Séquence n°2 b D

Séquence n°2 b D'autres formes d'argumentation pour dénoncer les injustices sociales Texte Victor Hugo Discours sur la misère prononcé l'Assemblée le juillet

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Séquence n°2 b) : D'autres formes d'argumentation pour dénoncer les injustices sociales Texte 4 : Victor Hugo, Discours sur la misère, prononcé à l'Assemblée le 9 juillet 1849 Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société tout entière ; que je m'en sens, moi, qui parle, complice et solidaire (Mouvement), et que de tels faits ne sont pas seulement des torts envers l'homme, que ce sont des crimes envers Dieu ! (Sensation prolongée.) Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi, de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! (Bravo ! – Applaudissements.

  • torts envers l'homme

  • homme méchant

  • gens de cœur

  • œuvre de destruction et de ténèbres

  • lois contre la misère

  • mouvement prolongé

  • abolition de la misère

  • ordre matériel


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 211
Langue Français
Signaler un problème
Séquence n°2 b) : D'autres formes d'argumentation pour dénoncer les injustices sociales
Texte 4 : Victor Hugo,
Discours sur la misère
, prononcé à l'Assemblée le 9 juillet 1849
Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit
dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne
soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société tout entière ; que
je m'en sens, moi, qui parle, complice et solidaire (
Mouvement
), et que de tels faits ne sont pas seulement des
torts envers l'homme, que ce sont des crimes envers Dieu ! (
Sensation prolongée
.)
Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute
importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais
que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi, de majorité et de minorité en de
telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but
magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! (
Bravo ! – Applaudissements.
)[...]
Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral
consolidé ! (
Très-bien ! très-bien ! – Vive et unanime adhésion.
) Vous n'avez rien fait tant que le peuple souffre !
(
Bravos à gauche.
) Vous n'avez rien fait tant qu'il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère !
Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant
que ceux qui sont vieux et qui ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant
qu'on meurt de faim dans nos villes (
Mouvement prolongé
), tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois
évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons
ouvriers, aux gens de cœur ! (
Acclamation
.) Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire
la souffrance publique ! vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres,
qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux. !
Vous le voyez, messieurs, je le répète en terminant, ce n'est pas seulement à votre générosité que je
m'adresse, c'est à votre sagesse, et je vous conjure d'y réfléchir. Messieurs, songez-y, c'est l'anarchie qui ouvre
les abîmes, mais c'est la misère qui les creuse. (
C'est vrai ! c'est vrai !
) Vous avez fait des lois contre l'anarchie,
faites maintenant des lois contre la misère ! (
Mouvement prolongé sur tous les bancs. - L'orateur descend de la
tribune et reçoit les félicitations de ses collègues.
)
Séquence n°2 b) : D'autres formes d'argumentation pour dénoncer les injustices sociales
Texte 4 : Victor Hugo,
Discours sur la misère
, prononcé à l'Assemblée le 9 juillet 1849
Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit
dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne
soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société tout entière ; que
je m'en sens, moi, qui parle, complice et solidaire (
Mouvement
), et que de tels faits ne sont pas seulement des
torts envers l'homme, que ce sont des crimes envers Dieu ! (
Sensation prolongée
.)
Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute
importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif.
Je voudrais
que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi, de majorité et de minorité en de
telles questions
; je voudrais
que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but
magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! (
Bravo ! – Applaudissements.
)[...]
Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral
consolidé ! (
Très-bien ! très-bien ! – Vive et unanime adhésion.
) Vous n'avez rien fait tant que le peuple souffre !
(
Bravos à gauche.
) Vous n'avez rien fait tant qu'il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère !
Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant
que ceux qui sont vieux et qui ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant
qu'on meurt de faim dans nos villes (
Mouvement prolongé
), tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois
évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons
ouvriers, aux gens de cœur ! (
Acclamation
.) Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire
la souffrance publique ! vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres,
qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux. !
Vous le voyez, messieurs, je le répète en terminant, ce n'est pas seulement à votre générosité que je
m'adresse, c'est à votre sagesse, et je vous conjure d'y réfléchir. Messieurs, songez-y, c'est l'anarchie qui ouvre
les abîmes, mais c'est la misère qui les creuse. (
C'est vrai ! c'est vrai !
) Vous avez fait des lois contre l'anarchie,
faites maintenant des lois contre la misère ! (
Mouvement prolongé sur tous les bancs. - L'orateur descend de la
tribune et reçoit les félicitations de ses collègues.
)
Séquence n°2 b) : D'autres formes d'argumentation pour dénoncer les injustices sociales
Texte 4 : Victor Hugo,
Discours sur la misère
, prononcé à l'Assemblée le 9 juillet 1849
Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit
dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne
soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société tout entière ; que
je m'en sens, moi, qui parle, complice et solidaire (
Mouvement
), et que de tels faits ne sont pas seulement des
torts envers l'homme, que ce sont des crimes envers Dieu ! (
Sensation prolongée
.)
Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m'écoutent de la haute
importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n'est qu'un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais
que cette assemblée, majorité et minorité, n'importe, je ne connais pas, moi, de majorité et de minorité en de
telles questions ; je voudrais que cette assemblée n'eût qu'une seule âme pour marcher à ce grand but
magnifique, à ce but sublime, l'abolition de la misère ! (
Bravo ! – Applaudissements.
)[...]
Vous n'avez rien fait, j'insiste sur ce point, tant que l'ordre matériel raffermi n'a point pour base l'ordre moral
consolidé ! (
Très-bien ! très-bien ! – Vive et unanime adhésion.
) Vous n'avez rien fait tant que le peuple souffre !
(
Bravos à gauche.
) Vous n'avez rien fait tant qu'il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère !
Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant
que ceux qui sont vieux et qui ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l'usure dévore nos campagnes, tant
qu'on meurt de faim dans nos villes (
Mouvement prolongé
), tant qu'il n'y a pas des lois fraternelles, des lois
évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons
ouvriers, aux gens de cœur ! (
Acclamation
.) Vous n'avez rien fait, tant que l'esprit de révolution a pour auxiliaire
la souffrance publique ! vous n'avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres,
qui se continue souterrainement, l'homme méchant a pour collaborateur fatal l'homme malheureux. !
Vous le voyez, messieurs, je le répète en terminant, ce n'est pas seulement à votre générosité que je
m'adresse, c'est à votre sagesse, et je vous conjure d'y réfléchir. Messieurs, songez-y, c'est l'anarchie qui ouvre
les abîmes, mais c'est la misère qui les creuse. (
C'est vrai ! c'est vrai !
) Vous avez fait des lois contre l'anarchie,
faites maintenant des lois contre la misère ! (
Mouvement prolongé sur tous les bancs. - L'orateur descend de la
tribune et reçoit les félicitations de ses collègues.
)