du
par la brigade de la Gendarme-ment à l'excès de vitesse, à la8-Mai 1945 de Guelma, qui se
Il est à signaler qu’un autre la commune d’Oued Djemaâ,rie nationale de Mostaganemperte de contrôle du véhicule, àtiendra les 4 et 5 octobre, va
carambolage entre trois véhi- faisant deux autres morts. pour déterminer les circons-l'implication parfois du piéton etpermettre, sans doute, de
cules touristiques a eu lieu dans A. Rahmanetances exactes de ce drame.surtout aux dépassements dan-débattre des différentes pro-
blématiques liées au dévelop-
pement de cette filière. CONFLIT APC-DAÏRA D’AZAZGA
C'est une première, nous
diront les organisateurs, qui va
permettre de répondre aux La section RCD accuse
questions que se posent les
Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, la section RCD médecin et de provocation connus et habitués à cesintervenants dans le secteur
d’Azazga s’en prend, en des termes particulièrement virulents, envers les manifestants, en exploits», que le RCD accuse delaitier. «Les participants vont
au chef de daïra et aux services de sécurité accusés de passivi- jurant que les ralentisseurs exi- tentative de saccage et de pilla-chercher des solutions aux
té et de parti pris en faveur des habitants de Tizi Bouchène et gés ne seront pas réalisés en ge du siège de la nouvelle APCnombreuses contraintes ren-
d’Ighil Bouzel, lors des événements qui ont secoué dernièrement vertu de la réglementation. que les manifestants ont priscontrées par les producteurs
cette localité (voir article du 21 septembre). Les manifestants ont alors délé- pour cible «du fait de son carac-de lait et préconiser les straté-
gué trois personnes pour tère de projet budgétivore dontgies qui pourront assurer une
L’Etat n’est pas épargné par riverains en procédant à la fer- débattre avec le chef de daïra l’argent aurait pu servir à amélio-
meilleure valorisation du lait»,
les diatribes de la section RCD meture de l’axe routier puis de la dans la soirée même, et promes- rer le cadre de vie de tous les
disent-ils.
qu’il accuse de ne répondre qu’à RN 12 pour exiger la sécurisation se leur a été donnée de satisfai- habitants de la commune», selon
L’objectif principal de ce
la force et de ne pas protéger les de la route, une demande re à leur exigence. Deux jours des manifestants.
séminaire, qui a pour thème
biens, les citoyens et les élus maintes fois adressée aux autori- après, une vingtaine de ralentis- Des faits qui se sont déroulés
«Entre réalité de production et dans l’exercice de leur mandat. tés, selon eux. Le ton est monté seurs ont été réalisés. en présence des services de
réalité de transformation et de Tout a commencé le 13 sep- d’un cran lors du déplacement du Cela est survenu après que sécurité qui ne sont pas interve-
consommation», est de faire tembre lorsqu’une femme a été P/APC sur le site pour s’enquérir les jeunes riverains eurent nus, note la déclaration qui accu-
connaître aux différents renversée par un chauffard sur de la situation. investi la ville en signe de se le chef de daïra «d’acheter la
acteurs les diverses technolo- l’axe routier Imssiren-Ighil Bou- Alors que ce dernier affirme mécontentement. paix sociale», de prendre des
gies et leur mise au point dans zel, une route en pente dépour- avoir fait l’objet d’un manque de Ce qui a soulevé l’ire de la décisions sans consulter le maire
les différents maillons du sec- vue de ralentisseurs, de trottoirs respect devant les services de section RCD qui qualifie ces et de promettre monts et mer-
teur laitier. et d’éclairage public. C’est l’acci- sécurité, les riverains l’accusent jeunes de «désœuvrés et d’être veilles aux citoyens.
Noureddine Guergour dent de trop qui a fait réagir les d’écart de langage envers un récupérés par certains milieux S. Hammoum
Photo : DR.
Photo : Samir Sid