SYLLABUS DE LITTÉRATURE
154 pages
Français

SYLLABUS DE LITTÉRATURE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • mémoire
SYLLABUS DE LITTÉRATURE 5È GÉNÉRALE La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature. Marcel Proust ATHÉNÉE ROYAL GATTI DE GAMOND 65 RUE DU MARAIS 1000 BRUXELLES
  • gatti de gamond
  • douces pensées
  • jeux de l'amour …
  • teint de rose
  • espèce de salade
  • fillette fillette
  • ronsard
  • xviè siècle
  • rue du marais
  • rue des marais
  • héros
  • héroïne
  • héroïnes

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 127
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

SYLLABUS DE LITTÉRATURE
5È GÉNÉRALE
La vraie vie, la vie enfin
découverte et éclaircie, la seule
vie par conséquent réellement
vécue, c’est la littérature.
Marcel Proust
ATHÉNÉE ROYAL GATTI DE GAMOND
65 RUE DU MARAIS 1000 BRUXELLES Athénée Royal Gatti de Gamond Rue du Marais, 65 - 1000 Bruxelles















Réalisé par S. Ferreira, F. Meurant, B. Paz, Y. Tsotsis.
2èmeSyllabus de littérature 5 générale

Table des matières

Au fil des parcours thématiques.........................................................5
1. L’amour .....................................................................................................................................................5
2. Héros/ antihéros...................................................................................................................................5
3. La nature .................................................................................................................................................5
Le XVIè siècle : renaissance et humanisme.............................................6
La Pléiade................................6
Du Bellay........................................................................................................................................................................ 6
Ronsard ........................................................................................................................ 6
Ancrage contemporain................................................................................................................................................ 7
Le XVIIè siècle : baroque et classicisme...............................................9
Le baroque...................................................................................................................................................9
Cervantès................................................. 9
Corneille.................................................. 11
La préciosité ............................................................................................................................................. 18
Ancrage contemporain...................................20
Le classicisme ...........................................................................................................................................23
Racine ...........................................................................................................................................................................23
Molière.........................................................................................................................................................................33
Mme de La Fayette ...................................................................................................................................................46
Le XVIIIè ou le siècle des Lumières...................................................49
Diderot et D’Alembert .............................................................................................................................................49
Le théâtre .................................................................................................................................................49
Marivaux ......................................................................................................................................................................49
Beaumarchais.............................................................................................................................................................. 51
Le roman et le conte philosophique......................................................................................................54
Voltaire.................................................54
Diderot........................................................................................................................56
Le roman préromantique.........................................................................................................................57
Bernardin de Saint-Pierre .......................................................................................................................................57
Le XIXè, un siècle hétéroclite..........................................................60
Le Romantisme..........................................................................................................................................60
Jean Giraudoux, théoricien du romantisme.........................................................................................................60
J.W. Goethe................................................................................................................................................................ 61
Novalis..................................................63
Gautier.................................................64
Lamartine.....................................................................................................................................................................67
Hugo..............................................................................................................................................................................68
Nerval.........................................................................................................................72
Musset72
3èmeSyllabus de littérature 5 générale

Le Réalisme................................................................................................................................................78
Maupassant, théoricien du réalisme......................................................................................................................78
Flaubert .......................................................................................................................................................................78
Stendhal...............................................84
Le Naturalisme .........................................................................................................................................85
Zola...............................................................................................................................................................................85
La Modernité.............................................................................................................................................87
Baudelaire....................................................................................................................................................................87
Rimbaud........................................................................................................................................................................92
Le Symbolisme..........................................................................................................................................97
Verlaine.................................................97
Mallarmé ......................................................................................................................................................................98
Rodenbach .................................................................................................................................................................100
Van Leerberghe........................................................................................................................................................100
Verhaeren.............................................101
Le XXè siècle et sa diversité......................................................... 103
Le surréalisme.......................103
Dada, le précurseur.................................................................................................................................................103
Apollinaire .................................................................................................................................................................104
Magritte..............................................109
Breton .........................................................................................................................................................................110
Char ............................................................................................................................................................................. 111
Eluard................................................. 111
Aragon112
Le théâtre moderne .............................................................................................................................. 113
Jarry............................................................................................................................................................................113
Sartre................................................117
Anouilh ........................................................................................................................119
Beckett...............................................121
Ionesco........................................................................................................................122
Le roman moderne .................................................................................................................................124
Céline..........................................................................................................................................................................124
Camus..........................................................................................................................................................................125
Petite introduction à la poésie........................................................ 127 au théâtre 131
Petite introduction au roman.......................................................... 136
Les principaux mouvements littéraires............................................... 141
Petite chronologie culturelle........................................................... 143
Glossaire du cours de français 149
Bibliographie............................................................................ 155

4èmeSyllabus de littérature 5 générale

Au fil des parcours thématiques
1. L’amour
Idéalisé :
Ronsard Ode XVIème s.
Voiture Métamorphose … XVIIème s.
Flaubert Journal d’un fou XIXème s.
L’Education sentimentale XIXème s.
Verlaine Mon rêve XIXème s.
Van Leerberghe La chanson d’Eve XIXème s.
Passionné :
Racine Phèdre (l’aveu) XVIIème s.
Goethe Les souffrances … XVIIIème s.
Gautier La morte amoureuse XIXème s.
Baudelaire A celle qui est trop gaie e s.
Raisonné :
Corneille Le Cid (dilemme) XVIIème s.
Mme deLafayette La princesse de Clèves XVIIème s.
Marivaux Les jeux de l’amour … XVIIIème s.

Nostalgique :
Lamartine Le lac XIXème s.
Apollinaire La chanson du Mal-aimé XXème
Char Allégeance XXèms.

2. Héros/ antihéros
Cervantés Don Quichotte, le héros égaré XVIIème s.
Racine Oreste, le héros fou XVIIème s.
Voltaire Candide, le héros naïf XVIIIème s.
Beaumarchais Figaro, le héros révolté èm
Hugo Hernani, le héros maudit XIXème s.
Nerval El desdichado, le héros désespéré XIXème s.
Musset Lorenzaccio, le héros désenchanté XIXème s.
Stendhal Julien Sorel, le héros déchiré XIXème
Baudelaire L’albatros, inadapté s.
Rostand Cyrano de Bergerac, le héros bravache XXème s.
Beckett Godot, le héros désincarné XXème s.
Céline Bardamu, le héros lâche
Camus L’étranger, le héros indifférent XXème s.

3. La nature
Du Bellay Les regrets XVIème s.
Bernardin de St Pierre Paul et Virginie XVIIIème s
Baudelaire Correspondances XIXème s.
Baudelaire Parfum exotique XIXèmes.
Rimbaud e dormeur du val IXème s.
Verhaeren Le vent IXème s.
Apollinaire Colchiques XXème s.
Eluard La terre est bleue XXèm
5èmeSyllabus de littérature 5 générale

Le XVIè siècle : renaissance et humanisme

La Pléiade

Du Bellay

Les regrets, 1558.
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestui-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge.

Quand reverrai-je, hélas! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine.

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin, on petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la douceur angevine.


Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578.
Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! »

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie. Le Titien, Flora, 1515

6èmeSyllabus de littérature 5 générale

Odes, 1550.
Mignonne, allons voir si la rose O vraiment marâtre nature,
Qui ce matin avait déclose Puisqu’une telle fleur ne dure
Sa robe de pourpre au soleil, Que du matin jusques au soir !
A point perdu, cette vesprée,
Donc, si vous m’en croyez, mignonne, Les plis de sa robe pourprée,
Tandis que votre âge fleuronne Et son teint au vôtre pareil.
En sa plus verte nouveauté,
Las ! voyez comme en peu d’espace, Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Mignonne, elle a, dessus la place, Comme à cette fleur, la vieillesse
Las, las, ses beautés laissé choir ! Fera ternir votre beauté.



Ancrage contemporain

Si tu t’imagines, R. Queneau

Si tu t’imagines Les beaux jours s’en vont imagines Ljours de fête
Fillette fillette Soleils et planètes
Si tu t’imagines Tournent tous en rond
Xa va xa va xa Mais toi ma petite
Va durer toujours Tu marches tout droit
La saison des za Vers sque tu vois pas Très sournois s’approchent
Saison des amours La ride véloce
Ce que tu te goures La pesante graisse
Fillette fillette Le menton triplé
Ce que tu te goures Le muscle avachi
Allons cueille cueille
Si tu crois petite Les roses les roses
Si tu crois ah ah Roses de la vie
Que ton teint de rose Et que leurs pétales
Ta taille de guêpe soient la mer étale
Ton mignon biceps de tous les bonheurs
Tes ongles d’émail Allons cueille cueille
Ta cuisse de nymphe Si tu le fais pas
Et ton pied léger Ce que tu te goures
Si tu crois petite Fillette fillette
Xa va xa va xa Ce que tu te goures
Va durer toujours
Ce que tu te goures
Fillette fillette
Ce que tu te goures
7èmeSyllabus de littérature 5 générale

Claire Brétecher





8èmeSyllabus de littérature 5 générale


Le XVIIè siècle : baroque et classicisme

Le baroque

Cervantès

Don Quichotte, 1614.

LIVRE PREMIER
Chapitre I
Qui traite de la qualité et des occupations du
fameux hidalgo don Quichotte de la Manche.

Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux
pas me rappeler le nom, vivait, il n'y a pas
longtemps, un hidalgo, de ceux qui ont lance au
râtelier, rondache antique, bidet maigre et
lévrier de chasse. Un pot-au-feu, plus souvent de
mouton que de boeuf, une vinaigrette presque
tous les soirs, des abatis de bétail le samedi, le
vendredi des lentilles, et le dimanche quelque
pigeonneau outre l'ordinaire, consumaient les
trois quarts de son revenu. Le reste se dépensait
en un pourpoint de drap fin et des chausses de
Picasso, Don Quichotte panne avec leurs pantoufles de même étoffe, pour
les jours de fête, et un habit de la meilleure
serge du pays, dont il se faisait honneur les jours de la semaine. Il avait chez lui une gouvernante
qui passait les quarante ans, une nièce qui n'atteignait pas les vingt, et de plus un garçon de ville
et de campagne, qui sellait le bidet aussi bien qu'il maniait la serpette. L'âge de notre hidalgo
frisait la cinquantaine; il était de complexion robuste, maigre de corps, sec de visage, fort
matineux et grand ami de la chasse. On a dit qu'il avait le surnom de Quixada ou Quesada, car il
y a sur ce point quelque divergence entre les auteurs qui en ont écrit, bien que les conjectures
les plus vraisemblables fassent entendre qu'il s'appelait Quijana. Mais cela importe peu à notre
histoire; il suffit que, dans le récit des faits, on ne s'écarte pas d'un atome de la vérité.
Or, il faut savoir que cet hidalgo, dans les moments où il restait oisif, c'est-à-dire à peu près
toute l'année, s'adonnait à lire des livres de chevalerie, avec tant de goût et de plaisir, qu'il en
oublia presque entièrement l'exercice de la chasse et même l'administration de son bien. Sa
curiosité et son extravagance arrivèrent à ce point qu'il vendit plusieurs arpents de bonnes
terres à labourer pour acheter des livres de chevalerie à lire.
Finalement, ayant perdu l'esprit sans ressource, il vint à donner dans la plus étrange pensée
dont jamais fou se fût avisé dans le monde. Il lui parut convenable et nécessaire, aussi bien pour
l'éclat de sa gloire que pour le service de son pays, de se faire chevalier errant, de s'en aller par
le monde, avec son cheval et ses armes, chercher les aventures, et de pratiquer tout ce qu'il
avait lu que pratiquaient les chevaliers errants, redressant toutes sortes de torts, et s'exposant
9èmeSyllabus de littérature 5 générale

à tant de rencontres, à tant de périls, qu'il acquît, en les surmontant, une éternelle renommée. Il
s'imaginait déjà, le pauvre rêveur, voir couronner la valeur de son bras au moins par l'empire de
Trébizonde. Ainsi emporté par de si douces pensées et par l'ineffable attrait qu'il y trouvait, il
se hâta de mettre son désir en pratique. La première chose qu'il fit fut de nettoyer les pièces
d'une armure qui avait appartenu à ses bisaïeux, et qui, moisie et rongée de rouille, gisait depuis
des siècles oubliée dans un coin. Il les lava, les frotta, les raccommoda du mieux qu'il put. Mais il
s'aperçut qu'il manquait à cette armure une chose importante, et qu'au lieu d'un heaume complet
elle n'avait qu'un simple morion.
Alors son industrie suppléa à ce défaut: avec du carton, il fit une manière de demi-salade, qui,
emboîtée avec le morion, formait une apparence de salade entière. Il est vrai que, pour essayer
si elle était forte et à l'épreuve d'estoc et de taille, il tira son épée, et lui porta deux coups du
tranchant, dont le premier détruisit en un instant l'ouvrage d'une semaine. Cette facilité de la
mettre en pièces ne laissa pas de lui déplaire, et, pour s'assurer contre un tel péril il se mit à
refaire son armet, le garnissant en dedans de légères bandes de fer, de façon qu'il demeurât
satisfait de sa solidité; et, sans vouloir faire sur lui de nouvelles expériences, il le tint pour un
casque à visière de la plus fine trempe. (…)


Chapitre II
Qui traite de la première sortie que fit de son pays l'ingénieux
don Quichotte.

Ayant donc achevé ses préparatifs, il ne voulut pas attendre
davantage pour mettre à exécution son projet. Ce qui le pressait de la
sorte, c'était la privation qu'il croyait faire au monde par son retard,
tant il espérait venger d'offenses, redresser de torts, réparer
d'injustices, corriger d'abus, acquitter de dettes. Ainsi, sans mettre
âme qui vive dans la confidence de son intention, et sans que personne
le vît, un beau matin, avant le jour, qui était un des plus brûlants du
mois de juillet, il s'arma de toutes pièces, monta sur Rossinante,
coiffa son espèce de salade, embrassa son écu, saisit sa lance, et, par
la fausse porte d'une basse-cour, sortit dans la campagne, ne se sentant pas d'aise de voir avec
quelle facilité il avait donné carrière à son noble désir. Mais à peine se vit-il en chemin qu'une
pensée terrible l'assaillit, et telle, que peu s'en fallut qu'elle ne lui fît abandonner l'entreprise
commencée. Il lui vint à la mémoire qu'il n'était pas armé chevalier; qu'ainsi, d'après les lois de
la chevalerie, il ne pouvait ni ne devait entrer en lice avec aucun chevalier; et que, même le fût-il,
il devait porter des armes blanches, comme chevalier novice, sans devise sur l'écu, jusqu'à ce
qu'il l'eût gagnée par sa valeur. Ces pensées le firent hésiter dans son propos; mais, sa folie
l'emportant sur toute raison, il résolut de se faire armer chevalier par le premier qu'il
rencontrerait, à l'imitation de beaucoup d'autres qui en agirent ainsi, comme il l'avait lu dans les
livres qui l'avaient mis en cet état. Quant aux armes blanches, il pensait frotter si bien les
siennes, à la première occasion, qu'elles devinssent plus blanches qu'une hermine. De cette
manière, il se tranquillisa l'esprit, et continua son chemin, qui n'était autre que celui que voulait
son cheval, car il croyait qu'en cela consistait l'essence des aventures.

10