Une économie en émergence
48 pages
Français

Une économie en émergence

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
48 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : des prochaines années
  • fiche - matière potentielle : pratique
  • redaction
  • cours - matière potentielle : eau permanent du pays
  • cours - matière potentielle : des années
  • cours - matière potentielle : services aux entreprises
  • cours - matière potentielle : achèvement
REFERENCE Une économie en émergence Le Président Ely Ould Mohamed Vall Tout a profondément changé. Investissements Droit des affaires, institutions, grands projets Entreprendre Les secteurs clés, les marchés de niche, les services Vivre en Mauritanie Usages, vie quotidienne Entreprendre en Afrique FE RE N C E > EN TR EP RE N D RE EN AF RI Q U E M AU RI TA N IE 20 07
  • étranger arrivant
  • instauration du parti unique
  • partenaires étrangers
  • contexte de stabilité politique et d'ouverture économique
  • monde diplomatique
  • ould mohamed
  • usager des services publics
  • usagers des services publics
  • usagers du service public
  • arabes
  • arabe
  • pays
  • villes
  • ville

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 50
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

REFERENCE
Entreprendre en Afrique
Une économie en émergence
Le Président Ely Ould Mohamed Vall
"Tout a profondément changé."
Investissements
Droit des affaires,
institutions, grands projets
Entreprendre
Les secteurs clés,
les marchés de niche,
les services
Vivre en Mauritanie
Usages, vie quotidienne
www.emainvest.com www.africareference.com
REFERENCE > ENTREPRENDRE EN AFRIQUE MAURITANIE 2007SOMMAIRE
PANORAMA SERVICES AUX ENTREPRISES
TourismeEditorial Banque et Finance 555 32 Sortir du mono-produit La Mauritanie change Engagement de la réforme financière
PêcheInterview du Président Ressources humaines 566 36 Préserver la ressource L’adéquation entre formation et besoinEly Ould Mohamed Vall
“Fonctionner dans la normalité” ElevageElectricité et Eau 5837 Une vocation pastorale à exploiterUne distribution concentrée dans les villesGéographie12
Une faible densité AgricultureInformatique et Télécommunications 5939 Un débouché national, régional et internationalLa concurrence utilisée comme outilHistoire14
Quelques dates clés PotentielTransports et infrastructures 6040 Quelques pistes de filières à développer Priorité au transport routierLes hommes15
Un tissu social en pleine mutation
Douanes43 ANNEXESUne fluidité et une transparence retrouvéesLes institutions 17
Le retour à la démocratie Indicateurs économiques et sociaux62
ENVIRONNEMENT GENERALLes entreprises18 Commerce extérieur63Un rajeunissement des dirigeant
Logement et scolarisation45 Bailleurs de fonds Une vie assez chère 64La SNIM 23
Un Etat dans l’Etat Balance des PaiementsSécurité 6546
Un pays globalement paisible
Contacts d’affaires66DROIT DES AFFAIRES
Libertés48 Liste des banquesL’ouverture démocratique 68Investissement24
Les investissements étrangers progressent Notations des agencesConseils 6949
Des us et coutumes…Fiscalité28
Une fiscalité favorable
OPPORTUNITES MINIGUIDE TOURISTIQUEFoncier30 D’INVESTISSEMENTEntrée dans l’ère moderne Fiche pratique71
Pétrole Justice 5031 Hôtels, restaurants, vie nocturneUn avenir des plus prometteurs 73Une réforme profonde en cours
Incontournables et trésors cachésMines 7552
Une richesse en devenir
Se rendre en Mauritanie79
BTP54 Remerciements Une filière en expansion 82
Directeur de la publication : Dominique Flaux dflaux@emainvest.com Rédaction : Bénédicte ChatelREFERENCE chatel.b@neuf.fr et Anne Guillaume-Gentil, anne.guillaumegentil@free.fr. Traductions : Craig Bloomfield
craig.bloomfield@gmail.com. Photos : Jérémie Flaux jflaux@romandie.com, Bénédicte Châtel et SNIM.
Design : lm info@sequentielle.com Imprimé en Suisse.
RÉFÉRENCE AFRIQUE est édité par Séquence Média SA, 36 bis, rue de Carouge, 1205 Genève, Suisse
www.sequencemedia.com, en partenariat avec la Fondation EMA www.emainvest.com. La reproduction, même
partielle, d’articles ou d’illustrations parus dans cette publication autorisée qu’avec l’accord écrit de l’éditeur.
Ce guide est disponible en version anglaise.
Il sera également consultable à l’adresse www.africareference.com.
3REFERENCE
EDITORIAL
La
Mauritanie
change
“ Les idées étaient là avant le 3 août. Il manquait la volonté. ”
Pays à part, aux confins du monde arabe et du monde africain, reflétant en son sein cette dualité et
donc une complexité certaine, la Mauritanie n’est guère connue. Un retrait de l’avant de la scène
internationale qui paraît presque avoir été entretenu tant le Mauritanien –nomade avant tout- est
fier de ses traditions. Se frotter au monde extérieur ne doit en aucun cas se faire au détriment de
ses valeurs qui font sa sérénité et sa force.
Toutefois, le pays est pauvre. Il est aussi, comme tout autre, confronté à la mondialisation et doit
s’insérer dans le concert des Nations. Enfin, il est doté de richesses naturelles qui, jusqu’à présent,
n’ont guère été mises en valeur.
Pays larvé par la corruption et l’immobilisme, il fallait faire sauter les blocages. C’est la mission que
s’est donnée l’équipe qui a pris le pouvoir le 3 août 2005. Avec à sa tête le président du Conseil
Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJT), le colonel Ely Ould Mohamed Vall, elle s’est atte-
lée tout d’abord à rassurer la communauté internationale : tous les coups d’Etat ne se ressemblent
pas et celui-ci a eu pour vocation de remettre le pays sur les rails de la démocratie et du dévelop-
pement. De remettre de l’ordre dans la continuité.
Ainsi, le CMJT s’est fait fort d’exécuter des réformes qui avaient été initiées auparavant mais qui,
pour une raison ou pour une autre, n’avaient pas été mises en ?uvre. Mais, il a aussi tranché dans
le vif afin de permettre à l’équipe qui lui succèdera en mars 2007 d’aller de l’avant. Il a regagné la
confiance des bailleurs de fonds et de la communauté internationale. Au plan intérieur, la
Constitution a été amendée afin que le chef de l’Etat ne puisse monopoliser le pouvoir et que le jeu
des institutions fonctionne ; une réforme de la justice est à l’étude afin de redonner au juge ses pré-
rogatives ; des mesures ont été prises afin de rapprocher citoyen du pouvoir. La revalorisation des
salaires a mis du baume aux plaies.
L’ouverture de la page pétrolière change la donne en allouant une marge financière au pouvoir et
en offrant des opportunités nouvelles. Au plan macroéconomique, la transparence des finances
publiques, l’efficacité de la dépense publique et l’amélioration de l’administration fiscale consti-
tuent des priorités. Une importante réforme du système financier est en cours d’achèvement ainsi
que la création d’un marché des changes.
Le décor est dressé et tout porte à croire que les anciens acteurs s’y retrouveront et que les nou-
veaux s’y plairont. Ceux-là mêmes qui une fois sur place se laisseront aisément subjuguer par la
douceur de vivre du pays. Les lois du désert et du nomadisme ont laissé l’empreinte de l’hospita-
lité et de la tolérance au cœur de chaque Mauritanien.
4 5REFERENCE
INTERVIEW DU PRÉSIDENT ELY OULD MOHAMED VALL
Fonctionner
dans la
normalité
Interview du Président
Ely Ould Mohamed Vall
Monsieur le Président, vous avez annoncé que vous ne vous présente-
riez pas aux élections présidentielles en mars 2007. Or, depuis votre
accession au pouvoir le 3 août 2005, les réformes ont été nombreuses
et la découverte du pétrole aidant les investisseurs s’intéressent à votre
pays. Comment peuvent-ils être assurés que des conditions propices à
leurs investissements perdureront après 2007 ?
Ely Ould Mohamed Vall : J’ai effectivement annoncé que ni moi, ni les mem-
bres du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie, ni encore ceux du Président Ely Ould Mohamed Vall, Bénédicte Châtel, Anne Guillaume-Gentil et Dr Sidi Ould Domane
Gouvernement ne nous présenterons aux futures élections. Je m’y suis engagé
personnellement et nous avons traduit cet engagement à travers une loi.
Pendant la période écoulée de transition, nous nous sommes attelés à la moralisation de la gestion publique y contribue ducteurs, les infrastructures ainsi que les secteurs pas. Nous avons accordé un quota de 20% à la
mettre en œuvre une série de réformes dans de nombreux secteurs, notamment grandement. De même, la réforme et la mise à sociaux tels que la lutte contre la pauvreté, la santé représentativité féminine au niveau des listes de
celui de la justice que nous considérons prioritaire. Nous considérons qu’il n’est niveau de l’administration contribuent à faciliter et l’éducation. Ce choix de ne pas nous confiner candidatures pour les prochaines élections. L’idéal
de véritables garanties aussi bien pour nos citoyens que pour nos partenaires l’accès au service public et à assouplir les procédu- exclusivement dans une économie de rente nous a serait que toutes les conditions soient réunies pour
étrangers, y compris les investisseurs, que celles que confère la loi. J’estime que res. Ainsi les usagers du service public n’ont plus valu justement d’avoir enregistré une très bonne qu’elles puissent obtenir bien davantage et même
les chantiers mis en œuvre pendant la transition, et principalement au niveau besoin de recourir à la corruption pour bénéficier croissance hors ressources pétrolières. atteindre la parité. Il reste que c’est là une première
institutionnel, permettront de consolider l’Etat de droit, d’instaurer la bonne des services et prestations auxquels ils ont droit. étape vers une émancipation réelle et effective de la
gouvernance de telle sorte que l’Etat ne puisse plus être assujetti au bon vouloir Quels sont les autres secteurs où, selon vous, femme mauritanienne, une étape marquée par des
d’une personne, que l’exercice du pouvoir ne puisse être le monopole d’un indi- L’exploration et l’exploitation pétrolière la Mauritanie a une véritable carte à jouer ? actions concrètes et non des discours. Nous ne
vidu ou d’un groupe et que les institutions puissent fonctionner dans la norma- représentent un attrait considérable pour les La Mauritanie dispose d’un important potentiels sommes pas les premiers à agir de la sorte. Comme
lité, quel que soit par ailleurs le régime en place. investisseurs étrangers. Estimez-vous que, dans différents domaines. Outre ses nombreuses vous le savez dans plusieurs pays, notamment en
pour préserver ses ressources et pour ne pas richesses minières, c’est un pays qui jouit d’un Europe, les dispositions pour la parité hommes-
Malgré d’importantes réformes, nombreux sont les acteurs économi- faire de votre pays un “Etat minier” rentier, un énorme capital touristique, agricole, de pêche et femmes et les mesures de discrimination positive
ques à souligner encore le poids de la corruption dans le pays et la lour- seuil de production maximal doit-il être fixé ? d’élevage. C’est un pays de culture, d’ouverture et de sont des choix qui permettent de corriger certaines
deur des prises de décision. Que leur dire ? Nous avons pleinement conscience des travers que tolérance. Il ne manque pas de carte à jouer ; l’essen- situations qui ne sont pas acceptables, ne serait-ce
La corruption est le corollaire d’un système donné qui génère un certain nom- représenterait la dépendance de l’économie aux seu- tiel est que les dividendes de la croissance servent que du point de vue moral, social et politique. Il est
bre de pratiques malsaines inhérentes à la nature et au mode de fonctionnement les ressources pétrolières, qui, par essence, sont non son développement. certain que la présence accrue des femmes dans les
de ce système. Le monolithisme qui prévalait dans notre pays avant le change- renouvelables. C’est pourquoi nous avons décidé sphères de décisions constitue un facteur détermi-
ment du 3 août 2005 a engendré la corruption, le clientélisme, les passe-droits d’introduire la rationalité dans la gestion de ces res- Vous voulez donner plus de pouvoir à la nant qui favorisera, au cours des prochaines
et la mauvaise gestion, sources. femme. Vous avez imposé un quota obliga- années, un rôle plus important de la femme au
entre autres comporte- toire de 20% de femmes pour chaque liste qui niveau économique.“ Nous considérons qu’il n’est
ments. Ce système ayant Comment allez-vous utiliser cette “rente se présentera aux prochaines élections législa-
disparu, ces pratiques vont de véritables garanties aussi pétrolière” ? tives de novembre. Comment comptez-vous Pétrole mis à part, le secteur informel touche
nécessairement, elles aussi, Nous avons déjà ouvert un Compte spécial pour les renforcer le rôle des femmes au niveau écono- une grande partie du reste de l’économie.
bien pour nos citoyens que pourdisparaître. Le phénomène revenus pétroliers de manière à ce que les généra- mique au cours des années à venir ? Comment lutter contre ce fléau qui repré-
de la corruption a sensible- tions futures puissent en bénéficier. Une partie seu- La société mauritanienne est composée à plus de sente une concurrence déloyale pour lesnos partenaires étrangers que
ment reculé dans notre lement de ces revenus est affectée au budget et elle 50% de femmes. Est-il juste d’exclure une aussi entreprises du formel ?
pays, fort heureusement et celles que confère la loi. est orientée prioritairement vers les secteurs pro- importante frange de la population ? Je ne le pense Pour ma part, je ne considère pas que le secteur”
Le Président Ely Ould Mohamed Vall
76INTERVIEW DU PRÉSIDENT ELY OULD MOHAMED VALL
Jusqu'à 1955, la ville de Nouadhibou ne disposait en matière d'infra-
structures portuaires que d'un petit ponton construit au début du
siècle par la société industrielle de grande pêche (SIGP) Ce n'est
qu'en 1955 que la MIFERMA entreprit la construction de la pre-
mière partie du port actuel. Entre 1960 et 2001, sur des financements
de l'Etat, de la Caisse française de Développement, du Fonds
Kowetien ou de la Banque Mondiale, l'aménagement du port de
Nouadhibou fut transformé et agrandi. A ce jour il dispose d'infra-
structures comprenant:
un quai de commerce de 120ml;
un quai de pêche de 600ml;
un quai de chalandage de 80ml;
un quai pour la marine;
trois cales de pêche;
un système de sécurité et d'aide à la navigation;
une station d'épuration pour collecter les eaux usées;
des moyens de lutte anti-incendie (camion motopompes,
canons,etc);
un domaine terrestre abritant des terre-pleins, des entrepôts,
des usines, etc;
des installations et équipements de communication radio
assurant la veille 24h/24.
Palais de la Présidence
Sur les quais de pêche deux postes, dont un pour les rouliers, peuvent
recevoir des lignes commerciales. Par ailleurs, le PAN assure d'autres
informel soit un fléau. J’estime plutôt que le secteur sieurs autres organisations régionales, notammentservices tels que le pilotage, l'assistance des bateaux en danger dans “La présence accrue des femmes informel est un facteur de dynamisme des écono- l’OMVS et le CILSS. Nous évoluons dans nos espa-
la zone portuaire et leur remorquage au besoin, la sécurité, le trans- mies de pays comme le nôtre. Généralement, il cou- ces naturels arabe et africain et entretenons de très
dans les sphères de décisions consti-
vre des activités non englobées par le champ d’ac- bonnes relations d’amitié et de coopération avec lesport du personnel navigant et de son matériel.
tion des entreprises et dans certains cas, il offre des pays des différents continents. Nos relations bilaté-tue un facteur déterminant” services, des prestations et des produits alternatifs rales avec les pays voisins sont excellentes et ne sau-
qui répondent à des besoins hors normes des entre- raient être exclusives.Enfin le PAN assure indirectement d'autres services concédés à des
prises. De même, le secteur informel est générateuropérateur privés tels que:
de revenus et d’emplois. Il ne s’agit donc pas de lut- Si vous deviez tracer une feuille de route pour
la manutention (des conventions sont signées entre le PAN et ter contre l’informel mais plutôt d’arbitrer entre les la Mauritanie afin que le pays soit de plus en
différents secteurs de l’économie de façon cohé- plus une terre d’accueil aux investissements,certaines sociétés)
rente, équitable, juste et harmonieuse. quelles mesures devraient être prises en 2007 ?
la réparation navale J’estime que la feuille de route est déjà tracée : tou-
Quels sont les pays avec lesquels vous souhai- tes les réformes engagées à la faveur de la transition
tez entretenir des relations privilégiées ? que vit notre pays confortent l’instauration des
Nous entretenons déjà de très bonnes relations avec fondements d’un Etat de droit, l’ancrage d’une
tous les pays et notre option est de renforcer démocratie apaisée, la valorisation des potentiali-
d’avantage ces relations. tés, l’épanouissement des énergies. Le contexte deA moyen terme, le PAN prévoit, en plus de l'acquisition d'importants moyens nautiques (remorqueurs,
stabilité politique et d’ouverture économique est
baliseurs), l'extension de ses installations ce qui lui permettra de doubler ses capacités actuelles. La Mauritanie n’appartient à aucune intégra- plus que jamais favorable aux investissements.
tion régionale (CEDEAO, UEMOA), si ce Nous assistons actuellement à des flux d’investisse-Le PAN est très avancé dans la mise en oeuvre de toutes les dispositions du code ISPS.
n’est l’UMA. Estimez-vous qu’il serait impor- ments très importants en direction du pays et cette
tant d’intégrer une de ces structures ou des tendance se renforcera davantage à l’avenir.
relations bilatérales privilégiées comme l’axe
Mauritanie-Mali-Maroc semblent-elles préfé-
PORT AUTONOME DE NOUADHIBOU rables ?
L’UMA n’est pas la seule organisation à laquelle Propos recueillis le 14 septembre 2006,B.P. 236 Nouadhibou
nous appartenons. Nous sommes membres de plu- à Nouakchott
Tél.: 222.574.61.03
Fax: 222.574.51.36
9REFERENCE
PANORAMA
Agriculture
Zone désertique
Élevage nomade
Culture sous pluie (niébé, mil, sorgho)
Culture de décrue (riz, sorgho, mil, maïs, blé, patates douces)
Oasis importante
Pêche industrielle
Pêche traditionnelle
Ovins
Bovins
Camélidés
Port de commerce
Industries
Conserverie de poissons
Alimentaire
Textile-Tannerie
Matières plastiques
Cimenterie
Construction mécanique
Principaux gisements
Gisement exploité
Gisement reconnu
Fer
Cuivre
Phosphates
Gypse
Or
Uranium
Diamant
Sel
Pétrole, gaz
Centrale thermique
Raffinerie de pétrole
1110REFERENCE
PANORAMA
GÉOGRAPHIE
Une faible
densité
Situation
La Mauritanie fait partie des grands pays du continent africain. Elle couvre une superficie de 1 030 700
km2 (deux fois la France) et se situe entre le 15ème et le 27eme parallèle nord. Un vaste territoire occupé
par moins de 3 millions d’habitants. Cette faible densité (2,3 habitants au km2) masque en fait une
concentration de la population - provoquée par le mouvement de sédentarisation qui s’est accéléré avec
les grandes sécheresses - autour des grands centres urbains (principalement Nouakchott), le long du
fleuve Sénégal et du littoral. Cette concentration exerce une pression sur les ressources naturelles, l'eau et
la couverture végétale.
Le pays est à la charnière du Maghreb et de l'Afrique noire, de l'océan et du désert. Il possède des fron-
tières communes au Nord avec le Maroc (1 561 km) et l’Algérie (463 km), à l’Est et au Sud-Est avec le
Mali (2 237 km) et au Sud avec le Sénégal (813 km). La frontière avec le Sénégal est fluviale -le fleuve
Sénégal- seul cours d’eau permanent du pays.
A l’Ouest, elle est délimitée par l’océan Atlantique sur 754 km, qui constitue un environnement physique
2exceptionnel en matière de pêche. La Zone Economique Exclusive couvre 234 000 km , encore vierge de
toute pollution significative, et offre un potentiel halieutique de 1,6 million de tonnes par an.
Située dans le Sahara, la Mauritanie se trouve à environ 150 mètres au-dessus du niveau de la mer. Les
dunes de sable occupent près de la moitié du territoire. La végétation se diversifie au fur et à mesure qu'on
descend vers le sud. Le relief est majoritairement aride avec des plaines plates dans le Sahara et quelques
collines au Centre. Le point le plus élevé est Kedjet Jjill à 910 mètres. Au Sud, la vallée du Sénégal est la
seule région où la pluviométrie annuelle atteint 64 cm et où se trouvent les cultures pluviales et les cul-
tures de décrue. Dans une bien moindre mesure, on pratique aussi l’agriculture dans les oasis en parti-
culier autour de la ville d’Atar, de Tidjikja, de Tichit et de Kiffa.
Climat
Le climat est principalement désertique. Il est caractérisé par une grande sécheresse de l’air, par d’impor-
tants écarts de température diurne et nocturne et par des vents violents, parfois brûlants, souvent char-
gés de sable et de poussière. La région côtière est plus tempérée. La région du fleuve Sénégal jouit d’un
climat beaucoup plus humide.
Trois saisons jalonnent l’année : la saison “froide” (novembre à avril) compte des températures modérées
le jour, fraîches ou froides la nuit et des vents de sable fréquents ; la saison chaude et sèche (mai à juillet)
a des températures élevées et l’Harmattan qui souffle souvent ;n humide ou hivernage (août à
octobre) est caractérisées par des pluies intermittentes sous forme de gros orage, des températures
élevées et un taux d’humidité maximum.
Les principales villes
La capitale Nouakchott (700 000 habitants) est construite sur un plateau de dunes à 5 km du
littoral atlantique. Le centre économique du pays, Nouadhibou, (100 000 habitants) est situé sur
la côte à l’extrême Nord du pays, à la limite du Sahara occidental et à l’intérieur de la presqu’île
du Cap Blanc, dans la Baie du Lévrier. C’est la ville de la pêche avec un important port et des
usines de transformation du poisson. Les autres villes importantes sont Kiffa (45 000 habitants),
centre d’élevage et de commerce ; Kaedi et Rosso (45 000 habitants), villes agricoles de la vallée
du fleuve Sénégal; Zouérate (35 000 habitants), ville minière (fer). On peut mentionner aussi
Atar dans le secteur du tourisme car c’est là qu’atterrissent (d’octobre à avril) les charters pour
les circuits désert (environ 12 000 touristes par an).
Arrivée en avion sur Nouakchott
1312REFERENCE
PANORAMA
HISTOIRE
Quelques dates clés
IVème siècle : des Berbères nomades (Zénète et 1961 : adoption de la Constitution (régime pré- cations du groupe négro-africain. Des dizaines de
Sanhadja) venus du Nord, possesseurs de chevaux sidentiel). Mokhtar Ould Daddah est élu pour milliers d'éleveurs noirs sont expulsés vers le
et de chameaux, s'installent dans cette région en cinq ans. Création du Parti du Peuple Sénégal qui renvoie 100 000 Mauritaniens vivant
voie de désertification et refoulent les agricul- Mauritanien (PPM) au Sénégal. Emeutes raciales.
teurs noirs 1965 : instauration du parti unique (PPM) 1989 : construction du Port de l’Amitié à
IXème siècle : les Berbères résistent à l'Empire Années 70 : années de grande sécheresse. Les Nouakchott
du Ghana qui s’étend populations nomades maures et sédentaires noi- 1989 : mise en service de la centrale thermique de
XVIème siècle : les Berbères sont assujettis par res affluent vers les villes Nouakchott
les Arabes 1970 : signature du traité de Casablanca qui met 1990 : plusieurs centaines de cadres militaires
XVII et XVIIIème siècles : commerce, notam- fin aux revendications marocaines négro-africains sont arrêtés, torturés et certains
ment de gomme arabique, avec les Hollandais et 1973 : la Mauritanie intègre la Ligue arabe unie exécutés. La communauté internationale
Français 1973 : la Mauritanie sort de la “zone Franc ” et condamne le non-respect des Droits de l'Homme.
1858 : les Français pénètrent dans le pays et l'ad- bat sa propre monnaie, l’ouguiya 1991 : nouvelle Constitution; instauration offi-
ministrent à partir de Saint-Louis 1974 : nationalisation de Miferma et création de cielle du multipartisme.
1902 : Xavier Coppolani (1866-1905, assassiné) la Société Nationale Mauritanienne Industrielle 1993 : création de la première entreprise de
conquiert pacifiquement l’intérieur du pays de et Minière (SNIM) construction routière, ATTM
Chinguitt et lui donne le nom de Mauritanie 1975 : accord avec le Maroc et l’Espagne sur le 1997 : président Taya réélu ; boycott de l’opposition
1904 : l’Espagne et la France décident des frontières Sahara Occidental. La Mauritanie occupe la 2003 : réélection du président Taya
1908 : l’Adrar, demeuré rebelle, est conquis par le région de Dakhla, au sud du Rio de Oro, et se 2005 (3 août) : le Colonel Ely Ould Mohammed
colonel Gouraud heurte à la résistance du Polisario. Vall, Directeur de la sûreté nationale, renverse le
1920 : la Mauritanie devient une colonie fran- 1976 : création du Parc national du Banc président Ould Taya. Le Conseil Militaire pour la
çaise, rattachée à l’Afrique occidentale d’Arguin Justice et la Démocratie composé de 17 membres
1945 : la Mauritanie devient Territoire d’outre- 1978 : coup d’Etat du Colonel Mustafa Ould gouverne ; il est présidé par Mohamed Vall
mer de l’Union française Salek qui succède à M. Ould Daddah 2006 : démarrage de la production pétrolière.
1946 : l'esclavage traditionnel est officiellement 1978 : mise en service de la première grande cen-
aboli trale thermique à Nouadhibou
1952 : création de la Société des Mines de Fer de 1979 : coup d’Etat du Colonel Mohamed
Mauritanie (Miferma) Mahmoud Ould Louly et renonciation par la
1956 : autonomie accordée par la France (loi- Mauritanie à sa part du Sahara Occidental
cadre Deferre) 1980 : abolition de l’esclavage. Coup d’Etat du
1958 : (5 mars) : pose de la première pierre de la Colonel Mohamed Khouna Ould Heydalla, ancien
capitale Nouakchott Premier ministre. Il renforce la loi islamique.
1958 : (28 septembre) : référendum favorable à 1984 : coup d’Etat du Colonel Maaouya Ould Jours fériés 2006
l’indépendance. Sidi Ahmed Taya
1958 : (28 novembre) : La République Islamique 1985 : inauguration de la Route de l’Espoir qui Jour de l’An : 1er janvier
de Mauritanie est fondée relie Nouakchott à Néma, en direction du Mali Nouvel An musulman
1960 : (28 novembre) : indépendance de la 1987 : création de la Somasert, filiale de la SNIM, (1er jour de l’Hégire)*: 31 janvier
Mauritanie. Le Maroc et la Ligue Arabe Unie qui lance le tourisme en Mauritanie Naissance du Prophète
revendiquent le territoire 1989 : tensions avec le Sénégal suite aux revendi- (Aïd El Mouloud)*: 11 avril
Fête du Travail : 1er mai
Jour de l’Afrique : 25 mai
Fin du Ramadan
(Aïd El Fitr)* : 23 octobre en 2006
Du nom “ Mauritanie ” Fête de l’Indépendance : 28 novembre
Tabaski (2 mois et 10 jours après la fin du
Le terme “Mauritanie occidentale” appliqué par Coppolani, en décembre 1899, à une partie de Ramadan)* : 31 décembre
“l’Ensemble mauritanien” supplante progressivement d’autres noms : le “Chinguett” connu de Repos hebdomadaire : du vendredi midi au
l’orient arabe, le “Sahara occidental” des explorateurs européens ou encore “Trab el Bidhane” lundi matin
des populations locales. * Fêtes religieuses mobiles chaque année
14PANORAMA
LES HOMMES
Un tissu social
en pleine
mutation
Poème dans une bibliothèque de Chinguetti
Lors de l’indépendance en 1960, seulement 5% de la population mauritanienne vivait en milieu urbain. Chinguetti, dans l’Adrar, ont été quasiment déser-
La ville et son concept n’existaient d’ailleurs pratiquement pas : la première pierre de la capitale tés. Ce n’est que le développement du tourisme,
Nouakchott n’a été posée qu’en 1958… 75% de la population était alors nomade, le reste vivant dans des dans les années 90, qui lui a redonné vie, incitant
villages. Mais en 2000, les nomades ne constituaient plus que 6% de la population. Une situation qui stig- ceux qui étaient partis à y revenir. Parallèlement -
matise la facilité d’adaptation des Mauritaniens au changement. et en plus grand nombre encore - les nomades sont
Deux facteurs majeurs expliquent cette sédentarisation sans précédent. D’une part, les très importantes venus s’installer à Nouakchott et à Nouadhibou.
sécheresses entre 1971 et 1985 ont conduit les nomades et leurs troupeaux à migrer plus au Sud, où ils Les comportements sociaux s’en sont trouvés d’au-
ont dû trouver un modus vivendi avec les populations agricoles sédentaires préétablies négro-africaines. tant modifiés que 46% de la population est
Des villages se sont créés tandis que d’autres, au Nord, disparaissaient. Des hauts lieux comme aujourd’hui âgée de moins de 15 ans.
Mais ces mutations sont si rapides et récentes que
la population mauritanienne demeure encore très
A propos de l’esclavage marquée par ses traditions (le lien viscéral avec le
désert) et son articulation sociale. Ainsi, 70% de la
L’étranger arrivant en Mauritanie peut être dérouté par le dossier de l’esclavage persistant dans population serait de langue et culture Maure qui se
les faits. Comme le souligne le sociologue Amel Daddah*, “ ni le communiqué officiel du Comité sub-divise entre les Maures blancs (Beidanes),
militaire de salut national abolissant pour la troisième fois, en 1980, l’esclavage en Mauritanie, ni descendants des conquérants arabo-berbères,
l’accès depuis 1984 d’acteurs de souche harratine à des postes gouvernementaux n’ont modifié en guerriers ou éleveurs, constitués en grande famille
profondeur le sort de [la communauté harratine]. ” Celle-ci demeure un segment de la société et chefferie, et les Maures noirs (Harratines), des-
traditionnelle situé au bas de l’échelle. cendants d’esclaves maures libérés. Les autres 30%
Avec l’urbanisation, les Harratines ont tout d’abord servi de main-d’œuvre non qualifiée ou de sont composés des Négro-Africains dont les
“ personnel de maison. ” Puis, “ l’effet ville ” aidant, la “ désolidarisation du lien tribal originel ” Haalpulaars (Toucouleurs et Peulhs), les Soninkés
a fait son chemin et nombre de Harratines se sont orientés vers des petits métiers (bouchers, (ou Sarakolés), les Wolofs, les Bambaras. Ils sont
blanchisseurs, charretiers, chauffeurs de taxis, etc.). Si certains mais peu ont réussi à développer surtout agriculteurs et pasteurs, vivant le long du
leurs affaires ou à occuper des postes administratifs élevés, il demeure une dépendance fleuve Sénégal.
aujourd’hui plus du ressort du psychologique. Cette diversité sociale explique que le multilin-
Cette évolution dans les villes se retrouve dans les campagnes car de nombreux Haratines y guisme soit officialisé. La Constitution de 1991
retournent pour fournir une main-d’œuvre durant la saison des cultures (hivernage). (qui a modifié les précédentes en la matière et que
Selon le sociologue Abdel Wedoud Ould Cheikh, il faut “ nuancer la misère morale - la misère les amendements du référundum de 2006 n’ont
physique constitue jusqu’à un certain point un lot commun “traditionnel” de la société maure, pas remis en cause) donne pour langues nationa-
toutes classes confondues - des esclaves souvent liés à leurs maîtres (...) par des liens sentimentaux les l’arabe, le poular, le soninké et le wolof. La lan-
complexes et ambigus, relevant du “syndrome de l’Oncle Tom”, un attachement au statut de servi- gue officielle est l’arabe. Le hassaniyya (dialecte
tude qui servira aisément, en ville, à proroger une dépendance d’origine statutaire et rurale sous arabe imprégné de berbère) est la langue la plus
forme de rapports clientélaires. ” parlée en Mauritanie, mais elle n’est pas reconnue
La complexité de ces rapports s’illustre dans ceux entre Harratines et Négro-Africains : lors des constitutionnellement. Le français très pratiqué
émeutes raciales de 1989, les Haratines se sont volontairement mis aux côtés des Maures parmi les élites qui sont particulièrement franco-
“ Blancs ” contre les Négro-Africains qui revendiquaient une plus grande reconnaissance. philes était la langue co-officielle avec l’arabe
* Le Monde diplomatique, novembre 1998 jusqu’en 1991.
15

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents