“Quelle critique radicale de l économie politique ?”
35 pages
Français

“Quelle critique radicale de l'économie politique ?”

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
35 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • exposé
Jean-Jacques GISLAIN Professeur, Département des relations industrielles, Université Laval (1990) “Quelle critique radicale de l'économie politique ?” Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: Site web pédagogique : Dans le cadre de: Les classiques des sciences sociales Une bibliothèque numérique fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Site web: Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi Site web:
  • sujets économiques
  • nécessité du principe
  • validité du postulat de l'échan- ge
  • troc direct
  • multiplication des marchandises entrant dans le troc
  • histoire des doctrines économiques
  • economie politique
  • économie politique
  • classiques des sciences sociales
  • échange
  • échanges
  • echange
  • echanges

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 72
Langue Français

Exrait




Jean-Jacques GISLAIN
Professeur, Département des relations industrielles, Université Laval

(1990)



“Quelle critique radicale
de l’économie politique ?”




Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole,
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi
Courriel: jean-marie_tremblay@uqac.ca
Site web pédagogique : http://www.uqac.ca/jmt-sociologue/

Dans le cadre de: "Les classiques des sciences sociales"
Une bibliothèque numérique fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay,
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi
Site web: http://classiques.uqac.ca/

Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque
Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi
Site web: http://bibliotheque.uqac.ca/



J.-J. Gislain, “Quelle critique radicale de l’économie politique ?.” (1990) 2


Politique d'utilisation
de la bibliothèque des Classiques



Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite,
même avec la mention de leur provenance, sans l’autorisation for-
melle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales,
Jean-Marie Tremblay, sociologue.

Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent
sans autorisation formelle:

- être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie)
sur un serveur autre que celui des Classiques.
- servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par
tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support,
etc...),

Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site
Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classi-
ques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif com-
posé exclusivement de bénévoles.

Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnel-
le et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins com-
merciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute
rediffusion est également strictement interdite.

L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisa-
teurs. C'est notre mission.

Jean-Marie Tremblay, sociologue
Fondateur et Président-directeur général,
LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES. J.-J. Gislain, “Quelle critique radicale de l’économie politique ?.” (1990) 3

Cette édition électronique a été réalisée par Jean-Marie Tremblay, bé-
névole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi à partir de :

Jean-Jacques GISLAIN

“Quelle critique radicale de l’économie politique ?”

Un article publié dans l’ouvrage Sous la direction de Lucille Beau-
dry, Christian Deblock et Jean-Jacques Gislain, Un siècle de marxis-
me. Avec deux textes inédits de Karl Polanyi, pp. 51-76. Québec : Les
Presses de l’Université du Québec, 1990, 374 pp.

[Autorisation formelle accordée par Christian Deblock le 29 juillet
2011 de diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]

Courriels : Jean-Jacques.Gislain@rlt.ulaval.ca
deblock.christian@uqam.ca

Polices de caractères utilisée :

Pour le texte: Comic Sans, 12 points.
Pour les notes de bas de page : Comic Sans, 10 points.

Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Micro-
soft Word 2008 pour Macintosh.

Mise en page sur papier format : LETTRE US, 8.5’’ x 11’’)

Édition numérique réalisée le 5 février 2011 à Chicou-
timi, Ville de Saguenay, Québec.

J.-J. Gislain, “Quelle critique radicale de l’économie politique ?.” (1990) 4


Jean-Jacques GISLAIN
Professeur, Département des relations industrielles, Université Laval

“Quelle critique radicale
de l’économie politique ?”



Un article publié dans l’ouvrage Sous la direction de Lucille Beau-
dry, Christian Deblock et Jean-Jacques Gislain, Un siècle de marxis-
me. Avec deux textes inédits de Karl Polanyi, pp. 51-76. Québec : Les
Presses de l’Université du Québec, 1990, 374 pp. J.-J. Gislain, “Quelle critique radicale de l’économie politique ?.” (1990) 5



Jean-Jacques GISLAIN

“Quelle critique radicale de l’économie politique ?”.

Un article publié dans l’ouvrage Sous la direction de Lucille Beau-
dry, Christian Deblock et Jean-Jacques Gislain, Un siècle de marxis-
me. Avec deux textes inédits de Karl Polanyi, pp. 51-76. Québec : Les
Presses de l’Université du Québec, 1990, 374 pp.



La radicalité de la pensée de Marx vis-à-vis de l'économie politique
semble être unanimement reconnue. Les adversaires de cette pensée
la rejettent alors que ses partisans la défendent pour cette même rai-
son. L'objet du présent texte est d'interroger cette radicalité,
d'examiner si Marx rompt radicalement avec l'économie politique.
Comme chacun sait le sous-titre du Capital, l'oeuvre majeure et de
la maturité de Marx, est « Critique de l'économie politique ». En défi-
nissant ainsi son programme de recherche, Marx se place lui-même en
position dite « critique » de l'économie politique. Ce qui nous intéresse
ici est donc de savoir si cette position épistémologique « critique » de
Marx est de l'ordre d'une remise en question radicale de l'économie
politique, c'est-à-dire qu'elle consisterait à nier la pertinence gnoséo-
logique de l'objet et de la méthode de l'économie politique, ou si elle
est une remise en (à l')ordre du projet scientifique de l'économie poli-
tique, c'est-à-dire qu'elle consisterait à refonder la pertinence gno-
séologique de l'objet et de la méthode de l'économie politique. Ou,
pour l'exprimer autrement, est-ce que le projet de Marx est de nier
radicalement l'économie politique pour qu'ainsi dans ce processus de
négation (critique) de la négation du (non) savoir sur l'économie (l'éco-
nomie politique comme pure idéologie), émerge dialectiquement un nou-
veau savoir radicalement autre, révolutionnaire et abolissant l'ancien
ordre (du discours sur) des choses ? ou est-ce que le projet de Marx J.-J. Gislain, “Quelle critique radicale de l’économie politique ?.” (1990) 6

est de refonder scientifiquement l'économie politique pour qu'ainsi
dans ce processus de reconstruction (critique) émerge un nouveau sa-
voir historiquement supérieur, anabolisant et dépassant l'ancien dis-
cours sur les (l'ordre des) choses ?
Ce que nous allons tenter de montrer ici, c'est que Marx se situe
beaucoup plus dans le cadre de la seconde alternative que dans la pre-
mière. Pour cela nous prendrons comme objet exemplaire de notre dé-
monstration l'acceptation a priori et l'utilisation dialectique que fait
Marx d'un, sinon du principal, des postulats fondateurs de l'économie
politique : le postulat de l'échange d'équivalents.
[52]

L'ÉCONOMIE POLITIQUE DE MARX

L'origine de l'émergence de l'économie politique, comme projet
scientifique de représentation du monde économique, repose sur la
constatation empirique que les relations économiques sont des échan-
ges marchands. Il semble, et l'apparence des faits observés le prouve
(?), que l'ensemble des « objets économiques » circulent selon une mo-
dalité unique qui structure cet ensemble : l'échange d'équivalents ; que
l'ensemble des « sujets économiques » entrent en rapport selon une
modalité sociale unique qui structure cet ensemble : l'égalité dans
l'échange. L'équivalence entre objets économiques / marchandises et
l'égalité entre sujets économiques / marchands sont donc les deux
faces d'une même représentation de l'économie fondée sur le postulat
de l'échange.
Sans une telle loi sociale organisatrice d'ordre cet « ensemble »
serait voué au désordre le plus complet, à la cacophonie issue de la
1 2multiplicité des bruits à la prolifération épidémique des parasites ,

1 Voir la théorie de l'information que développe H. Atlan dans Le Cristal et la fu-
mée, Paris, Seuil, 1979. J.-J. Gislain, “Quelle critique rad

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents