Rapport technique 2011 Final rev.5

Rapport technique 2011 Final rev.5

-

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : l' hiver
  • organigramme ¶
  • ambiance de coopération entre les membres de l'équipe
  • général wolfe
  • fibres métalliques
  • canoës
  • canoë
  • wolfe anges
  • moule mâle
  • béton
  • bords
  • bord

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 26 mars 2012
Nombre de lectures 32
Langue Français
Signaler un problème

Université de Sherbrooke Général Wolfe

TABLE DES MATIÈRES
Sommaire exécutif…………………………………… i Calendrier du projet…………………………………. 8
Analyse structurale…….…………………………….. 1 Dessin de détails…………………………………….. 9
Essais et conception………………………….……..... 1 Annexe A – Références…………………………… A-1
Gestion et construction………………………..…..…. 4 Annexe B – Proportions des mélanges…...……...... B-1
Innovation et développement durable……………….. 6 Annexe C – Tableaux des prix des matériaux……. C-1
Organigramme………………………………………...7

SOMMAIRE EXÉCUTIF
L’Université de Sherbrooke se situe dans les Cantons de l'Est au cœur d’une région de lacs et de
montagnes. Elle offre plus de 260 programmes au sein de neuf facultés. Depuis 1954, année de sa
création, l’institution base ses traditions sur l’audace et l’innovation, valeurs qu’elle transmet à plus de
35 000 étudiants chaque année. Reconnue pour l’excellence de son régime coopératif depuis 1966,
l’institution se classe au sommet des universités québécoises dans l’enquête pancanadienne du quotidien
The Globe and Mail depuis maintenant plus de huit ans.

Encouragée par un programme d’ingénierie basé sur le développement des compétences
professionnelles, la délégation de l’Université de Sherbrooke participe à la Compétition Nationale de
Canoë de Béton depuis 17 ans. L’équipe se base maintenant sur une forte tradition d’excellence des
éditions antérieures, ayant terminé dans les quatre meilleures équipes à chacune des sept dernières
années. Les figures 1 et 2 montrent l’équipe du Seaking 2010 lors de la compétition se déroulant à
Toronto.

Cette année, le canoë présenté par l’Université de Sherbrooke porte fièrement le nom de
Général Wolfe, célèbre conquérant britannique de la ville de Québec en 1759.

Afin d’atteindre ses objectifs d’offrir un canoë Tableau 1 – Caractéristiques du Général Wolfe
compétitif et de reprendre son titre canadien, une Dimensions du canoë
Masse 124 kg gestion rigoureuse et une implication importante de
Longueur maximale 6096 mm tous les membres de l’équipe ont été nécessaires.
Largeur maximale 803 mm
L’innovation principale de cette année a été d’usiner le
Hauteur maximale 406 mm
moule en polystyrène servant à la fabrication de notre
Épaisseur des parois 12,5 mm
moule femelle. De plus, l’utilisation de matériaux Couleur Gris
recyclés, telles la poudre de verre et la poudre de Propriété du béton structural
3polyéthylène, permet de diminuer l’impact négatif de Masse volumique 1056 kg/m
Résistance en compression, 28 jours 13,7 MPa la fabrication du canoë sur l’environnement.
Résistance en traction, 28 jours 2,35 MPa
Renforcement L’équipe de l’Université de Sherbrooke est fière de
Type d’armature Fibre de verre présenter le canoë Général Wolfe possédant les
Emplacement Plats-bords
caractéristiques montrées au Tableau 1.
Diamètre 6,35 mm
Figure 1 & 2 – L’équipe du Seaking 2010 lors de la compétition nationale

i Université de Sherbrooke Général Wolfe

ANALYSE STRUCTURALE
Une analyse structurale du Général Wolfe a été réalisée à l’aide du logiciel de modélisation et de
calcul de contraintes par éléments finis Catia®. Cette analyse des charges statiques a pour objectif
premier de déterminer la distribution des efforts internes dans la structure du canoë. Le second objectif
de cette démarche est de déterminer l’ordre de grandeur des efforts subit par le béton afin de finaliser
son développement et de déterminer le renforcement nécessaire dans les zones critiques du canoë. De
plus, des cubes et cylindres du béton du Général Wolfe
Tableau 2 – Caractéristiques moyennes du ont été testés afin de déterminer les valeurs moyennes de la
béton utilisé lors de l’analyse structurale
masse volumique, du module d’Young et du coefficient de Masse Coefficient de Module
Poisson nécessaire à la détermination des forces présentes et volumique Poisson (ν) d’Young (E)
3
1056 kg/m 0,20 4 875 MPa à la conversion des déplacements en contraintes. Ces
valeurs sont présentées au tableau 2.

Quatre cas de chargement ont été simulés lors de l’analyse. Ces cas sont Tableau 3 – Paramètres utilisés
décrits au tableau 4. Il s’agit de cas où les forces en jeux sont statiques. lors de l’analyse numérique
Les forces appliquées par les pagayeurs et les personnes transportant le Type de solveur Gauss R6
canoë, ont été décrites comme des réactions aux appuis en fixant les Nombre d’éléments 16 411
déplacements dans l’espace de petites surfaces représentant les points de Type d’élément tétraédrique
contact avec le canoë. La poussée d’Archimède servant à équilibrer le
poids des pagayeurs (687 N par pagayeur) et du canoë (1521 N) a été décrite par une force surfacique
2appliquée perpendiculairement à la coque sur la surface mouillée du canoë (4,8 m dans le cas A).

Tableau 4 – Cas de chargements simulés et analysés Le tableau 3 présente les paramètres utilisés lors
Chargements simulés Forces considérées de l’analyse numérique. Les contraintes de la
A Deux pagayeurs au repos Poids des pagayeurs
figure 4 montrent que le pire des quatre cas de
Poids du canoë B Trois pagayeurs au repos
chargements considérés est celui à deux Poussée d’Archimède C Quatre pagayeurs au repos
pagayeurs (Cas A). La contrainte maximale D Transport par six personnes Poids du canoë
Poussée des personnes dans les plats-bords au milieu du canoë atteint
0,53 MPa en tension. Sous le pagayeur avant,
elle atteint 2,95 MPa aussi en tension. Il s’agit bien sûr
d’effort avec les pagayeurs au repos. Ces efforts peuvent
cependant servir de base pour l’estimation des efforts subis
de façon dynamique par le canoë. Un facteur de
conversion de 1,25 pour un canoë en béton dans l’eau
(Paradis 2004) peut alors être appliqué à ces efforts.

ESSAIS ET CONCEPTION
Depuis plusieurs années, le canoë de béton de l’Université
de Sherbrooke a fait du béton autoplaçant (BAP) sa
Figure 4 – Contraintes dans la structure
marque de commerce. Il est sans aucun doute primordial
pour les membres du Général Wolfe de favoriser la fluidité et la mise en place accélérée du béton.
Afin de perpétuer la tradition, cette année encore notre canoë ne possède pas de treillis d’armature.

Processus de développement
Une attention particulière a été portée à la recherche de nouveaux agrégats et de nouvelles fibres. Nos
objectifs sont de trouver des matériaux ayant une faible masse volumique, une grande ouvrabilité, une
haute résistance à la flexion et une excellente ténacité. En ce sens, l’essai de nouveaux produits et
l’optimisation de ceux déjà utilisés ont permis de perfectionner davantage le mélange.


1 ³
Université de Sherbrooke Général Wolfe

Type de ciment et ajouts cimentaires
Le ciment utilisé, conforme à la norme ASTM C150, est de type HS. Ce type de ciment est retenu pour
sa faible teneur en aluminate tricalcique (C A). Cette propriété lui permet de conserver une meilleure 3
rhéologie durant la coulée. Quant aux différents ajouts cimentaires tels que le métakaolin, la fumée de
silice, la poudre de verre et la cendre volante, les équipes antérieures de l’Université de Sherbrooke ont
réalisé de nombreuses études sur ceux-ci. Pour cette édition, nous avons statué sur le fait que les équipes
antérieures avaient optimisé les proportions des ajouts cimentaires.

Le métakaolin correspondant à la norme ASTM C618, influence grandement la fluidité du béton en
contribuant à diminuer la surface spécifique par rapport à d’autres ajouts cimentaires comme la fumée de
silice. De plus, il a permis de diminuer la quantité de ciment incorporée dans le mélange. La poudre de
verre a un impact considérable dans notre mélange grâce à sa teneur en silice qui permet de compléter la
réaction d’hydratation. De surcroît, la poudre de verre permet d’augmenter la fluidité de notre béton en
raison de ses apports aux propriétés rhéologiques. Qui plus est, l’utilisation de cendres volantes permet
de limiter le risque de fissuration causé par le retrait endogène. La cendre Micron® a été préférée
puisqu’elle offre une résistance supérieure à sept jours.

Agrégats
Suite à la modification des règlements concernant les agrégats recyclés, nous avons réalisé des tests avec
du Corecell® broyé, des panneaux thermodurcissables aux propriétés mécaniques fortement
intéressantes. Ces panneaux étaient jugés non conformes aux standards de production de Gurit, c'est
pourquoi ils étaient considérés comme un agrégat recyclé une fois broyés. Malheureusement, la structure
des grains de Corecell® obtenue est très poreuse et présente une interconnexion des pores. Il en résulte
donc une surface spécifique très élevée et une adsorption importante d’eau. La fluidité du béton est donc
grandement affectée.

L’agrégat recyclé que nous avons sélectionné est la poudre de polyéthylène, un matériau recyclé post-
industriel. Ces billes de plastiques sont produites à partir de résidus de plastique provenant des rejets
d’un mouleur. De plus, notre fournisseur s’assure de nous fournir un produit ayant une granulométrie
3
uniforme en le tamisant à 0,422 mm. Ce matériau a été choisi pour sa faible densité soit 550 kg/m , sa
granulométrie fine ainsi que pour ses bonnes résistances à la compression.

Depuis maintenant plusieurs années, le Poraver® est l’agrégat de préférence pour obtenir un béton léger.
Le Poraver® est le résultat du recyclage des contenants de verre utilisés pour la consommation de tous
les jours. Il s’avère que l’utilisation du Poraver® correspond maintenant à 70% massique des agrégats
totaux. Notons qu’il est plus avantageux d’utiliser une granulométrie fine, et ce, même si le pourcentage
d’agrégats doit être maintenu à près de 27 % pour avoir une faible masse volumique. L’équipe a donc
choisi un mélange de microbilles de verre K1®, de Poraver® 0,25 à 0,5 mm et de Poraver® 0,25 à 1
mm pour compléter les granulats de canoë

Fibres
Le General Wolfe ne contient aucun treillis d’armature. En effet, pour reprendre les efforts de
traction, l’équipe a plutôt opté pour une conception innovatrice faisant appelle à l’utilisation d’un réseau
de fibres. Plusieurs essais ont été réalisés afin de trouver le meilleur type de fibre pour notre béton. Au
courant de cette édition, nous avons essayé les fibres de coco à cause de leur faible densité ainsi que
pour leur côté écologique. Par contre, il s’est avéré que ces dernières n’adhéraient pas très bien à la
matrice et que leur résistance à la tension était plus faible qu’estimée. En outre, nous avons expérimenté
les fibres de polypropylène pour leur légèreté et leur adhérence à la matrice de béton. Pour ce type de

2 Université de Sherbrooke Général Wolfe

fibres,, nnoouuss aavvoonnss oobbtteennuu ddee ttrrèèss bboonnss rrééssuullttaattss eenn tteennssiioonn aavvooiissiinnaanntt les 33 MMPPaa.. PPaarr ccoonnttrree,, lleess ffiibbrreess ddee
polypropylène ont grandement diminué la fluidité de notre béton.

Par ailleurs, la fluidité du mélange est grandement influencée par l’ajout de fibres et les fibres
métalliques ont démontré de meilleurs résultats par une plus petite diminution de la fluidité et de la
résistance en flexion par rapport aux autres fibres. C’est pourquoi les fibres métalliques présentées à la
figure 5 ont été iinnccoorrppoorrééeess aauu mmééllaannggee.. LLeess rrééssuullttaattss en flexion donnent uunnee rrééssiissttaannccee en moyenne à
2,35 MPa.

Renforcement
Durant les courses, les efforts dans les plats-bords
deviennent relativement importants et il est donc
pprriimmoorrddiiaall dd’’aajjoouutteerr ddeess bbaarrrreess dd’’aarrmmaattuurree aaffiinn
d’aider les fibres métalliques à reprendre la tension.
En effet, ces barres d’armature augmentent le facteur
de sécurité à cet emplacement. Les armatures sont en
fibre de verre de type V-ROD #2 et possèdent une
résistance en tension de 784 MPa.

Figure 5 – FFiibbrreess mmééttaalllliiqquueess uuttiilliissééeess ddaannss llee mmééllaannggee

Adjuvants
Le dosage en superplastifiant est une étape cruciale afin de développer un BAP. Des essais ont donc été
réalisés afin d’optimiser la quantité de Glénium 3030NS®. Ce polycarboxylate a été préféré pour sa
capacité à développer des résistances élevées à jeune âge tout en obtenant une ouvrabilité maximale pour
lllaaa mmmaaatttrrriiiccceee ccciiimmmeeennntttaaaiiirrreee... DDDeee pppllluuusss,,, iiilll pppeeerrrmmmeeettt ddd’’’eeennntttrrraaaîîînnneeerrr uuunnneee ttteeennneeeuuurrr eeennn aaaiiirrr cccooorrrrrreeessspppooonnndddaaannnttt aaauuuxxx eeexxxiiigggeeennnccceeesss dddeee lllaaa
compétition.

Parallèlement, il y a une ségrégation des fibres dans le mélange. C’est pourquoi un agent modificateur
de viscosité a été ajouté. Le Rhéomac 362® permet également un meilleur réseau de bulles d’air dans le
béton. En effet, l’air entraîné par le polycarboxylate est généralement de qualité médiocre : de grosses
bulles d’air mal réparties. Les essais ont montré que l’agent modificateur de viscosité permet de réduire
lll’’’aaagggggglllooommmééérrraaatttiiiooonnn dddeee bbbuuulllllleeesss ddd’’’aaaiiirrr... IIIlll eeennn rrrééésssuuulllttteee dddeeesss bbbuuulllllleeesss ddd’’’aaaiiirrr pppllluuusss pppeeetttiiittteeesss eeettt mmmiiieeeuuuxxx rrrééépppaaarrrtttiiieeesss ce qui donne
une meilleure finition à notre béton.

Essais
Afin d’évaluer la performance de nos mélanges, des éprouvettes
cubiques de 50 mm et des cylindres de 100 mm de diamètre ont
permis ddee ddéétteerrmmiinneerr llaa rrééssiissttaannccee àà llaa ccoommpprreessssiioonn sseelloon les
méthodes ASTM C109 et ASTM C39 respectivement. Les
essais en tension sont réalisés à l’aide de plaques rectangulaires
de 100 mm de largeur et d’une épaisseur de 12,5 mm,
représentatives de l’épaisseur du canoë. L’air entraîné et
l’étalement ont respectivement été vérifiés selon les normes
ASTM C138 et ASTM C230. Figure 6 – EEssssaaii ddee fflluuiiddiittéé eenn ccoouurrss

La fluidité étant l’essence même du béton développé pour le Général Wolfe, la mesure de cette
propriété a fait l’objet d’une attention hors du commun. En effet, afin d’obtenir une étude comparative
de la fluidité des cinq derniers mélanges, une section de 100 mm de largeur du canoë a été construite en
plexiglas. Une quantité fixe de chacun de ces mélanges est insérée d’un côté de cette section et le niveau

3 Université de Sherbrooke Général Wolfe

dddeee bbbééétttooonnn dddeee lll’’’aaauuutttrrreee cccôôôtttééé ddduuu mmmooouuullleee eeesssttt nnnoootttééé lllooorrrsssqqquuueee llleee mmmééélllaaannngggeee ssseee ssstttaaabbbiiillliiissseee... CCCeeettt exercice a permis de
constater que le mélange retenu est pratiquement autonivelant, confirmant hors de tout doute la
maniabilité adéquate du béton. La figure 6 présente la section de plexiglas.

Mélange final
Enfin, le béton structural possède une résistance en compression de 13,7 MPa. Pour ce qui est des
rrrééésssuuullltttaaatttsss eeennn fffllleeexxxiiiooonnn,,, llleeesss fffiiibbbrrreeesss mmmééétttaaalllllliiiqqquuueeesss pppeeerrrmmmeeetttttteeennnttt ddd’’’ooobbbttteeennniiirrr uuunnneee rrrééésssiiissstttaaannnccceee eeennn flexion de l’ordre de
2,35 MPa avec un comportement plastique après fissuration.

Mélange de finition
Pour répondre aux besoins de finition, la seule modification qui a été apportée au mélange final est le
retrait des fibres métalliques.

GESTION DU PROJET ET CONSTRUCTION
Début du projet
L’équipe du Général Wolfe s’est formée dès juin 2010. Plusieurs membres du Seaking 2010 ont
quitté l’équipe après la compétition de Toronto en mai 2010. D’autres étudiants en génie civil se sont
alors joints à la formation en septembre 2010 pour combler le départ de ces neuf membres. Les
pprreemmiièèrreess rrééuunniioonnss oonntt ppeerrmmiiss ddee ddéétteerrmmiinneerr lleess oobbjjeeccttiiffss dduu pprroojjeett eett lleess ggrraannddeess aamméélliioorraattiioonnss àà
aappppoorrtteerr aauu ccaannooëë eett àà ssaa ffaabbrriiccaattiioonn..

Organisation
L’organisation structurelle du projet a été placée au cœur des préoccupations dès le début. Le rôle et les
tâches des membres ont été déterminés selon les intérêts, l’expérience et les connaissances de chacun.
Afin de créer une ambiance de coopération entre les membres de l’équipe, cinq directeurs ont été
nnoommmmééss sseelloonn lleess aaxxeess mmaajjeeuurrss dduu pprroojjeett ssooiitt,, aaddmmiinniissttrraattiioonn,, ccoonncceeppttiioonn,, bbééttoonn,, ccoonstruction et
compétition. Sous la supervision du coordonnateur, chacun des directeurs s’est allié d’équipiers afin de
mener à terme chacune des tâches.

Toutes les recrues se joignent à un axe du projet pour faciliter leur intégration et surtout, maximiser le
transfert de connaissances d’une édition à l’autre. Elles travaillent donc sur des éléments concrets et
ppprrrooofffiiittteeennnttt dddeee lll’’’eeexxxpppééérrriiieeennnccceee dddeeesss vvvééétttééérrraaannnsss... CCCeeetttttteee fffooorrrmmmuuullleee aaa dddééémmmooonnntttrrrééé sssooonnn sssuuuccccccèèèsss dddeeepppuuuiiisss mmmaaaiiinnnttteeennnaaannnttt pppllluuusssiiieeeuuurrrsss
aannnnééeess.. PPuuiissqquuee lleess mmeemmbbrreess ddee llaa ffoorrmmaattiioonn ppaarrttiicciippeenntt aauu rrééggiimmee dd’’aalltteerrnnaannccee ttrraavvaaiill//ééttuuddee ddee
l’université, l’équipe de travail change chaque session.

Budget
Les principales dépenses de l’équipe concernant l’achat de matériaux et d’outils, sans oublier les coûts
reliés à la compétition. Pour que l’équipe soit en mesure de réaliser ces dépenses, plusieurs activités de
fffiiinnnaaannnccceeemmmeeennnttt ooonnnttt ééétttééé ooorrrgggaaannniiissséééeeesss... EEEnnntttrrreee aaauuutttrrreeesss,,, dddeeesss sssoooiiirrréééeeesss ppprrrooommmoootttiiiooonnnnnneeelllllleeesss aaaiiinnnsssiii qqquuueee llleee tttiiirrraaage d’une paire
de billets pour une partie de hockey des Canadiens de Montréal. Cependant, la majeure partie des
revenus provient du soutien financier d’entreprises de la région sherbrookoise et de subventions.

Planification
Afin de bien mener le projet à terme, un Construction (850 h) 20%
éécchhééaanncciieerr aa ééttéé ééllaabboorréé aauu ttoouutt ddéébbuutt.. 34%23%Administration (455h)
LLaa rreecchheerrcchhee ddee ffiinnaanncceemmeenntt aa ddéébbuuttéé Conception et plans (120 h) 18%5%
dès l’été. L’automne a permis Rech. et dév. du béton (585 h)
d’analyser les nouveaux règlements, de Préparatifs à la compétition (490 h)
recruter de nouveaux membres, de
développer le béton et d’usiner le moule Figure 7 – Répartition du temps consacré au projet

4 Université de Sherbrooke Général Wolfe

femelle, une innovation de cette année. Ensuite, la fabrication des moules a été complétée au cours de
l’hiver et enfin, le canoë a été coulé le 3 avril 2011. De nombreuses heures d’implications ont été
nécessaires au projet. Elles sont réparties par secteur d’activités à la figure 7 et approximatives en
fonction du travail à venir.

Entraînement des pagayeurs
Dès l’été, l’équipe de rameuses et rameurs a entamé son entraînement en rivière à l’aide d’un prototype
en fibres de verre de l’année précédente. Durant les mois plus froids, les entraînements se poursuivent en
piscine. À la mi-avril recommencent les entraînements en rivière en collaboration avec le personnel du
Club de Canoë-Kayak de Sherbrooke.

Construction
Depuis neuf ans, l’Université de Sherbrooke utilise une méthode
de construction distincte qui dévoile, année après année, ses
nombreux atouts. En fait, le mélange de béton a été coulé à
l’intérieur d’un moule à doubles parois en fibre de verre. Les
principaux avantages de cette technique sont la réduction
considérable du temps de sablage tout en conservant un excellent
produit fini. De plus, le programme de sécurité suivi par l’équipe
est celui imposé par l’institution scolaire puisque la construction
et le développent du béton s’effectue dans les locaux de
l’Université de Sherbrooke.
Figure 9 – Section du canoë
modélisée sur le logiciel Une modélisation en 3D du moule de polystyrène a été réalisée
SolidWorks®
avec l’aide du logiciel SolidWorks® et à partir des données de
conceptions de l’ASCE. Le modèle a ensuite été divisé en quinze
sections pour réaliser un usinage optimum. La figure 9 présente
une des sections modélisées. Ces sections ont été codées pour les
usiner avec l’aide d’une toupie qui peut se déplacer selon trois
axes et qui est dirigée par un ordinateur (figure 10). Par la suite,
les sections ont été usinées une par une et assemblées avec l’aide
d’une résine époxy. Pour créer une surface lisse et corriger les
imperfections dues à l’assemblage des sections, le moule de
polystyrène est enduit de mastic à base d’époxy.

La forme de base étant achevée, la construction du moule femelle
en fibres de verre commence par l’application d’un enduit gélifié
à base de polyester qui n’adhère pas sur le mastic à base d’époxy
recouvrant le polystyrène. Ensuite, quatre couches de fibres de
verre sont déposées à la surface de l’enduit gélifié et sont
imbibées d’une résine d’époxy. Une fois le moule femelle durci, il
est séparé du moule en polystyrène et entouré d’un caisson de
Figure 10 – Toupie pour usiner
bois rempli de polyuréthane, une autre innovation de cette année.

Le moule mâle a été construit directement à l’intérieur du moule femelle en y ajoutant du béton, du
caoutchouc et des feuilles de polystyrène d’une épaisseur de 12,5 mm remplissant ainsi l’espace que le
béton occupe entre les deux moules. Après l’application d’une couche de graisse de démoulage, le
moule en fibre de verre est fabriqué. Pour éviter toute déformation du moule mâle lors de la coulée du
canoë, de l’uréthane a également été injecté à l’intérieur de celui-ci afin de lui donner plus de rigidité.
Enfin, des couches de mastic ont été appliquées sur le moule mâle afin d’obtenir un excellent fini.

5 Université de Sherbrooke Général Wolfe

Les plats-bords sont placés à
l’intérieur du canoë, respectant
ainsi les règlements suggérés de
l’ASCE. Ce concept est une
source de défi pour l’équipe
depuis plusieurs années, le
système de rabats utilisé lors de
la dernière édition a été repris et
l’équipe a fabriqué une
structure pour y attacher un treuil Figure 11 – Étapes du système de rabats pour le démoulage
et ainsi faciliter le démoulage du
moule mâle. Cette structure facilite aussi le déplacement du canoë et du moule femelle dans le bassin de
cure. La figure 11 présente le système de rabats et ses étapes de fonctionnement.

Encore une fois cette année, l’équipe a fixé très solidement et de façon précise les deux moules pour
contrôler plus efficacement l’épaisseur des parois lors de la coulée du canoë. Un béton autoplaçant a été
utilisé pour toute la durée de la coulée. Ensuite, les flotteurs de polystyrène et les deux barres
d’armatures des plats-bords tenues par des cales en béton ont été placés entre les deux moules. Après 7
jours de cure, le moule mâle a été retiré et le canoë a été submergé dans un bassin jusqu’à 28 jours. Un
béton de finition a été appliqué afin de corriger les quelques imperfections. Suite à un sablage là où
nécessaire, la teinture a été appliquée sur le canoë. Un enduit scellant est finalement appliqué en deux
couches.

INNOVATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE
Premièrement, nous avons réutilisé le canoë de pratique de l’an passé pour ainsi diminuer le besoin en
matériaux, en temps et en coût. De plus, cela nous a aussi permis de diminuer l’utilisation de matériaux
néfastes pour l’environnement tels que l’époxy, l’acétone et la fibre de verre.

Ensuite, l’équipe a décidé de remplacer 20 % de la masse de liants par du verre broyé. Cette innovation
technologique a été développée par la chaire de recherche de la Société des Alcools du Québec sur la
revalorisation du verre provenant de bouteilles de vin. C’est ainsi qu’en broyant le verre recyclé en fines
particules, le matériel produit est complémentaire au ciment puisqu’il contient une quantité importante
de silice. Le ciment étant une des causes du rejet des gaz à effet de serre à l’échelle mondiale (5 % du
CO rejeté par l’être humain). De plus, le verre utilisé provient du recyclage post consommation. Il faut 2
se rappeler que le verre dans un site d’enfouissement est non biodégradable, ce qui en fait un matériau
allant à l’encontre des principes de développement durable. Notre deuxième agrégat recyclé provient
d’un matériau créé à l’aide de plastique postindustriel, soit la poudre de polyéthylène utilisée pour la
fabrication des bacs à recyclage.

Du côté de la construction, la principale innovation a été l’usinage du moule femelle, soit la forme
extérieure du canoë qui est imposée par les règlements de l’ASCE 2011. La méthode de fabrication du
moule femelle des années précédentes comportait plusieurs étapes qui faisaient multiplier les erreurs sur
la forme du moule. En procédant à l’usinage du moule, on réduit le nombre d’étapes de fabrication, ce
qui réduit considérablement la propagation d’erreur. La quantité de sections à assembler a aussi diminué
en passant de quarante à quinze sections.

Pour fabriquer le kiosque et les supports, nous avons utilisé du bois recyclé provenant de palettes de
bois. Cette action avait pour but de réduire l’utilisation de matériaux neufs et du même coup l’impact sur
l’environnement.

6 Université de Sherbrooke Général Wolfe

ORGANIGRAMME



7 Université de Sherbrooke Général Wolfe

CALENDRIER DU PROJET




8