Sept solutions pour tirer pleinement parti de l

Sept solutions pour tirer pleinement parti de l'innovation

-

Documents
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : des dernières années
  • leçon - matière potentielle : importante
  • cours - matière potentielle : dans les autres universités
                Technologie et innovation  Sept solutions pour tirer pleinement parti de l'innovation  Par Jean‐François Rioux
  • apport en matière d'innovation
  • succès commerciaux
  • investissement dans les secteurs
  • secteur de l'innovation
  • commercialisation
  • innovation
  • innovations
  • centres de recherches
  • centre de recherches
  • centre de recherche
  • centres de recherche
  • centre pour la recherche
  • recherches
  • recherche
  • projet
  • projets
  • entreprise
  • entreprises

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 36
Langue Français
Signaler un problème

 
 
 
 
 
 
 
 
Technologie et innovation 
Sept solutions pour tirer pleinement parti de l'innovation 



ParJean‐FrançoisRioux










Introduction 

Nousavonsdebonnesidées,cela n efa itaucun doute.Nosinnov atio ns–pensons
seulement auBlackBerry,aulanga geJavaouaubrasrobotiqued ela n avette
spatiale–d épassentno sfront ièr es. Maissi noussommesreconn uscommeun
peupleparticulièremen tcréa tif, n o u sréussissonstoutefo i sass ezmal à
commercialiser nosin n o vations et à ent i r e rpr ofit.

Selonunrapportproduiten2009 parleConferenceBoardduCan ad a,notr e pay sne
figurepasparmiles10économies l esplusinno vant esau monde. Nousaccusons
notamment unreta rdconsidérable quantaunombredebrevetsen vigueur–près
de122, 000 auCanadaen2008contre plusde1,8millionauxÉta ts‐Unis,quelque
166,000en Espagne e t 147,000en R ussie.

Pourquoi,alorsquenosgouverne mentssoutiennentlesinnova teu rs p arlebiais de
créditsd’ impôtàlarec hercheeta u développement,a v o n s‐nous deladifficulté à
générerdessuccèscommerciaux p r ovenantdenoseffortseninno vation?Cetteaide
est‐ellesuffisante?Est‐ellestr ucturée efficacementpournous permettred e t irer
pleinement profitd eno scompéten ces?

Cechapitreapourobje c tifdef a i re r essort irlesproblèmesqu enouséprouvonsen
matièr ed’innova tion e tdepropo serdessolutionsvisant à amél iorer notrecap a cité
àconvertirnosidéesensuccèscommerciaux.

L'innovatio n occupeuneplaceimp ortan t epar m ilesprior i tésgo uvernementales.À
l'heureactuelle,legouvern ementd u Canad asoutientl’inn o vati onàhauteurde
troismilliardsdedollarspara nnéegrâceauprogrammed’encou ragementsfiscaux
delarecher chescient i fiqueetd éveloppementexpér iment a l(RS& DE). Ilappuie
égalementl ' innova tion e tlarecher c hedansno sunivers i t é sen vued e générerd e
nouveauxprojetsrésultantdela recherchefondamentale.Cesin vestissements
considér ablessontlap r euveirré futabledel’importance queno tres ociété accordeà
l'innovat i o n .

L'innovat i o n issuedes entr epris e s, desuniv e r sités,d e scentre sderechercheetdes
eindividusestunélémentclédela r éussit e des sociétésd epuis le20 siècle.Elleleur
procureunavan t ag econcurrent iel v is‐à‐visdesautresn a t i ons, tantàl’échellede
l’économielocale,oùellecontri bueàl’accrois s ementd e l’eff icacitéet d ela
compétitiv ité,qu’àl’échelleint ern a tion ale,oùelleleurperm etd’offriraux
entr epris e s etauxgouv e rn ements desser vicesetdespro duitsp erfo r m ants.

C’estpourquoilesgouvern ements soutiennentl'innovatio n pard if férentsmoyens,
notamment dessubventionsetdes mécanismesfiscauxproposésau xentr epris e s
désir e uses d emettr el e urmain‐d'œuvreàco ntributio n pourrepo usserleslimiteset
créerd esso l utionsnov atric e s.De plus,s’inspirantd e n ations ayantfiguréparmiles
chefsdefiledel'innovation–c ommeleJapondanslesa n n ées 80et90–,ilsguident
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 2lesecteurdelarecherc heunive rsitairevers desmodèlesdepa rtenariatsétroits
aveclesent repris esa findecréerd essyn ergies.Ceciv ise àp romouvoirletrans fert
desfruitsd elarecherc heunivers it air e àl'économieet à o rie n t erla recherchev e rs
lesbesoins réelsdes entreprises.

Cependant, m algréces effor t s,f orc e estdeconstaterquelese ct eurdel'innova tion
auQuébecetauCanadaconnaîtdesdifficultés(Canada'ssorry sta t e ofinno vat i o n
http://www.theglobeandmail.co m /r eport‐on‐business/economy/growth/canadas‐
sorry‐state‐of‐innov a tion/artic le1750621/).Contrairementàc e quel'onpourrait
penser,l'in novat i onst a gne, e tce, endép itdesénormesinvest issem e ntspublics
consentisc e sdernièresannées.

Lescausesdecett est a g nat i onson tdifficil esà c erner.Les so mmesinvestiesdans l e
cadredesprogrammesdestimulati ondel’innovationnousamènen tàconclureque
lesentrepriseseffectuentréelle mentdelarec hercheetdudév eloppement.
Pourquoialorsnevoyo ns‐nouspasderésultatsconcretssetraduisantenréussites
commercialeset e nr e t o mbéeséconomiques?

Cet t er é alit épeuts’exp liquerdeplusieursfaç ons.Toutd’abor d,l'argent inject é dans
lesent r epr i sesen r ech e rcheest‐il biencontrô l é?Ilestcer t e sbondefinancerles
effortsde r echerchedanslesen treprises,maisàquelpointle secteurpublicdoi t ‐il
guiderl’utilisat i ondec e ssommes?Onpourraitdébatt r el o ngte mpsdecette
question:l esidéesmenantàla cr é at ionde n ouveauxproduits ouservic e s
provien nen t eng é n é ral devis ionn a i res, e tils eraitd i fficil e pourungo uvernement,
n'éta n tpas unacteurcommercial,dejugerde l apertinenc e de ces idées.

Cecisoulèveégal e mentlaproblé matiquedessecteursd erecherc headmissibles.On
pourraitic i aussidouterdela capacitédugouvernementàguiderles entr e pris es
versdessec teurspromett e urs.Danslemême ordred'id ées,nono bstantla
pertinenc e d 'unsecteurd'innov a tionàl’échellemondiale,àqu elpointdevons‐no us
dirig e rles entrep risesv e rsdess ect e ursétro itementliés à l' économielocaleetàla
visiondedéveloppementéconomiqu edenosgouvernem ents?Cett e vision e st‐elle
adéquatem e ntcommuniquée?Est ‐ e llebienal i gnéesurcelledeno sentrep risesetde
nosuniversités?

Autreél émentsurlequelnousde v o nsnouspencher:lar edondan cedesprojetsde
recherche.I lexist e dan slesecteur delarecher c heunivers ita ireun eg r and e
transp aren ce.Celle‐ci estissued’ uneculturefavor i san t lepa rtage,ainsiquedel a
concurrenc eenmat ièr e defina nc ementquiin citelesun i v e rsitésà tro u verdes
projetsayantuncarac t è red iffé renciateurparrapportauxrech erches déjàencou rs
danslesaut resuniv ers i tés.Cepend a nt,da nsle milieudesa ffaires,oùl acultureen
estuned e s ilence e tde c onfident ial i té, ilestpr a tiquement i mpossiblepourles
entreprisesdesavoircequise passechezleursconcurrentsou d’autresjoueurs
dontilsneconnaissent t outsimp lementpasl’existence.Celan ousamèneànous
demanders ilegouvern ement,pa r s onrôled'investisseurdansc es e n t repr ises,n e
devra i tpas int e rv enirlorsquedesconcurrent seffectuen t desr echerchesvisantà
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 3releverles mêmesdéfis.Et,dans c ecas,commentintervenir,sachantquela
divulgatio nd'informationssurl esrecherches menéespa r l’une oul'autrepeut
s'avérerpréjudiciable?

Parailleurs,cesfondssont‐ilsvér it ablementutiliséspour dé velopperdenouvelles
technologiesetméthodes?Etdan s cetteopt ique,legouver n emen test‐ ilréellemen t
apteàjugerdelapertinencede sdifférentsproj e tsquisontsoumisetsouvent
acceptésco mmeayantuneréellep lusvaluesurleplandel'inn ovat io n,etce, avec
unregar dd é passan t no sfront ièr es ?Àtitr ed’exemple,unetech nolog iequipourrait
semblerinn o vant echez nousleser ait‐ellevr a imentda ns u ncon textede
globalisatio nsansces s e croissa nte?Etmêmesilesuniv e r s ités f ontpr euve,comme
nousl’avonsmentionné,d’unepl usgrand etr ansparence dansla publicationd e leurs
recherches c ourantes,l e sen trep r i s e sopèrent pourleurparten vaseclos.

Autrepoin t àconsidérer:àquo iserven tréellementlescr é dit sd'imp ô tàla
rechercheetaudéveloppement,do ntlebutavouéestde s timule rl'innova tion? Un
rega rdsurlestypesd e projetsadm i ssiblessoulèvecer tain esq uestion s.Siunepa r tie
desprojets quisontadmisaupr ogrammedelaRS&DEnecomportentpasdevol e t
innov a tio n i mportant, celalaisse ‐t‐ilsupposerdesobjectifsi navoués? Onpeuten
effet imagin erquedans lecasd ecertainsprojetsàcarac tère moinsinnovant,les
entr epris e s utilisen tun eportiond e scréd itsd’ impôtpourépon gerpartiellement
leursfraisdedéveloppement–m êmesiunep artiedec edévelop pementpeut
toucheràdelaRetD–etdimi nuerlecoûtderevien tdel eur sservic es.

Ains icet t e aide,do ntl amissionp remièrees t destimuler l'in novatio n ,sert a ussià
favor i ser in direct emen tl'augmen tationd ela p roductivit édese ntr e prisesenleur
procurantuneoffreplusconcurre ntiellesurleplanduprixde sservic es.Bénéfic i ant
decoûtsmoindres,ellessont e n mesurede développer desappli cationsvisantà
améliorerl e urproductivit éetl eur compétitiv ité–unobjectif certes n o bleetvala b le.
Iln’enrestepasmoinsqueleb utpremierdescréditsd’ i mpôt àlarechercheetau
développementestdefavoriserla croissance desentreprisesin nov a ntespa r la mise
enmarché desproduitsetserv icesqu’ilssubvent i onn e n t .

Sil’onveutcontinuerd’appuyer leseffo rtsd'augmentationde laprod u ctivit éen
subvention nantl esen t repris es,il sera i tbond e sedema n dersi lessu b ventio ns
devraientêtreversées s ouslec hapeaudel'in novat i on,o u simp lementêtre
distr i buées d irect e men t auxen t reprisesd ésir eusesd’augmenter l e urproductivit é
danslecad r edeprog r ammesspécifiquemen t créésda n s cebut.C ett e option
simplifieraitl’évaluatio n delar ent a bilitéd esinvest i ssem e nt senRetDetleur
apporten matièr ed'innova tion. Àmonavis, sinousvoulonsen t a nt q uesociété
favoriser et s timulerjudicieuse mentl'innov a t i onetl'aug m enta ti on de la
productivit é ,ilestpr i mordialde t raiterc esa spectssépa r éme nt.Unprogrammede
fin a ncemen tconfonda n t cesdeuxo b jectifsn e p eutques'avérer coûteuxetmoins
performant,neserait‐cequ’enrais o ndelaconfusioncrééepar unma nquede
direct ionet devis i on.Cequineveu t pasdir equ’ilestnéces sair ement mauvais
d’utiliserlesprogrammesdefin ancementRetDpourappuyerle sprojets
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 4d'augmenta tiondelap roductivit é.Mais,puisqu’ilfauttraiter cesdeuxtypesde
fin a ncemen tind é pend a mment,ilfa u dramodifierlesprogr ammesd 'aideàla
productivité(unexem p le:http://www.mdeie.gouv.qc.ca/productiv ite/)afind'y
admettr elesprojetsquineson tplusadmissiblesaufin a n c emen ten R etD.

À la recherche de solutions 
Onpeuten visag e rplusieursappr ochesàlarecherched esolutio ns p our
contrecarrerlastag n ationdel'i nno vatio n :analyserlesprobl ématiquessoulevéeset
proposerdessolutionspourchac une;a grég er p lusieurssolution sen u neafinde
résoudreplusd'uneproblématiqu e;fairel’analy secomparative des différentslieux
d'innova tio n ,notammenten reg a r dantcequi sefa itàl’ét r ang er.

Penso n sauJaponqui,longtempsreconnucommel’und e spaysle s plus
innovateurs,aaccuséunreculau coursdesdern ièr esan n ées.S esst r uctureset s es
programmesontbeauêtretoujours enplace,lebesoind’innover pour rebâtirla
natio n apr èslaDeuxièmeGuerre m ondiales’ estéteint.D ' autre spays,commela
Suisseetla S uède,(Glo balInnovat i onIndex‐
http://www.globalinnovationindex .org/gii/main/analysis/rankings .cf m # C GI .SCRIP
T_NAME#)ontpourleurpartsut irerlemax i mumdesentrep rises etdescentresde
rechercheeninstaurantdespoli tiq u esnovatr i cesquimettent d el’av antd e s
programmesd'aide,pr éconisentu n changem entd e cultureetpor ten tuneat ten t ion
particulièr eàl’undesobjectifs premiersdel'innovation,l a génératio n der e tombés
concrètes.

Évidemmen t ,iln'ex i ste pasdes olutionmiracle, iciouailleur s.Etbienq uel’on
puisses’inspirerdecequisef aità l’étrang er, ilfaudratoujourstenir comptedenos
différ ences géopolitiques,socia les etéconomiques.Lacapacité d'innovern'estpas
direct emen tliée auxpr ogrammesgouvernem e nt aux.Elledécoulep lutôtde
l’assemblagedemultiplesélémen ts etconditio nsder é ussite.







 
 
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 5Sept pistes de solutions 

1. L’approche ascendante (aussi appelée « pull », par opposition à « push ») incite les 
entreprises à s'attaquer à des projets ayant pour objectif premier de répondre à des 
besoins réels de l'industrie et de la société, et mise sur les compétences présentes 
dans notre société.  

Lefin ancementenrec h ercheetd éveloppementv ise ava n ttoutà stimuler
l'innovat i o n auseindenosent r ep rises etd enosunivers i tés. Ma isil estper t in entde
s’interrogersurlaphilosophied' investissementquiguidenos gouvernementsdans
cetted émar che.Uneco m paraison d el'approchegouvern ement a lea ctuelleetde
celledesfo n dspriv és e tparapublicsenmat ièred’in v est i sseme ntmetrapidement
enév i denceunediffér enceimport a nt e.Lesgo u vernemen tsinv est iss e ntd ansun
conceptlar g ed'inno va tion,a v ec unestructureetdesorientati o n sd'investissement
plussouples;cett ephilosophievis e àst i mulerlacréat ivit és oustoutessesfo r mes,et
ce,mêmesiunepartie d esin v est i s s ements n e sontpasdir ectem en tut iliséspour
favoriserl'innovation, maisser ventaussiàl’ a mélioratio nde laprod u ctivit é.Ta n dis
quelesfonds,pourleurpart,v isen tprincip a lementàt ir er un bénéficedeleurs
investiss e ments: ilsin v e stiss e ntdanslesentreprisesetlestechnologiesafinqueles
produitsouservicesissusdele ursinvestissem e ntssetraduise ntpardesgains
fin a nciers. Pouratt ein drecetob jectif,ces fondss'affairent constam m entàétudierle
marchéetl e stendanc e safinde sélectionnerlesprojetslesplusprome tteurs.Dans
cettequêt e d uprofit,o n pourrait d outerdel eurvolonté réell ed e stimuler
l’innovat i on .Maisbien a ucontrair e,lesuccèscommercialpeut contribuer
direct emen tàlacroiss a ncedel 'innovat ion.Uneentr e priseinn ovantequiconnaîtun
succèscommercialdisposeensui tedesommessuppléme n tairesqu’ ellepeutelle‐
mêmeaffec teràdelaR etD.De plus,lesuccèscommercialapp orteau x entreprises
uneexpériencequiaccroîtleurc apacité àmeneràt e rme unpro jetdeRetD.
(Signalons e npassa nt q ueRetD signifie«co mmercialisationc omplèted e
l'innovat i o n ».)

L'approchedesfondsp r ivés e nma tièr ed'in vestissement e nRet Deteninnovation
nousenseig n euneleço nimportan t e :iles tprimordiald’êtreb ienr e n seig nésurle
marchéd'uneentrepriseavantd' y investir.D'oùlapertin ence del’approche
ascenda n t e , quivadumarchéver slesent r ep rises etles c entr e sderecherche,
privilég iela connaiss a n c eetl’an a lysedumarchéetdes es bes oins,et f avor ise
l'investissementdanslessecteu rsquioffren tlesmeilleur esp ossibilitésde
commercialisation.Etc e,encont ra steàl’appr ochedessubventio ns, quireposesur
lajustificationdesméthodolog iesutilisées e t desdéfisà rel ever.

Afindebien circonscrir elessect eursdanslesq uelslegouvern emento ffr iradu
financement,ilseraprimordial d’établirdans q uelsdoma i ness eretr ouventles
compétencesdesentreprisesetq uelssontles avantag e spotenti elsquenous
pouvonstir e rde n otre t err i toire( p .ex.:l’hydroélectr i cit é ) .Siunsecteurde
recherches ' avèrepro m etteursur leplanéconomique,possédons‐ nousle s
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 6compétencesnéc e ssairespourl'exploiter etentir e rprofit?C’ esten m isantsur nos
forcesquenousobtiendronsdes résultatssignificatifs.N ouspossédonsdes
exper t is esimportantes dansde n ombreuxsecteurset no usnousd evonsdeles
exploiter.Lamajeurep a rtiedesso mmesoctroyées e nRet Ddev rav is erdesprojets
quioptimisentl’utilisationdenosc o mpétencesafindema ximis erlesprobabilités
deréussite e tde f avoriserledé vel o ppementcontinude noscom pétences.

Danslecas denouveau xsecteurs p rometteursnefaisantp aspar tiedenotrecham p
decompétence,leuradmissibilité auxprogrammesdefinancement dépendr ad e
leurcapacit éàgénér e r delacroiss anceécono mique,ains i que del’écartentreno s
compétencesacquises e tlescompétencesr e quisespourmeneràb ienlesprojets.
Mêmes'ilestprimordialdetirerp r ofitd enos compétences,il faudr a également êtr e
àl'affûtdes tendances futures afinquelesentreprisesetlesunivers it éssoien ten
mesureder é pondre a uxbesoinsfu t ursenmat ièr ed'inno v a tion.


Switzerl and blazesinno vatio n tra il (http://www.theglobeandmail .com/report‐on‐
business/economy/growth/switz erland‐blaz e s‐innov a tion‐
trail/article1750626/single page/ # articlecontent)


2. Création de comités sectoriels et de gouvernance dont le mandat sera d'analyser la 
situation, les tendances dans le marché, le contexte actuel en R et D et les 
propositions de nos entreprises en matière de nouvelles avenues d'innovation 

L'approcheascenda nt e nécess iteu n econn aiss anceétend uedumar ché,des
tend ances etdesopportunités,ain s iqu’unecompréhensionappro fo ndied e nos
avantag e sconcurrent ielsparra pportauxautrespays.Elleexig e égal ementun e
collaborationétro i te e ntrel esgouvernements ,lesecteur p rivé e tles centresde
recherche. N onseulementcelien doit‐ilêtr e solide,mais ild oitaussiadéquatem ent
représ ent e r lesint é rêts detous.

Lacréat ion degroupes sectoriel spermett r ad’ atteind r ecesobj ectifs. Cesgroupes,
formésder e présent a n t sdugouvernement,d usecteurprivé etde sc e ntres
univers i t a ir es,aurontc ommeobjectifd e trac e rdesvoies poten tiellement
bénéfiquesausecteur del'innova tion,etc e,enfonctiond'obj ectifset d’orien tat i ons
préalablement fix é spa runcomit é degouvern ance .Afind’éviter quelesmembres
représ ent a ntlesentr e prisesetles centr e sde r echerchen ejou issent d'unavant a ge
inéquit a ble,lesmandat s devron t êt r ed’uneduréelimitéeetco nfiésd efaçon à
assurerunerotationdesindivid us e tdesorganisations.D eplu s,bienquecetaspect
seradifficil e àcontrôler,les membresdevronts’engageràla plusstricte
confident i al ité encequiatra i tauxt r avauxd e s groupes.Enfi n,lescom munications
relatives auxobjectifsetavenu esd erecherchedevron tpr oveni rexcl usivement des
autorit é sgo uvernementalesquii nvestissentp arlebiaisdeces programmes.

Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 7

3. Réaménagement des programmes d'aide à l'innovation pour y introduire des 
incitatifs à la commercialisation 

L'aideàlac o mmercialisationdev rasetraduireparl’ajoutdefinanc ementauvolet
RetDdéjàapprouvéparlegouv er nemen t .Co ntra ir emen tauxpr ogrammesd'aideà
lacommercialisation e xistants, ils’agitic id’unea i desupplé mentair e visantl’as pect
rechercheenRetD.

Afind'enco u ragerlaco mmerciali sationdesproduitsdel'innova tion,l e program me
devraprévoirdespourcentagesd 'aideva rian tselonlest a deat teint parleprojet.À
titr ed’ex emple,unprojetparve nantàl’étap e delacommercial isa t ionsera
admissible àunremboursementp lu sélevédessalair esv erséspo urlaRetD.Une
telleaugmentationdelaremises urlesefforts e ffectuésen R etDdevr a it i ncit erles
entr epris e s àpoursuivrel'analyse d umarchépendan t la phased 'innovation.

Cet t ea i ded evra é galementva r ier enfonc t ion dutypeet del’e nverg u reduprojet
soumis,ain s iquedubesoind'ai d e f in ancière à sacommercialis at ion. C eladevra se
fairesuivantdesbarèm e sétabli safindeguid er efficacementl egouver nemen t quant
àlatailledessommesàoctroyer .Commec’estlecaspourles créditsenRetD,cette
aide r eprés e nt eraunp ourcentag e d esdépens e stotales.

Undes é lémentsàcon sidér erda n scettemes ureestlaca p acité desentrep risesà
commercialiserunpro duit.Avecd esmoyensfina nciersn ett e ment su p érieurs,u n e
grand e entr e prise aura u neplusgrandecapac itéqu'unepetitee ntr e p r ise àin ves t ir
danslacommercialisationd'unpr oduit,d’unprocessusoud’un servic e.Lespet ites
entr epris e s, craign a ntd enepas ê tr eenmesur edecommercialis erleurproduitet
ainsideperdreleurssubventio n s, p ourraient alorslaissertom berleursprojetsde
RetD.Sachantquelespetites entreprisessontsouventdegra ndesg énérat rices
d’innovatio n ,ilfaudra s'assu rerd e lesappuyerencesens.

Bienquelamajoritédesinvesti ss ementsda n s l'innovat i o n ont pourbutla
commercialisat i ondes f ruitsdelar e cherche,il estimporta n t ded istin g ueren trec e
typed'inv estissement e tlesinve stissementsdanslarecherche dite f o n damentale.
S’inscrivantautoutdébutdela chaînedevaleu rdel'innovati on,larecherche
fondament a levis eàéc laircird e sp r oblèmesquisontéloignésd uquotidienouqui
dépassentl espossibilitésd’appl ica t ionconcr è teda n sleconte x t ed e r echerche
actuel.Cela dit,cet aspectde l'inno vatio n ,bienquenonratt achédirec tementàdes
bénéficescommerciauxtangibles, pourrameneràd'éventuelleso pportunit ésde
commercialisat i ons’ilestbiena ncréetorientédefaçonàpro curerdes avantag e s
concurrentielsànosentreprises.

C’estpourquoilessommesallou éesauxsubventionsenRetDde vro n têtr e enpa rtie
affectéesà cestypesdeprojets .Évidemment,mêmes’ilestque stion icideprojet de
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 8recherchefondament a le,leurenca d remen t seraess e nt iel à l’obt entio n desr ésultats
attendus.Maiscommentencad rerc e typed e recherche?

Notresociétéutilis epr ésen tement commemoteursdeco mmercialisa t i on plusi eur s
centresspécialisésdo ntlesrés ultatsnesemblentpasdémontre rla v aleurréelle.Il
sera itfaciledecrit i quercesr ésultatsenremettantenqu esti o n lescompétencesde
leursresso urces.Cependant,une vued’ensembledelasituatio n danslemondede
l'innovat i o n nousamèneàr e ga rd erlesobjectifsd eceso r gan i s mes,ainsiqueles
disparitésentreeux,plutôtqu’ àévaluerleurscompétencesin t er nes. R appelonsque
noussommesunepet i t e sociét éet que,sinousvoulonsréussir dans u nmondede
globalisatio netd econcurrence intense, n ousdevonsnou sregro uperpourpouv oir
investirjudicieusemen t nosefforts etnot r eca pital.

Noscentresdecommercialisation n'onttoutsimplementnilaca paciténiles
ressources nécessairespourvenir e n ai de a ux che r che ur se t a ux entr e prisesqui
recherchen tunavan t a g ecompétit iflié àl'inn ovation. Ce m aill age,bienque
théoriquementt r èsbén éfique,exig eunencad r e mentcons t antpa r des personn es
qualifiéesainsiqu'unpersonn e làl ' affûtdes tendances.Cette nua nce estinfiniment
plusimportant edansledomained e larecherc h efondamentale,q uinécessiteune
veillev ision n air e a fin d e tra nsform erlesfruits delarecher c heenréussites
commerciales.

4. Programme de partage des recherches n'ayant pas conduit à la commercialisation 
(soit par la vente directe de produits et services ou par l'obtention de brevets)  

Bonnombredeprojets ayantbéné ficiéd’unea i degouver n ement a l en’ aboutissent ni
àlacommercialisationniàl'ob tentiondebrevets.Ilssont a l orsaband onnés et
laissésd e côté.Pourta n t,même s’ilsn’ontpas atteintleurso bjectifs,lestravaux
effectuésconservententoutou enpartieunpotent ielquin’es tpasnécessairement
inutilis able.Cegenr e d’échecpeutêtr e lerésul t atdeplusieursfacteurs.

Danslecad r ed’unprogrammede partag edes recherches n’ayan t pasmenéàla
commercialisation,les demandeurs defina ncementdev r o n ts’en ga ger,aumoment
deladema nde,àr emettre àl’État l apropriét éint e llectuelle desprojets
partiellementfina n cés parceder n ier, etce,ap r èsdeuxa n sou encasd’abandon.
Cet t epropr iét éin tellec t uellepourraalorsêt r e réutilis éep a r d’autres entr epris e s
bénéficiant d’uneaide g ouvernem entaleenRetD.Advenantlec asd’unsuccès
commercialdécoulantdelaréutil isationd’un p rojetabandonné, lapr emièr e
entr epris e p ourratoucherdesr ed evanc e ssur lesprofits r é alis ésparl adeuxième.

Unporta ilr éserv é aux e ntr e pris es p articip a nt a uxefforts deR ETDetréunissantla
totalitédes p rojetsabandonnés permettralaconsultationdeto uteladocumentation
liéeàc e spr ojets(techn iques,codesource,etc. ).Touteent repris epourrasignaler au
gouvernem e ntson i ntérêtpourun projetabandonné e t,autermede n égocia tion s
Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 9visantàdéterminerl'apportde cettenouvellecomposanteàson proj e t,conclure
uneent e n t esurlesred e vanc esà verseradvenantunsuccèscomm ercial.

Untelsystèmepermettraàlaso ciétéde t ir erl emaximumdesi nvestissements
gouvernem e nt auxenR etD,etaux innov a teur sdebénéfic ierd es effo rtsn'ay ant pas
menéàdesgainscommerciaux.

5. Programme de coopération interentreprises ou inter‐centres de recherche, et 
diminution du nombre de projets financés 

Afindemax i miserlepo t ent ield er é ussited es p rojetsen innov ati on ,ilf a udra
restreindre lenombredeprojets a dmis,tant s url'ensembledes projetsfinanc é sque
surlenombredeprojetsparent reprise,etd’a ffec t erun minim umderessourcesà
chaqueprojetafind'en assurer l'av ancement. Danslesect eurd el'inn o vation,où l e
momentopportunpourcommerc ialiserunproduit(letime to market )estun
incontourn able,ilfaut disposer delamain‐d’œuvren é cessair e pourmenerles
projetsàt e rme.

Ilfaudraég alement éviterd efi nan c erplusieursentr e pris esou centres derecherc h e
pourdesprojetsdemêmenature, e tpriv ilég ierplutôtlacoopératio n
int e rentr e p r ises.E n pa r eilcas,leg ouvernementin former ales en trep risesd e la
présenc e d eplusieursdemandes t o uchantunmêmeprojetd'innov a tionetinvitera
lesent r epr i sesin tér e ss éesà f ormerunconsortiumderec herche .Lesmembresdu
consortiumetlesr e présentants tec h niquesetc o mmerciauxdugo uvernement
tiendrontal orsdesdisc ussions visantàdéfinirunprojetcomm un,précis erl'apport
dechacun,établirunerépartiti ondelaproprié téintellectuel leetéla b orerunplan
d'affa ires.U n efo iscesélémentsv a lidés,legou v ern e men t fin a nceraunepar t ied e s
fraisdedéveloppementetdecommercialisationetguiderades e nt reprisesa fin
d'assurerlebondéroulementdu p r ojet.Cette solutionpermettr apar ailleursaux
petitesentreprises,quidispose ntdemoyensfinancierspl usmo destesqueles
grand e sent r epris e s,d'obtenird es n iveauxde fin a ncemen tetd' e ffor t splus
substantiel setd’augment era ins i leurschancesderéussit e .

Aunombredesavantagesdecety pedeconsortium:possibilité accru e desuccès
commercialgrâceàun f ina n cemen t plusimportant etprob a bilité splusélevées
d’adoptionduproduitdanslema rchédufaitqueplusieursentrepr i s e sen f ero n t la
promotion;findudédoublementd eseffortsfinancésp a rlegouvernementet
int e nsific ationdelacoopérat io nen tred i ffér en tesentr eprises localespartag e ant le
mêmeobjectif–lar éussitedupro j et–,etce, m êmesiellesn eso ntp asà100 %
propriétairesduproduit.Dansl ec a sd'unsuccèsimportant,il seramêmelogique
d'envis a ger latrans for m ationdec erta inscon sortiumsen nouvel lesentrep rises
vouéesaudéveloppement e tàlac ommercialisationdup r oduit.


Sortie13‐Septsolutionspourt irerpleinementpart idel 'inn ovation 10